L'harmattan

  • "Ces contributions montrent que le logement et les espaces qui l entourent constituent une composante fondamentale de l expérience géographique des individus. Le logement est ainsi analysé à diverses échelles, de la cellule de la prison à la multi-résidence transnationale, ou encore aux échelles intermédiaires du quartier ou de l agglomération. La première partie aborde les stratégies résidentielles, la deuxième décline des manières d'habiter autrement, en marge des normes dominantes, et la dernière partie examine les politiques de logement, leur financement..."

  • Apprendre de Bamako, un quartier urbain autoconstruit en terre

    Vincent Laureau

    • L'harmattan
    • 15 October 2020

    "La crise environnementale nous pousse à chercher de nouvelles pistes pour refonder la discipline architecturale. Cet ouvrage tire un enseignement d'un modèle urbain frugal ; il pose la question de l'urbanité en terre, depuis un petit quartier de pêcheurs Bozos situé en plein coeur de la capitale de Bamako (Mali). Qu'est-ce qu'une ville en terre ? Comment est-elle construite et entretenue ? Dans quelle mesure le matériau terre engendre-t-il une citadinité spécifique ? Ce livre assume un nouveau point de vue extérieur sur « les Suds » et propose pour « les Nords » des transferts permettant de résoudre les paradoxes liés à la transition à amorcer. - "

  • A partir du milieu du 19ème siècle, l'assainissement de la ville et du logement est devenu l'un des pivots de la lutte contre les maladies transmissibles. Voici retracé sur une longue période la montée en puissance et l'évolution de l'idée d'une correspondance entre santé, cadre de vie et habitat. Le prisme de l'hygiénisation de la vie quotidienne, d'une démocratisation de l'hygiène renvoie à des questionnements très contemporains, concernant la sphère de l'intime dans les activités humaines, mais aussi l'environnement et sa protection.

  • Fin du village ou "ghetto rural" ? misère de la France périphérique

    Olivier Chadoin

    • L'harmattan
    • 23 July 2021

    "Le sujet des petites et moyennes villes a été délaissé depuis vingt ans par la recherche urbaine, au profit de l'étude des formes de la métropolisation : il est pourtant aujourd'hui d'une brulante nécessité. Ces territoires sont largement touchés par les effets de la globalisation et de la concentration et se sentent délaissés et déclassés. Ils sont à la recherche de nouveaux leviers de développement, rêvant encore de bénéficier d'un «ruissellement métropolitain» largement fantasmé.Cet ouvrage s'inscrit dans les débats ouverts par les travaux sur la « France périphérique » et le déclin des villes petites et moyennes villes. Ce sujet est aujourd'hui largement médiatisé et relayé à la fois dans les revues scientifiques et aux niveaux médiatique et politique. Il s'agit avec ce travail, court et accessible, de répondre par une enquête ethnographique aux questionnements et débats généraux que soulève la notion trop vague de France périphérique comme aux lectures nostalgiques de ces territoires. L'ouvrage propose également des enseignements méthodologiques sur ces sujets."

  • "Mots de la ville ou mots de l urbanisme ? En ouvrant cette question, le présent volume enquête sur la spécialisation du lexique urbain. Depuis le XIXe siècle, l apparition de néologismes, de jargons parfois, a accompagné le processus d aménagement des villes. Ce mouvement s est appuyé sur la considérable mutation que celles-ci ont connue ainsi que sur l affirmation progressive de nouvelles compétences professionnelles et techniques."

  • Les personnes sans domicile sont des figures emblématiques de l'exclusion moderne. Habiter à côté des SDF, c'est être confronté à l'altérité, à la marginalité et aux inégalités sociales et économiques qu'ils représentent. En interrogeant les catégories "ordinaires" forgées par les voisins des sans-domicile, il s'agit d'appréhender comment ces personnes sont perçues et le type de réactions qu'elles suscitent.

    Sur commande

  • être logé, se loger, habiter ; regards de jeunes chercheurs

    ,

    • L'harmattan
    • 19 December 2011

    Sélection de textes issus des deux premières journées «Jeunes Chercheurs» du GIS Socio-Économie de l'Habitat, cet ouvrage témoigne d'un renouvellement des approches du logement et de l'habitat. L'accès à un logement y apparaît comme un fil conducteur, qu'il s'agisse de l'analyse des dispositifs publics ou des parcours résidentiels des ménages.

  • Depuis 2000, une nouvelle forme d'habitat populaire et spontané surgit aux abords d'une ancienne autoroute industrielle de Rio de Janeiro. Il s'agit de l'occupation par des habitants des favelas d'anciens terrains d'usines abandonnées. A partir d'une recherche ethnographique, l'auteur dégage des aspects importants qui définissent ce type d'habitat : les formes d'appropriation et de régulation de l'espace, les caractéristiques de leadership, les conflits et pratiques des habitants.

  • Les habitants de la cité de la Castellane, à Marseille, entretiennent une relation singulière avec leur centre social et leur école. Mais, depuis le début des années 90, ce lien est affecté par la stigmatisation qui pèse sur cette population. Qu'en est-il du quotidien ordinaire des habitants de la cité ? L'ouvrage restitue une enquête minutieuse et au plus près de la vie quotidienne des principaux concernés, adolescents et jeunes adultes en particulier, habitants et travailleurs sociaux.

  • A travers une approche comparative des politiques du logement et des dispositifs d'ingénierie sociale au Maghreb et en Afrique de l'Ouest, cette publication collective interroge les notions volontaristes et normatives de gouvernance urbaine et de participation appliquées au domaine de l'habitat. Les politiques de lutte contre la pauvreté et de résorption de l'habitat insalubre ainsi que la participation de la société civile facilitent-ils l'accès au logement des populations défavorisées ?

  • Logement et politique(s), un couple encore d'actualité ?

    Collectif

    • L'harmattan
    • 28 July 2014

    Les recherches présentées ici ont en commun de se situer à divers points de contact du logement et du politique. On ne saurait s'en étonner tant cette "marchandise impossible" (Topalov), est indissolument liée à l'action publique et politique. Devenu le premier poste de dépense des ménages, l'élément le plus important de leur patrimoine, mais aussi l'un des principaux marqueurs des inégalités sociales, le logement constitue un enjeu incontournable pour les politiques publiques.

  • "Alors que la politique de la ville est de plus en plus critiquée par les chercheurs, dans les médias et au sein du champ politique, cet ouvrage propose de la réinterroger. - Quelles sont les idéologies qui ont permis sa mise en place ? Comment ont-elles évolué et comment se sont elles traduites sur le terrain ? Quels sont ses effets, voulus ou non, sur les « quartiers » ? Que signifie, en d'autres termes, lutter contre le « ghetto » en France ? C'est ce que s'attache à retranscrire ce livre."

  • Mémoires et patrimoines ; des revendications aux conflits

    Collectif

    • L'harmattan
    • 23 November 2017

    "Cet ouvrage propose une réflexion sur les revendications, les contestations et les conflits, qui participent à la fabrication contemporaine du patrimoine. Cette entrée introduit au coeur de la réflexion la compréhension du patrimoine comme construction sociale, liée à un contexte temporel et géographique spécifique, et surtout à une configuration sociale qui le crée. Le patrimoine ne sera pas considéré comme existant a priori, mais en tant qu objet de revendication."

  • « Habiter la ville latino-américaine » serait-elle une expression polysémique ? Cet ouvrage explore les différents sens, les multiples formes et contenus dans l'action d'habiter une des régions les plus urbanisées du monde. Entre étude des pratiques quotidiennes, des politiques urbaines, des réseaux habitants, des frontières réelles et imaginaires, l'objectif est celui d'offrir une vision élargie, actualisée et critique de l'habitat et l'habiter latinoamericain. Propice, ce volume témoigne des transformations urbaines récentes concernant les modes de financiarisation, les impératifs environnementaux, les nouvelles formes de gouvernance, les nouveaux modes d'habiter et s'approprier la ville. Bilingue, français et espagnol, les 18 chapitres ici présentés, aiguisent une panoplie d'expériences localisées avec des influences globales et mettent en exergue des territoires insolites.

  • Qu'est-ce qu'habiter une ville soumise à l'entrechoquement des temporalités, au contraste des rythmes urbains et aux gouvernances discordantes ? Pour qui s'intéresse à la fabrique urbaine, le phénomène de l'événementialisation constitue un sujet de choix. Les grands événements, sportifs ou culturels, sont des exemples emblématiques des contradictions urbaines étudiées ici à partir des catégories du pérenne et du temporaire. Ce livre explore, dans une démarche résolument critique et comparative, des situations aussi variées que les Jeux olympiques à Rio, Pékin, Athènes et Turin, l'exposition universelle à Shanghai, la Biennale internationale de design à Saint-Etienne et le label « Capitale européenne de la culture » à Marseille. Au milieu de la frénésie événementielle devenue routinière dans des villes sous injonction permanente de performance et dans un monde urbain où le bouleversement de l'ordre et des choses a intégré le quotidien de manière accélérée, n'assistons-nous pas à un changement de pensée sur la ville ?

  • Cet ouvrage atteste l'évolution majeure des rapports entretenus entre Paris et le reste de l'agglomération, la ville de Marne-la-Vallée étant le terrain étudié. Les mobilités quotidiennes des habitants se recentrent sur Marne-la-Vallée et les mobilités résidentielles internes témoignent d'un processus d'ancrage. L'émergence de ce bassin de vie montre comment la mobilité produit de l'ancrage, et comment l'ancrage produit de la mobilité. De nouvelles questions en matière d'aménagement sont alors posées.

  • Droit au logement et mixité ; les contradictions du logement social

    Noémie Houard

    • L'harmattan
    • 26 February 2009

    Située à l'intersection de la sociologie de l'action publique locale et de l'analyse des politiques publiques, cette recherche combine une approche par le bas du logement social reposant sur l'étude approfondie de contextes locaux (quatre communes situées dans deux départements franciliens : Stains et Saint-Denis en Seine-Saint-Denis ; Gennevilliers et Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine), et une approche par le haut reconstituant les logiques ayant prévalu à la mise sur agenda du droit au logement et de la mixité sociale.
    À partir d'une centaine d'entretiens réalisés auprès des acteurs impliqués localement dans l'attribution des logements sociaux, du dépouillement systématique des publications de l'Union nationale des HLM, d'une revue de presse, et de l'exploitation des débats parlementaires des lois tournées vers le droit au logement et la mixité sociale, cette recherche met en évidence la tension existant entre le droit au logement et la mixité sociale, qui relèvent de préoccupations différentes, voire contradictoires.
    Elle montre aussi que la conception " universelle " du logement social s'est imposée au cours des années 1980, sous la pression des organismes HLM soucieux de modifier leur image de " logeur de pauvres " - évolution coïncidant avec la volonté des élus des villes concernées de diversifier leur population. Achevé au moment de l'adoption de la loi instituant le droit au logement opposable du 5 mars 2007, ce travail met en perspective le contexte préexistant à sa mise en oeuvre : une administration en miettes, un État prisonnier de textes contradictoires, des notables et des grands bailleurs sociaux devenus les vrais formulateurs des enjeux sous le coup de la décentralisation et de la contractualisation de l'action publique.
    Appréhendé à la lumière du droit au logement opposable, cet ouvrage révèle les difficultés auxquelles l'État sera confronté pour faire face à l'obligation de résultat qui lui incombe désormais.

  • Voici une plongée au coeur de l'univers mental et matériel de l'habitant, plongée éclairante pour comprendre les ressorts de ses choix résidentiels, de ses pratiques spatiales, de sa relation aux lieux qu'il traverse, occupe, transforme, qui l'encombrent ou l'aident à vivre. Le lecteur est invité à cheminer avec l'habitant, à l'intérieur de lui, pour comprendre comment il habite et pourquoi.

  • La construction des îlots insalubres ; paris, 1850-1945

    Yankel Fijalkow

    • L'harmattan
    • 3 May 2000

    En relatant l'émergence et l'évolution de la notion d'insalubrité, en établissant les liens entre les innovations statistiques décrivant l'habitat, les représentations et les politiques édilitaires, cet ouvrage d'histoire et de sociologie urbaine veut contribuer au renouvellement de la réflexion sur l'intervention publique dans les quartiers difficiles d'aujourd'hui. Attentif aux débats contemporains sur les quartiers anciens, il ouvre une interrogation nouvelle sur la continuité historique des opérations d'urbanisme dans la capitale, touchée selon les époques par des actions de démolition, de rénovation, de réhabilitation ou de mise en valeur du patrimoine.

  • Sur commande

  • Bio psycho socio eco t.1 ; écologies urbaines

    Lucien Kroll

    • L'harmattan
    • 3 May 2000

    Comme pour la passion de l'Industrialisation, après les acquis intellectuels et opérationnels du Mouvement Moderne en architecture et urbanisme, lorsqu'il était jeune, apparaissent les effets délétères, l'emballement de la machine qui se met à réaliser exactement l'inverse de ce qu'on lui avait demandé : l'industrie s'est mise à détruire la valeur du travail vécu ou confisqué, autant que l'urbanisme défigure l'image de rapports sociaux naturels qu'est le paysage habité au lieu simplement d'aider à construire l'enveloppe paisible d'une société complexe. Faut-il tout jeter ? Ou simplement faire table rase de la table rase ? Faut-il que l'architecte essaye naïvement de ne pas voir les grands effondrements des ensembles préfabriqués (qu'ils se débrouillent...) et élabore son oeuvre de solitaire, ou bien trouve des méthodes et des attitudes qui les "recivilisent" ? Et pour cela, revivre les pré-motifs à architecturer, retoucher le sol, les "gens", leur demander ce qu'ils sont et, enfin, ajouter aux ingénieries autistiques, les trésors des sciences humaines pratiques tout à fait inexploitées dans l'urbanisme et l'architecture. Il ne s'agit pas d'orner des attitudes devenues perverses, en leur ajoutant quelques précautions environnementales égoïstes : c'est là, l'ingénierie verte. C'est toute la conception qui doit réaliser les "trois écologies" : humaine sociale, psychologique et physique en "retournant" l'urbanisme et l'architecture. Une promenade de réflexions précède une série d'exemples qui l'illustre et lui donne une réalité et une légitimation que la théorie ne peut fournir.

  • Familles, mode de vie et habitat

    ,

    • L'harmattan
    • 3 May 2000

    Sur commande

  • Enfin chez soi... réhabilitation de préfabriques

    Collectif

    • L'harmattan
    • 25 February 1997

    Sur commande

  • Sur commande

empty