Puf

  • À quel cadre conceptuel peut-on s'adosser pour penser l'éclatement et la plasticité des pratiques artistiques contemporaines ? Pourquoi la modernité esthétique a-t-elle déplacé les limites entre art et non-art, et entre art et vie ? Si l'art n'a de cesse de traquer de nouvelles sensations et de problématiser le rapport au monde, la confusion n'est-elle pas inhérente à l'expérience esthétique ? Toutes les oppositions conceptuelles autour desquelles s'est construite la tradition artistique ont été profondément ébranlées par la modernité esthétique : création et reproduction, oeuvre et objet, art et nature, contemplation et consommation, contemplation et participation, goût et mauvais goût, le musée et son dehors, toutes ces frontières deviennent de plus en plus poreuses. Mais si les pratiques artistiques remettent inlassablement en jeu les cadres théoriques, comment penser cette confusion esthétique sans pour autant renoncer au concept d'art ?

  • Philosophie antique est un manuel qui couvre l'ensemble de l'histoire de la philosophie antique, depuis les oeuvres des présocratiques jusqu'à l'Antiquité tardive. L'ouvrage offre une présentation des principaux philosophes et des principales écoles philosophiques anciennes. Il réserve des chapitres plus conséquents aux grandes figures de la philosophie ancienne (Platon, Aristote, Plotin), et il expose également l'héritage et la postérité de cette philosophie. Ouvrage coordonné par Jean-François Pradeau, enseignant à l'Université Lyon III (Histoire de la philosophie ancienne).

  • Ce manuel présente les grands penseurs politiques de la fin du XIXe siècle à nos jours : en exposant leurs principaux apports à la compréhension du phénomène étatique, il explique leur contribution à la formation et à la transformation des doctrines politiques majeures de l'histoire contemporaine, républicaine, libérale, socialiste, néolibérale, communiste... Il fournit ainsi une mise au point synthétique sur les grands paradigmes autour desquels ces doctrines se sont rejointes ou affrontées : l'État de droit, l'État-nation, l'État-Parti, l'État total, l'État minimal, l'État social. Il lie également l'évolution de la philosophie politique contemporaine à l'histoire des sociétés et des savoirs : il apporte par là des instruments pour interroger les rapports entre l'évolution des concepts et des problèmes philosophiques, les mutations effectives des institutions sociales et étatiques, et les transformations des autres formes de savoir des collectivités humaines et de leurs pratiques (histoire, économie, sociologie, géopolitique). Il permet ainsi de mettre en perspective des notions centrales de la réflexion politique comme celles d'identité nationale, de domination, de révolution, de bureaucratie ou de planification. Enfin, ce manuel propose des entrées dans des débats de la pensée politique extrême-contemporaine, dont les interrogations philosophiques et les innovations conceptuelles peinent parfois encore à pénétrer dans l'enseignement non moins que dans le débat public, par exemple concernant la question européenne, le statut et les fonctions des frontières, le fait et les problèmes des minorités.

    Sur commande
  • Longtemps la science et la philosophie ont été confondues. Dans l'Antiquité grecque, par exemple, il n'y a pas de différence entre faire de la science et philosopher. Mais, à partir de la révolution scientifique, au XVIIe siècle, les deux activités prennent une allure distincte. Au XIXe siècle (notamment avec Auguste Comte), la science se présente comme l'avenir de la philosophie. La pensée positive est supposée remplacer entièrement la spéculation métaphysique. À la même époque apparaît un courant de réflexion qui se présente comme " philosophie des science " : réflexion critique sur la science. C'est l'histoire de ce courant, avec ses nombreuses ramifications contemporaines, qui est racontée dans ce livre.
    Pascal Nouvel est professeur de philosophie à l'Université de Montpellier.
    />

  • La philosophie contemporaine (à partir du XXe siècle) est marquée par la « philosophie analytique » (anglo-saxonne) et la « philosophie continentale » (européenne). Leur distinction recouvre une nette divergence au sujet de ce qu'est la philosophie et de ce qu'on peut attendre d'elle. Après avoir fixé les termes et les enjeux de cette distinction fondamentale, le livre examine comment, dans la philosophie contemporaine, un clivage tout aussi fondamental est apparu au sujet de la relation entre la philosophie et l'histoire de la philosophie. D'autres problèmes centraux dans la philosophie contemporaine sont décrits et discutés : le rôle de la logique, la question du réalisme et de l'antiréalisme, le statut de la connaissance et de la réflexion sur la connaissance, la relation entre l'esprit et le corps. Cet ouvrage entend saisir les enjeux de la philosophie contemporaine et montrer comment s'y orienter, sans se limiter au paysage français, mais au contraire en adoptant une perspective internationale.

empty