Sciences humaines & sociales

  • En science politique, l'analyse des politiques publiques a été l'un des domaines les plus à la mode et les plus développés à la fin du 20e siècle. Des concepts et des modèles ont été élaborés pour décoder tous les secteurs : économie, finance, environnement, santé publique, enseignement, etc. Aujourd'hui, ce sont des problématiques transversales qui s'imposent : la participation, la durabilité et le climat, la digitalisation et l'intelligence artificielle. Comment les outils classiques de l'analyse des politiques publiques nous aident-ils à les comprendre ?

    L'ouvrage expose de manière claire et condensée les apports de la littérature scientifique tant anglo-saxonne que francophone.
    Il éclaire les futurs de l'action publique au 21e siècle. Quels défis attendent les générations à venir et comment les aborder ?
    Il détaille aussi bien les acteurs que les lieux et les temporalités des décisions politiques.

  • À l'heure où l'Union européenne est une nouvelle fois mise à l'épreuve par une crise sanitaire, sociale et économique totalement inédite, le présent ouvrage analyse la légitimité et la capacité de l'Union à affirmer ses principes, ses fondements et ses valeurs, notamment la place du principe de solidarité dans son système juridique, politique et institutionnel.

    Les auteurs questionnent le lien qu'entretiennent les migrations avec l'identité de l'Union européenne. Car si les migrations sont aujourd'hui perçues comme un défi ou un problème, élément que l'ouvrage n'élude nullement, c'est sûrement parce qu'elles sont constitutives de l'originalité même de la construction communautaire, laquelle a considéré, plus que n'importe quelle organisation d'États avant elle, l'abolition des frontières intra européennes et la mobilité des personnes non comme une simple politique ou un objectif, mais comme une véritable raison d'être. Les migrations, élément constitutif de l'identité de l'Union européenne, en sont logiquement un facteur puissant de déstabilisation et d'évolution.

    L'ouvrage est né d'un colloque annuel de la CEDECE (devenue depuis l'Association française des Études européennes) sur l'Union européenne et les migrations.

  • Rassemblant les contributions de spécialistes des questions électorales originaires de Belgique, France et Suisse, ce premier tome des Traités de science politique a pour ambition de dresser un bilan comparatif des travaux existants dans le domaine des analyses électorales et de pointer leurs avancées, tant sur le plan théorique que méthodologique. Fort de 19 chapitres, il est l'occasion de mettre les recherches francophones en perspective, en soulignant ce qui les distingue mais aussi ce qui les rapproche des recherches anglo-américaines. Largement ouvert aux approches quantitatives qui dominent ces dernières depuis l'origine, ce volume se veut aussi à l'écoute des méthodologies qualitatives, parfois empruntées à d'autres disciplines (histoire, géographie, anthropologie...). C'est donc un dense compte rendu du champ des analyses électorales qui est ici proposé aux lecteur.e.s. Y sont présentés non seulement les principaux paradigmes qui traversent ce champ de recherches depuis plus d'un siècle mais aussi les nombreux débats qui entourent l'explication du comportement électoral, notamment ceux liés à la montée de nouvelles divisions, plus labiles que celles des années 1950, portées par des valeurs et des affirmations identitaires (générations, genre, sexualité, ethnicité). La prise en compte du contexte institutionnel et partisan qui enserre le vote, et une mise en perspective historique, tant dans le temps long de la politisation que celui, plus court, du calendrier électoral, apportent un regard neuf sur l'acte électoral, qui reste au coeur du fonctionnement démocratique de nos sociétés.

  • Science politique

    Collectif

    La science politique est aujourd'hui une discipline autonome enracinée dans le paysage universitaire francophone. Qu'elle soit enseignée à titre principal à l'Université ou dans les Instituts d'Études Politiques, ou à titre complémentaire dans les cursus de droit ou de sciences humaines et sociales, qu'elle soit étudiée dans le cadre des classes préparatoires aux concours, les questions qu'elle traite suscitent toujours un vif intérêt chez les étudiants et animent le débat public.

    La science politique est aussi plurielle. Elle abrite en son sein plusieurs types de démarches et de questionnements qui, sur un marché éditorial pourtant foisonnant, sont rarement évoqués de façon équilibrée dans un seul volume. Désireux de témoigner de cette réalité pour rendre service aux étudiants, enseignants et chercheurs, le pari de ce manuel est de présenter la discipline dans ses différentes branches. À cette fin, c'est un collectif de vingt-six auteurs qui a été mobilisé pour rendre compte d'une somme de savoirs dont l'ampleur défiait les meilleures capacités de synthèse individuelles.

    Ainsi, la sociologie politique, l'étude de l'action publique, les relations internationales, la théorie politique et l'épistémologie des sciences sociales se retrouvent ici évoquées à égale dignité pour rendre accessible au plus grand nombre le vaste socle de connaissances indispensables aux étudiants et à tous ceux qui désirent connaître et analyser le monde contemporain.

  • Politique comparée

    Collectif

    • Bruylant
    • 12 December 2018

    Ce troisième tome des Traités de science politique est consacré à une approche consubstantielle à la production des connaissances en sciences humaines et sociales : l'analyse comparative. De Tocqueville à Durkheim en passant par Weber, les pères fondateurs de l'approche savante du monde social et politique n'ont cessé d'user et de codifier l'importance de la comparaison dans la production des connaissances scientifiques. Dès son origine et plus encore avec son développement à partir du milieu du XXe siècle, la science politique accorde à la perspective comparée une place centrale tant dans l'étude des institutions ou des organisations politiques que dans celle des comportements électoraux ou collectifs.

    Les auteurs proposent, de manière à la fois didactive et prospective, de faire un bilan des apports de l'approche comparée en science politique. Ils veillent aussi à souligner les spécificités de l'approche comparée dans la science politique francophone pour mieux la positionner dans l'espace scientifique international. D'où leur souci de rendre compte des développements les plus récents des études comparées. Une attention particulière a également été accordée aux références bibliographiques mobilisées afin de faire de ce volume un ouvrage de référence.

  • études européennes

    Collectif

    • Bruylant
    • 10 January 2018

    Ce traité brosse un portrait complet des études européennes tel qu'elles se sont développé depuis le tournant du 21e siècle. Rédigés par les meilleurs spécialistes de la Francophonie, 20 chapitres problématisent les principaux enjeux de l'Union européenne, établissent un bilan de la littérature scientifique et dégagent les avenues de recherche les plus pertinentes. Complet et didactique, le traité mobilise les principaux débats de politique européenne comme porte d'entrée pour situer et comprendre la littérature scientifique.
    Les thèmes suivants sont abordés : le régime politique de l'Union, les acteurs institutionnels, les partis politiques et les groupes d'intérêt et la prise de décision au sein de l'Union ; les politiques spécifiques ayant trait au budget, à la régulation, au territoire, à la zone euro, à l'espace de liberté, de sécurité et de justice, à la défense, à l'éducation, la culture et la recherche, ainsi que la politique étrangère ; finalement, les principaux enjeux politiques auxquels l'Union fait face : la déseuropéanisation, les référendums et les élections européennes, l'euroscepticisme, le nationalisme et la légitimité de la construction européenne.

  • En une vingtaine d'années, la délinquance dite «sexuelle» s'est retrouvée au coeur des discours et pratiques de politique criminelle dans la plupart des pays occidentaux. Pas plus que les autres formes de délinquance, il ne s'agit d'une catégorie naturelle qui s'imposerait aux législateurs ou aux différents agents du système de justice pénale. Au contraire, c'est bien d'une construction sociale dont il s'agit et c'est à cette construction que s'intéressent les contributions du présent ouvrage : comment le système de justice pénale traite du sexe et des sexualités comme objets ? Dans quelle mesure, par quels biais et avec quels effets, cette «explosion discursive» structure les mouvements de criminalisation dans nos sociétés modernes ?

    Cet ouvrage ambitionne donc d'examiner sous un angle critique les modes de fabrication des différents registres normatifs ou de régulation et, pour ce faire, de couvrir les discours et pratiques multiples et volubiles partant de l'élaboration des normes jusqu'aux modalités concrètes du traitement des personnes reconnues comme déviantes.



    Le présent ouvrage reprend les actes du colloque organisé par l'école des sciences criminologiques Léon Cornil de l'Université libre de Bruxelles à l'occasion de son 75e anniversaire. Ce colloque s'inscrivait aussi dans le cadre du projet interfacultaire «Normes, Genre et Sexualités» organisé pour le 175e anniversaire de l'Université libre de Bruxelles.

    Sur commande
  • Titre: Crises et crispations internationales à l'ère du terrorisme, au XXI e siècle Theme1: Droit - Droit international et étranger - Relations internationales Theme2:
    Résumé: Les chercheurs universitaires et les intervenants du monde diplomatique et militaire présents à Strasbourg à l'automne 2007 et 2008 soulignent la dangerosité des crises protéiformes néfastes pour la sécurité internationale. Ils s'accordent à penser que l'ONU, voire les Organisations régionales de paix, sécurité et développement, à l'instar de l'Union européenne, seraient les mieux adaptées à la maîtrise des crises. Ils souhaitent la multiplication et la coordination de mécanismes spécifiques de prévention et de règlement des crises, avant leurs mues en des conflits violents et armés, dénommés guerres. Ils espèrent que les différends entre États se limitent à des crispations et à des concurrences industrielles et économiques, et non à des oppositions et affrontements belligènes. Ils sont conscients de la difficulté à aborder le terrorisme comme un simple phénomène crisistique, bien qu'il soit la manifestation de crises culturelles, politiques ou économiques.
    Éviter les crises dans ou entre les États est une gageure difficile. Disposer de mécanismes permanents et coordonnés d'observation et d'analyse des crispations et des crises protéiformes est une nécessité pour la paix. Limiter l'étendue et la durée des crises est à la portée des responsables des États conseillés et assistés par des amis ou alliés. Empêcher la mutation de crises spécifiques en guerres ouvertes est l'objectif espéré. Guérir les causes des crises relève de la volonté et dépend des moyens d'action politiques, juridiques et militaires de la Société internationale. Réussir à maîtriser les conflictualités inter-étatiques et les violences terroristes est le défi sécuritaire du nouveau siècle, pour garantir la sécurité du monde au XXIe siècle.
    Les membres de l'AFCES demandent aux États de faire effort pour prévenir les crises internationales. En cas d'échec, ils sont favorables à la réunion urgente d'un forum de négociations. Ils insistent sur la nécessité d'unir les efforts de la communauté internationale pour tempérer les différends entre États et vaincre les actions terroristes. Ils rappellent aux États membres de la Société Internationale leur engagement et leur obligation à assurer la sécurité du monde en ce début du XXIe siècle. Y.J.
    Professeur Yves Jeanclos, Docteur d'Etat en Droit, Agrégé des Facultés de Droit, Directeur du Centre d'Etudes de Défense et de Stratégie à l'Université de Strasbourg, Professeur Invité dans des Universités en Afrique, Amérique du Nord, Asie Centrale, Chine et Russie.
    Auteur ayant dirigé le premier numéro de la Collection Etudes Stratégiques Internationales, "La sécurité de l'Europe et les relations transatlantiques au seuil du XXIe siècle".
    Auteur de "Droit Pénal Européen / Dimension historique", éd. Economica, Collection Corpus Droit, 2009 Auteur de nombreux articles sur la Sécurité Internationale, le terrorisme et la construction de l'Europe de la Sécurité et de la Défense."

  • Le concept de précédent renvoie à la valorisation du passé jurisprudentiel. De prime abord, il apparaît peu adapté à une pratique du juge européen des droits de l'homme résolument orientée vers l'interprétation dynamique du texte conventionnel. Pourtant, tel un palimpseste, la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme laisse apparaître les traces de sa construction. Le recours aux arrêts antérieurs dans la motivation des jugements témoigne en effet de la continuité, de la maturation, de l'évolution, ou des ruptures ayant conduit à la solution présente. Ces références sont abondantes, la Cour européenne des droits de l'homme n'hésitant pas à considérer « qu'il est dans l'intérêt de la sécurité juridique, de la prévisibilité et de l'égalité devant la loi qu'elle ne s'écarte pas sans motif valable des précédents ». Dans ces conditions, se pose la question de l'appropriation du concept en vue de son intégration dans le système européen. Est-il un simple artifice rhétorique ou une véritable limite à l'activisme du juge ?

    La recherche entreprise s'est fondée à titre principal sur l'analyse en première main de l'abondante littérature anglo-saxonne disponible sur la question du précédent ainsi que sur l'analyse des arrêts de la Cour européenne des droits de l'homme. Cette méthode a permis de lever le voile sur l'instrumentalisation dont fait l'objet le concept : il est appréhendé par le juge européen comme un outil de persuasion et de justification de son action. En dépit d'une grande perfectibilité, tant au niveau de la pertinence que de la transparence du recours aux arrêts antérieurs, l'acclimatation de la règle du précédent à l'environnement strasbourgeois en fait l'un des instruments de légitimation les plus efficaces auprès des différents auditoires, et principalement des États membres : légitimation de la jurisprudence de la Cour et plus globalement de son entreprise de construction d'un système cohérent de protection des droits de l'homme.

    L'ouvrage est issu d'une thèse honorée du prix de l'Institut des Droits de l'Homme du Barreau de Montpellier.

  • Etre citoyen en démocratie ne consiste pas seulement à exercer le droit de vote.
    C'est aussi être impliqué dans le devenir d'une société dont chacun est responsable. Celle-ci se construit quotidiennement à travers des actes et des comportements qui sont inséparables de nos convictions et de nos choix. Etre citoyen, c'est donc aussi agir avec soi et sur soi. C'est être souverain sur soi. Pour être citoyen, il faut donc le vouloir, le concevoir, et trouver la bonne mesure, car nous ne sommes pas souverains de droit divin.
    Pour le dire autrement, nous devons apprendre à être libres, au coeur même de notre finitude.

    Sur commande
  • Relations internationales

    Michel Drain

    • Bruylant
    • 14 November 2018

    L'ouvrage synthétise de manière claire et ordonnée les connaissances nécessaires à la compréhension des relations internationales. Il fournit une analyse détaillée des transformations du système international depuis 1945.

  • Si les notions de populisme, de droite radicale et d'extrême droite sont souvent utilisées dans un sens flou, et qu'elles s'apparentent même parfois à des injures, elles continuent à structurer le débat public, et surtout, elles restent plus que jamais des concepts complexes mais utiles en Science politique.

    Avec de nombreuses contributions qui couvrent différents pays d'Europe, des approches comparatives et des analyses transversales, l'ouvrage offre un regard approfondi sur la question de l'extrême droite en Europe en 2016. Il prend d'abord la mesure de l'évolution des phénomènes depuis plus de trente ans, et intègre ensuite, dans la réflexion, la naissance de dynamiques, certes connexes, mais déterminantes. Ainsi, à l'approche « pays par pays », il ajoute des travaux sur les rapports entre l'extrême droite et la construction européenne, sur le rôle d'Internet dans la structuration de certains mouvements et dans la circulation des idées, sur l'évolution du discours raciste et l'émergence d'un langage codé face à la législation antiraciste, il propose également une réflexion sur la question de l'islam comme nouvelle cible de nombreux partis classés à l'extrême droite de l'échiquier politique.

    Au final, l'ouvrage offre un portrait complexe et extrêmement diversifié d'un phénomène global en pleine mutation. Il s'adresse aux universitaires qui s'intéressent à la démocratie face aux mouvements radicaux, plus particulièrement en Science politique, en Sociologie politique, en Communication et en Histoire. En parallèle, il offre un cadre d'analyse relativement accessible pour les journalistes et les commentateurs politiques qui couvrent la question des populismes et des radicalismes en Europe.

    Sur commande
  • La première partie de cet ouvrage est consacrée aux limites des compétences régionales dont l'articulation entre les compétences régionales et communautaires et la situation d'exception de Comines-Warneton. Sont examinées, dans la seconde partie, les innovations intervenues dans le domaine électoral, notamment la présence des hommes et des femmes sur les listes électorales, et les nouvelles conditions d'éligibilité visant à écarter les candidats qui ont un profil liberticide. Le domaine communal est décrit dans la troisième partie avec un éclairage complet sur la composition et le fonctionnement des institutions communales. La quatrième partie concerne les centres publics d'action sociale, leurs organes et les synergies opérées avec la commune. Enfin, la cinquième et dernière partie traite du domaine provincial, et plus particulièrement des innovations apportées aux institutions provinciales.

    Sur commande
  • Politique des etats africains Nouv.

  • « Espace de terres entouré d'eau de tous côtés », telle est la définition classique de l'île (Littré). Mais derrière cette conception simple, se cache une très grande diversité de situations insulaires. L'insularité est, en effet, un phénomène tout à la fois spatial et social : jouent non seulement les influences maritimes, l'isolement des terres continentales, mais également l'occupation humaine (dans ses différentes approches quantitatives et qualitatives).

    Si la thématique de l'insularité a fréquemment été traitée par les chercheurs, elle ne l'a que rarement été sous l'angle de la sécurité et de la conflictualité.

    L'option choisie dans cet ouvrage est la multidisciplinarité. Sont en effet présents aussi bien des politistes, des économistes, des sociologues que des juristes.

    /> Plusieurs thématiques sont étudiées: la diversité des situations insulaires et des statuts des îles, les discours et représentations de l'insularité, les usages stratégiques de l'insularité tant au regard des contraintes internes que des stratégies internationales. Cet ouvrage est l'occasion d'aborder, entre autres exemples, aussi bien des questions militaires, juridiques, de souveraineté, linguistiques ou environnementales.

    Sur commande
  • Titre: La Russie, puissance énergétique : de l'arme politique aux logiques de marché Theme1: Droit - Droit international et étranger - Relations internationales Theme2:
    Résumé: Depuis l'effondrement de l'empire soviétique et la décomposition de sa puissance militaire, la Russie est en quête de grandeur et de prestige. Possédant d'importantes réserves de gaz et de pétrole, elle a acquis - au cours des dernières années - le statut de "superpuissance énergétique". Faut-il alors craindre qu'elle n'use de cette "arme" comme levier d'influence pour rétablir son rang sur la scène internationale?
    La "guerre du gaz", ayant opposé la Russie à l'Ukraine en janvier 2006, a provoqué - notamment en Europe - un large débat sur la fiabilité de la Russie en tant que partenaire énergétique. Pour certains, la Fédération russe est restée un fournisseur stable et sûr de gaz et de pétrole ; pour d'autres, elle est désormais devenue - du fait de ses ambitions géopolitiques - source de nuisance et d'insécurité.
    Cet ouvrage a pour objet d'évaluer le risque réel que présente la Russie du fait de sa puissance énergétique. Il propose d'analyser ses principaux partenariats (avec les républiques postsoviétiques, l'Europe, les États-Unis et la Chine) non seulement sous l'angle politique, mais aussi selon les logiques de marché. Appréhendée en ces termes, la politique énergétique de la Russie prend un sens nouveau. Dépendante de l'exploitation de ses hydrocarbures, la superpuissance russe deviendrait-elle donc un simple mythe?

    Annie Jafalian est chargée d'enseignement et de recherche à l'Université Jean Moulin - Lyon III (Faculté de Droit, Centre lyonnais d'études de sécurité internationale et de défense). Spécialiste des politiques de sécurité dans le Caucase du Sud, elle a élargi - depuis plus de dix ans - son domaine d'expertise aux stratégies énergétiques des États riverains de la mer Caspienne, et plus généralement des républiques post-soviétiques. Elle a récemment publié "Le Caucase, carrefour énergétique", Questions internationales, mai-juin 2009, n° 37, pp. 52-59.

    Sur commande
  • Ce recueil d'études, hommage de la communauté scientifique et des collègues et amis du professeur Josiane Tercinet, rassemble une sélection de ses publications - chroniques, études de cas et synthèses critiques - consacrées à l'analyse du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Il propose une documentation rigoureuse et constitue une contribution scientifique précieuse pour la doctrine du droit et des relations internationales touchant à la sécurité.

    Il se décline en quatre parties majeures :



    L'état des lieux et le suivi des opérations de paix ;

    La régionalisation versus universalisation du maintien de la paix ;

    Les acteurs et les objets du maintien de la paix ;

    Les réflexions et les analyses sur le maintien de la paix et de la sécurité internationales.



    Résolument ancré dans une approche interdisciplinaire conjuguant harmonieusement le droit du maintien de la paix et la géopolitique, l'ouvrage apporte un éclairage lumineux sur les mutations profondes qui ont affecté le maintien de la paix depuis sa création, qu'il s'agisse de la diversification de ses opérations et de ses acteurs, de la complexification grandissante des modalités de ses interventions et des nécessaires articulations entre leurs différents niveaux, onusien ou non.

    Loin d'être prisonnières du passé, ces analyses de 1988 à 2011 témoignent d'un esprit d'ouverture stimulant : clairement orientées vers l'avenir, elles explorent de multiples pistes de réflexion pour une rationalisation du maintien de la paix et pour l'amélioration de son efficacité.

    L'ouvrage intéressera les experts internationaux et les professeurs, les chercheurs et les étudiants en droit international et relations internationales spécialisés dans les domaines de la sécurité internationale et de l'action du Conseil de sécurité en matière de maintien de la Paix.

    Sur commande
  • La nomination des lieux constitue depuis toujours une pratique sociale fondamentale et fondatrice du " vouloir vivre ensemble " des groupes sociaux. Les enjeux politiques de cette pratique sont évidents mais cependant, la toponymie a longtemps été marginalisée : souvent pratiquée par des érudits locaux, elle a eu et a toujours beaucoup de difficultés à être reconnue comme une discipline à part entière digne d'être enseignée au niveau universitaire. Mais la situation est en train d'évoluer positivement.
    Les études réunies dans cet ouvrage sont issues de deux colloques organisés à Bordeaux dans le cadre du Programme quadriennal de recherche du Ministère français de l'Éducation Nationale et de la Recherche / Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, intitulé Lieux, territoires, mémoire (Thème: " Contacts de langues et frontières "), dans une perspective interdisciplinaire et dans le but de lancer des travaux de recherche sur les enjeux politiques, administratifs, juridiques et sociolinguistiques de la nomination des lieux dans un environnement plurilingue.
    Ce caractère interdisciplinaire ressort clairement puisque des sociolinguistes, des géographes, des politistes, et des acteurs des politiques toponymiques ont collaboré à cet ouvrage.
    Ces études illustrent également bien la diversité des pratiques toponymiques dans le temps et dans l'espace : les aires géographiques couvertes témoignent de cette direction : Afrique du Sud, Turquie, Slovaquie, Canada, France, Bretagne, Pays Basque, Grèce, Macédoine, Albanie, Lettonie. Tous ces textes parlent de pratiques contemporaines, mais il ne faudrait pas oublier que ces pratiques ont toujours existé et que les politiques toponymiques actuelles menées tant au niveau des États que des régions ou des municipalités, qu'il s'agisse de récupération ou de reconquête linguistique impliquant la redénomination de noms existants, supposent des pratiques antérieures remontant très haut dans l'histoire.
    Cet ouvrage a pour ambition de mieux faire connaître la nature et l'étendue des pratiques toponymiques et d'inciter les lecteurs à s'interroger sur le pourquoi et le comment des noms de lieux et des enjeux multiples qui ont présidé à leur dénomination, qu'il s'agisse de noms proches ou éloignés dans le temps ou dans l'espace.

    Avec les contributions de : Salih Akin, Joan Becat, Etienne Boisserie, Zane Cekula, Hervé Guillorel, Jur'gis Kavacs, Roseline Le Squère, Sylvie Lejeune, Joël Pailhé, Kiriakos Papoulidis, Vita Strautniece.

    Sur commande
  • Antidiscrimination law is changing rapidly throughout Europe.
    It is moving from standard-setting to practical implementation. Pressed by civil society movements and international bodies tasked with monitoring equality, policy-makers are in search of new and more effective modes of combating discrimination and promoting equality. The issue of the processing of data relating to ethnicity and religion has become central to these developments. The availability of such data is recognized as playing an increasingly important role in the fight against discrimination.
    In order to elaborate policies designed to promote equality, States must be able to identify the nature and extent of discrimination, the groups affected by discrimination, and the fields in which discrimination occurs. To this end, they must have access to sufficiently precise information on the situation of members of vulnerable groups in the diverse fields of social life, such as employment, education or housing.
    In addition, the regular production of new statistical studies enables public authorities to monitor the implementation of equality policies and assess their impact. Private actors such as employers who aim to develop an equality plan in their company must have the means to assess the extent to which potentially discriminated groups are adequately represented in their workforce. Finally, the laws of several European Union member States allow the person who claims to be the victim of discrimination to have recourse to statistical data to prove indirect discrimination.
    However, in many European countries, the collection of data needed to fight racial and ethnic discrimination remains a matter of public controversy. And existing personal data protection legislation is often seen as an obstacle to the processing of such data, which international and European norms treat as highly sensitive. This book maps this debate, at a moment when it is emerging on continental Europe; and it seeks to move the debate forward.
    The authors explore to what extent and under which conditions the data needed to combat racial and ethnic discrimination can be collected, while fully respecting the rights of individuals. They clarify the implications of personal data protection under European law. Additionally, they discuss the issues raised by the construction of racial or ethnic categories, and by the choice of the criteria which will be relied upon to classify individuals into such categories.
    The analysis is based on international human rights law as well as on the laws and practices of several states. These various practices are reviewed in order to highlight the tensions and difficulties raised by the enterprise of classifying individuals into racial or ethnic categories for the purposes of anti-discrimination policies. The authors conclude that human rights standards, and in particular the right to privacy, do not preclude the collection of data on racial or ethnic origin for antidiscrimination purposes, although they define fundamental safeguards and limits that constrain the extent to and the manner in which this type of information can be gathered and processed.

    Sur commande
  • Le Liban a été historiquement l'objet d'intérêts étrangers conflictuels.
    L'idée d'une identité nationale y a été faible, en comparaison avec les multiples affiliations et loyalités, toujours manipulées par les puissances et idéologies étrangères. Le Liban représente un modèle spécifique, où les pressions extérieures dépassent la capacité opérationnelle de résistance du système. Le drame du Liban consiste en son point d'application, qui le laisse l'enjeu des politiques régionales.
    La thématique de l'interaction entre la stabilité intérieure et la sécurité régionale, remet en cause la dialectique de l'interne et de l'externe dans le contexte Proche-Oriental, où les frontières politiques sont entremêlées avec les limites de sécurité, et où les changements régionaux et la polarisation sont très énergétiques et inconstants.

  • La présente publication a pour objet de présenter le compte rendu des discussions qui ont eu lieu dans le cadre du colloque organisé, les Samedi 7 et Dimanche 8 semptembre 2002 à Bruxelles, par les Fondations Paul-Henri Spaak et Frank Boas, en association avec le Center Weatherhead for International Affairs de l'Université d'Harvard, sur le thème de : "Les relations transatlantiques - Un an après le 11 septembre".

    Les débats ont porté sur les trois thèmes suivants :
    - Les relations entre l'Europe et les Etats-Unis;
    - La Convention européenne;
    - La situation économique et l'euro.

empty