Vie pratique & Loisirs

  • «Je roulais en tête de toute la bande, et je sentais qu'aucune puissance ne pourrait nous arrêter. C'était comme si j'étais devenu le chef Crazy Horse, menant la charge à la tête de centaines et de centaines de motos filant toutes à 130 à l'heure. Les gens, dans les petites villes, entendaient le grondement de nos bécanes longtemps avant de nous apercevoir [...].Je ne possédais pas des millions de dollars, je n'étais pas non plus en couverture de Time Magazine. Mais ce que j'avais, c'était le respect.
    Le respect de ceux qui comptaient sur moi.
    Après tout, je me suis dit, j'étais Sonny Barger.
    J'étais un Hell's Angel.»

empty