Autrement

  • Avec Jeanne Benameur, Victor Caniato, Boris Cyrulnik, Emmanuelle Daviet, Agnès Desarthe, François Dubet, Éric Favey, Marcel Gauchet, Daniel Hameline, André Malicot, Isabelle Peloux et Bernard Steigler.

    Souvenez-vous du cancre de Prévert : «Il dit non au professeur / Il est debout / On le questionne»... Comment enseigner à celui qui n'a pas envie d'apprendre? Comment lui donner le goût du savoir? Car la transmission est toujours fragile, souvent aléatoire ; l'apprentissage, lui, est parfois ingrat et semé d'embûches.
    Pour Philippe Meirieu, susciter le désir d'apprendre et faire accéder à la joie de comprendre, voilà l'enjeu essentiel de toute éducation et formation. Il s'agit, ni plus ni moins, de replacer le plaisir au coeur des apprentissages, tout au long de la vie.

    «Ma conviction est faite et je n'en démordrai pas : dans la course effrénée que vivent nos enfants aujourd'hui, fascinés par la vie en trompe-l'oeil et en temps réel, la découverte du plaisir d'apprendre reste l'acte fondateur de toute éducation.»

  • Pour la vie d'artiste

    Bartabas

    Bartabas signe un « Manifeste pour la vie d'artiste » et invite 12 personnalités... à en parler à ses côtés. Loin de l'idée de bohème, ce Manifeste pour la vie d'artiste repose sur l'idée forte de l'engagement artistique. Il dévoile comment et jusqu'à quel point le dévouement d'un artiste à son oeuvre peut modifier sa manière de vivre, son quotidien, sa vie intime. Ainsi Bartabas, qui vit dans une roulotte pour être au plus près de ses chevaux. Ainsi Alain Passard, devenu agriculteur... Cet engagement artistique à la fois physique et spirituel implique une éthique au quotidien, un investissement sans concession, autour duquel tout le reste vient s'organiser. Cet engagement artistique influence les modes de vie des artistes et leur production, chacun à leur manière.

  • « Je crois à l'alliance des talents et à la synergie des forces pour faire bouger les lignes et offrir à notre espèce l'opportunité d'envisager de meilleurs choix pour l'avenir de l'océan. Car il est bon de rappeler que c'est en son sein qu'est née la vie. Il est là, au plus profond de nos cellules ».

    Connaissez-vous l'acanthaster, une étoile de mer qui participe à la disparition progressive des coraux? Saviez-vous qu'il existe un 7e continent, constitué des déchets plastiques jetés dans les océans? Et que les requins, apparus sur la planète bien avant les dinosaures, sont aujourd'hui menacés d'extinction?
    Fervente défenseuse de la nature, Fanny Agostini nous fait partager son rapport à la mer, son amour des océans et tire la sonnette d'alarme en incitant chacun, à son échelle, à agir : oui, les océans sont en danger ; oui, cela a des incidences graves sur notre vie ; non, il n'est pas trop tard pour enrayer le désastre écologique auquel nous sommes confrontés.

  • Une lettre d'amour au livre, écrite par l'auteur, en collaboration avec des invités prestigieux (Michel Onfray, Jean d'Ormesson, Chantal Thomas, Mathieu Lindon, Philippe Sollers, Marcel Gauchet). Il contient des souvenirs de jeunesse, des anecdotes intimes, des rencontres avec des auteurs et des lecteurs.

  • Jean-François Piège signe un Manifeste consacré à l'Art de manger. Si ce nourrir est une nécessité, manger est un art auquel le Chef étoilé voue sa vie. "C'était très bon, grand Chef" lance un enfant de 4 ans à Jean-François Piège, dans les salons raffinés du Thoumieux. Belle entrée en matière pour rencontrer celui qui choisit de nous parler de l'art de manger. Il insiste, il ne nous parlera ni de "faire à manger" ni de "l'art de bien manger".
    Pourquoi et en quoi l'art est important dans ce qu'on mange ? Comment mange-t-on ? Cuisiner, c'est cuire donc transformer, remodeler, esthétiser... A travers le pain, l'univers sucré, le travail d'un fromager, etc., mais aussi les arts de la table, le Chef revient sur son parcours, sur sa cuisine et sa passion.

  • Susciter le désir d'apprendre et faire accéder à la joie de comprendre, voilà l'enjeu essentiel de toute éducation. Il s'agit de replacer le plaisir au coeur des apprentissages, et cela tout au long de la vie. Pour ce manifeste, Philippe Meirieu a convié douze personnalités engagées et passionnées comme lui, afin de défendre à ses côtés le plaisir d'apprendre.

  • Impertinents !

    Gustave Kervern

    Breton têtu, insomniaque avéré, Gustave Kervern, tel un saumon, aime nager à contre-courant. Une espèce en voie de disparition dans cette époque qui n'engage pas forcément au culot. Célébrant l'art du pas de côté, la liberté et une certaine forme de désespoir joyeux, il revient sur son parcours depuis ses débuts calamiteux de comptable fuyant la côte d'Azur à l'aventure Groland, et en profite pour saluer ses maîtres : sa grand-mère poétesse, Pierre Desproges, Daniel Prévost...
    Autour de lui, quatorze magnifiques personnalités insoumises nous livrent leur propre regard sur l'impertinence, savant mélange d'intégrité, d'audace et de sincérité.

    Sur commande
empty