David Reinharc

  • « On ne peut qu'être sensible à l'assurance d'un auteur qui affronte en amateur une tâche aussi périlleuse que le dévoilement des dettes des langues européennes vis-à-vis de l'hébreu ».
    Claude Hagège

    Sur commande
  • Dans la parfaite continuité de Ce que les langues européennes doivent à l'hébreu du même auteur, cet ouvrage met en exergue une nouvelle fois, par le biais d'une analyse étymologique très précise, les similitudes entre la langue hébraïque et plusieurs langues contemporaines (français, espagnol, italien, anglais, allemand et russe).

    Ce travail d'érudition, qui passionnera les amoureux des mots et des signes auxquels ils renvoient, propose une approche linguistique inédite et accessible des langues occidentales, ainsi que de nouveaux liens entre les civilisations depuis la période antique dans le domaine des sciences du langage.

    Dans une deuxième partie, plus intime, l'auteur, autodidacte, raconte la façon dont il est devenu ce linguiste reconnu. Il revient sur les évènements marquants, depuis l'enfance, d'un parcours impressionnant, qui lui ont permis, malgré l'adversité, de conjuguer avec harmonie fidélité à sa judéité et en même temps attachement et reconnaissance à l'égard de son pays, la France.
    C'est un pauvre coeur que celui auquel il est interdit de renfermer plus d'une tendresse, disait Marc Bloch.

    Sur commande
  • «Il n'est pas homme, celui qui ne s'interroge pas sur lui-même» dit Platon. Existe-t-il un moyen plus évident de s'analyser que celui de consulter ses rêves, d'autant que l'intérêt qu'on leur porte les suscite et les multiplie ? Ce livre, qui présente les rêves et ses interprétations d'une seule et même personne sur une période de dix ans, apporte la preuve qu'il suffit de les noter pour aboutir à la transformation et la maîtrise de sa personnalité et de son destin. Mieux qu'au cours d'une thérapie, ils font revivre jour après jour au rêveur les étapes de son passé pour lui permettre d'en soustraire souffrance et tristesse. En comprenant sa propre histoire, celui-ci finit par l'accepter, par l'aimer, par s'aimer. Le rêve : l'ami, le guide, le précepteur, le médecin, le juge, la manifestation du Dieu intérieur, qui dote le rêveur d'une connaissance de soi qui devient son arme et son bouclier. Dix ans de rêves ont permis à l'auteur d'aboutir à la plénitude, la maturité, la liberté. Le rêve serait-il l'étincelle divine de notre corps de matière ?

    Sur commande
  • Bruno Dray, poursuivant son travail de recherche, propose de nouvelles connexions interlinguistiques entre l'hébreu et les principales langues européennes (français, anglais, allemand, espagnol, italien et russe), révélant les racines cachées de mots comme potiron, épiscopat, acariâtre, lunette ou bachelier.

    Il démontre ici, dans une version augmentée de ses travaux, l'apport considérable, dans le domaine des sciences du langage, du judaïsme à l'Europe, et de Jérusalem à l'histoire de l'Occident.

    Dans une partie, plus intime, l'auteur prononce le kaddish, la prière récitée en mémoire des défunts dans la religion juive, pour son frère jumeau, mort le 6 octobre 2019.

    Sur commande
  • L'islamisme à la conquête des entreprises : stratégies, réseaux, connivences Nouv.

    Ce livre est un regard sans complaisance sur l'impact de l'islam politique sur le lieu de travail. Il offre un aperçu unique des stratégies et tactiques ?islamistes ?déployées contre le monde de l'entreprise. Les auteurs révèlent comment les relations organisationnelles sont bouleversées pour renverser l'autorité de l'employeur dans une guerre menée par des réseaux bien organisés, alimentés par des ressources financières massives et utilisant notre appareil judiciaire et législatif pour faire avancer leur programme.
    La poussée planifiée de pratiques religieuses islamiques a commencé dans le secteur de la construction automobile au milieu des années 1980 et aujourd'hui elle touche tous les secteurs d'activités : transports, administrations, grandes surfaces, sociétés de sécurité, milieux associatifs, syndicats, aéroport... Les lois et la jurisprudence placent l'entreprise dans une logique d'accommodement raisonnable où l'employeur doit concilier l'efficience de son organisation et les convictions religieuses de ses salariés.
    Basé sur des sources documentaires, des entretiens et témoignages de cadres d'entreprises et d'analystes, implacable dans ses constatations, ce livre permet de comprendre cette inquiétante dérive et de l'enrayer.

    Sur commande
  • Ce livre, écrit dans une langue admirable, taillé dans l'étoffe des chefs d'oeuvre, animé par l'exigence de vérité, est contradicteur des certitudes idéologiques, et nous offre la vision la plus radicalement démystifiante d'un Voltaire, symbole de la fin de l'obscurantisme de l'Ancien régime, spécialiste des Textes Anciens.
    La Révolution Française, l'Emancipation, l'Esprit des Lumières, ces doctrines portées par Voltaire furent résumées en un cri de guerre par Condorcet : « Raison, Tolérance, Humanité». Trois mots, trois mensonges ? Et si l'antisémitisme moderne n'était pas une réaction à la Révolution mais en constituait une partie intégrante ? Et si, oui, la judéophobie n'était pas un phénomène extrahistorique, sorte de manifestation diabolique, ce qui reviendrait à absoudre les responsables, mais devait plus à Voltaire qu'à la théologie chrétienne ? Il ne s'agit évidemment pas de créer un lien de causalité imbécile entre 1789 et Auschwitz ni rendre Voltaire responsable des sombres temps où les gens que l'on aimait s'éparpillaient en cendres dans le vent polonais. Il s'agit, à l'approximation frisant la caricature, du savoir de Voltaire en la matière juive, de répliquer par le biais d'une des plus grandes plumes, intelligence du coeur, érudition de l'esprit, Antoine Guénée, prêtre français, précepteur des neveux de Louis XVI. Dans un style brillant et drôle, une exactitude des faits bibliques, un raisonnement logique, dénué de toute mystique, cet écrivain magnifique nous récompense de la perte de notre innocence par l'admirable démonstration de l'ignorance de M de Voltaire, à propos d'un peuple dont il ne connaissait ni la langue ni la culture, et qui lui a survécu. Un chef d'oeuvre, donc, « patrie non mortelle des hommes mortels » qui nous permet, par le truchement d'une langue flamboyante, élégante et vivace, d'échapper à l'ombre tutélaire du penseur de l'Emancipation, pour entrer dans une autre famille : celle des âmes éprises de vérité. Car si ce livre indispensable nous propose, en effet, le sacrifice de mythes fondateurs, ce n'est certainement pas pour nous appeler à cesser l'hymne à un grand mort mais plus essentiellement pour affirmer, rien de moins, à travers la voix la plus juste et la plus forte, notre liberté de mesurer les flagrantes insuffisances du fer de lance de la Révolution Française.

  • « Il n'est pas homme, celui qui ne s'interroge pas sur lui-même » dit Platon.
    Existe-t-il un moyen plus évident de s'analyser que celui de consulter ses rêves, d'autant que l'intérêt qu'on leur porte les suscite et les multiplie ?
    Ce livre, qui présente les rêves et ses interprétations d'une seule et même personne sur une période de dix ans, apporte la preuve qu'il suffit de les noter pour aboutir à la transformation et la maîtrise de sa personnalité et de son destin.
    Mieux qu'au cours d'une thérapie, ils font revivre jour après jour au rêveur les étapes de son passé pour lui permettre d'en soustraire souffrance et tristesse. En comprenant sa propre histoire, celui-ci finit par l'accepter, par l'aimer, par s'aimer.
    Le rêve : l'ami, le guide, le précepteur, le médecin, le juge, la manifestation du Dieu intérieur, qui dote le rêveur d'une connaissance de soi qui devient son arme et son bouclier.
    Dix ans de rêves ont permis à l'auteur d'aboutir à la plénitude, la maturité, la liberté.
    Le rêve serait-il l'étincelle divine de notre corps de matière ?

empty