• Imaginez. On vous annonce qu'il vous reste seulement vingt-quatre heures à vivre sur cette terre. Vous êtes un privilégié aussi, ces dernières vingt-quatre heures vous sont offertes comme une option possible de rachat. En cas de réussite, vous poursuivrez votre vie dans un autre univers, sinon vous serez désintégré sauf si le malin vous joue un tour. Et si c'était vrai ? Au crépuscule de votre vie, quel regard porterez-vous sur les vestiges de votre passé, vos actes manqués, vos amours déchus, vos regrets amers, vos réussites factices et vos succès éphémères ? L'illusion de la richesse d'une vie qui se fissure au fur et à mesure de l'inexorable écoulement du temps qu'il vous reste à vivre sur cette terre. Qu'aimeriez-vous que l'on retienne de vous ? Au-delà des croyances personnelles, cette histoire sonne le glas de votre possible réveil, avant qu'il ne soit trop tard. Entendez-vous votre horloge ? Tic-Tac, Tic-Tac. Tic-Tac, Tic-Tac. C'est le temps qui passe. Non, c'est la mort qui approche. Alors vivez comme si vous alliez mourir demain et apprenez comme si vous alliez vivre pour l'éternité.

  • En ce début de XIIIe siècle, l'hérésie cathare gagne du terrain en Occitanie. Pour la contrer, les légats du pape n'hésitent pas à disputer le terrain aux bons chrétiens, ministres du culte hérétique, qui ont bien souvent la faveur du peuple.
    Cet affrontement se déroule d'abord sur le terrain idéologique, et les joutes restent essentiellement verbales... Mais pour combien de temps encore ?
    Au même moment, à Toulouse, le marchand Jean Taillefer et sa fille Poncia mènent une lutte beaucoup plus prosaïque : ils veulent le monopole sur la draperie de luxe.
    Les destins de plusieurs témoins et acteurs de cette époque troublée s'entrecroisent, se mêlant à l'histoire de certains des célèbres protagonistes de l'inexorable tragédie qui a déjà commencé à se nouer.
    DISPUTATIO est la première partie d'un cycle qui traverse les prémices et le début de la croisade contre les cathares.

  • Âgée d'un demi-siècle seulement, la colonie martienne est déjà en proie à des troubles ! Depuis la terre, Olivier Tranbec part à destination de la Planète rouge pour réaliser un reportage sur le mouvement « réformiste » dont l'objectif est le renouveau de la civilisation. Avec sa guide « martienne », Victoria, il va se trouver mêlé aux péripéties de la lutte de Mars City pour sa survie et celle de l'humanité, face aux visées paranoïaques des extrémistes du mouvement. La colonie Martienne comme si vous y étiez !

  • Alexandre Ananoff fut, bien avant les premiers passagers de vaisseaux spatiaux, un " astronaute " : l'un de ceux qui s'intéressent à la science des fusées et du voyage dans l'espace, l'astronautique. De la fin des années 20 au lancement du premier Spoutnik en 1957, il en fut surtout l'un des promoteurs majeurs. Puis l'autodidacte passionné s'est tourné vers l'art. En quelques années, il est devenu un expert mondial en tableaux et dessins du XVIIIe siècle.

    " Comme les biographies de toutes les grandes personnalités, cet ouvrage devrait être une source d'inspiration au-delà du cercle des passionnés d'astronautique. Il y a dans la vie d'Alexandre Ananoff beaucoup d'étoffe dont sont faits les plus beaux rêves ". Claudie Haigneré, présidente d'Universcience.

  • Un claquement métallique puis le bruit sourd d'un corps s'effondrant sur le sol. Un geste qui aurait pu ruiner une carrière prometteuse. Un souvenir qui, à n'en pas douter, hantera longtemps le commandant Rebecca de Lost.
    Traumatisée par l'issue de sa dernière enquête, réintégrée à la tête de son groupe au 36 quai des Orfèvres, elle est chargée d'élucider le meurtre d'une prostituée. S'agit-il d'un crime commis par son souteneur ou un client ?
    Les enquêteurs de la Crim' se retrouvent confrontés à un psychopathe diaboliquement intelligent dont l'ambition est de battre la police à son propre jeu et dont l'unique choix est d'aller jusqu'au bout de sa manipulation. La partie était perdue d'avance. Lui le savait, les flics pas encore.
    Des bas-fonds de Paris aux tréfonds de l'âme humaine, Isabelle Massare-Villain propose une nouvelle intrigue où la violence psychologique prend le pas sur la violence physique.

  • « [...] Ce n'était pas un accident, Madame Lièvre, votre mari a été assassiné ! [...] » Quelques années plus tard le jeune Bruno Lièvre intègre l'école des commissaires de police. Dans le cursus de sa formation, il doit étudier des dossiers criminels. L'un d'eux, l'affaire Brunnberg, ravive sa mémoire et attise sa douleur : l'assassinat de son père... Au cours de sa carrière, le policier parviendra-t-il à confondre les criminels ? Peu à peu, loin de la déontologie, les méthodes atypiques du commissaire contre l'éradication du crime deviennent des chimères. Quand les motivations dépassent la raison, l'être devient un Janus, la preuve que l'homicide est intrinsèquement lié aux hommes, à leur personnalité, à leur sensibilité, à leur faiblesse, à leur pulsion, à leur vie. Il est l'héritage de Caïn, celui que l'Humanité ne peut réfuter. Un roman policier singulier, des comportements insolites, des arcanes saisissants. Avec « Boomerang meurtrier » Henri Weigel est le lauréat du Prix Maurice Bouvier 2017.
    Le Prix Maurice Bouvier est délivré chaque année à un roman policier sur manuscrit inédit. Il est destiné à récompenser un auteur de polar, témoin de notre temps. Ce Prix est un hommage aux personnels de la Police Judiciaire. Maurice Bouvier a été commissaire chef de la brigade criminelle du 36, quai des Orfèvres, directeur de la PJ de la préfecture de police de Paris et directeur central de la police judiciaire au ministère de l'Intérieur.

  • « Je me suis demandé comment je devais me présenter à mon arrivée, peut-être comme lors d'un entretien d'embauche :
    -- Bonjour, je me présente, je m'appelle Albert, je voudrais bien réussir ma mort.
    C'est en effet un début possible, mais je crains de les effrayer trop tôt. Après tout, je ne sais pas s'ils aiment l'humour noir. Moi, diablement !
    Je dois faire dans la sobriété, je ne suis pas en train de plaider ».

  • En retrouvant une photo de mes camarades de la classe de sixième et me remémorant cette époque lointaine mais encore si présente, une interrogation me vient à l'esprit : que sont-ils devenus ?
    Nous sommes en 1954 date de notre réussite au concours des Écoles Militaires Préparatoires et de rentrée à l'École des ANDELYS, qui quelques années plus tard doit nous faire embrasser une carrière militaire. Cependant, la retraite arrivant, de nombreux contacts épistolaires et des retrouvailles me confirment que tous n'ont pas réalisé cette carrière annoncée. La destinée, le choix personnel et non celui de nos familles en décidèrent autrement pour nombre d'entre nous.
    À cette époque les parents ont choisi pour leurs enfants. La gratuité des études stipule un engagement de cinq ans dans l'Armée de Terre, ou en fin d'études secondaires, le remboursement des années de scolarité si le contrat est rompu. J'ai donc hâte de savoir ce qu'il en est pour mes camarades, je décide donc de les questionner sur leur parcours de vie, et pourquoi pas d'en faire un livre. Mon appel à candidatures trouve un écho favorable auprès de la plupart de mes camarades de promotion, d'autres hésitent, plusieurs sont enthousiastes, certains ne répondent pas. Je fais appel avec succès aux anciens nous ayant précédé et aux jeunes nous ayant succédé, de l'après 1945 à mai 1968. Un comité de pilotage et de lecture est créé ; chacun devant répondre à la question : « En quoi ton enfance et adolescence d'Enfant de Troupe aux Andelys ont-elles inspiré sinon déterminé ton parcours de vie ? » C'est ainsi que tous ont eu à coeur, avec sincérité, simplicité mais aussi fierté de témoigner que l'École Militaire Préparatoire des Andelys nous a permis d'être ce que nous sommes devenus. Leur témoignage montre qu'à cette époque la notion d'ascenseur social n'était pas galvaudée. Tous sans exception, issus d'un milieu social modeste, évoquent leur parcours de vie d'Officier, de Sous-Officier, d'Ingénieur, de Chercheur, d'Enseignant, d'Écrivain, d'Artiste, de Banquier, d'Avocat, de Pilote, de Médecin, de Journaliste, en se référant à notre formation initiale, celle d'Enfant de Troupe de l'EMP des Andelys.

    Sur commande
  • Still

    Elise Cantiran

    Quelques jours avant son mariage, Anna fête son enterrement de vie de jeune fille dans l'Ouest américain. C'est alors que des souvenirs tendres la rattrapent : un an auparavant, elle est tombée amoureuse de ces terres, et a connu une passion aussi brève qu'intense avec un Californien.
    Quel était cet amour brutal et inattendu ? Comment se marier à un autre lorsque le souvenir l'embrase encore avec tant de violence ?
    Anna a besoin de comprendre, de savoir si ce qu'elle a vécu était réel, il faut qu'elle le retrouve, qu'elle le revoie enfin.
    Mais confronter son doux rêve à la réalité n'est-il pas précisément une façon de le briser ?

  • Joan Casademunt, habitant de la partie française d'un village partagé entre l'Espagne et la France, est confronté, en juillet 1914, au dilemme de servir la France, comme son instituteur l'y a préparé, ou basculer du côté espagnol comme sa promise, née de l'autre côté de la frontière, le souhaiterait. Mais son éducation est la plus forte et il sert la France. Il devient un héros. Il combat jusqu'au dernier jour et participe à l'ultime bataille de la guerre, menée par le 415e Régiment d'Infanterie, sur la Meuse, face à la Garde Impériale allemande. À ses côtés, tombera le dernier tué de cette guerre, le 11 novembre.
    Cet ouvrage démontre la force patriotique qui a animé le peuple français, décrit les progrès techniques et tactiques accomplis par l'Armée Française. Mais il souligne aussi l'absurdité de ce dernier assaut, dû à la mauvaise interprétation d'un ordre, qui vit la mort inutile de soldats les 9, 10 et 11 novembre 1918, alors qu'ailleurs, sur le front, la guerre avait cessé.

    Sur commande
  • Lorsque, dans le pavillon familial de la banlieue parisienne, les enfants découvrent le cadavre de leur mère assassinée, l'enquête ne fait que commencer. L'engrenage va conduire les policiers de la brigade criminelle sur de curieuses pistes où l'invraisemblable rejoint le machiavélique dans les bas-fonds de la société. Un suspense de tous les instants dans lesquels les côtés obscurs vont crescendo jusqu'au coup de théâtre final. Un polar époustouflant !

  • Prions pour la mort Nouv.

    Pas de prière pour ce prion-là, un virus qui infeste notre monde.
    Dans les mains d'Ellsner, deuxième mastodonte mondial des laboratoires pharmaceutiques, le prion devient l'instrument diabolique pour engloutir Martonne, le petit mais génial inventeur indépendant d'une molécule qui va révolutionner le traitement du cancer du poumon, et qui refuse de se laisser acheter.
    Une seule issue pour Martonne, devant l'irruption fatale du prion au milieu de son projet : fuir.
    Mais le requin n'est pas prêt à lâcher pas sa proie.
    Un thriller palpitant, riche en péripéties : pour les lecteurs, un vrai coup de coeur !

    Sur commande
  • Épris de justice, d'intégrité et d'altruisme, à vingt-huit ans, Stéphane Rochet s'investit dans son métier de policier. Professionnel accompli et expérimenté, il s'épanouit en toute sérénité auprès des siens. Apprécié de tous, Steph se dévoue corps et âme pour l'Institution à la laquelle il appartient par vocation. Amoureux de la vie, il aime faire partager son enthousiasme, sans attendre de retour, si ce n'est la satisfaction d'apporter joie et bonheur à son entourage. Au hasard d'un FAIT DIVERS, banalité pour les uns, drame pour les autres... Quelques flashs radios, commentaires télés ou entrefilets de journaux : " RIEN NE SEMBLAIT POURVOIR ENTACHER LA VIE DE STÉPHANE ROCHET, CE POLICIER EXEMPLAIRE... ".

    Sur commande
  • Elle marchait tranquillement dans la rue puis le trou noir. Une sensation de brouillard intense, un mal de tête lancinant et une odeur d'éther ou peut-être de chloroforme dans la bouche. Mais pourquoi elle ? Que pouvait bien lui vouloir son kidnappeur ? Cela n'avait aucun sens.
    À partir d'un cadavre découvert dans un lac du bois de Boulogne, le commandant Rebecca de Lost, chef de groupe au 36, quai des Orfèvres, s'engage dans une enquête tortueuse. Le corps est demeuré trop longtemps dans l'eau, les chairs sont trop gonflées pour permettre son identification... Les policiers de la célébrissime Crim se lancent dans des investigations en vue d'élucider une série de crimes. Quel est ou quels sont les liens entre ces assassinats ? Qui est ou quels sont ces criminels morbides ?

  • Le 19 décembre 1965, Juliette Berger, la ministre du Tourisme et son mari, périssent dans le crash de leur avion alors que tout semblait leur réussir. Ils laissent derrière eux une part de mystère et une immense fortune. Qui étaient-ils en vérité et qui les a fait disparaître ?
    Faut-il remonter au commencement de leur vie de concierges alors qu'ils ne possédaient rien et ont soudainement accumulé héritages et gains d'opérations spéculatives ?
    La réussite politique effrontée de Juliette a-t-elle dérangé ? Ou bien les moeurs du couple...

  • Si Élisa avait rapporté son paquet au foyer, il aurait été envoyé à la désinfection, sans aucune formalité... « [.] Seul le Führer présentait l'envergure d'un chef capable de débarrasser le pays de la gangrène communiste, juive ou catholique qui nous rongeait... [.] ». Il n'existait en cette terrible époque pas d'autres moyens pour purifier l'Allemagne de cette vermine pullulante à laquelle appartenait Johann, son propre fils. Élisa Stern passa une main sèche et moite sur son front. Ces souvenirs ne la laisseront-ils jamais tranquille ? Et cet imbécile de Wolfgang, qu'avait-il à leur ramener cette fille et ce petit polisson de Georg comme s'il n'existait pas assez de jolies filles en Allemagne ! Si Johann était devenu le beau-frère préféré d'Ernst : pourquoi Georg ne gagnerait-il pas un jour, lui aussi, l'amour de son grand-père ? Quand le passé est toujours présent, quand l'Histoire rattrape la réalité familiale, la sagesse est de voir le monde tel qu'il a été et tel qu'il est devenu. Quand le présent devient enfin le leur, les trésors cachés de l'amour transforment les êtres : ton sang est le mien. TON SANG MIEN est un roman de littérature raffinée sur le sens de l'existence.

  • Quel lien y a-t-il entre la disparition d'un agent d'assurances des Pyrénées-Orientales, l'exécution d'un automobiliste sur une autoroute urbaine du Canada et l'assassinat d'un jeune homme retrouvé mort dans une voiture devant le commissariat de Perpignan ?
    Et si l'explication de tout cela se trouvait au coeur du pouvoir politique de la Région Languedoc-Roussillon ?
    Michel Revelli, le flic, et Marc Beloy, le journaliste, vont démêler chacun de son côté, les éléments de ce paquet de linge sale. Au-delà des péripéties qui s'enchaînent, ce polar nous fait découvrir l'envers du décor des relations entre la presse et les hommes de pouvoir. Les coups bas entre amis politiques sont aussi impitoyables que les exécutions sommaires perpétrées par les hommes d'honneur de Cosa Nostra. Tout cela n'est que fiction.

  • Franciser l'islam ou islamiser la France ? Vastes questions d'actualité auquel répond cet essai. Le fossé est considérable entre un Islam qui ne connaît pas de rupture entre la vie publique et la vie privée et une organisation étatique qui sépare l'État de l'approche religieuse, propre à chacun, tout en privilégiant une vision chrétienne de sa culture.
    À partir d'un rappel des textes fondateurs de la laïcité et de leur analyse, l'auteur fait le constat de l'incompatibilité des préceptes du Coran, des Hadiths et de la Charia, avec une laïcité, culturellement chrétienne. Il envisage les risques de la poursuite d'une évolution incontrôlée et propose des solutions qui ne sont nullement celle d'un Islam à la française, totalement absurde pour qui connaît le fond religieux musulman !
    Dès lors, face au nombre croissant de musulmans dans notre pays, se pose la question de l'avenir de notre Nation. Doit-on, précisément, rompre avec l'idée traditionnelle de Nation transcendant les différences ? Principe auquel l'Islam ne peut adhérer ; ou verser dans le communautarisme, au risque de disloquer notre pays en acceptant des revendications de plus en plus fortes de la part des musulmans ?

    Sur commande
  • - « Rappelez-moi votre nom...
    - « LETENDRE, Monsieur, Colin LETENDRE. Vingt-cinq ans, célibataire, sans enfants, efficace au travail ». La réponse fuse, carrée, toute militaire, sans que j'aie le temps d'en arrondir les mots.
    - « Très bien, très bien. Le poste qui vient de se libérer est un poste de surveillant de nuit. On vous expliquera le boulot. Pas facile, vous verrez, je compte sur vous pour être à la hauteur. Je vous propose un contrat S.C.A.L.P., durée initiale de six mois, mais résiliable à tout instant si vous ne faîtes pas l'affaire. Bien entendu ».
    - « Pardon... » Je me sens un peu distancé par le rythme de la conversation. « Vous avez parlé de quel type de contrat ? Scalp ? » - « Oui, le contrat S.C.A.L.P., c'est la dernière foutaise du gouvernement : Salaire Calculé À la Limite du Possible. Je ne vous cache pas que j'aurais besoin de vous dès ce soir ».


    L'éponge est un conte gorgé d'humour et de poésie. Rien ne prépare le gardien de nuit de l'hôpital de Marseille à ouvrir la porte 840 : Colin plonge alors dans les abysses, sur le fil d'un incroyable destin. Il embarque le lecteur dans sa folle trajectoire, fouillant nos doutes, bousculant nos certitudes, il nous entraîne du rire aux larmes.

  • Avec une grande délicatesse Roberte Colonel et Charef Berkani explore l'amour par-delà de la mer à partir de deux internautes blogueurs.
    La passion de Marie pour l'écriture est dévorante, elle l'empêche de se projeter en dehors de son imaginaire. Elle se complaît dans l'écriture de courtes nouvelles jusqu'au jour où par un heureux hasard son rêve d'écrire un manuscrit devient possible. Dans sa tête tout est chamboulé, sa vie ayant pris une autre orientation, elle n'écrira plus de la même manière.
    Le lecteur ne s'y trompera pas, l'histoire de Marie pourrait être la sienne. Et ce qui n'était au départ qu'une fiction commune à tout roman devient, dès lors, la réalité pour un bon nombre de rencontres virtuelles sur les réseaux sociaux.

  • C'était il y a tout juste un an.

    Je regardais arriver ce nouvel avenir, Les yeux brillants comme une enfant Au coeur duquel, si longtemps, a grandi le désir.

    C'était il y a tout juste un an.

    J'étais encore une tendre petite fille, Tendant les bras, tel un enchantement, Vers une étoile qui dans le bleu du soir, brille.

    C'était il y a tout juste un an.

    Un frémissement de printemps s'éveillait.

    Comme une promesse à travers le temps, Défiant les orages, la pluie et les nuages épais.

    C'était il y a tout juste un an.

    Martine Perez Platarets puise son inspiration dans la réalité de la vie, celle qui conduit sournoisement des jeunes filles victimes du trafic des êtres humains et de la prostitution. En dépit de ses tourments, son héroïne, Lisbeth Bernard, trouvera-t-elle la sérénité, la joie de vivre et l'amour ?

empty