Esotérisme

  • «Il n'est pas homme, celui qui ne s'interroge pas sur lui-même» dit Platon. Existe-t-il un moyen plus évident de s'analyser que celui de consulter ses rêves, d'autant que l'intérêt qu'on leur porte les suscite et les multiplie ? Ce livre, qui présente les rêves et ses interprétations d'une seule et même personne sur une période de dix ans, apporte la preuve qu'il suffit de les noter pour aboutir à la transformation et la maîtrise de sa personnalité et de son destin. Mieux qu'au cours d'une thérapie, ils font revivre jour après jour au rêveur les étapes de son passé pour lui permettre d'en soustraire souffrance et tristesse. En comprenant sa propre histoire, celui-ci finit par l'accepter, par l'aimer, par s'aimer. Le rêve : l'ami, le guide, le précepteur, le médecin, le juge, la manifestation du Dieu intérieur, qui dote le rêveur d'une connaissance de soi qui devient son arme et son bouclier. Dix ans de rêves ont permis à l'auteur d'aboutir à la plénitude, la maturité, la liberté. Le rêve serait-il l'étincelle divine de notre corps de matière ?

    Sur commande
  • « On ne peut qu'être sensible à l'assurance d'un auteur qui affronte en amateur une tâche aussi périlleuse que le dévoilement des dettes des langues européennes vis-à-vis de l'hébreu ».
    Claude Hagège

    Sur commande
  • Dans la parfaite continuité de Ce que les langues européennes doivent à l'hébreu du même auteur, cet ouvrage met en exergue une nouvelle fois, par le biais d'une analyse étymologique très précise, les similitudes entre la langue hébraïque et plusieurs langues contemporaines (français, espagnol, italien, anglais, allemand et russe).

    Ce travail d'érudition, qui passionnera les amoureux des mots et des signes auxquels ils renvoient, propose une approche linguistique inédite et accessible des langues occidentales, ainsi que de nouveaux liens entre les civilisations depuis la période antique dans le domaine des sciences du langage.

    Dans une deuxième partie, plus intime, l'auteur, autodidacte, raconte la façon dont il est devenu ce linguiste reconnu. Il revient sur les évènements marquants, depuis l'enfance, d'un parcours impressionnant, qui lui ont permis, malgré l'adversité, de conjuguer avec harmonie fidélité à sa judéité et en même temps attachement et reconnaissance à l'égard de son pays, la France.
    C'est un pauvre coeur que celui auquel il est interdit de renfermer plus d'une tendresse, disait Marc Bloch.

    Sur commande
  • Bruno Dray, poursuivant son travail de recherche, propose de nouvelles connexions interlinguistiques entre l'hébreu et les principales langues européennes (français, anglais, allemand, espagnol, italien et russe), révélant les racines cachées de mots comme potiron, épiscopat, acariâtre, lunette ou bachelier.

    Il démontre ici, dans une version augmentée de ses travaux, l'apport considérable, dans le domaine des sciences du langage, du judaïsme à l'Europe, et de Jérusalem à l'histoire de l'Occident.

    Dans une partie, plus intime, l'auteur prononce le kaddish, la prière récitée en mémoire des défunts dans la religion juive, pour son frère jumeau, mort le 6 octobre 2019.

    Sur commande
  • « Il n'est pas homme, celui qui ne s'interroge pas sur lui-même » dit Platon.
    Existe-t-il un moyen plus évident de s'analyser que celui de consulter ses rêves, d'autant que l'intérêt qu'on leur porte les suscite et les multiplie ?
    Ce livre, qui présente les rêves et ses interprétations d'une seule et même personne sur une période de dix ans, apporte la preuve qu'il suffit de les noter pour aboutir à la transformation et la maîtrise de sa personnalité et de son destin.
    Mieux qu'au cours d'une thérapie, ils font revivre jour après jour au rêveur les étapes de son passé pour lui permettre d'en soustraire souffrance et tristesse. En comprenant sa propre histoire, celui-ci finit par l'accepter, par l'aimer, par s'aimer.
    Le rêve : l'ami, le guide, le précepteur, le médecin, le juge, la manifestation du Dieu intérieur, qui dote le rêveur d'une connaissance de soi qui devient son arme et son bouclier.
    Dix ans de rêves ont permis à l'auteur d'aboutir à la plénitude, la maturité, la liberté.
    Le rêve serait-il l'étincelle divine de notre corps de matière ?

empty