Sciences humaines & sociales

  • Dans cette Amérique que l'on dit puritaine, au coeur du XIX e siècle, quels plaisirs possibles ? Ceux d'Herman Melville, auteur décrit comme austère et désincarné par une certaine tradition critique, à rebours d'une oeuvre en prose où se révèle le potentiel et la puissance du plaisir, de la jouissance.
    Dans cette exploration des mondes-tables melvilliens - où la vie est une étrange affaire hybride, faite de plaisir, joie, souffrance, et jouissance prises dans des relations de tension antipéristaltique -, on rencontrera d'abondantes matières à plaisir, des corps-nourritures, plusieurs festins cannibales, maints banquets de paroles, un escroc qui jouit, un zeste de sublime physiologique, une once de joie désespérée, quelques cas de jouissance suicidaire, une pointe d'humour tragique, des régimes ascétiques, bien des mariages sans plaisir (sauf un), un bal de célibataires, des amitiés érotiques, des plaisirs disciplinaires, diverses économies somatiques...
    Suivant la recette de Melville, d'une riche mais rigoureuse « bouillabaisse intellectuelle » (« intellectual chowder »), ce livre accommode des contemporains capitaux, des prédécesseurs admirés, des philosophes d'époques variées, le tout accompagné d'une députation digne d'Anacharsis Cloots de critiques et théoriciens, sans qui aujourd'hui - deux-cents ans après sa naissance, cent ans après sa renaissance - il ne serait possible de goûter Melville à sa juste saveur.

    Sur commande
  • La démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848 Nouv.

    Cet ouvrage porte sur la réaction de l'opinion américaine face aux révolutions françaises de 1830 et 1848, et sur la façon dont ces événements ont pu influer sur l'agenda politique, diplomatique et social de la Jeune République américaine.
    Alors que l'Amérique dite « jacksonienne » s'interroge sur l'héritage de la révolution fondatrice, et doit faire face durant le second quart du XIXe siècle à de grandes questions (expansion territoriale vers l'Ouest, industrialisation naissante, afflux massif d'immigrants ou encore question de l'esclavage), les Américains manifestent un vif intérêt pour les deux révolutions qui secouent la France en 1830 et 1848. Ces événements français font l'objet de multiples célébrations officielles et populaires aux États-Unis, et donnent lieu à des débats passionnés dans la presse américaine, au Congrès et dans les milieux contestataires tels que les premiers mouvements ouvriers, les abolitionnistes ou encore le féminisme naissant. Cet ouvrage examine les différents canaux de transmission de l'information à l'échelle transatlantique et met en évidence l'impact de ces événements révolutionnaires français dans les débats politiques et sociaux aux États-Unis.
    Yohanna Alimi-Levy montre comment les valeurs et les décisions prises par les révolutionnaires français, telles que l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises en 1848, ont révélé, voire attisé, les tensions idéologiques qui divisent la société américaine de l'époque. Son approche transnationale invite à penser autrement la démocratie américaine en soulignant la circulation d'idées, les contacts et les échos entre les deux rives de l'Atlantique.

    awaiting publication
  • Découvrez Le siècle britannique - Variations sur une suprématie globale au XIXe siècle, le livre de Fabrice Bensimon. Au XIXe siècle, la Grande-Bretagne dispose d'une puissance et d'un rayonnement tels que peu d'endroits de la planète ont échappé à son influence, formelle ou informelle, ou n'ont pas interagi avec elle dans un domaine ou un autre. Il est donc nécessaire d'éclairer quelques aspects, non seulement de la suprématie britannique, mais également des attentes et des résistances que provoque celle-ci, au-delà des frontières politiques de l'Empire. Les études de cas rassemblées dans ce livre, issu de la collaboration entre spécialistes d'histoire et de civilisation britanniques ainsi que de spécialistes d'autres aires culturelles (Moyen-Orient, Amérique latine, Inde...), portent aussi sur le fonctionnement et les dynamiques du monde britannique et de ses extensions : les ambiguïtés qui entourent l'abolition de l'esclavage et la mémoire de celle-ci (Catherine Hall), le débat historiographique autour de l'imprégnation impériale de la société britannique (Fabrice Bensimon), l'impérialisme d'avant le libre-échange, les avatars de "l'Empire informel" au Portugal et au Brésil (Annelle Enders), ou en Asie du Sud-Est (Jean-François Klein), les tensions entre niveau impérial et niveau colonial (John MacKenzie sur les musées coloniaux, Vanessa Caru sur le logement à Bombay), la fabrication d'une colonie au Soudan (Anne-Claire de Gayffier-Bonneville), la cartographie impériale (Daniel Foliard, Isabelle Avila), le rôle des Britanniques dans les indépendances hispano-américaines (Geneviève Verdo) ou encore l'appropriation du self help par des intellectuels arabes réformistes (Anne-Laure Dupont).

    Sur commande
  • Columbus Day et les Italiens de New York dresse l'historique de la célébration de Columbus Day à New York et de son appropriation progressive par la communauté italienne depuis le début du XXe siècle.
    Il apparaît que Columbus Day a servi aux générations successives d'Italiens émigrés à confirmer leur appartenance à la fois à un groupe ethnique particulier, celui des Italo-Américains, et au mainstream. Ainsi, Columbus Day se présente comme une illustration indéniable de l'assise socioculturelle et politique des Italo-Américains de New York, et, aujourd'hui, cette célébration peut être considérée comme un reflet de leur nouvelle identité ethnique.
    Aussi cet ouvrage apporte-t-il un nouvel éclairage quant aux progrès du processus d'intégration des migrants italiens aux États-Unis.

    Sur commande
empty