9782841861095

  • L'oeuvre de Sigmund Freud (1856-1939) est traversée par l'étude des interactions qui existent entre les pulsions, le sujet et la loi.
    Tout commence par ces questions : pourquoi y a-t-il du sujet (Ich), plutôt que seulement des processus pulsionnels (Ça) ? Pourquoi de la pulsion (Ça) devient-elle du sujet (Je) ? Pourquoi du cannibalique, de l'incestueux et du meurtre se transforment-ils en interdits assurant la cohésion sociale ? Pourquoi le sujet de l'inconscient s'auto-constitue-t-il en sujet de la loi ? Héritier spirituel des bâtisseurs d'un droit jadis arraché à la violence, le sujet de la loi est, en effet, cette instance qui réécrit au propre la loi naturelle (individuelle et collective), la loi morale, la loi juridique et la loi politique, auxquelles tout individu est confronté, dès qu'il existe pour lui-même et se fait reconnaître par autrui.
    Tant que ces lois sont des référents aisément identifiables, la critique freudienne du sujet, du droit et du travail de la loi appuie, et parfois précède la doctrine des droits de l'Homme. Mais, lorsque du fait du développement des sciences et des techniques, la loi de la nature vient à manquer lorsque, après le déferlement du crime contre l'humanité, la faculté de discerner le mal est ébranlée lorsqu'enfin, les débats juridico-politiques et éthiques s'attachent à définir l'existence d'une nouvelle personnalité démocratique, comme c'est le cas aujourd'hui, alors s'engage, pour la psychanalyse, une profonde réflexion sur sa pertinence et sa réactualisation.

empty