Ampelos

  • 1878 : Robert-Louis Stevenson accomplit son voyage avec Modestine à travers les Cévennes. Les populations l'ont vu passer,ont discuté avec lui.Douze jours de traversée,et l'écrivain disparaît à jamais de ces hautes terres.Son récit est immédiatement publié,mais en anglais.En 1901, une jeune association (désormais plus que centenaire,) le Club Cévenol,en donne une première traduction-adaptation.Bien avant la mode de la randonnée,du retour à la terre,de l'écologie,cette édition pionnière du Voyage est beaucoup plus qu'un long résumé:c'est la belle surprise de ce texte,jamais réédité depuis 1901:il frappe par son équilibre,son allure,sa capacité à offrir le meilleur d'une oeuvre et d'un esprit.Un vrai tour de force que l'on peut conseiller aux randonneurs et surtout à tous les amoureux de Stevenson: Ils vont relire ce qu'ils n'ont encore jamais lu.

  • Aimé Vielzeuf : écrire et résister en Cévennes

    Michel Boissard

    • Ampelos
    • 22 June 2021

    Un de ceux qu'on appelait « Les Bandits » !

    Fils et petit-fils de mineur cévenol, normalien et instituteur, Aimé Vielzeuf est connu pour son engagement dans la Résistance où il était le Lieutenant Vasseur. « Guidé par la vérité et la justice », comme il le disait, il s'est fait le chroniqueur des luttes pour l'indépendance nationale et la liberté. D'origine huguenote, ce descendant de « galérien pour la Foi », comme ses préfaciers Jean-Pierre Chabrol et André Chamson, a su exprimer la vitalité de la culture et de la langue d'oc.

    La vie de ce cévenol engagé, passionné et modeste, est aujourd'hui quelque peu oubliée. Avec cette biographie, Michel Boissard qui l'a bien connu répare cet oubli.

  • Paul Ricoeur : le courage du compromis

    Margaux Cassan

    • Ampelos
    • 28 October 2021

    Emmanuel Macron voit en lui "la personne qui m'a le plus marqué, avec ma grand-mère." ; malgré cette reconnaissance, Paul Ricoeur reste encore mal connu du public français qui s'en tient à des interprétations de seconde main ne permettant pas d'appréhender la finesse de sa pensée.
    Cette "biographie philosophique" sans concession vise à éclairer l'évolution de la philosophie de Ricoeur en la confrontant aux péripéties de sa vie dans le siècle. Elle nous éclaire sur les engagements, les erreurs, les avancées et les fausses routes d'un Ricoeur passionné par le dialogue, le compromis et la politique dont les héritiers tentent encore d'appliquer au monde réel les concepts qu'il a développés.

  • Lettres sur la Révolution Française

    Martine Lecoq

    • Ampelos
    • 31 August 2021

    "Vous faites passer un souffle nouveau sur cette période révolutionnaire qu'on croyait ressassée et défraîchie. Vos lettres sont d'une veine très originale, je n'en ai pas vu l'équivalent ailleurs. Cette façon de mêler l'intime à l'historique, le sentiment à l'analyse, le présent au passé, c'est un nouveau genre que vous inaugurez.".
    Régis Debray.

    Dans cette suite de libres pensées, l'autrice partage avec nous l'admiration qu'elle éprouve pour l'immense effort humain que fut la Révolution française malgré ses dérives. Alternant le ressenti personnel et la rigueur historique, elle se positionne en faveur des espérances légitimes qui l'ont fait naître. Espérances qu'il nous appartient aujourd'hui de revivifier.

  • Une confiance sans nom, essai sur la foi

    Didier Travier

    • Ampelos
    • 1 December 2017

    Est-il encore possible de croire?Bien des enoncés traditionnels de la foi sont devenus intenables ou simplement incompréhensibles. Au premier rang desquels ceux qui parlent... de Dieu. Et si l'on ne peut plus croire, comment pourrait-on encore pratiquer? Cet essai tente l'hypothèse inverse: et si l'on partait de la pratique, d'une pratique, la protestante en l'occcurrence? Il s'agira alors de méditer sur la signification du culte réformé, de parcourir les différents moments de sa liturgie, les grands symboles bibliques qu'il mobilise, le tout de manière profane, laïque, non religieuse. En faisant, autant que possible abstraction de toute présupposition de Dieu. En cherchant ses appuis du côté des philosophes. En assumant aussi le caractère personnel de l'itinéraire suivi. Et qui sait? Pourrait-il en sortir une foi épurée et revigorée? Une foi sur le point de se libérer de la religion?

  • Finalement, on parle peu des pauvres, des humbles, des miséricordieux, des coeurs purs car dans la surmédiatisation ambiante, leurs vies peuvent paraître fade et sans intérêt.
    Pourtant, comme le montre cette biographie d'une jeune cévenole, engagée dans l'Armée du Salut puis infirmière à Genève, ces histoires peuvent être passionnantes, émouvantes, étonnantes de rebondissements, riches d'échanges et d'expériences.

    Avec sa verve habituelle, Nelly Duret nous emporte dans un tourbillon d'anecdotes sensibles et savoureuses et nous fait partager le parcours de cette orpheline modeste dont la vie fut consacrée à aider les autres.

  • "Quatre ans de peur, de malheur, de faim, d'arrestations, de camps de concentration, d'évasions, de fuites et de planques." Mai 1940 : la police française arrête Jacob Barosin et sa femme, deux régugiés juifs qui vivent et travaillent à Paris depuis plusieurs années après avoir fui l'Allemagne nazie.
    C'est le début d'un long périple à travers la France, de camp d'internement (Gurs) en camp de travailleurs étrangers (GTE Langlade) et en hébergements tolérés (Nice, Lunel, Florac), et finalement la planque dans les Cévennes et en région parisienne.
    Sauvé de la déportation par un réseau d'amis et l'aide de français engagés, dont les pasteurs Toureille, Gall et leurs paroissiens, Jacob Barosin est le témoin des miracles qu'un peu d'humanité peut réaliser dans un monde dominé par le Mal.

  • L'Appel du sol

    Adrien Bertrand

    • Ampelos
    • 1 February 2014

    L'Appel du sol n'est pas qu'un magnifique et réaliste roman de guerre. Ecrit par un jeune pacifiste patriotique ami de Clémenceau, (qui fut son témoin de mariage), c'est une plongée dans la France de 1914 vue par un intellectuel humaniste au front.
    Rien n'y manque ; le patriotisme ardent de certains officiers mis en valeur par l'indifférence, voire le cynisme des soldats, l'incompétence meurtrière d'une partie de l'État-major clairement perçue sur le front par l'absurdité de certaines offensives, menées malgré tout par des soldats courageux et massacrés, l'amour d'une certaine vision de la France par ces soldats méridionaux envoyés à la mort dans le Nord et l'Est qu'Adrien Bertrand réhabilite alors que la presse parisienne les conspuait. Rapatrié pour raisons de santé après quelques mois au front, Adrien Bertrand rédigera son récit à partir de ses notes et de celles de son frère Georges.
    Pacifiste avant la guerre, patriote au front, critique vis-à-vis de la hiérarchie militaire, humain et courageux avec ses troupes, Adrien Bertrand écrira quelques mois avant sa mort en 1917 : « Il y a tant de sang que je suis écoeuré et qu'il noie, pour moi, jusqu'à la noblesse de la lutte ».

  • Dachau, mars 1933 : une jeune femme monte sur une voiture pour photographier des détenus derrières les barbelés. Elle reviendra en France avec le premier reportage sur la nature concentrationnaire du régime nazi.
    Auschwitz, janvier 1943 : elle fait partie de ce groupe de femmes dont Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle, Adélaïde Hautval, Danielle Casanova et d'autres, qui entra dans le camp en chantant la Marseillaise.
    Nuremberg janvier 1946 : Assurée, droite, calme et sévère, une jeune femme témoigne au procès des dignitaires nazis et les toise froidement.
    Cette jeune femme, c'est Marie-Claude Vaillant-Couturier, alias Marivo : antifasciste, pacifiste et féministe dès les années 30, résistante dès juin 40, entrée en clandestinité, capturée, emprisonnée, torturée, déportée, elle sera élue députée communiste à la Libération, sera deux fois vice-présidente de l'Assemblée Nationale et présidera la Fondation pour la Mémoire de la Déportation jusqu'à sa mort.
    En attendant son entrée au Panthéon, demandée par de nombreuses personnalités, cet ouvrage de Gérard Streiff qui l'a bien connue, retrace la vie trépidante de cette militante de la solidarité.

  • Pasteur à Valleraugue,Laurent Olivès mit en place dès 1941 un réseau pour protéger et cacher des proscrits et des Juifs. En 1943,révolté par la violence des troupes d'occupation et de la Milice ,il fonda,à Ardaillès, le maquis de la Soureihade qui mena des actions armées contre l'occupant et fusionna ensuite avec celui de Lasalle pour devenir le maquis Aigoual-Cévennes dont Laurent Olivès fut un des dirigeants.

  • Fils de mineur de la Grand'Combe et descendant de paysans huguenots de Vialas, Aimé Vignon est un concentré de Cévennes.

  • Il ne suffit pas de croire

    ,

    • Ampelos
    • 15 January 2019

    Je prends le droit d'être un hérétique, Confiait-il à son amie Hélène Bresslau dans une lettre du 1er mai 1904. Son hérésie s'appellera Lambaréné, l'ouverture d'un hôpital sur une station missionnaire, un engagement médical humanitaire « sans frontières » qui va remplir et déterminer sa vie. La foi se trouve et s'affermit dans l'action : Je crois dans la mesure où j'agis. La piété d'un homme se reconnaît à sa conduite, jugée d'un point de vue éthique (Ma vie et ma pensée), mais en même temps et jusqu'au dernier souffle, le philosophe et théologien passionné qu'il est également a besoin de penser la foi, c'est-à-dire la croyance en la bonté de la vie, dans les lumières de la pensée critique. « Je crois dans la mesure où je pense. » L'ensemble des quatre essais réunis ici, datés de 1903, 1906 et 1926, témoigne d'une foi éprouvée (trempée) dans l'action comme dans la pensée. La religion est au-dessus des croyances disait Schweitzer ; si les hommes ou fanatisés ou indifférents pouvaient entendre cela aujourd'hui, l'état du monde s'apaiserait...

  • Blessé de la Grande Guerre, Gaston Vincent, fils de pasteur, s'engage sans hésiter dans la Résistance à plus de 50 ans.

  • En juillet 2012, un jeune théologien français, Eric de Putter, était assassiné au couteau à Yaoundé, au Cameroun, par de mystérieux visiteurs, la veille de son retour pour la France. Sept ans plus tard, la justice française est contrainte de clore l'enquête, et l'assassin court toujours.

    Musicien accompli, poète à ses heures, épris de justice et de la femme qu'il venait d'épouser, Eric de Putter enseignait la théologie protestante.

    Marie-Alix, son épouse, était enceinte de quatre mois quand il a expiré dans ses bras. Sept ans plus tard, elle livre pour la première fois son témoignage sur la tragédie qu'elle a vécue, dans un récit qui célèbre aussi la résilience, l'amour et la beauté de la vie.

    L'auteure, Marie-Alix de Putter est née à Paris et a grandi au Cameroun avant de poursuivre de brillantes études en France. À sa fille, comme à toutes les filles et les femmes, elle donne une leçon d'espérance. Choisir la vie reste une option téméraire, mais c'est celle qu'elle a choisie.

  • Première femme occidentale à atteindre la capitale du Tibet interdit, la célèbre exploratrice Alexandra David-Neel a laissé des récits de voyages palpitants et nombre de livres sur le Tibet authentique, l'Inde et le bouddhisme. Sa vie d'épouse fut tout aussi originale que ses pérégrinations.

    Féministe, libertaire, franc-maçonne, écrivaine, bouddhiste et toujours entre deux départs, elle entretint une relation forte avec son mari malgré leurs différences majeures.

empty