Sciences humaines & sociales

  • L'empire colonial français se développe au XIXe siècle et devient le deuxième empire le plus vaste du monde, après celui du Royaume-Uni. Les contestations se multiplient dès l'entre-deux-guerres. Mais les bouleversements liés à la Seconde Guerre Mondiale accentuent la remise en question de la domination française. Commence dès lors un long processus de décolonisation, qui est aussi le plus long conflit de la France au XXe siècle, depuis les premiers soulèvements en 1943 jusqu'aux dernières indépendances au milieu des années 1970.

    Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire évoquent toutes les facettes et les contradictions de ce processus, tantôt marqué par des épisodes d'une violence inouïe, tantôt accompagné de réformes et d'accords bilatéraux maintenant, des décennies plus tard, une forte dépendance des pays décolonisés vis-à-vis de la France. À travers près de 250 photographies, documents de presse ou affiches, ils décryptent l'un des plus grands basculements de l'histoire récente, et posent un regard renouvelé sur les deux faces du miroir colonial.

  • Qui ne re^ve pas de de´couvrir une cite´ perdue ? Qui ne ressent pas une certaine me´lancolie devant des vestiges d'une civilisation passe´e ? Comment ne pas fre´mir devant la fragilite´ de notre plane`te face aux changements climatiques en cours ?

    Pour ce quatrie`me volume de la collection, Travis Elborough a repris la route en que^te de lieux disparus, e´vanouis, volatilise´s - en tout ou parties. On le suit classiquement a` Alexandrie, Tombouctou ou Venise, mais aussi sur les pentes des glaciers du Montana, sur les rives du Danube, le long de la rivie`re souterraine de Londres, jusqu'aux confins de l'Inde, de la Libye, de la Colombie, de la Chine ou de la Jamai¨que. Chemin faisant, il redonne aux lieux visite´s leur visage d'antan. Photographies et cartes - signe´es Martin Brown - re´ve`lent alors les merveilles du passe´ et les comparent aux vestiges du pre´sent.

  • Que se passe-t-il dans le lit des Français ? C'est pour coller au plus près de la réalité que la sociologue Janine Mossuz-Lavau a enquêté sur le terrain pendant un an. Au cours de longues heures d'entretien, elle a recueilli les témoignages de femmes et d'hommes, jeunes et moins jeunes, de tous les milieux et de toutes les orientations sexuelles. Enfance, première fois, sites de rencontres, sodomie, polygamie compensatoire : tous se sont racontés, confiés. Donnant ainsi à voir ce qu'habituellement on ne voit pas, rendant audibles les paroles murmurées sur l'oreiller (ou ailleurs). Les tabous ont disparu. Sauf un : ces couples qui ne font plus l'amour.
    À travers ces expériences de vie, Janine Mossuz-Lavau démonte les idées reçues et nous livre une enquête inédite sur la sexualité et l'amour en France.

  • L'enseignement de Jacques Lacan a eu lieu en Séminaires de 1951 à 1980. " Je n'aurais manqué un Séminaire pour rien au monde " a déclaré Philippe Sollers. Pour que tous, ceux qui y étaient eux aussi comme ceux qui n'y étaient pas, nous puissions profiter de la parole du grand psychanalyste, Jacques-Alain Miller s'emploie à faire revivre cette voix en détordant et éclairant la phrase de Lacan. Cela devra donner existence à 25 livres dont 15 ont jusqu'ici été publiés aux Éditions du Seuil. Voilà le seizième, le Séminaire 6 qui correspond à l'année 1958-1959 ; " Nous allons parler cette année du désir et de son interprétation " ainsi débute ce livre. Le Séminaire, livre VI est composé de vingt-sept chapitres, eux-mêmes répartis en quatre parties que sont : " Du désir dans le rêve ", " Sur un rêve analysé par Ella Sharpe ", " Sept leçons sur Hamlet " et " La dialectique du désir ".

  • L'amour

    Collectif

  • Après un premier récit graphique consacré à la Brigade de répression du banditisme, intitulé Enquêtes générales, Titwane et Raynal Pellicer ont obtenu l'autorisation exceptionnelle de suivre les policiers de la Brigade criminelle à Paris. Une immersion de quatre mois au sein des seins, le mythique « 36, quai des Orfèvres ». La « Crim' », l'ancienne Brigade du Chef créée en 1912, est toujours considérée comme le plus prestigieux des services de la Police judiciaire parisienne et liée aux plus grandes affaires criminelles : de Petiot à Guy Georges. Ce livre relate le quotidien de plusieurs groupes d'enquêtes de droit commun et de la Section anti-terroriste et propose un large panorama d'affaires, du crime passionnel aux règlements de comptes liés aux arnaques à la taxe carbone, en passant par les filières syriennes.
    Quelques jours avant le début de l'immersion, un ancien flic de la BRB, devenu procédurier à la Brigade criminelle prévenait sur un ton amical : « À la BRB tu as eu affaire à des voleurs de pommes. Mais ici chaque histoire est un drame, ici, tu vas croiser le mal. »

  • Dominici a-t-il «couvert» un de ses fils? Omar Raddad est-il innocent ou coupable? Qui a tué le petit Grégory? Autant d'énigmes et de drames que la justice s'est efforcée de résoudre, même si elle a tranché en faveur d'une thèse, parfois fragile dès le début de l'affaire ou malmenée par les plaidoiries et les réquisitoires.
    Dix-huit «affaires», pour certaines criminelles, sont ici retracées par Emmanuel Pierrat, depuis la découverte des corps jusqu'à, dans certains cas, l'exécution de celui que la justice a désigné comme coupable; en passant par les péripéties de l'enquête et, surtout, les rebondissements de procès à sensation.
    Le récit de ces grands procès fait revivre les affres de Dreyfus, l'horreur de l'affaire Troppmann, le scandale de l'affaire Stavisky, les répliques de Landru, les voix de Maurice Garçon et de René Floriot, le mutisme de Gaston Dominici, la mort de Brasillach ou encore les dénégations de Maurice Papon. Chacun est illustré de documents souvent inédits, rassemblés grâce au musée du Barreau de Paris : photos, gravures, dessins de presse, articles de journaux, documents de la Préfecture de police de Paris.

  • La biographie d'un génie visionnaire, devenu l'homme le plus influent de la planète.
    Le plus secret aussi.

    À 18 ans, Zuckerberg refuse une offre de Microsoft qui aurait pu le rendre millionnaire, préférant suivre des études à Harvard. À l'université, il conçoit Facebook et fait mouche. Devenu milliardaire à 24 ans, il rachète WhatsApp, Instagram... des services utilisés par plus de 2 milliards de personnes ! Troisième fortune mondiale en 2018, il compte parmi les donateurs les plus généreux de la planète. On lui prête même l'ambition de devenir président des États-Unis... Une trajectoire supersonique sans équivalent à ce jour.

    Oui mais... Derrière les professions de foi humanistes - « un monde ouvert et connecté » - et l'altruisme revendiqué de son P-DG, que cache vraiment le projet Facebook ? Quel rôle a-t-il joué dans l'élection de Donald Trump, l'explosion des fake news ? Que deviennent les données récoltées auprès des utilisateurs ? Zuckerberg se servirait-il de Facebook comme d'un cheval de Troie au coeur de nos démocraties - quand on sait qu'il revendique sans état d'âme « la domination mondiale » ? Ou tel un Frankenstein du XXIe siècle, a-t-il été dépassé par sa créature ?

  • Quoi de neuf au Moyen Âge ? Lever le voile sur ce millénaire et battre en brèche les préjugés tenaces qui lui sont accolés, telle est l'ambition de l'exposition temporaire qui ouvre le 11 octobre 2016 à la Cité des sciences et de l'Industrie (Paris). Le livre qui l'accompagne, placé sous la direction d'Isabelle Catteddu, archéologue et commissaire scientifique de l'exposition, et d'Hélène Noizet, maître de conférences en histoire médiévale, fait appel à une équipe d'archéologues et d'historiens reconnus, qui croisent leurs savoirs pour nous offrir une approche renouvelée de la période. S'appuyant sur les résultats des fouilles récentes et sur la recherche historique, chaque chapitre porte un regard sur la vie quotidienne dans les campagnes, l'urbanisation progressive, l'art de la construction, les industries, les savoirs scientifiques, la relation à la mort... Soigneusement illustré, l'ouvrage resitue le monde médiéval européen dans un contexte plus large, en l'articulant avec d'autres fronts commerciaux qui prennent leur essor au même moment en Orient et en Afrique. Il met aussi en lumière les inventions et les innovations qui ont jalonné le Moyen Âge, tant en matière de législation, d'architecture, de techniques, de savoir-faire médicaux, de cartographie et de navigation maritime que d'expressions dont nous avons héritées. En contrepoint, les rubriques « Le Moyen Âge et nous » donnent la parole à des personnes contemporaines de divers horizons (plasticien, agriculteur bio, écolier, ...) qui nous livrent leur perception intime ou professionnelle du Moyen Âge. Autant de traces qui révèlent la pluralité du Moyen Âge, loin de l'obscurantisme auquel on voudrait le réduire.

  • Audrey Pulvar brosse le portrait d'une vingtaine de femmes aux destins exceptionnels qui ont fait des choix artistiques, littéraires, politiques ou personnels allant à l'encontre de leur époque et des conventions sociales. Intellectuelles, auteures, artistes, toutes ont défrayé la chronique et provoqué les foudres des bien-pensants. De George Sand à Marylin Monroe, en passant par Toni Morrison, ces scandaleuses se sont avérées, avec l'évolution des moeurs, de véritables pionnières. En prenant le risque de s'affranchir de leur temps, elles ont écrit l'histoire et contribué à la défense des libertés.

    Un carnet intime de leurs combats et de leurs rêves pour une Histoire de l'émancipation féminine.

  • Jacques Chirac figure aujourd'hui parmi les personnalités politiques préférées des Français. Pour autant, que sait-on réellement de la vie de celui qui est parvenu à se hisser jusqu'aux plus hautes fonctions de l'État ? Cet ouvrage ouvre pour la première fois les portes de la maison Chirac. Mêlant confidences, récit journalistique et plus de 250 photographies, on découvre les coulisses du pouvoir pendant un demi-siècle, à la Mairie de Paris, à l'Élysée, et dans l'intimité d'une famille au pouvoir. Jusqu'à l'achèvement d'une présidence de douze ans dont on se souvient aujourd'hui avec nostalgie. La journaliste Laurence Masurel revient sur le parcours politique de cet homme exceptionnel. Elle nous raconte ses combats mais aussi son goût pour les voyages ou les arts premiers. En contrepoint, Éric Lefeuvre, photographe personnel de Jacques Chirac pendant plus de trente ans, nous livre des images émouvantes laissant affleurer la personnalité intime du Président. Ensemble, ils ont réuni souvenirs et photographies afin de réaliser un portrait hors du commun.

    Laurence Masurel a rencontré Jacques Chirac pour la première fois en 1972, à 24 ans. Journaliste, éditorialiste politique, ancienne rédactrice en chef de Paris Match en charge du service politique, elle a suivi tous les hommes et femmes politiques qui ont fait l'histoire depuis une trentaine d'années. Auteur de très nombreux articles et livres, elle a récemment publié aux Éditions de La Martinière La France est ingouvernable (2017).

    Éric Lefeuvre a réalisé sa première image de Jacques Chirac, à tout juste dix-huit ans, le 1er mai 1984. Nommé photographe du maire de Paris et du mensuel d'information Ville de Paris en 1989, puis photographe privé du chef de l'État en 1995, il a suivi durant trente ans le quotidien de Jacques Chirac, aussi bien en France qu'à l'étranger.

  • Les années 30 restent dans nos mémoires comme une décennie hors du commun, rythmée par la crise financière de 1929, le populisme et la montée des extrêmes, les tensions internationales et les conflits. Notre présent apparaît comme un fascinant écho de ces années 30. Après le succès électoral de Donald Trump aux États-Unis et la montée des populismes en Europe, en Inde ou au Japon, alors que la guerre s'internationalise en Syrie et que le choc des civilisations est à la mode, ce livre en images propose un saisissant aller-retour entre hier et aujourd'hui.

  • "A partir de ma longue et large expérience pastorale, j'espère pouvoir toucher, avec des mots simples, tant de contemporains déboussolés, voire désabusés". Le Cardinal Etchegaray, l'un des Pères de l'Eglise française, proche de Jean-Paul II qui en avait fait l'un de ses principaux collaborateurs, propose dans ce petit livre des pistes de réflexion sur la plupart des thèmes qui divisent notre société en manque de repères. Le racisme, les "mal aimés" Tsiganes et Roms, le rôle de l'Eglise, l'Islam, l'écologie... De courts chapitres, inspirés et profonds, esquissent une autre société, à partir de quatre "vérités" énoncées en ouverture du livre : Il n'y a de progrès humain que dans la solidarité, entre les peuples mais aussi entre les générations. Il n'y a d'unité que dans la convergence des libertés (alors que la liberté semble parfois être un fardeau dont nous cherchons à nous décharger entre les mains des puissants). Il n'y a d'action commune que par le partage des responsabilités. Il n'y a de grandeur pour un état que par un appel au dépassement. "En ravivant ces quatre vérités toutes simples, je n'ai pas l'impression de prêcher ni de faire la leçon. Bien humblement, je voudrais regarder le visage de l'Ecce Homo et déclarer que, de Jésus et de Pilate, seul celui qui portait des chaînes était vraiment libre..."

    Sur commande
  • La France souffre d'une absence de culture du renseignement. Dans d'autres pays, il est naturel pour un citoyen de collaborer avec les services secrets et, parfois même, d'y faire des passages au cours de sa carrière. Dans notre pays, jusqu'à présent, on parlait d'espionnage en se bouchant le nez, les services eux-mêmes n'étant pas les derniers responsables de cette situation quand ils croyaient se protéger derrière un secret excessif.
    Pour la première fois, les dirigeants des services secrets français acceptent de raconter eux-mêmes leur histoire (de 1945 à aujourd'hui).
    Ce livre, riche en révélations, met sous le feu des projecteurs plus de soixante-dix ans de renseignement, à travers de nombreux témoignages et des archives totalement inédits. Parmi les intervenants, des hommes de l'ombre et des personnalités politiques majeures ont accepté de parler. Ils livrent comme jamais auparavant leur vision sur de nombreuses affaires. Tels Stéphane Hessel, Michel Rocard, Jacques Vergès, Paul Aussaresses, Jean-Charles Marchiani, Jean-Louis Bruguière, Yves Bonnet, l'amiral Lacoste, le général Jean Heinrich, Alain Juillet, Bernard Bajolet.
    C'est le fruit d'une enquête et d'un patient travail d'approche de deux ans menés par le tandem Jean Guisnel et David Korn-Brzoza.
    Le livre se structure de façon linéaire autour de cinq grandes parties, avec des focus sur les grandes affaires (de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale racontée par Stéphane Hessel, à l'affaire Clearstream, en passant par l'affaire Farewell.). Chaque partie et chapitre sont introduits par Jean Guisnel. Puis la parole est donnée aux témoins.

  • Churchill-De Gaulle

    Collectif

    Ce catalogue de l'exposition temporaire Churchill-de Gaulle, qui se déroulera d'avril à juillet 2015 au Musée de l'Armée, revient sur deux figures majeures de la Seconde Guerre mondiale et, plus largement, de l'histoire du XXe siècle.
    L'un est Français, l'autre est Anglais, ils ont 16 ans d'écart, et pourtant de nombreux points communs : traumatisme de la Première Guerre mondiale, attachement au verbe, au discours, et à la mémoire collective. Le parcours chrono-thématique, divisé en dix sections, de leur naissance à leur mort, présente ce « couple » aux relations tumultueuses, tantôt cordiales, tantôt orageuses. Depuis leur première rencontre, en juin 1940, jusqu'à leur héritage politique en passant par leur portrait, leur sphère privée, et leurs pratiques littéraires, ce catalogue suit à la trace l'exposition, qui permet de (re)découvrir deux personnalités qui ont profondément marqué l'histoire du XXe siècle.

  • A Hanovre, en avril 2016, Barack Obama a prononcé un long plaidoyer pour l'Europe, l'appelant de tous ses voeux à rester « forte, démocratique et unie », face aux dangers du Brexit, de la montée des populismes, du terrorisme... Il évoque les enjeux militaires, sécuritaires, économiques, politiques qui attendent l'Europe et donne sa vision des « rendez-vous » à ne pas manquer : la lutte contre les inégalités, une plus forte implication militaire dans l'OTAN, le soutien des pays en crise comme l'Irak ou la Syrie...Peu d'hommes politiques sont parvenus à atteindre, comme Barack Obama ou Nelson Mandela avant lui, un tel charisme planétaire ; peu d'hommes politiques sont parvenus, de leur vivant, à incarner un tel idéal, une vision qui les dépassaient.Premier afro-américain devenu Président des États-Unis d'Amérique, Prix Nobel de la paix, Barak Obama restera comme l'une des figures politiques majeures du monde occidental de ce siècle.Plusieurs de ses discours ont pris une portée historique sitôt prononcés : « De la race en Amérique », discours du 18 mars 2008 à Philadelphie, souvent décrit comme l'égal du « J'ai fait un rêve » de Martin Luther King ; le « Yes we can » de sa campagne électorale ; « Un nouveau départ », discours prononcé au Caire en 2009 sur les relations américaines avec le monde musulman...

  • Comment fonctionne une cour d'appel ? Quel est le rôle du procureur ? La loi est-elle dure mais juste ? Qu'est-ce que la présomption d'innocence ? Voici un livre clé pour aborder sans complexe les sujets les plus difficiles. En 100 infographies, faites le tour d'un sujet de société. Car un bon dessin vaut mieux qu'un long discours. "100 infographies pour..." est une collection de culture générale pour décrypter en un clin d'oeil la complexité de notre société.

  • Mon journal de geisha est un hommage à ces femmes qui perpétuent quotidiennement une culture traditionnelle séculaire, pittoresque, saine, et dont la pertinence, dans un monde moderne en plein changement, est restée intacte.
    Depuis l'écolière adolescente jusqu'à la geiko à part entière (c'est ainsi que l'on appelle les geishas à kyoto), la métamorphose de komomo nous offre un exemple passionnant d'engagement et de discipline austère.

  • Des images populaires d'Épinal aux illustrations d'artistes, tantôt livrets, albums ou cartes postales, les abécédaires ont permis à des générations d'enfants d'acquérir les premiers rudiments de la lecture par l'apprentissage des lettres. À travers 64 abécédaires répartis dans 4 thématiques (les Civilités, la Propagande, les Savoirs et les Petits), ce florilège d'alphabets aussi attrayants que ludiques nous dévoile, sur un siècle, toute la richesse d'un univers qui, au-delà de la représentation du monde de l'enfance, a aussi été le reflet de l'évolution de notre société.

    Jean Duvallon fait toute sa carrière à l'Éducation nationale. Grand collectionneur d'alphabets illustrés, il en possède plus de 1 400. Il est l'auteur du livre Les Abécédaires. Mots et merveilles publié par les éditions De Borée.
    Historienne de l'art et des images, Ségolène Le Men est professeur à l'Université Paris Ouest, membre de l'Institut universitaire de France. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les abécédaires ( Les Abécédaires français et illustrés du XIXe siècle, Promodis, 1984) et signe la préface de ce titre.

  • Die Traumdeutung paraît en Autriche en 1900 et, en France, en 1926 pour la première fois sous le titre L'Interprétation des rêves, inaugurant ainsi l'entrée dans le nouveau siècle d'un texte majeur, considéré comme l'acte de naissance de la psychanalyse.Pour Freud, la clé de notre psychisme se trouve dans le rêve : c'est le lieu de réalisation de nos désirs inconscients. Il est l'accomplissement (déguisé) d'un désir (refoulé). Mais c'est aussi un rébus qu'il faut déchiffrer. À l'aide de ses propres rêves et de ceux de ses patients, il démontre que les rêves expriment dans des images hallucinées des désirs inconscients, ignorés du rêveur et peu compréhensibles par lui. L'interprétation du rêve seule - délivrée dans le cabinet du psychanalyste - donnera les clés du sens caché.Ce livre présente de manière originale une approche de L'Interprétation du rêve en convoquant deux voix parallèles : celle d'une psychanalyste spécialiste du rêve (et de Freud) qui a sélectionné les extraits les plus significatifs du texte original et celle d'un illustrateur de renom, dont l'inspiration fait résonner les mots de Freud.

  • Quinze ans après son livre culte Les Destins brisés du rock, Bruno de Stabenrath nous livre un ouvrage vibrant sur la vie et la mort de célébrités trop tôt disparues.

  • La Corée du Nord est au XXIe siècle un ovni politique. Pays le plus fermé au monde, reclus volontaire, dont les informations ne nous parviennent que par bribes.
    Pour savoir qui sont réellement les Nord-coréens, le seul moyen était de s'introduire dans le pays en participant à un voyage touristique orchestré par le gouvernement. C'est l'aventure qu'a décidé d'entreprendre Adrien Golinelli. Partout sur ses images, des signes. l'envers pointe sous le décor. Des lieux qui portent les indices de leur propre mise en scène et des regards où perce l'individu sous l'uniforme. Dans un jeu constant sur le visible et le dissimulé, on découvre un immense théâtre, peuplé de fleurs et de missiles, mis en scène dans les moindres détails, mais où il semble qu'on a égaré le script.

  • Le nouveau projet de Pierre de Vallombreuse souhaite mettre en lumière la relation intime qui lie l'homme à son environnement, afin de promouvoir une réflexion sur l'humanité durable dont le corollaire est la protection de la nature.
    En rencontrant 10 peuples solidement ancrés dans leur territoire, et d'autres, déracinés, qui tentent de retrouver une part de leur identité, le travail photographique de Pierre de Vallombreuse montre la profonde mutation de la nature dans notre monde contemporain. Il aborde aussi l'impact des bouleversements écologiques (déforestation, réchauffement climatique, pollution...).
    Vulnérables et souvent en première ligne, les peuples autochtones sont aux prises avec des questions cruciales pour l'ensemble de l'humanité. Ils sont souvent les derniers dépositaires des savoirs essentiels à la préservation de la biodiversité.

  • Les archives Ben Gourion contiennent un document d'une importance exceptionnelle pour l'histoire du 20e siècle. En effet, de 1915 à 1972 (la partie antérieure ayant brûlé dans un incendie), David Ben Gourion a tenu un journal, jour après jour, tout en conservant, en parallèle, les lettres qu'il recevait du monde entier et même les copies-carbone des lettres que lui-même envoyait. Le journal, tel qu'il est conservé, compte 20 000 pages en hébreu. La partie qui nous concerne couvre cinq cahiers manuscrits petit format d'une cinquantaine de pages chacun. La période est cruciale : il s'agit de la naissance de l'Etat d'Israël, autour de sa proclamation en 1948. L'ouvrage sera constitué du journal lui-même, entre l'hiver 1947, date de la résolution 181 de l'ONU prévoyant la partition de la Palestine en trois états, dont un état juif, et le printemps 1949 et la fin de la guerre que cette partition déclenche, sans s'interdire de citer des extraits antérieurs ou postérieurs permettant de mieux comprendre les conditions de la création de l'Etat d'Israël. S'ajouteront des documents complémentaires tels que comptes rendus de réunions ministérielles, correspondances et photographies.

empty