Romans & Nouvelles

  • L'Oiseau des profondeurs reprend la forme des récits magrébins qui commencent le soir, rebondissent le lendemain et peuvent durer toujours. Frère humain, vous êtes vous-même la matière de ce conte initiatique, sensuel, où le soleil, la roche, l'eau et la nature dans toutes ses expressions guident l'homme dans la recherche de soi.

    Mohamed est un Berbère d'un douar aux confins des zones habitées, avant les sables du Sahara. Dans sa communauté, chacun a un rôle. Mohamed est le fou qui conte des histoires, mais aussi le voyant, dont la véracité des prophéties est bien connue. Toutefois, un oiseau gigantesque, faisant fi des lois des migrations, survole un jour le village et se dirige vers le Sud.
    Mohamed, « oeil du monde », perçoit l'importance de ce survol et s'inquiète de la signification de cet événement extraordinaire pour lui et son village. Il décide de répondre à cet appel, et c'est alors que commence une quête vers son moi profond, dans une langue poétique dont on se surprend à faire de ses mots siens.

    Livre édité en partenariat avec Le Cercle algérianiste.

  • Parades nuptiales est le premier tome de la trilogie du Cercle des Hiboux.
    Le tableau représenté sur la couverture - peinture « maudite » ou entachée d'une « malédiction », car elle aurait été souvent présente sur des lieux ayant subi un violent incendie - est hautement significatif, fortement symbolique, emblématique même d'un roman sur lequel plane l'ombre de l'effacement d'un monde.

    Ce roman, qui narre les péripéties déroutantes de personnages singuliers, est aussi un parcours initiatique, une fable magnifique, un véritable art du roman, au sens kunderien du terme, qui à travers l'ego expérimental d'un personnage examine jusqu'au bout quelques thèmes de l'existence, dont celui du refus de la destruction, et de la mort qui nous est promise.
    />

  • Dix-sept histoires de braves gens pas si braves, de vieilles dames encore vaillantes et d'enfants nés d'improbables unions. Dix-sept histoires courtes où tout est possible mais qui ne disent pas tout.

    Sur un ton insolent et volontiers déroutant, parfois tendre, souvent féroce et à l'humour décalé, Gaëlle Moneuze livre dans ce premier recueil le fruit d'un travail de réflexion très personnel sur l'identité, la violence du monde et les pulsions secrètes enfouies au plus profond de nous.

    Freud n'a qu'à bien se tenir. oedipe n'a pas dit son dernier mot.

  • « Une femme ne peut-elle vivre sans un homme à ses côtés ? Sans un chat, je concède que c'est difficile, mais sans un homme ? ».

    L'enfer, pour Monique, ce fut cela même : le dard du mépris des hommes qui l'entourèrent, qu'elle raconte sur un ton drôle et audacieux. Il y a en effet toute une série de tiers dans le regard desquels elle n'avait rien d'autre à espérer que l'éternel retour des jours. Car tout le monde, incessamment, trouvait matière à se moquer d'elle - ses frères, particulièrement, qui la harcèlent de taquineries.

    L'enfant grandit. La jeune fille questionna sa place dans un monde d'hommes. Son père, le patriarche silencieux ; son frère aîné, talentueux et sûr de lui ; son frère cadet, tendre en cachette ; son époux, et l'énigme de son désir : tous semblaient douter d'elle.

    Hélas, le proche se fait toujours lointain, dans ce beau texte où l'on éprouve toujours plus, au fil des pages, son éloignement, et la douleur de son inaccessibilité.

    Sur commande
  • Pourquoi Geneviève Morin n'a-t-elle pas épousé le compagnon de son enfance qu'elle n'a cessé d'aimer ? Pourquoi a-t-elle fui jusqu'à Londres ? Pourquoi la mort de son mari, alcoolique, dont elle vit séparée, la terrifie-t-elle au lieu de lui ouvrir la perspective du bonheur auprès de Gérard de Vaudrémont ? Quel est ce mystère qui entoure son mariage avec François Morin ? Entre l'amour qui enchaîne et l'amour qui libère s'offre une sonate pour alto et violoncelle où triomphera le pardon avec la dernière note de l'Ave Verum de Mozart. Sociétaire et lauréate de l'Association des Ecrivains de Langue Française, Elisabeth-Marie Ganne est née à Paris en 1925. Musicienne elle-même à la quatrième génération, 1 'auteur dédie cet ouvrage à son grand-père Louis Ganne, compositeur de nos marches militaires Le Père la victoire et la Marche Lorraine. Ainsi elle enveloppe tout naturellement la forme de son roman dans un discret voile musical.

    Sur commande
  • Jusqu'à présent, jusqu'au Fabuleux voyage d'un passeur au pays des cocus, les hommes ou les femmes trompés étaient des personnages ternes. Aux médiocres, la littérature préfère les héros flamboyants ou les escrocs magnifiques, aussi leur cause était mal engagée. Jusqu'à ce toman dans lequel l'auteur leur offre une rédemption. C'est à travers l'épopée singulière et loufoque dans un pays très particulier que l'on comprend les tourments de l'amoureux bafoué. Voici donc Ben, accompagné de son binôme canin Chiquito, venus renverser nos idées reçues. Car au bout du chemin, il y a la promesse d'une nouvelle dimension de l'amour et de la vie. A mi-chemin d'Alice au payx des merveilles et du Magicien d'Oz, le Fabuleux voyage fait résonner le tragi-comique d'un petit mot de quatre lettres : COCU.

  • Avec ce recueil de nouvelles, vous êtes comme le visiteur privilégié d'une exposition privée et permanente, où seraient rassemblés vingt tableaux de peinture hollandaise du dix-septième siècle. Chacun concentre et recrée une situation, une émotion, un désir ou un rêve, dans un instant suspendu, mystérieux et pourtant limpide, pris dans l'éternité de sa propre lumière.

    Adriana Langer se consacre depuis des années à cet art si particulier de la nouvelle. Par son écriture précise et tendre, nous découvrons un monde, proche et pourtant inconnu. De l'amour et de la vie, pleine ou ténue, charnelle ou éthérée, obstinée à trouver son chemin ; ses thèmes sont ceux de chacun d'entre nous, aimer et vivre, encore et malgré tout.

    Sur commande
  • Dans son roman, Rahma Ganancia enchevêtre fiction et réalité.
    Tristan est pharmacien, Iseult la Blonde est femme au foyer.
    Ils boivent un philtre qui les unit l'un à l'autre d'un amour indissoluble lors d'un voyage organisé.
    Racontée mille et une fois, cette histoire d'adultère s'inscrit dans ces vieilles légendes où la femme, lors d'une odyssée qui l'emmène loin de chez elle, s'interroge sur son mariage, sur ces liens qui l'unissent à un homme qu'elle n'aime plus mais dont elle ne peut se passer.
    C'est aussi l'histoire d'une femme aimée de deux hommes, vivant un amour qui vient illuminer son existence, malgré la part obscure du secret et de la culpabilité.

    Sur commande
  • Lorsque Josette apprend que la première fiancée de son mari était en tout point semblable à elle et que leur rupture n'est pas de son fait, elle remet en question l'amour que Georges lui porte.

    Le doute s'instille dans leur histoire. Elle décide alors de réunir les protagonistes de la rupture vingt ans après.

    Jusque là dévouée à son mari et à ses enfants, c'est en traversant les affres de la jalousie qu'elle tente de rendre son existence plus tolérable.

    Cette expérience s'avèrera être une terrible épreuve.

    Sur commande
  • L'Algie

    Louis Bachoud

    Une famille française fuit les nazis. Ils arrivent en fugitifs en Algérie. L'enfant grandit d'abord dans le bled montagneux, puis dans la ville dite « La Blanche ». Il participe volontairement à la guerre d'Algérie et en janvier 1962, en fin de guerre civile, se retrouve seul, sa famille démembrée, à nouveau migrant obligé.

    La France n'est pas accueillante. « Que les pieds-noirs aillent se réadapter ailleurs ! » annonce Gaston Deferre.

    L'exilé se proclame pied-noir et débute sa vie laborieuse dans une France étrangère, un monde déjà global.

    Son pays natal adhère à sa chair. Dans le combat journalier pour s'intégrer sans s'assimiler au peuple continental français, il énonce que « sa seule patrie est la langue française et son patrimoine culturel ».

    Il traduira en architecte cette vision dans de nombreux pays et fera renaître un patrimoine national oublié, matière de l'histoire de France.

    Entre innocence et conscience, entre amours généreuses et combats vitaux, l'auteur sacralise le temps vivant, la liberté de l'être.

    Sur commande
  • Aude

    Adriana Langer

    « Aude se concentrait sur les explications que l'interne donnait à l'intention des externes - bilans sanguins et urinaires, échographies, scanners, traitements - jusqu'à ce qu'elle pose les yeux sur une patiente, assise les jambes pendantes. L'anémie combinée à l'insuffisance rénale donnait à sa peau épaisse, ridée, un teint à la fois pâle et grisâtre. Sa petite taille accentuée par ce dos courbé, son visage d'où toute féminité s'est retirée, sa robe brun foncé usée : cette menue poche d'ombre dans la chambre éclairée, parmi les jeunes médecins en blouse blanche, conférant debout, sérieux et sereins, lui évoquait soudain un vieillard de Rembrandt, égaré dans un clair-obscur trop explicite. Alors son esprit - tantôt distant, analytique - se métamorphosait. » Dans ce court roman, nous suivons Aude, une étudiante en médecine, qui s'efforce de conjuguer un regard scientifique en formation avec un autre regard, intuitif et sensible, qu'elle développe à travers la peinture.

    Sur commande
  • Alors que le premier volume est déjà sorti, voici le Volume 2, où nous retrouvons l'auteur-narrateur le jour où nous l'avions quitté, la veille de son départ pour Arles, le 25 juin 2009, toujours à travers le prisme du temps qui passe, avec plusieurs angles de vue, tous intimement liés à la complexité des temporalités dans lesquelles s'inscrit l'acte d'écrire.

    Ce Journal de deuil - Volume 2 se situe dans une oeuvre plus large, qui sans doute fera date, récit à l'écriture classique et belle, d'une séquence déterminée d'évènements, en même temps qu'assemblage littéraire d'éléments épars autour de la question de la littérature, de la mémoire et du temps.

    Sur commande
  • Un vieil homme malade, sachant sa mort proche, décide de quitter le monde occidental pour tenter de retrouver l'harmonie du vivant.

    A Madagascar, il rejoint les dernières tribus de chasseurs-cueilleurs qui l'accueillent en ancêtre. Dans un bouleversant chant de vitalité, il fait corps avec l'arbre sacré des hindous, le banian, grâce au don duquel il persévère dans son être.

    Sur commande
  • Qu'est-ce que vivre vieux ?
    Trois femmes frappent à la porte du domaine d'un homme veuf, octogénaire, amoureux de la vie. Chacune renvoie aux forces de l'existence : l'amour, le rapport à l'Autre, l'argent et la maladie.
    Il abandonnera son domaine et son passé pour se retrouver au seuil de sa dernière demeure.
    Louis Bachoud, dans un texte captivant, qui se présente sous la forme d'un conte allégorique, espère que les hommes s'ouvrent à l'intensité de la vie, ordonnée vers une fin qui lui donne profondeur et sens.

    Sur commande
  • « Pas un jour sans une ligne » : fidèle à la phrase latine que Zola avait gravée sur le manteau de sa cheminée, Jean Bellaiche publie le volume 3 du Journal de deuil qu'il a commencé au lendemain de la mort de son compagnon, François Archinet.

    Rédigé sous la forme d'un énoncé fragmenté, ce texte peut être vu comme le lieu d'une possible résurrection de l'être aimé. L'écriture renvoie dans une autre dimension le chagrin de l'auteur, qui au lieu de nous faire oublier les morts pour ne nous laisser en mémoire que les larmes, inscrit sa mémoire dans l'histoire.

    Sur commande
empty