Benevent

  • Objectif trente juin

    Robert Briquet

    • Benevent
    • 13 September 2011

    Un jeune chef d'école découvre toutes les facettes de son nouveau métier. Surtout les faces cachées. Avec un humour omniprésent, tendre ou caustique, parfois féroce.
    De surprises en aventures, de découvertes en pas de danse, de fêtes en poursuites, il vous entraîne avec son équipe d'enseignants, sur un rythme endiablé, dans une sarabande de péripéties hilarantes, désopilantes.
    Il côtoie, rencontre, travaille avec des personnages étonnants, drôles ou surprenants.
    Il découvre avec surprise qu'être chef d'école, c'est exercer dix métiers à la fois.
    L'aventure est derrière la porte ! Parfois même dans le bureau. Toujours renouvelée. Haletante.
    Son objectif : survivre à son année scolaire et atteindre le trente juin.
    L'école comme vous ne l'avez jamais vue ! L'école comme vous ne l'avez jamais imaginée.
    Ce roman est destiné aux chefs d'école, à ceux qui vont l'être, à ceux qui l'ont été, à ceux qui n'ont pas pu l'être, à ceux qui ne le seront jamais, à ceux qui n'ont pas voulu l'être, à ceux qui un jour ont fréquenté l'école. Aux enseignants, aux élèves, aux parents. Bref à tous. et surtout à ceux qui aiment rire.

  • La vie

    Payret Alice

    Pour Alice Payret, qui a présenté déjà une dizaine de livres, cette conclusion que nous essayons de formuler se dégage de toute sa production, variée et riche, de toute sa vie. Plus que jamais, c'est ici une succession de notes chantantes et brèves, par des mots simples, aussi simples que ses encres de Chine, aussi parlantes et spontanées. Peut-être, peut-on dire, qu'elle ne calcule pas longtemps ses mots ! Sans doute ne voulait-elle pas s'attarder.

  • La trace d'un géant

    Hédi Jouini

    Musicien auteur compositeur et interprète par héritage, batteur de Claude François, Mike Brant, Earl Lett, sax de Ike and Tina Turner, Errol Garner, Manu Dibango, Myriam Makéba et d'autres... L'écriture s'est imposée à moi après une longue réflexion qui prendra sa source à la disparition de mon père, Hédi Jouini. Enfant, je n'ai rien connu de ce père si peu présent. J'ai mal vécu ses absences répétées ; le manque d'amour et de sollicitude de sa part, ses interminables voyages professionnels vont faire naître en moi un désamour qui s'installera durant mon adolescence et perdurera. Mais à sa disparition en 1990, j'ai mis le nez dans une montagne d'archives le concernant, et au fur et à mesure que je pénétrais son univers, l'homme qui dans mes souvenirs d'enfance semblait inabordable, autoritaire et toujours absent, focalisé sur son art, la musique, allait prendre l'allure d'un géant de la chanson arabe, ce que j'ignorais totalement et que j'allais découvrir. J'ai compris alors qui était Hédi Jouini et je suis tombé en amour pour ce père qui m'a tant manqué.

  • C'est après cette partie de vie, entre l'enfance et l'âge viril, le premier temps des choses passées, où l'adolescent devient homme et responsable, que je ne pus supporter cette action de violence par abus d'autorité, perpétrée par les intrus du IIIe reich.
    Authentique est la narration des faits vécus pendant la période où, les Français ne voulant plus subir l'invasion barbare de l'Allemagne, je pris part - à 20 ans, conscient de tous les risques, de toutes les difficultés -, aux combats menés par la résistance française pour en chasser les malséants.
    Ce témoignage est une marque de respect devant la dignité de ces hommes d'honneur, résistant à l'occupation allemande, qui, en me soustrayant à la déportation au péril de leur vie, sauvèrent la mienne.
    Malgré l'estime, le respect et la vénération qui n'ont cessé de m'habiter, ce n'est qu'à titre posthume, par gratitude en souvenir du bienfait reçu, qu'il m'a été essentiel de les nommer.

  • Au Maroc

    Alice Payret

    • Benevent
    • 12 January 2009

    Dans ce 8e livre, Alice Payret nous fait revivre au Maroc dans les années où ce pays est arrivé à se libérer du Protectorat de la France, d'une façon assez bien conduite, avec un minimum de difficultés.
    Le récit, toujours sobre, cependant près de la vie d'Alice, est suivi de photos de l'auteur, ainsi que d'une série de dessins originaux à l'encre de chine.
    Une deuxième partie du livre est constituée de lettres reçues par l'auteur après son départ du Maroc. Ce sont des témoignages, écrits avec une grande spontanéité, par quelques élèves qui deviennent des amis, dans une correspondance où apparaît leur vie au lycée et dans leur pays.
    Ia. Matviichine

  • Le temps des cerises

    Neel

    9782756321394R Le temps des cerises [...] " - Et bé, Maïu, c'est bien le moment de piquer un roupillon. On vit des heures historiques et ce gros égoïste ronfle tout ce qu'il peut à côté de la fraternité retrouvée. Regardez-moi ça. La gauche et la droite, Frachon et Tessier, Marianne et Marie qui se serrent la main. On n'a jamais vu ça.
    - Bon goui ! Francine, pince-moi si je rêve. C'est encore mieux qu'à la Libération. Alors, dis, la grève est reconduite ? Qu'est-ce qui s'est passé ? J'ai eu un petit moment d'absence... Les pages d'histoire, moi, ça me fait dormir...
    - La grève continue. Tout le monde est d'accord. Il va y avoir une grande journée de manifestation dans toute la ville. Du jamais vu. On va gagner, Maïu, les patrons vont plier. C'est pas Dieu possible de voir ça. Tenez, faut que je vous bise, Maïu, c'est trop de bonheur ! " [...] Croiser deux histoires, l'une sociale, l'autre individuelle, surgies à l'époque de l'après Seconde Guerre mondiale, dans une petite ville ouvrière du département de la Loire, c'est ce qu'a tenté l'auteur qui a créé une fiction et qui ne veut pas jouer à l'historien.

    Le récit alterne les descriptions et les dialogues, refusant toute nostalgie qui enfermerait le lecteur dans un passé révolu. Les personnages qui vivent au début de la IVe République ont des colères, des enthousiasmes, des idéaux que ne renieraient pas les enfants, les femmes et les hommes du début du XXIe siècle. L'auteur a choisi précisément de privilégier l'humour et la poésie, deux tournures d'esprit qu'on voudrait éternelles.

  • La malédiction

    Jacques Garcin

    Le prix de la liberté sera cette malédiction, qui scellera à jamais leurs destins à tous et le rêve d'émancipation de l'un d'entre eux deviendra au fil du temps un cauchemar pour le reste de la famille. Ni le temps ni la bienveillance d'un oncle dévoué ne parviendront à éloigner ces fantômes qui vont continuer à rôder autour des vivants jusqu'à ce matin froid de janvier.
    Ce roman est tiré d'une histoire authentique plus terrible encore. De la famille frappée par l'épreuve, nul n'est resté pour témoigner. Enfants, quand d'aventure nos jeux nous entraînaient vers ces pierres calcinées où les ronces partaient à l'assaut des maigres murs encore debout, nos parents apprenant le soir nos escapades nous grondaient avec dans la voix un mélange de crainte et de colère :
    " N'approchez pas de la malédiction "

  • Autant l etre

    Bartoli

    Ma Belle ! ô fruit de mes passions/J'ai grâce à toi de l'ambition./De l'espérance et du bonheur/Tu me donnes du baume au coeur !/ô Belle ! ô fruit de mon amour Il en est que je le savoure,/Il en est tout rempli de pleurs./Et si grand que le premier jour/ Cela me sera pour toujours/ Auprès de la plus jolie Fleur ?

  • Le client est venu. C'est déjà ça.
    Thomas se décide à aller lui parler pour lui faire ses dernières recommandations. Jérémy a mis un pantalon vert à carreaux et une veste de costume bleue à rayures. À gerber. Il a même pensé à la pochette blanche pour faire élégant et compléter sa tenue et Thomas n'en revient pas : Mais... mais putain... c'est pas possible... ta pochette c'est une feuille d'essuie-mains... je meurs... pas croyable ! Garde-la, ça va émouvoir le Tribunal, fais la sortir plus pour qu'on la voit bien. Génial ! T'es une vedette. Comme revigoré, l'avocat sent l'énergie lui revenir et, sans mentir, s'il devait plaider à cet instant il péterait tout. Mais l'audience dure et son dossier tarde à être appelé. La motivation repart et la tension artérielle monte. Il sent que sa poitrine et sa tête se resserrent.

  • Fragments du labyrinthe

    Xavier Mattele

    • Benevent
    • 16 February 2011

    Ces Fragments du labyrinthe se présentent à la fois comme la mise en forme poétique d un journal de bord intime et sinueux et comme l écho sensible du monde à travers la voix d un homme. Ces poèmes sont ainsi autant de pierres blanches, de pétales de fleurs, aux formes changeantes, posés sur le sol en parcourant le chemin et visibles pour les autres voyageurs. X.M.

  • Non de dieu

    Margot

    Sommes-nous dans un monde athée ou théiste? Comment définir ces deux options? Existe-t-il une intention derrière l'apparition de la vie? Un sens? Une finalité? Comment mesurer ces propriétés de façon rationnelle et objective? Mathématiques, physique, sciences de la vie, philosophie, hasard seront au coeur d'une enquête qui n'épargnera ni les dogmes religieux, ni certains poncifs pseudoscientifiques. Cet essai, dans un langage accessible, rigoureux, et non dénué d'humour et de clins doeil, ouvre un débat pertinent et s'engage dans des considérations qui dérangeront les deux camps et ébranleront bien des croyances et certitudes. Ni plaidoyer, ni réquisitoire, cette enquête suggère que l'ultime vérité pourrait emprunter à la fois à l'athéisme et, sans doute plus encore, à un théisme «raisonnable», pour tenter de résoudre l'intrigante question de notre existence. De formation scientifique, l'auteur, ingénieur en télécommunication, a analysé en profondeur la contradiction apparente entre l'irrationnel métaphysique ou religieux et le matérialisme scientifique. Sortant délibérément des sentiers battus, ses conclusions sont livrées dans cet essai percutant.

  • Chemins

    Claude Ivars-Scalingi

    • Benevent
    • 1 December 2010

    Cinq femmes venues d'horizons différents, petites gens des quartiers populaires de Marseille, cinq amies qui ont en commun le désir de liberté et le besoin de donner un sens à leur vie.
    Il y a Eva, femme libre qui a voulu créer son entreprise pour le rester, et Marie, son amie de toujours, mère au foyer qui refuse une vie morne sans accomplissement personnel. Autour d'elles gravite Lise, blessée très jeune par la mort brutale de son mari. Anaia a dû quitter sa Kabylie natale pour échapper à un système tribal mortel, et Jeanne, une Haïtienne de Port-au-Prince a choisi l'exil plutôt que la misère.
    Des rencontres vont faire basculer leurs vies, des personnages forts vont s'intercaler, modèles ou partie prenante qui accompagneront leurs choix.

  • La clé du pouvoir

    Samantha Hernandez

    Cathy a une vie paisible et tout ce qu'il y a de plus normale jusqu'au jour où tout va basculer.
    À partir de ce moment-là, elle va devoir faire face à son passé, l'accepter pour pouvoir avancer et accomplir sa destinée.
    Un monde empli de magie, de rêve et d'espoir s'ouvre alors à elle. Mais ce monde n'est pas parfait : elle devra apprendre à faire confiance, vaincre ses peurs et croire en elle pour réussir.
    Arrivera-t-elle à accomplir son destin ?

  • Retour de damas

    Breynaert

    C'est l'histoire d'une « déconversion », aussi brutale que le fut la conversion de Saint Paul sur le Chemin de Damas.
    Rendu libre de se poser toutes sortes de questions, et surtout libre d'analyser toutes les réponses possibles, l'auteur fait une relecture des trois monothéismes, en s'attardant davantage sur le christianisme, sa religion d'origine. S'appuyant sur ses souvenirs comme sur son expérience, il montre l'incohérence de certains dogmes par rapport à la cohérence d'un monde sans Dieu. L'auteur propose aussi à ses lecteurs de partager le nouveau sens qu'il a dû donner à sa vie lorsqu'il a pris conscience qu'après la mort il n'y avait rien.
    On ne sort pas indemne d'une longue période de réflexion. L'ouvrage est aussi un témoignage de l'évolution personnelle de l'auteur. « Acte d'admiration » pour un homme nommé Jésus, réquisitoire contre le comportement de leaders religieux à travers l'Histoire, plaidoyer pour les religions lorsqu'elles sont dénigrées, ce livre est plein de contrastes et surprendra ses lecteurs. Il interpelle également les dirigeants des trois monothéismes pour qu'ensemble et avec l'aide de tous les hommes de bonne volonté, ils se préoccupent davantage des hommes que de Dieu.

  • Retour a l homme

    Baudin

    Nous le sentons tous : nous sommes engagés dans une "civilisation de mort".
    On ne peut que constater l'échec des Etats, des religions, des idéologies et de la science. D'où la nécessité d'un retour à l'homme. Chacun doit pouvoir penser par lui-même, user de sa part de vérité pour accéder à la Vérité Universelle, à condition de fonder cette recherche sur l'intégrité personnelle et la bonté du coeur. Un processus qui aboutira à la connaissance d'un Dieu ni juif, ni chrétien, ni musulman, ni hindou, ni chinois, etc., qui ne sera ni violent, ni coléreux, ni impatient, ni menaçant, ni vengeur.
    Nous verrons alors que notre destinée ultime n'est pas la mort, mais le bonheur et la félicité à jamais.
    />

  • Voici le second carnet de voyage d'Alice Payret en 1987 à travers la Pologne, du Sud au Nord, dans un temps où le pays bougeait vers un autre avenir.
    Le parcours était bien organisé, avec une semaine à Varsovie où s'est déroulé le Congrès du centenaire de l'Espéranto. Les rapports avec des participants ont été très fructueux et des amitiés profondes sont restées, qui se sont exprimées par la suite d'une façon suivie et très amicale.
    Dans l'ensemble, ce ne sont que vues bien personnelles, par quoi l'auteur dégage l'essentiel de ce qu'elle a pu approcher de ce pays, des impressions qu'elle en a gardé et dont elle a voulu donner l'écho, sensible et riche d'images.
    Le récit, assez rapide, est bien illustré, outre les photos nombreuses, par d'élégants dessins inédits de l'auteur, à l'encre de chine.
    Ia. Matviichine.

  • À l'âge de vingt-deux ans, Arnaud, touché par la foi, quitte son Congo natal pour la France, le 15 septembre 1996. Comment être Africain en Europe ? Il nous raconte la nostalgie d'un passé africain, sa découverte des « ancêtres les Gaulois », ses rencontres riches en amitié et en partage, ses doutes sur sa vocation, son attention envers les petits, sa rencontre de la souffrance, ses réflexions sur la foi et l'amour, et son interprétation de la finale de foot entre la France et l'Italie !
    C'est réellement le journal d'un curé africain en campagne française. À coeur ouvert, le jeune prêtre nous fait entrer dans l'univers intime de sa vie de foi, d'homme et d'étranger. Et même si vous ne rencontrez jamais le père Arnaud, à travers la lecture de son ouvrage, il deviendra l'un de vos amis.

  • En 1939, lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclata, Pierre Berchet avait treize ans.
    Ce n'était encore qu'un très jeune adolescent qui vivait dans l'insouciance. Mais le départ de son père pour la guerre allait changer bien des choses dans sa vie : il allait se retrouver devant des responsabilités que son jeune âge ne lui avait même pas fait entrevoir. Il allait devoir travailler pour aider sa mère.
    Mais l'année suivante, une catastrophe venait endeuiller le pays. La France perdait la guerre, les troupes allemandes occupaient la moitié du territoire et y instauraient de très sévères privations.
    Le manque de nourriture allait peser très lourd sur la santé de Pierre, et encore bien davantage puisqu'il était en pleine croissance.
    Heureusement pour lui, des gens bien placés veillaient sur lui et le firent soigner. Mais bien que leur dévouement fût sans faille, il conserva tout de même sa faiblesse et il allait la ressentir toute sa vie.
    Durant ces quatre années de privations et de souffrances, que Pierre et sa mère supportèrent stoïquement, ils eurent tout de même la chance d'avoir de véritables amis qui firent tout ce qu'ils purent pour leur faire oublier ces terribles moments, et ils purent leur parler aussi de cet être cher qui leur manquait tant.

empty