Littérature traduite

  • Dans l'Amérique des années 1900, Lily Bart, une jeune femme de vingt-neuf ans, aux prises avec de cruels revers de fortune, doit se frayer son propre chemin à travers les méandres de la haute société new-yorkaise. A la fois complice et victime de ce milieu étouffant, régi par l'argent et les apparences, elle est convaincue que seul un riche mariage peut la sauver. Pourtant, trop idéaliste, son but est de vivre heureuse, en refusant compromis et médiocrité. Et c'est cette grandeur d'âme qui signera sa déchéance et son arrêt de mort, dans un monde où le hasard ne joue, dramatiquement, aucun rôle. Tragédie des temps modernes, ce roman analyse avec une clairvoyance minutieuse les rouages de la société mondaine. Déjà, on y décèle les symptômes d'une condition féminine qui ne nous est pas étrangère.

    Edith Warthon (1862-1937) est considérée comme la première des grandes romancières américaines. Milliardaire, élevée à New York, elle épousa un Bostonien dont elle divorcera après une séparation douloureuse. Elle s'installe en France en 1907: amie d'Henry James, de Paul Bourget, d'André Gide, elle y demeurera jusqu'à sa mort. Comme Gertrud Stein, Nathalie Barney, Djuna Barnes, elle imposa, par une ouvre considérable, son identité de femme et d'artiste. Parmi la cinquantaine de livres qu'elle a laissés, dont une dizaine traduits en français (Ethan Frome, Les beaux mariages, Le temps de l'innocence, etc.) Chez les heureux du monde est unanimement tenu pour son chef-d'oeuvre.

  • La plage

    Alex Garland

    " On évoque le " Au coeur des ténèbres " de Joseph Conrad à propos de son récit initiatique.
    On pourrait aussi bien voir en lui un séduisant exemplaire de ce que peut produire une littérature New Age friande de frissons et d'exotisme. " Jean-Luc Douin, Le Monde. " Cette chronique d'un cauchemar annoncé se dévore comme un véritable thriller sous les tropiques. Voici un livre qui ne laisse à ses lecteurs aucun repos. " Bernard Geniès, Le Nouvel Observateur. " Ce n'est pas la morale convenue de l'histoire qui est passionnante dans ce roman initiatique.
    Mais plutôt la manière rentre dedans et simple à la fois qu'a cet enfant de la génération vidéo de forcer les portes de la littérature, son style direct et cinématographique, son art de l'ellipse, la fraîcheur distanciée du ton, exempt de cynisme. " Juliette Cope, Télérama. " La Plage est un roman postmoderne, de par ses constantes références aux codes audiovisuels. Mais il ne faudrait pas sous-estimer la relation naturelle que le héros entretient avec le monde.
    C'est un nouveau romantisme. " Claire Devarrieux, Libération. " Alex Garland nous persuade de ce que nous effleurions : l'Asie rêvée est un conte de bonimenteur. Ni paradis au goût sucré de lait de coco, ni enfer éclaboussé de sang à la Platoon, l'Asie navigue entre l'image extrême de la beauté et l'image extrême de l'horreur. " Fabrice Gaignault, Elle. " Cette plage aux reflets édéniques ressemble étrangement à une antichambre de l'Enfer.
    " N. O., Page. La Plage a donné naissance au film de Danny Boyle avec pour interprètes Leonardo DiCaprio, Virginie Ledoyen et Guillaume Canet.

  • Angel

    Elizabeth Taylor

    «Ce qu'Elisabeth Taylor a montré à travers ce récit haletant mieux qu'à travers toute prose moralisante, ce sont les dangers, les pièges de la littérature-miroir, qui s'enferme en sa propre ignorance et flatte chez le lecteur ses instincts de fuite égotiste. Angel raconte la grandeur et décadence d'une adolescente mythomane, qui deviendra l'un des auteurs les plus connus de son temps. A travers cette fresque où revit la belle campagne anglaise, un mariage avorté, deux guerres, l'existence de deux femmes recluses, ce qui est visé avec une lucide poésie, c'est aussi cela la littérature qui endort et abêtit, la médiocrité des aspirations, la sottise des illusions jamais perdues, l'entêtement des natures tyranniques qui se croient invulnérables - l'aveuglement, en un mot, de ceux qui ne veulent pas savoir. » (Extrait de la préface de Diane de Margerie) Elizabeth Taylor (1912-1975), appréciée des meilleure écrivains (Rosamond Lehmann, Elizabeth Bowen, Kingsley Amis), est l'auteur d'une douzaine de romans et de quatre recueils de nouvelles. Angel, sélectionné comme l'un des meilleure romans anglais parus depuis la guerre, passe pour le sommet baroque et tourmenté de son oeuvre. Les critiques reconnaissent une poésie de la nostalgie évoquant Tchekov alliée à l'ironie de Jane Austen - et un talent singulier, bien à elle.

  • p>sigmund freud
    max eitingon
    correspondance
    la correspondance entre sigmund freud et max eitingon -huit cent vingt et une lettres, la plus abondante connue - est un témoignage exceptionnel des rouages de la machinerie psychanalytique de 1906 à 1939.
    max eitingon vient vers freud en 1906 et fait avec lui la toute première «analyse didactique». cet échange rend compte de l'aspect historique du mouvement psychanalytique, son fonctionnement et ses crises, mais aussi des relations, en arrière-plan, des différents acteurs de ce mouvement tels que abraham, ferenczi, rank ou encore jones, que l'on trouve ici présentés sous des angles peu habituels. cette relation épistolaire, tout d'abord formelle, s'est progressivement transformée en relation amicale et affective. en effet, max eitingon parle de freud dans ses lettres, et s'inquiète de son état de santé. freud le tient au courant de l'évolution de son cancer, toujours avec cette distance pleine d'humour qui apparaît en permanence dans ses écrits. il n'omet pas de lui donner ses conseils concernant la politique que doit adopter l'association psychanalytique internationale par rapport aux scissionnaires, puis aux nazis qui étranglent la psychanalyse en allemagne, avant son exil et sa mort le 23septembre 1939.
    on découvre un adepte admiratif qui voue sa vie à la défense des idées de freud. max eitingon devient ainsi indispensable au mouvement psychanalytique et l'un de ses plus fervents défenseurs.

    max eitingon naît en russie en 1881. il part à leipzig et y obtient un doctorat de psychiatrie. en 1919, il ouvre et dirige la policlinique de berlin. il participe activement à la reconstitution de l'association psychanalytique berlinoise et devient le président de l'association psychanalytique internationale en 1927. àla montée du nazisme, il part s'exiler en palestine où il crée la première association psychanalytique du pays.


  • Man Ray à Montparnasse Traduit de l'américain par Annick Richalet et Jeanine Rovet Le Montparnasse de l'entre-deux-guerres, bien plus qu'un quartier, est un état d'esprit, et Man Ray, venu à Paris tenter sa chance en 1921 avec, pour seul bagage, son appareil photographique, en a sans doute été l'une des meilleures incarnations.
    Armé de son appareil, il noue des liens privilégiés avec les dadas et les surréalistes, mais n'en fréquente pas moins les autres artistes : il devient le photographe de tous et passe ainsi au travers des querelles qui divisent le milieu. Herbert Lottman le suit pas à pas dans ses rencontres avec James Joyce, Picasso, Brancusi, Breton, mais aussi avec celle que l'on a surnommée « Kiki de Montparnasse », avec Lee Miller et d'autres femmes de sa vie. Il est de toutes les virées, dans les cafés - à la Rotonde, au Dôme - ; dans les salons de Gertrude Stein ou de Paul Poiret. Mais, avant tout, Man Ray participe de manière décisive aux manifestations artistiques les plus importantes. Témoin d'abord, il est très vite devenu un acteur essentiel de la vie mondaine et artistique du quartier.
    Herbert Lottman, dans un récit fourmillant d'anecdotes, relate la naissance d'un photographe dont le nom est désormais indissociable de Montparnasse.

    Herbert Lottman est spécialiste de la culture française de l'entre-deux-guerres, il est l'auteur de Rive Gauche (Le Seuil) et des biographies d'Albert Camus (Le Seuil) et de Colette (Fayard).


    Illustration : Groupe Dadaïstes, 1922, détail : Paul Chadourne, Tristan Tzara, Man Ray, Paul Eluard, Jacques Rigaut.
    © Man Ray Trust / ADAGP / Telimage / Paris 2001 Couverture : Doc. Levin 23 5492-6


  • nous croyions tout savoir sur tintin.
    mais nous ignorions, parce que personne avant tom mccarthy ne nous l'avait dit, que les aventures de tintin relevaient de la littérature. cette révélation provocatrice nous conduit à jeter sur l'oeuvre d'hergé un regard dépoussiéré et à exiger d'elle des réponses que l'on attend habituellement des grands classiques. l'auteur se livre ici à une déconstruction totale et joyeuse de cette oeuvre majeure et nous prouve, chemin faisant, que tous les secrets de la littérature sont dans tintin.
    quand il aura refermé ce livre, le lecteur saura qu'il appartient désormais à ces happy few à qui hergé a toujours voulu s'adresser.

  • Le modèle social européen - son système de protection sociale notamment - est considéré par beaucoup comme le joyau de l'Europe. Grâce à ce modèle, les peuples européens se distinguent par leur cohésion sociale et l'accès aux soins pour les plus démunis. Pourtant, depuis quelques années, ce modèle social est mis à mal - le taux de chômage, par exemple, reste dangereusement élevé. Le projet européen dans son ensemble s'est vu remis en question, et la proposition d'une nouvelle constitution rejetée. Il est donc urgent de réformer le modèle social. Pour Anthony Giddens, l'état social traditionnel a besoin d'être complètement repensé. Tout comme le terme même de « protection sociale ». Cela doit aller de pair avec une relance de la croissance économique. La compétitivité de l'Europe dans son ensemble doit être revalorisée. Les acteurs européens les plus faibles ces dernières années ont beaucoup à apprendre des États qui ont su réussir. Mais des changements encore plus profonds sont nécessaires face à une diversité culturelle de plus en plus importante.

  • Paranoïd park

    Nelson-B

    Le héros, jeune étudiant, est fasciné par le parc de Portland, Paranoïd Park, où se retrouvent les meilleurs skateurs. il se laisse entraîner par un groupe de jeunes de la rue et se trouve mêlé à une bagarre durant laquelle un agent de la sécurité trouve la mort. Le héros s'interroge alors sur ses devoirs et la façon s'assumer les conséquences de cette nuit de cauchemar.

  • La guerre de fink

    Walser-M

    Stefan fink est un héros de roman hors du commun. fonctionnaire zélé, il occupe depuis dix-huit ans le même poste dans un ministère. or son parti perd les élections. le voilà injustement rétrogradé. fink se lance alors dans une guerre sans merci pour sa réintégration. mais il s'attaque aussi à une part de lui-même : stefan fink se détache progressivement de l'employé fink pour lui livrer un combat intérieur à l'issue incertaine...


    Avec un humour décapant et une précision impitoyable, la guerre de fink nous enseigne qu'on ne saurait être vainqueur que de soi-même.


    Ecrivain allemand né en 1927, martin walser est l'auteur de nombreuses oeuvres théâtrales et romanesques, notamment chênes et lapins angoras, chronique allemande (1962), le cygne noir (1964), mi-temps (1960), la licorne (1966) et, plus récemment, dorn ou le musée de l'enfance (1991).

  • Best-seller au Japon, cet essai a le grand mérite de penser - et non de juger - le phénomène Otaku. Les Otakus, ce sont ces jeunes fans de manga, de jeux vidéos ou de dessins animés, ne vivant qu'entre eux et que pour ces produits culturels dont ils ne cessent de créer et de consommer des dérivés: figurines, fanzines, romans tirés d'un dessin animé, dessins animés tirés d'une figurine, etc. Le phénomène, en perpétuelle croissance depuis les années 1980, représente aujourd'hui un marché colossal, et s'étend à l'étranger via le succès mondial du manga. Pourtant, ces adolescents en rupture ont toujours été considérés comme des autistes et personne, jusqu'à Hiroki Azuma, n'avait osé étudier sérieusement leurs oeuvres phares et leurs façons de les consommer. Son ouvrage révèle la troublante adéquation entre culture Otaku et postmodernité. Perte des repères, fin des grands récits, brouillage de la frontière entre auteur et consommateur, entre l'original et sa copie : la culture Otaku est la première culture postmoderne. La réduire au Japon serait donc une erreur, car elle a déjà commencé à séduire les jeunesses du monde.

  • Loeouvrage de Donatella Caprioglio constitue un témoignage et une réflexion sur loeune des périodes les plus cruciales de la vie doeune femme. Refusant doeaborder la question sous loeangle médical, elle a préféré interroger ses émotions, ses sensations physiques, laisser remonter ses souvenirs. Loin doeêtre une fin ou une perte, la ménopause est donc pour elle loeoccasion doeune rencontre avec une féminité nouvelle. Elle nous invite à poursuivre avec elle ce voyage initiatique.
    Le récit avance en suivant les chemins de traverse qui soeoffrent à la narratrice, décidée à assumer jusquoeau bout tout ce qui émergera à sa conscience au cours de cette transformation.
    Ainsi, en guettant les modifications de son flux menstruel, loeauteur se souvient de ses premières règles, de la réaction de ses parents, des paroles et des regards qui accompagnèrent cette entrée dans la puberté, mais aussi des mots et des gestes quoeelle-même a adressés dans les mêmes circonstances à sa propre fille.
    Cet ouvrage constitue un modèle de réflexion sur la façon dont soeélabore le sens doeune vie, à travers le désir de soeapproprier de son histoire, de comprendre et doeassumer son destin. Coeest à ce prix que le passage vers une nouvelle phase de la vie peut apparaître comme annonciateur de nouvelles potentialités.
    Dans un langage sobre, pudique, parfois ironique, toujours porté par une extrême lucidité, loeauteur relate ce combat avec elle-même et avec les autres qui soeapparente à une quête.

  • Il y a très longtemps, une jeune fille refusait de se marier. Plus d'un chasseur venait la demander en mariage mais elle repoussait tous ses prétendants. Son père, qui aurait aimé qu'elle choisisse un bon chasseur, descendant de parents habiles et bon pourvoyeur de gibier, déplorait la perte de ces gendres talentueux. Quant aux hommes des villages avoisinants, ils regrettaient de ne pouvoir posséder une bru si belle et si douée.

    Excédé, le père finit par s'écrier :

    - Autant te marier avec un renard puisque tu rejettes tous tes prétendants !

    Dès lors, on ne reparla plus de la chose.

    Pourtant, un beau jour, on remarqua des empreintes de renard tout autour de la maison. Les gens furent très étonnés qu'un renard ose s'aventurer presque sous la fenêtre. Plus les jours passaient, plus le renard se rapprochait. Finalement, les empreintes apparurent dans le couloir de la maison. Le matin suivant, on put voir le renard en personne près de la plate-forme de la jeune fille, mais il s'enfuit dès que les gens furent debout.

    Un jour, la jeune file se réveilla en sentant quelque chose de velu qui se frottait contre elle. Elle regarda attentivement et aperçut un petit renard bleu qui devint son époux...



    Dans ces contes admirables, qui constituent la mémoire vivante de la civilisation inuit, hommes, animaux sauvages et forces naturelles sont les acteurs d'une représentation continuelle : le combat pour la vie dans le décor grandiose de l'Arctique.

  • Comment stimuler les « ardentes impulsions de la chair » ou au contraire « atténuer les appétits désordonnés de vénus » ? de la renaissance à l'âge baroque, le savoir diététique et la science thérapeutique se préoccupaient de ce double problème. mille et une recettes furent mises au point par les médecins et alchimistes de l'époque (essences et élixirs mystérieux, mets savants et régimes draconiens), censées pimenter les nuits de leurs contemporains. rien n'égalait, par exemple, les vertus aphrodisiaques de la cervelle de passereau... erudit, mais drolatique, ce livre se savoure comme un fruit défendu. il retrace l'histoire d'un préjugé et d'une illusion populaires, dont on prend soin, aujourd'hui, d'ignorer les avatars et les résurgences. en plongeant dans les doctes traités sur le bon usage du capital séminal ou dans les légendes les plus invraisemblables, il restitue un monde où chacun avait la sagesse de chercher à « suivre sa nature ». professeur de littérature à l'université de bologne, piero camporesi a publié de nombreux ouvrages. ont été traduits chez hachette l'officine des sens et l'enfer ou le fantasme de l'hostie.

    Sur commande
  • "le livre de lalla romano, écrit jacqueline risset, ne raconte pas un voyage lointain, mais une histoire de proximité, celle d'un mariage, de son propre mariage. "quatre ans : les fiançailles" ; "quatre mois : maladie et mort de l'époux".

    Villes de l'italie du nord, bourgeoisie éclairée, famille. elle écrivain, lui cadre bancaire.

    Amis, habitudes, voyages...

    Et pourtant un vent lointain circule. la proximité la plus proche est vécue comme à l'intérieur d'une distance secrète, qui, étrangement, n'éloigne pas, n'appauvrit pas ce qui est vu et décrit, mais au contraire le rend éclatant, mystérieux... la recherche de la vérité est en marche. elle s'exerce sur la découverte étonnée de l'éros, sur le bouleversement progressif de la maladie, sur le silence engloutissant de la mort".


    La critique italienne a reconnu dans ce récit la plus belle oeuvre de lalla romano, dont plusieurs romans ont déjà été traduits en français.

  • Tesseract

    Garland-A

    A Manille aux Philippines, un jeune marin, Sean, a rendez-vous dans un hôtel miteux avec un gangster métis redoutable et redouté. Son destin va croiser celui de Rosa, une femme médecin mariée et mère de deux enfants, et celui d'un gamin de 13 ans, qui mendie le long des trottoirs de la grande cité asiatique et vend le récit de ses rêves à un curieux psychologue qui connaît la définition du "tesseract". Après La Plage, qui a révélé le grand talent d'Alex Garland et sera prochainement adapté au cinéma, Tesseract est lui aussi un "thriller exotique". On y retrouvera les mêmes séductions et la confirmation du pouvoir de ce jeune romancier à construire une forte intrigue romanesque. Alex Garland est-il un nouveau Graham Greene, s'est demandé sérieusement la critique anglaise à propos de ce deuxième roman

    Sur commande
  • En Allemagne, dans les années cinquante, un enfant de 13 ans, dont la famille a fui à la fin de la guerre l'avance des armées russes, raconte comment ses parents ont perdu son frère aîné Arnold. Après l'avoir longtemps cru mort, il apprend de sa mère qu'elle l'avait abandonné, craignant pour sa vie. Au cours des ans, l'enfant disparu obsède de plus en plus la petite famille, et le narrateur jalouse ce frère aîné, devenu un héros.

    Mais voici que les recherches de la Croix Rouge mettent parents et enfant sur la piste du mythique Arnold. Pour l'identifier, le narrateur doit se soumettre à des tests comparatifs. Il l'apercevra, adopté par d'autres parents, sorte de jumeau lointain.
    />
    Salué par la presse allemande Le Disparu a connu un rapide succès outre-Rhin, et a suscité l'attention de l'édition internationale.


    Né en 1952 en Westphalie, Hans-Ulrich Treichel vit à Berlin et à Leipzig. Il a publié plusieurs recueils de poèmes chez Suhrkamp. Der Verlorene, Le Disparu, est son premier roman.

  • Mala Noche Walt Curtis Préface de Gus Van Sant Traduit de l'américain par Daniel Bismuth « Il y a vingt-cinq ans, je travaillais dans une épicerie tenant du repaire d'ivrognes, où mon trop de culture, joint aux rasades rapides derrière le comptoir, me permettait de me sentir solidaire de mes clients. [...] Une poignée d'adolescents vibrants et fougueux, pareils à des rayons de soleil, se hasardaient parfois dans l'épicerie grecque. Leur esprit de jeunesse et leur indifférence au morne décor de ghetto qui les environnait captivèrent mon coeur. » Walt Curtis, 2003 « Mala Noche, de Walt Curtis, est le récit cru des amours et des chagrins glanés au hasard des rues [...]. La vie est décevante, les gamins tragiques, il y a des moments de joie et de jouissance dans des sacs de couchage souillés, et des moments d'amertume quand les flics de l'Immigration interrompent les relations intimes nouées sur la route. Ceux qui n'ont pas un amour pour la vie y reconnaîtront leurs espoirs et leurs déchirements. » Allen Ginsberg Né en 1941, Walt Curtis est une figure mythique de Portland (Oregon). Il est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes, et a traduit Pablo Neruda et Federico Garcìa Lorca.
    Mala Noche, son unique roman, a inspiré le premier film de Gus Van Sant.

    Sur commande
  • « Si vous lisez ceci, coeest que vous savez qui je suis et joeaurai atteint mon but. Je veux révéler au monde entier que Tim Griffith noeest pas celui quoeon croit. Des millions de gens adorent cet homme. Mais il ne comprend pas la vie de ses adorateurs. Et il continue de tourner des films pour faire croître leur nombre. Il fallait stopper la progression de Tim Griffith. Il fallait donner un exemple. » Ray, 28 ans, noeest personne. Coeest pour cela quoeil en veut à la terre entière. Et sa haine va grandir et se focaliser sur Hollywood et loeun de ses suppôts : la star Tim Griffith. Pour sauver le monde de la dépravation, Ray décide de rendre justice. Une noble cause quoeil servira au nom de ses semblables, les gens ordinaires.

  • À Prague, après la récente chute du communisme, Les Cosmonautes au paradis retrace l'épopée d'une bande de bohèmes dissolus, de réfugiés politiques, d'un arbitre de football, d'un policier désorienté et d'un astronaute soviétique en rade qui continue de tourner autour de la terre. Tous sont à la recherche d'une icône volée dans une galerie de Sofia.
    Tom McCarthy nous offre une pantomime métaphorique etmétaphysique à la construction virtuose, à l'intrigue délirante, aux personnages qui se déplacent à toute allure à travers toutes sortes d'espaces: physique, politique, émotionnel et métaphysique. Il en émerge une humanité à la dérive dans l'histoire et un monde proche de la désintégration.

  • Ils se désolaient, mais c'était au moins ensemble ; quand tout à coup tomba sur eux la catastrophe la plus inattendue : le pane se mit en route pour Moscou, en emmenant avec lui Ivan Zolotarenko. Celui-ci eut beau lui demander de ne pas y aller, le pane était tellement cruel, impitoyable, qu'il aurait fallu seulement s'incliner bien bas sans rien obtenir.

    - Adieu, les enfants ! dit Ivan en quittant sa famille, adieu mes clairs faucons ! Honorez votre mère, vivez en bonne entente entre vous, n'offensez personne. Adieu mes enfants chéris ! Et toi, chère femme, ne garde pas un mauvais souvenir de moi, malheureux que je suis, qui t'ai plongée dans un abîme, et qui maintenant t'abandonne. Je serai châtié pour faire couler tes larmes !

    Olessia ne pleure pas, reste immobile, blanche comme un linge, sans détourner les yeux d'Ivan, sans se dégager de ses bras. Le pane se met à crier :

    - Plus vite, plus vite !

    Ivan serra Olessia une dernière fois contre son coeur et partit en courant. Alors Olessia se ressaisit : il n'est plus là, il est déjà loin... seul un tourbillon de poussière marque sa trace.

    - Mes enfants, s'écria-t-elle, mes enfants ! Maintenant nous n'avons plus un seul défenseur, personne pour nous aider ; nous restons seuls au monde !


    Cet ouvrage rassemble un choix de contes russes écrits par Alexandre Afanassiev, ainsi que le recueil des contes ukrainiens de Marko Vovtchok, traduits en russe par Ivan Tourguéniev et présentés ici en français pour la première fois. Ces derniers peignent la vie difficile, voire insupportable, d'Ukrainiens soumis à la toute puissance des propriétaires polonais.

  • Rabbi Yohanan disait : La journée comprend douze heures. La terre qui servit à confectionner Adam fut rassemblée à la première heure. A la deuxième heure elle devint un Golem informe. A la troisième ses membres furent étirés. A la quatrième son âme lui fut insufflée. A la cinquième il se mit debout sur ses jambes. A la sixième il nomma les autres espèces. A la septième il reçut Eve pour compagne. A la huitième ils montèrent à deux dans le lit et en redescendirent quatre. A la neuvième l'ordre fut donné de ne pas manger du fruit de l'arbre. A la dixième il commit la faute. A la onzième il fut jugé et à la douzième chassé du jardin d'Eden, ainsi qu'il est écrit : Adam n'a même pas passé une nuit dans sa gloire première (Ps.49, 13).
    Cet ouvrage rassemble l'essentiel des récits légendaires du Talmud. Ecrits en un moment particulièrement tragique de l'histoire du peuple juif, ces textes, rassemblés suivant l'ordre de chronologique biblique, constituent une littérature tout à fait originale où le fantastique envahit la vie quotidienne et où le jeu de mots fleurit à chaque page.

  • Une tempête s'est levée alors que nous étions en mer... Alors lenavire sombra, et de ceux qui s'y trouvaient, pas un ne survécut. Je fus déposé dans une île par une vague de la mer et passai trois joursabsolument seul, avec mes pensées pour toute compagnie, allongésous l'abri d'un arbre, car j'avais cherché avidement de l'ombre.
    Enfin, j'allongeai les jambes afin de rechercher de quoi me remplir la bouche etje découvris qu'il y avait là des figues,du raisin et toutessortes de légumes magnfiques ; qu'il y avait aussi des figues de sycomore - des vertes et des mûres - et des concombres, comme s'ilsétaient cultivés ; qu'il y avait enfin des poissons et des oiseaux : bref,qu'il n'était rien que l'île ne contînt. Je m'en rassasiai mais dus enlaisser à terre tant il y en avait sur mes bras : puis, ayant saisi un bâtonà feu, je fis jaillir une flamme et fis un holocauste aux dieux.
    Mais soudain j'entendis comme un coup de tonnerre et pensaiqu'il s'agissait d'une vague de la mer. Les arbres se brisaient, la terretremblait. Je me découvris la face et constatai que c'était un serpent qui venait. Il mesurait trente coudées de long, sa barbe dépassait les deux coudées, son corps était recouvert d'or, ses sourcils étaient en lapis-lazuli véritable et il était dressé à l'avant. Il ouvrit la bouche vers moi qui me tenais prosterné devant lui et me dit : Qui t'aamené, qui t'a amené, bonhomme ? Qui t'a amené ? Si tu tardes à me dire qui t'a amené à cette île, je ferai que tu te retrouves en cendres...
    Cet ouvrage rassemble l'essentiel des contes égyptiens de l'époque pharaonique. D'inspiration tantôt populaire et fantastique, tantôthistorique ou mythologique, ces textes éblouissants comptent parmi les premiers chefs d'oeuvre de la littérature.

empty