Littérature générale

  • A l'aube de l'époque moderne, un demi-siècle après la prise de Constantinople, l'Empire ottoman, dont les possessions s'étendent sur trois continents et ne cessent de s'accroître, éveille une curiosité fortement teintée d'inquiétude en Europe, particulièrement au sein de la monarchie espagnole avec laquelle l'affrontement devient inévitable - Lépante en sera le point culminant - tandis que la France, dès le règne de François Ier, s'emploie à établir avec Soliman le Magnifique des relations amicales.
    Tel est le contexte dans lequel s'insère l'abondante littérature produite en Espagne et en France sur les Turcs, leur empire, leur religion et leurs coutumes, littérature qui reste foisonnante jusqu'à la fin du XVIIe siècle. S'appuyant sur de nombreux textes de nature diverse (traités sur les Turcs, ouvrages cosmographiques, mais aussi relations de voyages à Constantinople ou de pèlerinages en Terre sainte), ce livre s'intéresse à la description des hommes, de leur " naturel " et de leurs moeurs.
    Dans quelle mesure les textes espagnols reflètent-ils les fluctuations de l'inimitié régnant entre la monarchie catholique et l'Empire ottoman, c'est l'une des questions posées ici, grâce à la confrontation constante avec les écrits français. On verra au fil de ces pages comment se construit une représentation du monde ottoman, assignant une place et des caractéristiques précises aux principaux peuples (Turcs, Mores et Arabes, Égyptiens, Grecs et autres chrétiens d'Orient) qui le composent.

  • Sefarad, "Espagne" en hébreu, a occupé longtemps une place prépondérante dans l'imaginaire juif. Sorte de territoire linguistique et culturel dont les racines plongent dans cette Espagne où cohabitèrent, selon les époques, chrétiens, juifs et musulmans. Culture polymorphe dont l'histoire se poursuit hors de la péninsule Ibérique, après l'expulsion de 1492, année également marquée par la chute de Grenade, dernier bastion musulman en Espagne. La littérature sépharade dans son lieu de naissance conjugue les influences locales et lorsqu'elle traverse les frontières, elle se pare d'atours nouveaux. Et il suffit de traverser l'Europe de bout en bout, de Lisbonne à Istanbul, pour que chaque étape offre à la curiosité une autre facette d'un univers sépharade mythifié, constamment enrichi d'influences, et d'une littérature qui appartient désormais au patrimoine universel avec des auteurs comme Elias Canetti et Albert Cohen. On ne peut pas limiter cette littérature à ses seuls grands noms. Elle prend aussi des formes populaires, comme ces romans publiés en feuilletons qui donnent le ton de la modernisation au 19e siècle, s'installant dans les foyers, et offrant des exemples aux femmes qui cherchent une autre place dans la société que celle que leur reconnaissait le mode de vie traditionnel. Le livre offre un parcours dans et à travers une littérature où se croisent, sans se heurter ni se tourner le dos, Occident et Orient, judaïsme, islam et christianisme, indéniablement attirés les uns par les autres.

empty