Zulma

  • Rosa candida

    Audur Ava Olafsdóttir

    • Zulma
    • 7 May 2015

    En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.

    « Un humour baroque et léger irradie tout au long de cette histoire où rien décidément ne se passe comme il faut, ni comme on s'y attend. » - Anne Crignon, Le Nouvel Observateur.

    « Tant de délicatesse à chaque page confine au miracle de cette Rosa candida, qu'on effeuille en croyant rêver, mais non. Ce livre existe, Auður Ava Ólafsdóttir l'a écrit et il faut le lire. » - Valérie Marin La Meslée, Le Point.


    Roman traduit de l'islandais par Catherine Eyjólfsson

  • La vérité sur la lumière

    Audur Ava Olafsdóttir

    • Zulma
    • 7 October 2021

    Dýja descend d'une lignée de sages-femmes islandaises. Seules sa mère et sa soeur y échappent : l'une travaille dans les pompes funèbres, l'autre est météorologue - naître, mourir, entre les deux quelques tempêtes. Elle aide à mettre au monde son 1922e bébé, et note à quel point le plus difficile est toujours de s'habituer à la lumière. Alors qu'un ouragan d'une force inouïe menace l'île, elle apprivoise l'appartement mal fichu hérité de sa grand-tante, avec ses meubles qui font doublon, des ampoules qui clignotent sous la menace d'un court-circuit et un carton à bananes rempli de manuscrits. La transmission sera aussi littéraire, Tante Fífa ayant poursuivi le grand oeuvre de l'arrière-grand-mère : recueillir les récits, pensées et témoignages des sages-femmes (« mères de la lumière » en islandais) qui parcouraient la lande sous le blizzard et dans la nuit noire. Aujourd'hui comme hier, le fil ténu qui relie à la vie est aussi fugace et fragile qu'une aurore boréale. Sous la mansarde, au dernier étage de l'immeuble, un touriste australien égaré semble venu des antipodes simplement pour réfléchir. Décidément, l'être humain reste l'animal le plus vulnérable de la Terre. Drôle, poétique et grave, le nouveau roman d'Auður Ava Ólafsdóttir est une splendeur.

  • Les portes de la Grande Muraille

    S. X.

    • Zulma
    • 7 April 2022

    Dans un Pékin sous verrou sanitaire et autoritaire, un jeune marié livre ses confessions : agent de cybersécurité pour le gouvernement chinois, il surveille le Net, les réseaux sociaux, et bloque les mots interdits dans les échanges entre citoyens connectés. Et il a fort à faire !
    Dès que retentissent les premières notes d'une vieille comptine pékinoise, il sait qu'un des membres de sa famille est sur WeChat. Et pour les protéger, le voilà qui censure à tout-va. Mais il commence à mettre en doute les informations officielles. Il « fait le mur », passe de l'autre côté du Firewall et découvre que la frêle silhouette en chemise blanche face à un tank sur la place Tiananmen n'était pas un photomontage...
    Bientôt la muraille numérique s'effrite et les rumeurs d'un chaos à venir se font entendre. Les verrous pourraient-ils lâcher - et déclencher l'apocalypse ? Ou la révolution.

    Cybercomédie familiale, Les Portes de la Grande Muraille est à la fois une critique au vitriol et un ardent chant d'amour à Pékin et son histoire.

  • Un monstre et un chaos

    Hubert Haddad

    • Zulma
    • 22 August 2019

    Lodz, 1941. Chaïm Rumkowski prétend sauver son peuple en transformant le ghetto en un vaste atelier industriel au service du Reich. Mais dans les caves, les greniers, éclosent imprimeries et radios clandestines, les enfants soustraits aux convois de la mort se dérobent derrière les doubles cloisons... Et parmi eux Alter, un gamin de douze ans, qui dans sa quête obstinée pour la vie refuse de porter l'étoile. Avec la vivacité d'un chat, il se faufile dans les moindres recoins du ghetto, jusqu'aux coulisses du théâtre de marionnettes où l'on continue à chanter en sourdine, à jouer la comédie, à conter mille histoires d'évasion.
    Hubert Haddad fait resurgir tout un monde sacrifié, où la vie tragique du ghetto vibre des refrains yiddish. Comme un chant de résistance éperdu. Et c'est un prodige.

  • Le serpent des blés Nouv.

    Le serpent des blés

    T. M. Rives

    • Zulma
    • 5 May 2022

    Le Guide des insectes sous le bras, la jeune Macey et sa mère partent en pique-nique sur les collines dorées de Feldon. Au beau milieu des herbes folles surgit Mitchell, un géant dégingandé aux lunettes étincelantes sous le soleil. Esprit libre et fantasque venu de New York pour étudier les serpents, Mitchell est un vrai charmeur. Le voilà qui s'installe dans leur vie...
    Le Serpent des blés nous emporte dans ces paysages américains tout droit sortis des tableaux de Edward Hopper, avec une sensibilité et un laconisme déchirant dignes de Carson McCullers ou de Raymond Carver. Irrésistible et envoûtant.

  • ör

    Audur Ava Olafsdóttir

    • Zulma
    • 5 October 2017

    Se décrivant lui-même comme un « homme de quarante-neuf ans, divorcé, hétérosexuel, sans envergure, qui n'a pas tenu dans ses bras de corps féminin nu - en tout cas pas délibérément - depuis huit ans et cinq mois », Jónas Ebeneser n'a qu'une passion : restaurer, retaper, réparer. Mais le bricoleur est en crise et la crise est profonde. Et guère de réconfort à attendre des trois Guðrún de sa vie - son ex-femme, un joli accident de jeunesse, sa fille, spécialiste volage de l'écosystème des océans, et sa propre mère, ancienne prof de maths à l'esprit égaré, collectionneuse des données chiffrées de toutes les guerres du monde... Doit-il se faire tatouer une aile de rapace sur l'omoplate ou carrément emprunter le fusil de chasse de son voisin pour en finir à la date de son choix ?
    Autant se mettre en route pour un voyage sans retour à destination d'un pays abîmé par la guerre, avec sa caisse à outils pour tout bagage et sa perceuse en bandoulière.
    Ör (« Cicatrices ») est le roman poétique et profond, drôle, délicat, d'un homme qui s'en va - en quête de réparation.

  • Les filles d'Egalie

    Gerd Brantenberg

    • Zulma
    • 6 January 2022

    « Elle » fait bon vivre en Égalie. La présidente Rut Brame travaille nuit et jour à la bonne marche de l'État, quand son époux Kristoffer veille avec amour sur leur foyer. Il y règne d'ailleurs une effervescence toute particulière : à quinze ans, leur fils Pétronius s'apprête à faire son entrée dans le monde. Car voici enfin venu le bal des débutants.
    Mais l'adolescent, grand et maigre, loin des critères de beauté, s'insurge contre sa condition d'homme-objet. Dans l'impossibilité de prendre son indépendance, il crée presque malgré lui un mouvement qui s'apprête à renverser le pouvoir matriarcal en place. L'avenir de la cité radieuse est amené à changer... pour le meilleur et pour le pire.
    Avec Les Filles d'Égalie, Gerd Brantenberg signe une dystopie féministe et résolument provocatrice. L'auteure renverse littéralement les codes de la société patriarcale : les femmes ont tous les pouvoirs, et la langue s'en ressent.
    Le féminin, omniprésent, l'emporte systématiquement sur le masculin, faisant apparaître de nouveaux mots qui soulignent avec une ironie mordante l'oppression invisible qui règne sur la gente féminine. Brûlant d'actualité et débordant d'humour, Les Filles d'Égalie, le grand roman féministe norvégien du XXe siècle, est enfin traduit en français.

  • La lettre à Helga

    Bergsveinn Birgisson

    • Zulma
    • 3 May 2018

    « Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l'été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse - combien tardive - de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu'il aima, aussi brièvement qu'ardemment, d'un amour impossible.
    Et c'est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l'âpre existence qui fut la sienne tout au long d'un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.
    Ce beau et puissant roman se lit d'une traite, tant on est troublé par l'étrange confession amoureuse d'un éleveur de brebis islandais, d'un homme qui s'est lui-même spolié de l'amour de sa vie.

  • Le garçon

    Marcus Malte

    • Zulma
    • 18 August 2016

    Il n'a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin - d'instinct.
    Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d'un hameau perdu, Brabek l'ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l'amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, à la fois soeur, amante, mère. « C'est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l'existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l'effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l'on nomme la civilisation.
    Itinéraire d'une âme neuve qui s'éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l'Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l'immense roman de l'épreuve du monde.

  • La vie rêvée des plantes

    Seung-U Lee

    • Zulma
    • 24 August 2006

    Deux frères, entre la haine et l'amour, le présent et le passé, l'un coupable par jalousie, l'autre amputé à vie. Détective minable espionnant sa propre mère pour un mystérieux commanditaire, Kihyon, à la fois futé et balourd, nous confie sa bouleversante histoire de silence et de résignation, d'amour et de honte, de culpabilités paralysantes et d'espoirs insensés. Par tous les moyens, il tente de réparer le désastre béant des blessures du passé incarné par son frère Uhyon, épileptique et amputé des deux jambes. Ce frère prometteur, devenu par sa faute invalide, grand frère adoré et haï, modèle autrefois admiré et jalousé (jusqu'à tomber amoureux de sa petite amie, la délicieuse Sunmi) et désormais reclus dans sa propre humiliation. Face à une mère au comportement étrange et à un père au mutisme absolu, réfugié dans la culture des plantes qu'il a su inculquer à Uhyon, son fils aîné. Étrange, délétère, pénétrante, proche des films de Hong Sang Soo et Kim Ki Duk, l'atmosphère de la Vie rêvée des plantes irradie un mélange déroutant d'infinie délicatesse et de violence extrême. Lee Seung-U déploie ici une maîtrise d'autant plus captivante qu'elle demeure impalpable. Majeure et unique dans la littérature coréenne contemporaine, sa voix est celle de l'intranquillité.

  • Buru Quartet t.1 ; le monde des hommes

    Pramoedya Ananta Toer

    • Zulma
    • 7 October 2021

    C'est une longue et belle histoire que « Pram» racontait à ses hommes compagnons de détention sur l'île de Buru. Une histoire aventureuse et romanesque qui nous emmène à Surabaya, en Indonésie, au tournant du xxe siècle.
    Minke, jeune journaliste brillant et curieux de tout, y croise le destin d'Ontosoroh, la concubine d'un riche colon hollandais. Tous deux sont javanais et rêvent d'une liberté enfin conquise contre un régime de haine et de discrimination, celui des Indes néerlandaises. Deux personnages extraordinaires, aussi attachants que singuliers - au regard d'un monde qui mûrit sa révolution...

  • La Sterne rouge

    Antonythasan Jesuthasan

    • Zulma
    • 3 February 2022

    Ala n'est qu'une jeune fille lorsqu'elle rejoint les Tigres tamouls. À quinze ans, amoureuse de son général, la voici prête à mourir au combat. Mais l'attentat-suicide qu'Ala s'apprête à commettre n'aura pas lieu et elle se fait arrêter. Condamnée à trois cents ans de prison dans les geôles sri-lankaises, elle tente de se maintenir vivante, forte d'une sensualité inextinguible et du désir de raconter son histoire. Miraculeusement libérée, elle n'a d'autre choix que l'exil et file pour l'Europe. Une autre vie commence. Mais la capitaine Ala, surnommée la sterne, est-elle vraiment celle qu'elle prétend être ?
    Par une astucieuse mise en abyme, La Sterne rouge explore avec subtilité la question des origines, de l'engagement, de la violence et de la liberté. C'est aussi un magnifique hommage aux traditions et à la culture des Tamouls de l'est du Sri Lanka.

  • Buru Quartet t.2 ; enfant de toutes les nations

    Pramoedya Ananta Toer

    • Zulma
    • 14 February 2019

    [ Buru Quartet ] C'est une longue et belle histoire que Pram racontait à ses compagnons de détention au bagne de Buru, une histoire aventureuse et romanesque qui nous emmène à Surabaya en Indonésie au tournant du xx e siècle. En voici le deuxième volet.
    [ Autant en emporte le vent ] Minke appartient à une élite javanaise tolérée par l'administration hollandaise qui tient l'Indonésie sous sa coupe intraitable.
    Mais à peine vient-il d'épouser Annelies, la fille d'un Hollandais et d'Ontoso- roh, qu'elle lui est enlevée et ramenée en Europe. Face aux rouages bien rodés de la domination coloniale, Minke et Ontosoroh sont désormais indéfecti- blement liés. Leur combat n'en est qu'à ses débuts.
    [ Les Raisins de la colère ] Mais c'est un combat qui se joue à l'échelle de la nation. En découvrant l'histoire de Surati, qui s'est volontairement défigurée pour échapper aux griffes du directeur hollandais de la sucrerie, ou celle de Trunodongso, un paysan exproprié déterminé à ne pas se laisser faire, Minke se décide à prendre la plume pour écrire au nom de son peuple.
    On entre dans cette oeuvre pour ne plus en ressortir, sinon heureux d'avoir intimement perçu, à travers la conscience en éveil d'un homme singulier, la comédie humaine à la mesure des peuples et du monde moderne.

  • Le rouge vif de la rhubarbe

    Olafsdottir Audur Av

    • Zulma
    • 5 April 2018

    Souvent aux beaux jours, Ágústína grimpe sur les hauteurs du village pour s'allonger dans le carré de rhubarbe sauvage, à méditer sur Dieu, la beauté des nombres, le chaos du monde et ses jambes de coton. C'est là, dit- on, qu'elle fut conçue, avant d'être confiée aux bons soins de la chère Nína, experte en confiture de rhubarbe, boudin de mouton et autres délices.
    Singulière, arrogante et tendre, Ágústína ignore avec une dignité de chat les contingences de la vie, collectionne les lettres de sa mère partie aux antipodes à la poursuite des oiseaux migrateurs, chante en solo dans un groupe de rock et se découvre ange ou sirène sous le regard amoureux de Salómon. Mais Ágústína fomente elle aussi un grand voyage : l'ascension de la « Montagne », huit cent quarante-quatre mètres dont elle compte bien venir à bout, armée de ses béquilles, pour enfin contempler le monde, vu d'en haut...

    « On est tout de suite dans le sillage de l'auteur qui avec une grâce quasi sur- naturelle nous prend par la main pour nous raconter l'histoire d'Ágústína. » Bernard Babkine, Marie France Tout premier roman d'Auður Ava Ólafsdóttir enfin traduit en français, Le rouge vif de la rhubarbe éclaire à merveille l'oeuvre de la grande romancière islandaise. Car il s'agit bien de merveilleux chez elle. Pourtant, c'est à la vie ordinaire qu'elle s'attache, sur cette île noire aux paysages crépusculaires, celle de personnages hors normes qui affrontent leur destinée avec une singulière drôlerie et une grâce incomparable. Car il y a toujours une embellie dans les nuits polaires d'Auður Ava Ólafsdóttir.
    Après Rosa candida, inoubliable découverte, Le rouge vif de la rhubarbe paraît aussi dans notre collection de poche Z/a.

  • Buru Quartet t.4 ; la maison de verre

    Pramoedya Ananta Toer

    • Zulma
    • 22 November 2018

    C'est en homme de main du pouvoir que le commissaire Pangemanann reprend le récit de Minke. Chargé par le Gouverneur de surveiller et contrecarrer ses activités, Pangemanann, d'abord tiraillé par sa conscience face à l'homme de principe qu'il admire, ne s'embarrasse bientôt plus de scrupules - le prix de sa promotion...
    Espionnage, intimidation, trahison, arrestations, manipulation, corruption, actes terroristes : rien n'est laissé au hasard pour détruire Minke et son oeuvre qui, sous couvert de menace à l'ordre colonial, deviennent l'obsession de Pangemanann...
    Avec la Maison de verre, voici l'époustouflant final de la tétralogie épique de « Pram », publié en français pour la première fois et directement traduit de l'indonésien.
    Fresque politique, roman d'initiation, d'amour et d'émancipation, le Buru Quartet est une incroyable machine romanesque - géniale, puissante et unique -, qui livre un dernier volet aussi subversif aujourd'hui que lors de sa parution à Jakarta en 1985. Où le dessous des cartes est révélé avec une ironie d'une modernité absolue.

  • L'embellie

    Audur Ava Olafsdóttir

    • Zulma
    • 4 May 2017

    En ce ténébreux mois de novembre, la narratrice voit son mari la quitter sans préavis et sa meilleure amie lui confier son fils de quatre ans. Qu'à cela ne tienne, elle partira pour un tour de son île noire, seule avec Tumi, étrange petit bonhomme, presque sourd, avec de grosses loupes en guise de lunettes.


    Avec un humour fantasque et une drôlerie décapante, l'Embellie ne cesse de nous enchanter par cette relation cocasse, de plus en plus attentive, émouvante entre la voyageuse et son minuscule passager. Ainsi que par sa façon incroyablement libre et allègre de prendre les fugaces, burlesques et parfois dramatiques péripéties de la vie, et de la vie amoureuse, sur fond de blessure originelle.
    Et l'on se glisse dans l'Embellie avec le même bonheur immense que dans Rosa candida, en une sorte d'exultation complice qui ne nous quitte plus.

  • épépé

    Ferenc Karinthy

    • Zulma
    • 3 October 2013

    Budaï, brillant étymologiste hongrois, se rend à Helsinki pour un congrès de linguistique lorsque son avion atterrit inexplicablement dans une mégalopole inconnue. Impossible pour Budaï d'en sortir ou d'en saisir l'énigmatique langage, lui qui maîtrise pourtant plusieurs dizaines d'idiomes. Prisonnier de cette ville qui le harponne autant qu'elle nie son existence, Budaï fait la fort heureuse rencontre d'Épépé - si tant est que tel soit son prénom ! -, une douce liftière auprès de laquelle il tente désespérément de comprendre ce monde cauchemardesque et indéchiffrable. où survivre, quand on est étranger, devient une épopée infernale.

  • Buru Quartet t.3 ; une empreinte sur la terre

    Pramoedya Ananta Toer

    • Zulma
    • 8 March 2018

    « Enfin la terre de Betawi se déploie sous mes pieds. J'inspire profondément l'air du bord de mer. Adieu, navire, adieu, mer, adieu à tout ce qui fait partie du passé, sans excepter les expériences des jours sombres. Adieu. Je pénètre l'univers de Betawi et j'entre dans le XXe siècle. À toi aussi, XIXe, adieu ! Je suis venu m'affirmer, chercher la grandeur et le succès. » Voici Minke en homme nouveau. Laissant derrière lui Surabaya pour la capitale des Indes néerlandaises, il entre à l'école de médecine - la seule école supérieure ouverte aux Indonésiens. Triste reflet du système en place : Minke doit renoncer à ses vêtements européens pour se vêtir à la mode javanaise, et marcher pieds nus. Où que Minke se tourne, même dans les cercles hollandais réformateurs, il se heurte au mur de la domination coloniale, à l'exploitation des terres et des hommes au service de l'industrie sucrière. Mais le sésame est ailleurs - dans cette lettre qu'il doit remettre à Mei, une jeune chinoise militante. Grâce à elle, Minke passe à l'action : il crée un premier syndicat, une association pour l'éducation des masses, un journal indépendant en malais... L'heure de la révolution a sonné !
    Après Le Monde des hommes et Enfant de toutes les nations (Zulma, 2017), ce troisième volet du Buru Quartet est publié en français pour la première fois, directement traduit de l'indonésien. Fresque politique, roman d'initiation, d'amour et d'émancipation, le Buru Quartet est une incroyable machine romanesque - géniale, puissante et unique.

  • La somme de nos folies

    Shih-Li Kow

    • Zulma
    • 23 August 2018

    Il arrive rarement qu'un déluge fasse de l'ombre à une éclipse solaire. Il n'empêche, cette année-là, par un curieux concours de circonstances, Beevi, vieille dame fantasque, volontiers revêche, terriblement attachante, hérite d'une grande demeure et adopte Mary Anne, débarquée de son orphelinat. Aidée de Mary Anne et de l'extravagante Miss Boonsidik, Beevi reconvertit la bâtisse - quatre tourelles, dix toilettes, des bibelots à foison et un jardin extraordinaire - en bed & breakfast pour touristes égarés...
    Le tout livré en alternance et avec force commentaires par la facétieuse Mary Anne et par Auyong, l'ami fidèle, vieux directeur de la conserverie de litchis, qui coulerait des jours paisibles s'il ne devenait l'instigateur héroïque d'une gay pride locale.
    La Somme de nos folies est la chronique absolument tendre, libre, drôle, profonde, incisive, d'un petit monde presque sans histoire quelque part en Malaisie, aujourd'hui. Une somme de folies très humaines, comme un concentré de vie, dans ce qu'elle offre de plus lumineux.

  • Mais leurs yeux dardaient sur Dieu

    Zora Neale Hurston

    • Zulma
    • 13 September 2018

    « Janie avait seize ans. Un feuillage vernissé et des bourgeons tout près d'éclore et le désir de prendre à bras-le-corps la vie, mais la vie semblait se dérober. Où donc étaient-elles, ses abeilles chanteuses à elle ? Rien dehors ni dans la maison de grandmaa ne lui répondait. Du haut des marches elle scruta le monde aussi loin qu'elle put, et puis elle descendit jusqu'à la barrière et s'y pencha pour contempler la route de droite et de gauche. Guettant, attendant, le souffle écourté par l'impatience. Attendant que le monde vienne à se faire. » Il ne lui faudra pas moins de trois mariages et trois vies - le vieux Logan Killicks et ses sentiments trop frustes, le fringant Joe Starks et ses ambitions politiques dévorantes, puis la promesse d'égalité, l'étreinte d'amour et le frisson extatique qu'incarne Tea Cake - pour atteindre toute la mesure de son rêve d'émancipation et de liberté. Portrait d'une femme entière, animée par la force de son innocence pour braver la rumeur du monde et se révéler à l'existence, Mais leurs yeux dardaient sur Dieu est un chef-d'oeuvre - et l'un des tout premiers romans écrits par une femme afro-américaine. Un monument de la littérature, aussi percutant aujourd'hui que lors de sa parution aux États-Unis en 1937. À découvrir ou redécouvrir dans une traduction inédite magistrale.

  • Miss Islande

    Audur Ava Olafsdóttir

    • Zulma
    • 5 September 2019

    Islande, 1963 - cent quatre-vingt mille habitants à peine, un prix Nobel de littérature, une base américaine, deux avions transatlantiques, voilà pour le décor. Hekla, vingt et un ans, emballe quelques affaires, sa machine à écrire, laisse derrière elle la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík avec quatre manuscrits au fond de sa valise. Il est temps pour elle d'accomplir son destin : elle sera écrivain.
    Sauf qu'à la capitale, on lui conseille de tenter sa chance à l'élection de Miss Islande au lieu de perdre son temps à noircir du papier. Entre deux petits boulots, Hekla se réfugie chez Ísey, amie d'enfance convertie en mère de famille par un amour de vacances. Ou auprès de Jón John, fils illégitime d'un soldat américain qui rêve de quitter son île pour vivre de stylisme et de l'amour d'un autre homme...
    Avec la sensibilité, l'humour et la délicatesse qui lui sont si personnels, Auður Ava Ólafsdóttir interroge dans son sixième roman la relation de deux pionniers qui ne tiennent pas dans les cases, prisonniers d'un monde lilliputien et conservateur. Miss Islande est un magnifique roman sur la liberté, la création et l'accomplissement.

  • Le clou

    Zhang Yueran

    • Zulma
    • 3 June 2021

    La trentaine un peu cabossée, Li Jiaqi et Cheng Gong se retrouvent après des années sans nouvelles. Elle rentre de Pékin où elle était rédactrice de mode ; lui habite encore avec sa tante sur le campus de la Faculté de médecine. C'est là que tout a commencé. Parce que leurs grands-pères - l'un éminent chirurgien, l'autre directeur adjoint de l'hôpital universitaire - s'y sont côtoyés aux heures les plus sombres de la Révolution culturelle... En une fresque incroyablement vivante, peuplée de souvenirs d'enfance, de conflits familiaux et de révélations, ils se racontent leurs vies parallèles et avancent une à une les pièces manquantes du drame.

  • Un jour avant Pâques

    Zoyâ Pirzâd

    • Zulma
    • 21 August 2008

    Roman écrit à la première personne, celle d'un narrateur penché sur son passé, Un jour avant Pâques raconte la vie d'une famille arménienne en Iran. Trois délectables sagas de la mémoire s'enchaînent, ou plutôt trois périodes de la vie du narrateur, et toujours à la veille de Pâques, fête des oeufs peints et de la Résurrection. Enfant particulièrement sensible et délicat, le narrateur se souvient des conflits multiples qui émaillaient sa vie d'écolier : les disputes entre ses père et mère comme les chamailleries entre voisins. En compagnie de Tahereh, fillette remuante et spirituelle, le narrateur enfant découvre les prodiges minuscules de l'univers, comme la visite d'une coccinelle ou d'un rayon de soleil. Tahereh n'est autre que la fille du concierge musulman. Acceptée dans l'école arménienne, elle se révèle une excellente élève. Leur amitié d'enfants s'épanouit, miraculeuse, sous l'oeil ombrageux des vieux. La deuxième veille de Pâques voit notre narrateur rattrapé par le temps : désormais directeur d'école, marié et père de famille, il tente de dissuader Alenouche, sa fille, d'épouser le jeune musulman d'origine turque dont elle est éprise. L'histoire de Danik, sa collaboratrice appréciée à la direction de l'école, fait écho au drame familial : arménienne de Tabriz, elle a été rejetée de son village à cause d'un flirt avec un musulman. Plus tard, et c'est le troisième volet de ce roman de la mémoire juste, son épouse meurt de chagrin et il ne pourra s'empêcher de reprocher à sa fille cette rupture des traditions, cause apparente de tous les malheurs. Cependant c'est avec Danik qu'il passera les Pâques et apprendra à pardonner sa propre fille.

empty