Universite Grenoble Alpes

  • Aux sources d'une pensée démocratique et socialiste ou social-démocrate en Allemagne, longtemps occultée par le(s) marxisme(s) et par la pensée antilibérale et antidémocratique, voire crypto-nazie, ce texte intéressera ceux qui, au sujet du "couple franco-allemand" en Europe, souhaitent réfléchir au-delà des clichés sommairement pessimistes ou naïvement optimistes. Alors que l'échec des révolutions de 1848 est général, Arnold Ruge, hégélien de gauche et député au Parlement de Francfort, exprime l'espoir d'une "seconde révolution" plus radicale que la première, celle de mars 1848, et qui fonderait une république sociale et démocratique. La formule est du socialiste français Louis Blanc, avec qui Ruge, avant sa rupture avec Marx, fut en contact à Paris en 1843-1844. Opposé au despotisme ancien, au libéralisme bourgeois et au communisme et anticipant, en citant Proudhon, sur les projets autogestionnaires du XXe siècle, Ruge propose la suppression du salariat et un coopératisme généralisé avec maintien d'un État régulateur. Présenté et traduit par Lucien Calvié

  • L'Homme déshabité, sorti du néant, est éveillé à la vie par le Créateur qui lui octroie les cinq sens et lui fait don d'une jeune femme innocente et pure. Après un temps d'harmonie céleste entre l'Homme et la Femme, apparaît dans l'acte central la Tentation, au piège de laquelle l'Homme, trahi par les sens, succombera après un temps de lutte. Dans l'épilogue, le Créateur condamne l'Homme qui n'a pas su dominer ses sens. La pièce se termine par la rébellion de l'Homme contre son Créateur et une déclaration de haine réciproque.

    L'Homme déshabité est la traduction d'une très belle pièce de théâtre écrite par Rafael Alberti en 1931. Cette traduction collective et inédite restitue le rythme, les images et la théâtralité innovante de l'auteur. Une très belle introduction de Serge Salaün situe avec justesse l'oeuvre dans son contexte et propose des pistes de lecture pour appréhender les différents niveaux de lecture auxquels la pièce nous invite.

    Cet ouvrage est issu d'une traduction collective réalisée par l'atelier de traduction théâtrale du CREC de l'Université Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Marie Salgues (maîtresse de conférences) et Évelyne Ricci (professeure). Introduction rédigée par Serge Salaün (Ex)titulaire de la chaire de littérature espagnole contemporaine.

  • Roman traduit et annoté par Anne Reynès-Delobel.

    Fuir avant demain est un roman de l'écrivaine américaine Kay Boyle paru en 1932. Le lecteur est entrainé dans le récit aussi émouvant que lumineux d'une escapade tumultueuse et désespérée dans l'arrière-pays grassois, au milieu des années vingt. Cette fiction autobiographique témoigne d'une époque littéraire façonnée par l'expérience de l'exil et tourmentée par le sentiment de sa finitude.

    Paru en français pour la première fois en 1937, le roman est réédité ici dans une nouvelle traduction, proposée par Anne Reynès-Delobel, qui permet d'apprécier toute l'intensité et l'élégance de la prose poétique de Boyle, romancière moderniste unique.

  • Poèmes traduits de l'espagnol (Pérou) par Philippe Dessommes Flôrez.

    Sans doute, la marque des grands poètes est de nous révéler, à partir de leur expérience, ce que notre propre vie recèle de poésie insue, profondément enfouie ou à fleur de vie. Cette transfiguration du réel qu'opèrent les oeuvres de Kawabata ou Tanizaki, nous la retrouvons au Pérou chez Watanabe, poète d'expression espagnole imprégné de culture japonaise. Car chacun de ses poèmes nous offre l'accès au fruit d'une lente méditation ou maturation dont la saveur nous accompagne durablement. L'observation pénétrante et la contemplation conduisent, dans un contrôle qui confine au réfrènement, à une écriture nécessaire et simple, à des images ou à des symboles dépassant la seule personnalité du poète et transcendant son monde sensible et ses émotions.

  • Symboles chargés de positivité, mythes héroïques, thèmes contigus et intertextualité implicite ou explicite consacrent le thème de l

  • Poèmes traduits de l'anglais et annotés par Camille Fort.

    Cet ouvrage est une traduction française de trente-deux poèmes majeurs extraits du Temple de George Herbert, poète anglais essentiel du XVIIe siècle. La mise en regard des textes français et anglais permet de s'étendre sur la poésie proprement dite, ses effets et ses subtilités.

    Écrite dans un style concis, émaillée de formules frappantes et éclairantes, l'introduction relève le défi consistant à donner à comprendre en quelques pages la signification, la nature et la portée de la poésie de Herbert. Le poète est en effet bien plus qu'un témoin des soubresauts religieux de son temps : il est celui dont "le coeur pérégrinant" exprime l'errance et l'obstination spirituelles de l'homme.
    />

  • Figure de proue des échanges et transferts culturels entre la France et l'Allemagne, Lorenz Stein (1815-1890) mérite aujourd'hui toute notre attention : l'oeuvre de ce sociologue et philosophe du droit qui fut l'un des pionniers de la " science de l'administration ", servit en effet de source d'inspiration à bien des théoriciens de l'Etat social moderne.
    Marx la considérait comme l'une des meilleures sources de la pensée socialiste à ses débuts : un jugement qui fut repris dans la littérature marxiste ultérieure. Stein lui-même, qui avait pris appui, dans son traitement original de la " question sociale ", tant sur la Philosophie du droit de Hegel que sur la nouvelle pensée sociale française (celle de Saint-Simon et de Fourier, en particulier), avait pourtant été très réservé sur les solutions proposées, dans les courants de pensée dits " marxistes ", à cette question.
    Cherchant à éviter toute réponse révolutionnaire, il voulut plutôt faire progresser les réformes sociales, en mettant l'accent sur la nécessité de conduire les classes les plus défavorisées elles mêmes à la propriété et à la culture. Est présentée ici, cent cinquante ans après sa publication mais pour la première fois en traduction française, la première partie de l'Histoire du mouvement social en France, de 1789 à nos jours : le texte même qui, selon Herbert Marcuse, constitue le " premier ouvrage sociologique allemand ".

  • Auteur d'un roman primé par la critique, l'écrivaine américaine contemporaine Patricia Eakins est aussi connue pour ses nouvelles. Dans ce recueil, elle révise à sa manière la forme du conte populaire, mythologique, scientifique ou ethnographique, pour donner des récits hybrides, déroutants, d'un enchantement étrange. Ses contes fantastiques dépassent le constat nostalgique d'un passé perdu et proposent une mythologie subversive, d'une grande créativité linguistique. Qu'elle revisite le conte médiéval japonais ou le conte tibétain, le conte fantastique à la manière de Rabelais ou celui des Lumières du XVIIIe siècle français, le conte persan ou le conte inuit, la fable écologique ou le conte d'Hansel et Gretel, le récit de l'enfant sauvage du Far West ou le conte africain, elle sait nous maintenir en haleine, et nous surprendre autant que nous ravir. Ses affamées donnent faim d'un sens nouveau. Avides et gravides, elles restent à notre mémoire longtemps après la lecture. Selon la lecture critique de Paul Violi : «Je sais que je suis en présence d'un texte exceptionnel quand mes outils d'analyse habituels deviennent obsolètes. L'oeuvre de Patricia Eakins séduit à plusieurs titres par son génie, et il se pourrait bien qu'elle ait écrit un livre majeur. Il est certain qu'elle a écrit un livre magique.» Cet ouvrage propose une biographie de l'auteur, une introduction détaillée des textes, un commentaire de certains choix de traduction, et en postface, l'analyse critique que Paul Violi a faite des nouvelles à leur parution américaine.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Conteur célèbre, né a Florence en 1513 et mort dans la région de Padoue en1574, Anton Francesco Doni s'est adonné aux genres littéraires les plus divers, car domine en lui la passion du livre et donc la passion d'écrire et de publier. Le livre offre une traduction d'extraits de ses ¦uvres les plus représentatives, dans lesquelles se donne libre cours la verve satirique d'un moraliste caché sous le masque d'un bouffon. Certes, on y trouve ce goût répertorier et à ressasser les thèmes récurrents de l'époque humaniste : tous les trésors de l'Antiquité, toutes les humeurs du temps, tous les concepts et les images du théâtre de l'univers et de la comédie humaine. Mais on y trouve aussi un travail d'écriture aux multiples facettes, fruit de riches expériences que l'auteur a su élaborer et transfigurer grâce à l'imagination et a la fantaisie la plus débridée. Aventurier, chercheur, investigateur de la nature humaine, il est aussi philosophe humaniste, et armé de ses jeux de langage et de paradoxes, il se révèle être un critique sévère et désenchanté de l'homme et de la société de son temps.

    Sur commande
empty