Puf

  • Dans cet ouvrage, l'auteur développe une thèse originale sur un nouveau modèle de socialisation des enfants, organisé autour de ce qu'il appelle la " distance sociale ".
    Le but de ce travail est d'interroger la manière dont se socialisent les enfants au contact, ou non, des adultes et d'utiliser l'enfance comme un analyseur des mutations de notre société. ainsi l'auteur explore l'enfance contemporaine, celle des pokemons et de harry potter. le travail d'enquêtes est réalisé à partir de trois champs d'observation : les enfants à l'école - la rue et les espaces publics - le foyer familial.
    Le résultat de ces enquêtes conduit l'auteur à identifier des traits spécifiques de cet " enfant de la distance ", en parlant de l'enfant connecté (ce que l'auteur met en relation avec un changement bien plus général de la société), de l'enfant de l'amour (objet privilégié des protections des adultes et notamment des parents), enfin de l'enfant créatif (l'enfant ne s'ouvre pas au monde par frottement et programmation, mais par les compétences créatrices qu'il a su développer).
    Sa conclusion est claire : dans la société française aujourd'hui, les enfants sont tenus à distance du monde, ils ne sont pas exclus du monde, mais préservés et protégés, dans une forme de " mise en tension sociale " selon l'auteur, par laquelle l'enfant est à la fois rapproché et écarté des adultes.

  • Les « insolites » présentés dans ce volume sont des auteurs qui ont tous étudié le fait religieux, mais qui ne se situent dans aucune école en sociologie des religions. Certes, certains se réfèrent à Marx, Weber ou Durkheim, mais il serait difficile de les définir comme leurs disciples, même « infidèles ». Walter Benjamin, Erich Fromm, E. P. Thompson, Eric Hobsbawm, W. E. B. Du Bois, Ernesto De Martino, Roger Caillois, Lydia Cabrera et Michel Leiris sont des électrons libres des sciences sociales qui refusent de graviter sagement autour d'un noyau. Ils sont insolites tantôt par l'objet même de leur recherche par exemple le capitalisme comme religion qui ne cadre pas avec la liste canonique des objets des sciences sociales des religions, et tantôt par leur façon inattendue, inhabituelle, non-conforme, d'examiner des questions classiques de nos disciplines : le sacré, le millénarisme, le christianisme primitif, la sorcellerie. Tous ces auteurs ont donc en commun d'introduire un peu de « jeu », dans tous les sens du mot, dans l'étude de la religion.

    Erwan Dianteill et Michael Löwy sont chercheurs et enseignants à l'École des hautes études en sciences sociales, Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux.

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

  • La modernité occidentale a construit l'homme sensible et a lentement façonné les sens et les sentiments. Elle a placé au coeur de la condition humaine, en particulier depuis les traités de civilité de la Renaissance, des exigences de retenue du corps, de distance à autrui, délimitant ainsi un intérieur et un extérieur en chacun. Elle a voulu inscrire l'individu dans un sentiment de continuité, privilégier la perception d'une stabilité de l'existence sur quoi se fonde la propriété de soi. Celle-ci est aujourd'hui menacée par la fluidité d'un monde devenu immatériel, dépourvu de limites. Ce livre entreprend d'élucider les métamorphoses de la condition sensible dans les sociétés contemporaines. Les flux sensoriels et informationnels continus incitent l'individu à des formes de propriété illimitée de soi en même temps qu'ils induisent un rétrécissement de l'espace intérieur. Processus paradoxaux, ils transforment en profondeur nos manières de sentir, de percevoir, d'être et de penser. Cet état de fluidité entraîne des formes d'indistinction, d'indifférenciation entre le réel et le virtuel, entre les individus, reposant alors de façon aiguë la question du sens et des sens : sommes-nous entrés dans une ère nouvelle de la condition sensible ?

  • Il existe un modèle français de discrimination positive qui se déploie essentiellement dans l'ordre socio-économique. Mais, à l'observation des problèmes d'inégalité et d'exclusion qui se pérennisent dans les différents champs de l'intervention sociale - emploi, logement, éducation et quartiers sensibles -, les interrogations sur la validité d'une telle orientation se multiplient.
    Partant de ce constat, l'auteur examine les potentialités de certaines théories de la justice qui ont fondé les démarches de discrimination positive - celle de John Rawls notamment, complétée par d'autres apports -, à produire des références mobilisables dans le champ des politiques de justice sociale. L'auteur procède à une analyse critique de la théorie de John Rawls, en soulignant le changement radical de perspective opéré par rapport aux pratiques courantes de la justice distributive, y compris en France : l'action en direction des plus défavorisés y est une priorité, un point d'ancrage de l'action publique, articulé au développement d'ensemble du monde économique et social ; et non une contrainte " après coup ", de redistribution des ressources en leur faveur, en isolant l'action sociale de celle portant sur le développement socio-économique général. Portant l'approche de la justice sociale au-delà de sa forme redistributive, l'auteur analyse les contributions de courants de pensée qui se sont situés en opposition, en complément (Amartya Sen), ou en dépassement de la problématique de Rawls. Nancy Fraser, Axel Honneth ou Michael Walzer appréhendent la justice sociale suivant deux composantes : la répartition des statuts sociaux et des biens matériels, d'une part, la reconnaissance de la valeur sociale des personnes et des groupes sociaux, d'autre part. Les analyses sont étayées par des exemples d'application de ces références théoriques à la définition et / ou à l'évaluation des politiques publiques et des politiques sociales en France.

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • L'tude du principe de visibilit aide saisir la grande transformation du visible en visuel. Un nouvel ordre visuel, ayant pour maxime : Nul n'est cens ne pas avoir vu se dessine. Le signe de la nouveaut, caractristique de la modernit, cde inexorablement la place au signal exhibitoire de la post-modernit.

    Sur commande

  • Le travail devient, pour partie, communication.
    Travailler, c'est communiquer.
    Il s'agit là, dans l'univers industriel, d'un changement considérable dans la manière de définir, d'organiser, d'évaluer le travail.
    Mais l'usage inflationniste du mot " communication " - terme à la mode s'il en est - introduit nombre de confusions. la " politique de communication " des entreprises ne se présente-t-elle pas souvent comme le contraire d'une communication véritable, comme un renforcement des injonctions autoritaires ?
    Cet ouvrage entend prendre au sérieux l'émergence du travail-communication, et donc en explorer les conditions de réussite.
    Quelles conditions d'accès au langage (qui a le droit de parler et sur quoi ?) ? ; quelles organisations aptes à favoriser une meilleure intercompréhension entre catégories et métiers différents ? ; quel système de contrôle de gestion apte à mettre en valeur l'efficience des échanges et des entraides, transversaux aux divisions traditionnelles de la responsabilité ?
    De manière plus large, et plus lourd, quelle représentation de la " communauté de travail " faut-il promouvoir pour que le paradigme du travail-communication puisse acquérir une légitimité et une existence reconnues et durables ? telles sont les questions ici abordées, dans la lignée des apports de max weber et jürgen habermas.

    Sur commande

  • Trois éléments principaux structurent la mise en scène de la santé des individus et des populations : une image forte qui présente la médecine et ses avancées comme moteur et comme recours quasi exclusif des progrès en matière sanitaire ; des difficultés à assurer à tous l'accès à toutes les formes de soins médicaux ; un maintien de disparités sociales de santé, en dépit d'une amélioration indéniable qui se traduit notamment par les gains de l'espérance de vie.
    Pareille mise en scène place la médicalisation et son financement au coeur des débats ; mais la santé est-elle réductible à la production du système de soins ? Une investigation des " coulisses " est rendue possible par une pluralité de sources de données et de travaux qui tentent de comprendre la persistance des écarts sociaux de la mortalité, de la morbidité et des comportements de santé. Ces écarts restent largement en panne d'explication parce que chacune des tentatives pour en rendre compte est trop réductrice.
    N'est-il pas possible d'en proposer une intelligibilité plurielle ? Ne permet-elle pas d'apercevoir autrement les enjeux de la santé publique ?

    Sur commande

  • Située à l'interface du psychologique et du social, de l'individuel et du collectif, la notion de représentation sociale engendre, depuis plusieurs décennies, un puissant courant de recherche en psychologie sociale oú elle joua un rôle rénovateur.
    Elle tend, aujourd'hui, à occuper une position centrale dans les sciences humaines oú on lui prête un rôle réunificateur.
    Cet ouvrage donne un aperçu des réalisations auxquelles l'étude des représentations sociales a donné lieu et des potentialités qu'elle porte. vingt et un chercheurs et enseignants d'europe et d'outre-atlantique y ont apporté leur concours. ils mettent en lumière les rapports de l'analyse des représentations sociales avec différentes disciplines (anthropologie, linguistique, logique, psychanalyse, sociologie.
    ). il en est de même avec certains modèles de la psychologie sociale, et divers champs d'application et de recherche (économie, éducation, vulgarisation scientifique. ). le travail de synthèse et d'exploration, la réflexion critique des auteurs sont, pour la recherche, plus qu'une introduction, une impulsion.

    Sur commande

  • Une réflexion ontologique. Une approche phénoménologique. La lettre et l'ordre signifiant. De la lettre au rituel : une reprise psychanalytique de la phénoménologie de la scène. Le jeu du désir. L'objet fantasmatique et la constitution du lien social. Culpabilité et éthique. Déraison et raison dans la vie sociale. Une approche psychanalytique de l'économie générale des pratiques. Une théorie générale de l'histoire, et un exemple : sacralisation et sécularisation. En guise de récapitulation.

    Sur commande

  • Liste des auteurs, VII Équipe de recherche, IX PREMIÈRE PARTIE INTRODUCTION ET VUE D'ENSEMBLE La sexualité aux temps du sida, par N. Bajos, A. Spira, 3 La sexualité a-t-elle changé ? Regards sur l'activité sexuelle et sur ses significations à l'ère du sida, par M. Bozon, 11 Les risques de la sexualité, par N. Bajos, 35 DEUXIÈME PARTIE PROCESSUS D'ENQUÊTE Enquêter sur la sexualité et le sida : les enquêteurs de l'ACSF, par A. Giami, H. Olomucki, J. de Poplavsky, 65 Effets du sexe de l'enquêteur. Une enquête sur la sexualité et le sida, par J. -M. Firdion, R. Laurent, 117 TROISIÈME PARTIE PARTENAIRES, RELATIONS ET PRATIQUES Les nouveaux partenaires : estimation de leur nombre et de l'évolution au cours des années récentes dans une enquête " transversale ", par H. Leridon,153 Amour, désir et durée. Cycle de la sexualité conjugale et rapports entre hommes et femmes, par M. Bozon, 175 Annexe. Les séparations dans une promotion d'unions. Effets pour l'analyse de données transversales, 233 Homosexualité, bisexualité : nombre de partenaires, caractéristiques socio-démographiques et pratiques sexuelles, par A. Messiah, 235 QUATRIÈME PARTIE SEXUALITE ET GESTION DU RISQUE Influence des réseaux de confidence sur les relations sexuelles, par A. Ferrand, L. Mounier, 255 Annexes, 299 Trajectoires socio-sexuelles et comportements face au risque de transmission sexuelle du sida, par N. Bajos, B. Ducot, B. Spencer, A. Spira, 305 Sentiment amoureux, aspects socio-cognitifs et comportements de prévention face au sida, par H. Touzard, F. Perez-Diaz, D. Ludwig, 337 Annexe, 373 Choix de stratégies de prévention de l'infection à VIH : une analyse mieroéconomique, par N. Beltzer, J. -P. Moatti, A. -M. Fericelli, 375 Annexe, 411 CINQUIÈME PARTIE ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES Apports d'une enquête en population générale à l'épidémiologie des maladies sexuellement transmissibles, par J. Warszawski, L. Meyer, 415 Scénarios de prévision et de prévention de l'épidémie de VIH et de sida chez les hétérosexuels, par F. Le Pont, C.-J. CIA.-J. Valleron, 437 Annexe, 467 BIBIJOGRAPHIE, 469

    Sur commande

  • Cette approche sociologique aborde la communication comme un phnomne social de production, de circulation et de consommation des discours. Elle tente de dmler l'cheveau des diffrents types de discours qui circulent en socit. Et elle introduit aux problmes poss par la mondialisation des communications.

    Sur commande

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

  • "Si nos pensées et nos arrières pensées nous étaient réciproquement accessibles, nos formes relationnelles s'écrouleraient : adieu mensonges, non-dit, intimité et connivence, mais aussi indiscrétions, confidences, méfiance et authenticité. L'ombre du secret abrite la moitié du monde. Nos interactions se déploient dans d'incessants mouvements de bascule entre le visible et l'invisible, où elles trouvent leurs formes caractéristiques.

    Les jeux du voilement / dévoilement commencent avec la vie, avec la membrane qui sépare et relie l'intérieur et l'extérieur. L'affinement des sens apporte un affinement de la soustraction aux sens. Enfin le langage est l'outil par excellence de ce jeu de bascule permanent car il articule le perceptible et la pensée immatérielle (d'où un jeu du caché / montré) il accueille les distorsions imaginaires (jeu avec le référent) et nous pouvons en respecter ou en transgresser les règles d'usage (jeu autour des conventions).

    Ce triple jeu place les échanges symboliques dans un espace de réversibilité virtuelle et d'incertitude, favorable à la fois à la création et à l'érosion des formes sociales. " Texte de couverture Table des matières Introduction Chapitre Premier - Définition et extension du secret, Omniprésence et universalité du secret Les échanges de biens Les échanges d'influence Les échanges de sentiments Les échanges d'information Si le secret n'existait pas Conclusions, 27 Chapitre 2 - Le secret animal, La luxuriance mimétique Mimer l'environnement physique ou végétal Jeux à deux, offensifs ou associatifs La tromperie chez les singes anthropoïdes Conclusions Chapitre 3 - L'induction de fausses croyances chez l'enfant, L'interprétation piagétienne et son questionnement L'induction de fausses croyances : à trois ou à quatre ans ?

    L'induction des fausses croyances aux deuxième et troisième degrés Le secret triangulaire Conclusions Chapitre 4 - Secret et morphogenèse sociale, Hypothèses sur les rapports entre intérieur et extérieur chez les êtres vivants en général et chez les humains en particulier L'espace de réversibilité symbolique virtuelle et ses propriétés morphogénétiques Conclusions Chapitre 5 - Le champ sémantique du secret, Étymologie : la famille du crible Le jeu des apparences et de la réalité Travestissements et mensonges Masques, poker et pieux mensonges En cachette Le caché légitime, l'intimité et la discrétion Semi-dévoilements peu acceptables Semi-dévoilements acceptés Dévoilements illégitimes Vérité, authenticité, sincérité Conclusions Chapitre 6 - Secret et formes sociales : Simmel et Goffman, Les philosophes précurseurs Machiavel : un jeu de cache-cache des rationalités Rousseau et la généalogie du secret Georg Simmel et la sociologie du secret Erving Goffman et le théâtre de la vie quotidienne Cadres interprétatifs et figures du secret Conclusions Chapitre 7 - Réversibilité, incertitude et confiance, Réversibilité Réversibilité et référence Signes et objets-signes Réversibilité et liberté Réversibilité, socialisation et distance aux valeurs Réversibilité et incertitude Incertitudes naturelle et interactive La réduction de l'incertitude Morale et réversibilité Confiance et incertitude Confiance, don et échange négocié Réversibilité symbolique et historicité Distance et proximité : anthropologie et histoire Les emboîtements du privé et du public Conclusions Conclusion générale Références

    Indisponible

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • La collection est dirigée par Georges Balandier, professeur émérite à l'Université de Paris Sorbonne, directeur d'études à l'EHESS. Les ouvrages publiés sont des travaux de jeunes chercheurs français en sciences sociales.

    Sur commande

  • " Ce qui m'intéresse, ce n'est pas à proprement parler le niveau microsociologique des échanges de regards entre individus, qui concerne les interactions en face-à-face, mais le système culturel et institutionnel qui gouverne les regards individuels, qui les constitue en quelque sorte en regard collectif et historique. J'entends donc par regard le système de perception physique et technologique qui partage les groupes humains en sujets et en objets, en observateurs et en observés, en spectateurs et en acteurs. " Le système des regards à l'échelle macro-sociale et historique forme en effet une structure sociologique et scopique qui perdure au long des siècles, malgré les changements institutionnels et les révolutions politiques. C'est cette structure lourde de l'échange des regards entre les dominants et les dominés, entre le souverain et ses sujets, entre l'Etat et les citoyens qui est l'objet de cette recherche. On y examine conjointement l'Etat-spectacle et l'Etat policier, deux figures majeures du rapport entre le pouvoir et les individus : le secret d'Etat et la publicité médiatique sont donc au centre de cette enquête, qui court depuis l'Age classique jusqu'à la société contemporaine. L'information, les médias, la presse " people ", le renseignement, la police : autant de formes du regard qui circulent en société. A la fois historique et sociologique, l'analyse se clôt par l'examen de la nature même de l'individu, composante dernière de la société. Cible du regard de l'Etat, en même temps qu'il est regard fasciné sur le pouvoir, centre sacré, souverain métaphysique et politique, l'individu est le porteur ultime du regard, le sujet du regard sur les autres et sur le monde : objet de la surveillance du pouvoir, son regard est aussi le coeur même de la puissance et l'atome irréductible de la socialité.

    Sur commande

empty