Parascolaire

  • A l'heure de la chute du mur de Berlin, un préjugé tenace voudrait que l'engagement de Sartre, type même de l'intellectuel inauguré par Zola, n'eût été qu'une " comédie des erreurs ". La lecture de Les Mains sales permet de bousculer cette image d'Epinal trop commode. L'un des ressorts de la pièce est, en effet, la distinction entre situation simple et situation complexe. " Le choix alors (sous l'Occupation allemande) était facile - même s'il fallait beaucoup de force et de courage pour s'y tenir. On était pour ou contre les Allemands. Aujourd'hui (1959) - et depuis 1945 - la situation s'est compliquée. Il faut moins de courage, peut-être, pour choisir, mais les choix sont beaucoup plus difficiles ". Ici, Sartre plonge ses personnages, Hoederer, Hugo et Jessica, dans une situation où les jeux ne sont pas faits, celle de la Guerre froide. A cette complexité, a succédé celle, plus inextricable encore, de notre présent, qui ne semble pas même requérir le choix. Hugo, Jessica surtout, personnages en mouvement autour d'un Hoederer immuable, représentent sur la scène une complexité qui est devenue celle des années quatre-vingt-dix et avec laquelle ils nous invitent à nous colleter.

    Sur commande
  • Les problèmes soulevés par Zola dans L'Assommoir, les remèdes qu'il propose, n'ont pas perdu de leur actualité : assainir les faubourgs - " la question du logement est capitale " -, lutter contre la promiscuité, le manque d'hygiène, le " pourrissement en tas " et l'attrait du cabaret, augmenter les salaires, rendre le travail moins écrasant. " Oui, le peuple est ainsi, mais parce que la société le veut bien. " Ce monde marginalisé par la société, Zola l'analyse avec une modernité remarquable. Il multiplie les intuitions très neuves sur l'importance, pour la constitution du groupe ou de l'individu, de la langue et, surtout, de l'espace. Il porte une attention nouvelle aux rituels, aux modes d'être, aux habitudes de vie. Roman qui apparut tout de suite comme le modèle du roman naturaliste, L'Assommoir, par ses analyses sociologiques, ses plongées dans " le fond ténébreux de l'homme ", son utilisation massive de la langue verte, met, en fait, en question la notion même de Littérature.

  • 5 Avertissement 6 L'auteur et son recueil 13 Contextes Symbolisme, symbolismes, symboliques, 13 L'effort et l'effet, 13 Mythe et poésie (I), 15 Le code symboliste, 18 La Vie, 20 Abbaye, unanimisme, futurisme, 20 Etre moderne : mythe et poésie (II), 22 Simultanéité, 25 Fantaisie et écriture, 30 Au temps de notre jeunesse, 30 Logiques du calembour, 31 Rire dans le caveau, 33 36 Texte I : Du prétexte au texte Le fils de Mémoire, 37 Lexiques, 37 Citations et allusions, 39 Mythographie : Mythe et poésie (III), 43 Orphée le mal-aimé, 44 " Lul de Faltenin ", 45 " Le Brasier ", 48 La mémoire des fils, 51 Du récit à l'énigme : La Dame, 51 Une alchimie poétique : Les Fiançailles, 52 Concentration, 54 En marchant et en chantant, 56 Poésie de la répétition, 61 67 Texte II : Du recueil au poème Variations sur un titre, 67 Structure du recueil, 68 Chronique, 68 L'aurore poétique, 70 Principe de l'alternance, 72 Groupements textuels et thématiques, 74 Diptyques, 74 Chiasmes, 76 Le poème, 82 Incipits, 82 Continu et discontinu : lexiques et images, 85 Logique du sentiment, 88 Le temps, 90 L'espace, 92 Clausules, 97 L'amour la poésie, 100 Sirènes, 100 L'amour terrestre, 100 Les paroles qui forment et défont, 105 La chair des mots, 110 112 Fortune critique 116 Explication de texte : " Cors de chasse " 121 Bibliographie sélectiveLL = Lettres à Lou GM = Le Guetteur mélancolique TS = Tendre comme le souvenir GA suivi d'un chiffre désigne un numéro de la collection " Guillaume Apollinaire " publiée par La Revue des lettres modernes AGA un numéro des Archives Guillaume Apollinaire des Archives des lettres modernes. Dans les parenthèses, nous désignerons chaque poème par les premières lettres du premier mot (nom ou adjectif) qui apparaît dans le titre. Par exemple : Zo = Zone Ch = La Chanson du mal-aimé Clo = Clotilde Cr = Crépuscule. La référence sera plus précise lorsqu'il y a ambiguïté : Cor = Cortège Cors = Cors de chasse Po = Poème lu au mariage d'André Salmon Po Mi = Le Pont Mirabeau Vent = Le Vent nocturne Vend = Vendémiaire Sal = Salomé San = A la Santé, etc. Nous avons choisi de numéroter les séquences de Le Brasier (Br I, II, III) et de Les Fiançailles (Fi 1 à 9) pour favoriser le repérage. Enfin, nous avons adopté l'orthographe des titres donnée par M. Michel Décaudin dans Le Dossier d' " Alcools " (Paris, Minard Genève, Droz, 1965).>

    Sur commande
empty