Littérature générale

  • Un essai confrontant les oeuvres de Sartre et Giacometti autour de concepts philosophiques issus de leurs univers respectifs, de la contingence à l'engagement. L'auteur entend ainsi livrer des clés d'analyse pour la pratique d'une pensée philosophique, artistique et politique.

  • Des études consacrées à la notion d'identité, qui constitue un facteur de socialisation et de construction de l'individu tout en étant à la source de conflits et de phénomènes de discriminations. Les auteurs s'appuient sur l'analyse de cas d'études spécifiques, en adoptant une approche multidisciplinaire (science politique, droit, sociologie, psychologie et histoire).

  • Créée en 2002, la revue Formes poétiques contemporaines étudie la poésie des xxe et xxie siècles dans sa dimension formelle. La forme est ici conçue comme ressortissant à l'ensemble des plans qui relèvent de la dimension linguistique, infra-linguistique et/ou visuelle du texte, et qui se prêtent à l'observation et à la description méthodiques.FPC accueille des articles de réflexion et d'analyse scientifique dans des dossiers thématiques, mais aussi des contributions des poètes eux-mêmes.

    Sur commande
  • Actes d'une Journée scientifique internationale tenue à l'Université de Liège, dans le cadre de l'«Année Senghor» célébrant le centenaire de la naissance du poète sénégalais, cet ouvrage offre huit études inédites sur Léopold Sédar Senghor, son oeuvre, son action et les situe dans le champ francophone du milieu du XXe siècle, qui fut celui de la décolonisation des esprits et de l'ouverture à la diversité des cultures.
    Par-delà l'hommage qui voulait être rendu au «poète-président», ces contributions confirment combien ce contemporain capital, initiateur de la négritude mais aussi de la francophonie, a exercé une force attractive, non seulement sur la production littéraire contemporaine de l'Afrique et de la diaspora, mais aussi sur les productions ultérieures qui s'en démarquent.
    De la «négritude» au «dialogue des cultures», de l'«interculturalité» (Salaka Sanou) à la théorie du «divers» (Buata Bundu Malela), ces mises en perspectives croisées confrontent les textes français et africains, français et antillais, africains et antillais à l'histoire et à l'histoire des idées, révélant des processus restés jusqu'alors inaperçus dans le fonctionnement complexe du champ littéraire et linguistique en France (Jean-Paul Sartre, la nouvelle philosophie), en Afrique et dans la diaspora (Edouard Glissant). Mais elles soulignent également l'importance du contre-champ sérère dans l'imaginaire du poète du Royaume d'enfance et dans son énonciation poétique qui s'homologue à une nomination lyrique et héroïque selon une force de spiritualisation de la Parole qui procède directement des pratiques langagières et rituelles de la poésie orale du Sine, poésie d'un terroir qui constitue une véritable terre des poètes (Amade Faye). D'aucuns y trouveront une nouvelle lecture des poèmes de l'auteur d'Ethiopiques et des Elégies majeures. D'autres y reconnaîtront une volonté d'essentialisation de la négritude qui n'est pas étrangère au fait que l'«ombre de Senghor plane toujours sur les Lettres africaines francophones» (Dominique Ranaivoson), tout en suscitant également des prises de positions contradictoires dans le champ, nuancées, comme chez Jean-Paul Sartre (Daniel Delas) ou spectaculaires comme chez Glissant.(B. Malela).
    Par ailleurs, l'approche qui est faite ici de Senghor ne se limite pas à l'oeuvre du poète. Certaines contributions veulent particulièrement souligner l'intégration de l'action de l'homme politique sénégalais et de l'homme de culture (Amadaou Ly) et retracer la trajectoire de son oeuvre dans le champ historique (Danièle Latin). Enfin, une étude met particulièrement en exergue le rôle de Senghor comme critique littéraire (Lilyan Kesteloot), rôle qui fut décisif dans l'émergence de la jeune littérature africaine d'expression française.

  • Biaudouz

    Robert de Blois

    • Pulg
    • 31 December 2007

    Écrivain prolifique du XIIIe siècle, Robert de Blois a composé deux oeuvres romanesques mettant en scène les valeurs morales et sociales à la mode dans l'aristocratie courtoise de son temps.
    À Biaudouz, il confère un rôle très particulier : il conçoit ce roman arthurien comme l'écrin chargé de présenter l'ensemble de ses compositions (le Roman de Floris et de Lyriopé, ses traités d'éducation de la noblesse comme L'Ensoignement des Princes et Le Chastoiement des Dames ainsi que des poésies religieuses et des chansons d'amour), puisque, dans le ms. Paris, BnF, fr. 24.301, unique copie de Biaudouz, il insère tous ces écrits dans la longue séance d'instruction que la mère du héros dispense à son fils au début du récit.
    L'oeuvre, néanmoins, vaut par elle-même comme l'ont pertinemment compris ses éditeurs précédents, Jacob Ulrich et Gisèle Andrée Lamarque. Elle développe des vues originales et comporte des réminiscences romanesques intéressantes héritées du Bel inconnu de Renaut de Beaujeu, de Meriadeuc ou des romans de Chrétien de Troyes et, à ce titre, mérite d'être reconsidérée sur le plan philologique et traduite dans une langue accessible aux lecteurs d'aujourd'hui.

  • Dans le concert des oeuvres dont le Roi Arthur constitute une figure marquante, Gliglois tient une partition originale. Récit d'une errance au service de la passion amoureuse, il remet en cause la représentation conventionnelle de l'amour à l'époque courtoise : il plaide en faveur d'une éthique du désir qui privilégie le mérite personnel et la profondeur du sentiment, incarnés par le héros, face à la frivolité d'un personnage de haut rang social comme Gauvain.

  • Sous les coups de boutoir d'évolutions démographiques, culturelles et économiques, le déroulement des biographies contemporaines s'éloigne de plus en plus du modèle linéaire et synchronisé qui prévalait jadis. Les seuils qui contribuaient à distinguer les différentes étapes d'une vie n'ont plus la même pertinence. Et en ne considérant que les indicateurs «classiques» liés aux calendriers matrimoniaux, familiaux, professionnels ou résidentiels, on risquerait d'occulter ou de laisser dans l'ombre les modalités actuelles d'organisation des biographies individuelles. Un renouvellement des catégories sémantiques ou conceptuelles, des dispositifs méthodologiques s'impose donc, et cet ouvrage collectif entend y contribuer. Les parcours biographiques contemporains y sont appréhendés sous l'angle d'indicateurs objectifs (transitions résidentielles, santé physique) et des processus subjectifs de mise en forme d'une expérience personnelle parfois marquée par des ruptures et la souffrance.

  • Au moment où la sémantique historique connaît un regain d'intérêt dans le monde des savants et des lettrés, l'étude des « causes linguistiques des changements de sens » mérite un réexamen critique. Le propos tenu dans ces pages entend remettre en cause quelques-uns des principes auxquels les sémanticiens ont accordé une confiance aveugle jusqu'ici et proposer de nouvelles pistes de recherche et de réflexion. De l'analyse des formes diverses de l'emprunt à l'investigation des complexités de l'homonymie ou de la synonymie, en passant par une réévaluation complète de manifestations improprement appelées « contagion » ou « étymologie populaire », l'ouvrage s'attache à l'étude de mécanismes qui, depuis les origines de notre langue jusqu'à l'époque la plus contemporaine, ont consacré l'évolution sémantique du français. Il se fonde sur l'histoire d'unités lexicales choisies pour leur pertinence et constitue une invitation aux lecteurs à parcourir les chemins foisonnants et colorés de la découverte des destinées du vocabulaire. Spécialiste de la langue et de la littérature françaises du Moyen Âge, codicologue de renommée internationale, Jacques Ch. Lemaire enseigne à l'Université de Lille III. Son intérêt pour l'histoire des idées en France au XVIIIe siècle, en particulier pour les rapports intellectuels entre les gens de lettres et la franc-maçonnerie, lui a inspiré plusieurs travaux remarqués.

  • En confrontant logiques de champs et de marchés, stratégies de légitimation et discours sociaux, culturels, politiques ou encore esthétiques, ce volume interroge l'apparition et les usages complexes de la notion de dissidence dans la bande dessinée contemporaine. Quelles formes prennent des pratiques éditoriales ou artistiques en rupture avec une certaine idée de l'ordre établi? Comment déterminer les lignes de force et contradictions d'une (contre-)culture le plus souvent consciente d'elle-même? À quels niveaux s'opèrent les échanges symboliques entre discours artistiques et discours critiques? Prenant appui sur les démarches d'artistes et de structures éditoriales qui se réclament le plus souvent de l'alternatif ou de l'indépendance, cet ensemble de réflexions critiques explore des phénomènes du monde - dans son acception la plus large - de la bande dessinée.


    This volume investigates the complex notion of dissent as it can be applied to contemporary comics in confronting field and market logic, legitimation strategies, and social, cultural, political and aesthetic discourses. How do artists and/or publishing structures distance themselves from a certain idea of the established order? In what ways do they challenge the existing systems and environments in which they operate? How can we characterize the many guises and sometimes conflicting objectives of a generally self-conscious (counter-)culture? And what kinds of symbolic exchanges can we observe between artistic and critical discourses? These are some of the questions that the here gathered essays explore in considering the practices and strategies of either so-called and/or selfproclaimed independent or alternative comics artists or publishers.

  • Hamlet & co

    ,

    • Pulg
    • 3 July 2014

    Cet ouvrage tente d'apporter un regard critique sur les principaux thèmes du mythe de Hamlet.
    La langue de William Shakespeare possède ce caractère énigmatique unique qui fait la richesse de ses écrits. Et cela est surtout vrai dans Hamlet. En effet, cette pièce de théâtre peut être interprétée différemment, selon la personnalité de celui qui la découvre.
    Dans Hamlet, le personnage principal est très loquace et se prête volontiers à de nombreux monologues qui offrent à chacun la possibilité de se retrouver dans une des caractéristiques, au moins, du personnage.
    La pièce aborde de nombreux thèmes susceptibles d'intéresser un public toujours plus large, et invite à la réflexion.
    Cet ouvrage tente d'apporter un regard critique sur les principaux thèmes du mythe de Hamlet .

  • "Si le thymus fut identifié dès la Grèce Antique, il faudra néanmoins attendre la fin du XXe siècle pour comprendre que cet organe, considéré comme un vestige de l'évolution, joue un rôle unique dans l'éducation du système immunitaire à reconnaître les gènes du soi et à ne pas les rejeter comme de vulgaires intrus.
    L'auteur nous raconte différents voyages comme celui des concepts en immunologie ainsi que son propre parcours depuis son initiation à la recherche scientifique. Il démontre que l'ocytocine, une neurohormone cérébrale, est synthétisée dans le thymus mais qu'elle n'y est pas sécrétée. Ce comportement particulier de l'ocytocine thymique amène l'auteur à démontrer que la «présentation» des peptides du soi neuroendocrine dans le thymus joue un rôle unique dans la programmation de la tolérance immunitaire vis-à-vis du système neuroendocrine. L'extension de ce nouveau concept à d'autres familles d'hormones lui permet de proposer une nouvelle compréhension de la pathogénie du diabète insulinodépendant.
    Ces voyages s'achèvent sur un témoignage personnel situant sa démarche dans les conflits entre la foi et la science. Cette monographie évoque ainsi de manière concise de très nombreux domaines touchant à l'histoire, à la philosophie des sciences et à la foi."

  • On rhyme

    Caplan David

    • Pulg
    • 15 March 2017
    Sur commande
  • Dire le non-visuel

    Bertrand Verine

    • Pulg
    • 1 September 2014

    Les recherches actuelles en sciences cognitives attestent que les perceptions de l'être humain font presque toujours coopérer deux ou plusieurs systèmes sensoriels, tandis que les recueils récents consacrés à l'expression des sensations constatent la rareté des travaux existants en dehors du champ visuel. C'est cette face ignorée de la perception et de sa mise en discours que scrutent ici une psychologue, deux historiens de la culture et six linguistes, qui croisent leurs approches sur les textes adressés par des personnes voyantes, malvoyantes et aveugles au concours d'écriture Dire le non-visuel pour le bicentenaire de Louis Braille.
    La mise en perspective historique de ces textes révèle la persistance globale en Occident, depuis l'Antiquité, d'une série de lieux communs que leurs auteurs s'emploient (souvent inconsciemment) à réécrire, tels que le caractère à la fois hégémonique et illusoire de la vue, la cécité comme malédiction ou comme voyance, l'indicibilité des sensations tenues pour inférieures. L'étude de ces réécritures cherche à identifier les ressources accessibles aux locuteurs non experts pour désigner les propriétés auditives, olfactives, tactiles et gustatives.
    Par-delà, l'observation des discours de personnes aveugles précoces permet de s'interroger sur la catégorie, apparemment paradoxale, des images tactiles à distance. Les neuf chapitres de l'ouvrage apportent ainsi de nouvelles réponses aux questions, classiques en philosophie et en psychologie, de la hiérarchie des sens, de l'existence, ou non, et de la spécificité éventuelle d'un "monde des aveugles" ou d'un "discours d'aveugle".
    En citant des exemples nombreux et substantiels, tous s'attachent à la représentation langagière des sensations, non seulement en termes d'adéquation des mots aux choses, mais de fonctionnement cognitif et d'interaction des sujets avec leur environnement.

    Sur commande
  • La Bibliothèque municipale de Lille conserve un nombre relativement important d'ouvrages manuscrits, parmi lesquels on dénombre la copie de quelques oeuvres marquantes du Moyen Âge ou de la Renaissance. Les chercheurs ou les lecteurs qui, aujourd'hui, ont des consultations à opérer ou des recherches à accomplir au sujet de ces manuscrits n'ont pas manqué d'observer les contradictions présentées par les différents ouvrages de référence dans l'indication des cotes des codices. Il en résulte un embrouillamini qu'il est quelquefois très difficile de comprendre et dont il n'est pas aisé de se dépêtrer. Pour faciliter la tâche du lecteur futur - surtout s'il travaille à quelque distance de la B. M. de Lille - et pour le sortir de toute indétermination, nous avons établi des tables de concordance entre les cotes actuelles (qu'il convient désormais d'employer en toutes circonstances) et les cotes figurant dans les catalogues anciens, les ouvrages d'André Le Glay, d'Henri Rigaux et d'Émile Desplanque, qui demeurent des outils de consultation indispensables. Nous avons aussi retracé rapidement l'histoire de la constitution des collections lilloises et analysé les différentes étapes des catalogages et des cotations. Notre étude se clôt sur des informations bibliographiques et sur une série d'index appelés à favoriser la localisation des informations.

    Sur commande
empty