Arts et spectacles

  • Le marché de l'art sous l'Occupation 1940-1944 Nouv.

    Sous l'Occupation allemande, le marché de l'art a été florissant. Les marchandises affluent, certaines issues des spoliations des familles juives. Une semaine après l'entrée des troupes allemandes dans Paris commence la saisie des oeuvres d'art leur appartenant.
    Le gouvernement de Vichy oblige les galeristes juifs à céder leurs tableaux aux administrateurs provisoires, tandis que les autorités occupantes en confisquent une partie. Dès lors, l'hôtel des ventes de Drouot, qui a interdit « de manière absolue » son entrée aux Juifs, ne désemplit pas. Les ventes des objets d'art atteignent des prix records. Après une longue enquête en Europe et aux États-Unis, et grâce à des archives jusque-là inexploitées, Emmanuelle Polack dresse un tableau précis du marché de l'art sous l'Occupation. Une faune d'intermédiaires peu scrupuleux profite sans retenue de la confiscation des oeuvres d'art. Après la guerre, peu de sanctions seront prises.
    Aujourd'hui, de nombreuses oeuvres n'ont toujours pas été restituées à leurs propriétaires. Elles sont les témoins silencieux de l'Histoire.

    awaiting publication
  • Pascal Torres nous raconte un monument en perpétuelle transformation, pour mieux en saisir le sens : une visite guidée pour découvrir l'histoirede ce lieu incomparable,dont les tableaux ne sont pas les seules richesses...

    On connaît le prestigieux musée, qu'aujourd'hui le monde entier nous envie. On connaît moins l'histoire du lieu, reflet de l'histoire de France, tour à tour forteresse, palais et symbole républicain. Depuis la fondation du Louvre de Philippe Auguste au XIIe siècle jusqu'à l'internationalisation du musée au XXIe, le Louvre se révèle ici à travers des épisodes marquants de son histoire (une visite nuptiale de Napoléon Ier et de Marie-Louise, le rapt de la Vénus de Milo, l'incendie des Tuileries, le vol de la Joconde, etc.) ou les oeuvres les plus emblématiques (le Grand Sphinx de Tanis, les Chevaux de Marly, Le Sacre de l'Empereur de David, etc.) qui l'ont fait tel qu'il est aujourd'hui :
    Le palais des rois et de l'art-roi.

    Suivez le guide pour la plus étonnante des visites !

  • Louise Brooks, comme Greta Garbo et Marilyn Monroe fait partie de cette Olympe secrète qui domine Hollywood. Des trois, elle est la plus candide, la plus fascinante, mais aussi la plus énigmatique. Aucune autre actrice de cinéma n'a eu autant d'impact sur le public avec un aussi petit nombre de films. Son talent, son regard, sa beauté, son intelligence aiguë firent d'elle, d'emblée, une grande vedette.
    Cette jeune femme, qui célébra avec enthousiasme la vie hédoniste de New York et de Hollywood dans les années vingt, compta parmi ses amis et rivaux Greta Garbo, Gloria Swanson, Clara Bow, Buster Keaton, John Gilbert et W.C Fields. Mais avec l'arrivée des films parlants, qui firent l'effet d'une bombe dans l'industrie de cinéma, la Paramount prit pour prétexte que la voix de Louise Brooks n'avait pas encore " fait ses preuves " pour lui refuser une augmentation méritée, et la jeune actrice stupéfia le studio en donnant sa démission sur-le-champ. Son goût de la liberté et sa farouche franchise la firent donc exclure du " système " à vingt-deux ans. Elle sera désormais " l'anti-star ".
    C'est en Europe que le mythe de la femme tentatrice prit naissance grâce au célèbre " Loulou " de Pabst qui lui acquit le ravissement passionné des cinéphiles du monde entier. Depuis un demi-siècle, Louise Brooks est toujours l'objet d'une admiration voisine de l'adoration, d'une sorte de culte. Cette femme à la beauté singulière, au tempérament obstiné et à l'intelligence aiguë méprisa sa propre carrière mais laissa pourtant une trace indélébile dans l'imaginaire contemporain.
    Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Où est-elle ?
    Ces pages du souvenir sont autant de clés nous permettant de frôler sa présence magique.

  • Nina Simone Nouv.

    Caroline du Nord, 1936. À 3 ans, Eunice Waymon, petite fille noire infiniment douée, donne son premier concert dans une église. Elle a su jouer du piano avant même de marcher. À 10 ans, elle lutte déjà contre la ségrégation : lors d'un récital, elle refuse de jouer si ses parents ne sont pas assis au premier rang, comme les Blancs. À 18 ans, elle veut devenir la plus grande concertiste classique noire, mais - à cause de la couleur de sa peau ? - son rêve se brise.
    Alors elle se rebaptise Nina Simone et, des bars crasseux jusqu'au Carnegie Hall, elle va connaître la gloire. De sa voix puissante, chaude et mystique, elle invente un langage unique, entre jazz, classique, soul et gospel. Amie de James Baldwin, elle chante pour défendre les droits des Noirs aux côtés de Martin Luther King. Mais la vie est violente avec cette écorchée vive : déboires sentimentaux, cupidité de l'industrie du disque, mort de ses frères de combat, difficulté à être une bonne mère... Nina flambe son argent et sombre dans les troubles psychiques.
    Des États-Unis jusqu'au Sud de la France, en passant par Londres, l'Afrique et les Pays-Bas, les auteures, mère et fille à la vie, sont parties sur ses traces. Elles nous offrent le portrait inédit d'une artiste magistrale en quête d'absolu et de liberté.

    awaiting publication
empty