Syrtes

  • À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l'émigration russe en Europe offrait une diversité politique importante avec cependant une seule constante : le rejet du bolchevisme. Le déclenchement du conflit allait constituer une très rude épreuve et la question essentielle concernera l'attitude à adopter dans la guerre. Qui soutenir? Qui combattre? Les options étaient variées : depuis l'engagement dans la Résistance, en passant par l'union de tous les Russes dans la défense de la patrie jusqu'à la lutte contre le bolchevisme auprès d'Hitler sous uniforme allemand.
    Nicolas Ross analyse ce panorama dans toute sa complexité et ce qui en ressort est la difficile conclusion que pour tous les camps, l'histoire s'est terminée dans la désillusion et la tragédie.

  • Constantin von Barloewen ouvre un dialogue au-delà des siècles et des disciplines, de l'art et de la politique, entre quatre érudits : Alexis de Tocqueville l'historien, Michel Leiris l'anthropologue, V.S. Naipaul l'écrivain, Pierre Verger le photographe et ethnologue. Bien que séparés dans le temps et d'origines différentes, ils restent à ses yeux proches les uns des autres. À travers une relecture inédite de l'oeuvre maîtresse de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, jusqu'aux romans de Naipaul ou aux parcours de Leiris et Verger, Barloewen met en lumière une " anthropologie comparative et humaniste ". Il voit en ces quatre personnalités les éclaireurs d'une civilisation pluraliste, ouverte, interactive, visant l'édification d'une éthique mondiale. Vivants, souvent émouvants, ces Portraits croisés incitent autant le lecteur à se replonger dans l'oeuvre de ces hommes d'exception qu'à porter un regard neuf sur le monde qui nous entoure et celui qui nous attend.

  • La "nouvelle Russie" a vingt ans.
    Elle est devenue l'un des acteurs a de notre monde multipolaire et fait aujourd'hui partie des économies "émergentes". La transformation de l'Union soviétique en la Russie constitue un phénomène aux répercussions essentielles, un véritable défi pour la science économique et pour les économistes occidentaux. Entre 1992 et 2011, le pays a fonctionné, à son corps défendant, comme un immense laboratoire de mise en pratique des théories économiques.
    Les bouleversements qu'il a subis nous semblent particulièrement éclairants pour comprendre les phénomènes macroéconomiques actuels. La Russie a connu de 1993 à 1997 une privatisation sauvage et largement criminelle. Elle a traversé en 1998 une "crise de la dette souveraine", dont elle est sortie par l'action conjuguée d'un défaut et d'une forte dévaluation. Si le pays est devenu membre de l'OMC, c'est qu'il a su remettre à flots son industrie, en particulier dans le secteur automobile, au moyen d'une politique protectionniste raisonnée.
    La "grande transition" montre ainsi l'importance des institutions pour le devenir économique d'un pays, mais aussi le rôle de la pérennisation de l'épargne populaire. Toutes ces questions sont aujourd'hui d'une pertinence essentielle pour analyser la situation européenne. Cet ouvrage rassemble les textes de quatre économistes, trois Russes et un Français, directement engagés dans cette histoire tumultueuse.
    Il a pour ambition de présenter au lecteur une synthèse des vingt dernières années, afin d'identifier les défis auxquels la Russie se trouve aujourd'hui confrontée et ses atouts pour les relever. Mais l'expérience russe nous tend aussi un miroir sur notre futur mouvementé. Car ce livre éclaire non seulement le devenir de la Russie, appelée à devenir un acteur majeur entre l'Europe et l'Asie, mais aussi celui de nos économies occidentales.

  • Berlin, 9 novembre 1989... Le mur est ouvert. La République démocratique allemande ferme boutique. Son existence ne tenait qu'à un mur. Un mur qui n'était que la partie visible de l'iceberg. Dessous se cachait la Stasi, ce monstre tentaculaire de la guerre froide, cette police secrète à qui rien n'échappait. C'est dans son antre que nous emmène l'auteur. Pendant près de trente ans, il a affronté à Berlin-Ouest et en RFA les agitateurs et désinformateurs stipendiés de la Stasi, déjouant ses traquenards à Berlin-Est et en RDA. Il a vécu aussi l'infiltration du mouvement étudiant des années 1960 et de divers organismes d'Allemagne de l'Ouest ; il a contacté à maintes reprises des dissidents est-allemands et collaboré avec eux, menant sa petite guerre personnelle contre cette dangereuse organisation tout au long de la guerre froide. A partir de son expérience, de témoignages poignants, d'entretiens avec des espions et leurs victimes, il nous entraîne dans les arcanes du " meilleur service d'espionnage de l'histoire ", et nous fait vivre le quotidien d'une dictature, mêlant à la fois l'analyse rigoureuse du politologue et la narration du journaliste. Un document rare.

  • Préfacé par Simone Veil, qui jeune adolescente, a survécu aux camps de la mort, cet ouvrage inédit est un recueil d'une vingtaine de témoignages d'enfants juifs arrachés à la barbarie nazie, parmi les 60 000 qui ont été sauvés sur les 72 000 vivant en France à la fin des années 1930. « Je veux revoir maman ! » sonne comme un leitmotiv, une parole sans cesse répétée par des petits êtres arrachés à leurs parents mais qui, dans l'insouciance de l'enfance traverseront, malgré tout, la guerre. À travers leurs histoires, ces enfants devenus adultes expriment avec émotion leur souffrance toujours vivace, mais aussi la grande part d'amour qui les lie à jamais à ceux qui leur ont permis de vivre et de donner la vie à leur tour.

    Sur commande
empty