Presses Polytechniques Et Universitaires Romandes

  • La Terre est née il y a 4,5 milliards d'années, dans les températures extrêmes d'un nuage de gaz et de poussières. Son histoire extraordinaire est jalonnée de cataclysmes, de transformations profondes et de cycles successifs d'émergences et d'extinctions de masse, une évolution dont nous sommes aujourd'hui les témoins éphémères.

    Cet ouvrage s'attache à dépeindre les évènements majeurs qui, jusqu'à l'apparition de l'homme, ont marqué l'histoire de notre planète et de ses composantes de surface (vie, climat, paléogéographie, tectonique, etc.). Il expose les méthodes scientifiques qui ont permis de reconstituer cette évolution, fait le point sur les grands phénomènes récurrents comme les glaciations ou les extinctions, ainsi que sur l'histoire géologique particulière de l'Europe. Un épilogue esquisse enfin le destin inéluctable de la Terre, d'ici à quelques milliards d'années.

    Sans équivalent dans sa démarche synthétique et pédagogique, ce livre clair et accessible s'adresse tout autant aux étudiants de premier cycle universitaire et aux enseignants de lycée que, plus largement, à tous les passionnés des sciences. Ils y découvriront plus d'une vingtaine d'éclairages permettant d'approfondir différentes questions, une riche bibliographie, un lexique unique en son genre, un glossaire détaillé et des tableaux résumant l'essentiel.

    Cette nouvelle édition entièrement revue et actualisée est notamment augmentée de nouveaux éclairages sur l'origine des eaux terrestres, la temporalité de la tectonique des plaques, l'histoire des orogenèses et celle des hominines.

  • La neutralité de certains Etats. dont la Suisse- revient épisodiquement dans le débat politique. mais elle est souvent mal comprise et source de confusions. Forte de son expérience de ministre des Affaires étrangères et de présidente de la Confédération suisse. Micheline Calmy-Rey propose une mise au point éclairante et engagée. Défini parle droit international comme une promesse de non-intervention militaire en cas de guerre.
    Le concept de neutralité doit être revisité à l'aune des nouvelles menaces - politiques, économiques- sociales. technologiques- climatiques - qui fragilisent l'équilibre mondial. A l'heure où le multilatéralisme des Nations Unies se confronte à la défiance de plusieurs grandes puissances. Micheline Calmy-Rey plaide pour une interprétation contemporaine de la neutralité- active. investie d'une mission de promotion de la paix et résolument éloignée du mythe du repli.
    Elle y voit non seulement un positionnement stratégique pour la Suisse. mais aussi une source d'inspiration pour une Union européenne plus puissante et plus présente dans un monde polarisé.

  • La peur de souffrir, celle de ne plus se sentir respecté comme individu et celle de la perte de contrôle sont parmi les plus grandes préoccupations des malades en fin de vie. À travers cet ouvrage, l'auteur voudrait nous aider à porter un regard lucide et serein sur la finitude de notre existence. Gian Domenico Borasio, professeur ordinaire de médecine palliative au Centre hospitalier universitaire vaudois, s'est spécialisé dans la médecine de la fin de vie. Critique envers les excès d'une médecine « techniciste » qui parfois s'acharne à rallonger artificiellement la vie, refusant la banalisation de l'assistance au suicide, il défend la voie tracée par la médecine palliative qui combine l'apaisement des souffrances physiques et l'accompagnement spirituel et social du mourant et de ses proches. Ce livre est une invitation à penser dans le calme et sans tabou à nos priorités, nos valeurs, nos convictions et nos espoirs. Au cours de notre existence, rares sont les occasions de réfléchir à notre rapport à la mort et nous nous y consacrons souvent tardivement. Il est de notre liberté de prendre, ici et maintenant, le temps nécessaire à cette introspection.

  • L'hypothèse est que l'histoire de l'habitat se situe dans un temps long, une longue durée anthropologique, et que les évolutions sont lentes. C'est pourquoi il est nécessaire de s'interroger sur la dimension vernaculaire de l'habitat et, aujourd'hui, sur les relations entre un contexte local et un monde global qui tend précisément à effacer les différences.

    En Europe, depuis le début du XXe siècle, les caractéristiques des logements se sont établies et généralisées. Comment cette généralisation s'est-elle opérée? Les réponses apportées à cette question permettent de décrire une évolution dans laquelle le présent se situe.

    Cependant, avec le mode de vie urbain ou métropolitain qui s'est développé et tend à devenir dominant, des formes de l'habitat ont été conçues et réalisées, correspondant à de nouvelles exigences. Il s'agit d'analyser ces formes, en particulier du point de vue de l'idée de communauté qu'elles proposent, et du point de vue de ce que l'on considère être le confort contemporain.

  • Quand les premiers agriculteurs comptaient leurs moutons, ils étaient loin d'imaginer ce qui adviendrait du nombre et les différentes révolutions dont il serait l'objet. Pour Pythagore, le nombre était un dieu ; pour certains chrétiens, il guida l'Éternel lors de la Création. Exclusivement entier pour nos ancêtres de la préhistoire, le nombre s'est par la suite enrichi, devenant bientôt fractionnaire, irrationnel, négatif puis complexe, une évolution qui rencontra à chaque étape de fortes oppositions.

    L'histoire du calendrier révèle un conflit inévitable mettant aux prises l'astronomie, la politique et la religion, et dont les traces ont subsisté jusqu'à nos jours. L'histoire des nombres révèle quant à elle des joyaux, comme l'ubiquité du nombre d'or au royaume des plantes, la notion de fractale et le bouleversement du concept de dimension géométrique qu'elle a induit, la multiplicité de la notion d'infinité ou l'application inattendue de l'arithmétique à la linguistique.

    Le nombre nous confronte à des questions ardues qui touchent à la constitution même de l'univers. Quand la nature a édicté ses lois, pourquoi a-t-elle fait le choix du langage des mathématiques ?

  • Leonard Susskind nous a enseigné la mécanique classique dans le premier volume de cette série, Le Minimum Théorique. Avec son co-auteur Art Friedman, il nous expose maintenant les bases théoriques et les concepts mathématiques associés au monde étrange de la physique quantique. Dans ce deuxième ouvrage, Susskind et Friedman proposent une introduction claire et vivante à ce domaine notoirement ardu et déroutant pour le néophyte. Ils nous font comprendre le comportement des objets sub-atomiques au travers d'abstractions mathématiques simples. A la différence de la plupart des ouvrages de vulgarisation - souvent mal à l'aise quant à la façon d'aborder les singularités de la mécanique quantique -, le livre embrasse cet univers dans sa totalité, y compris les paradoxes si contraires à notre logique. Susskind et Friedman proposent des explications limpides aux problématiques d'état quantique, d'incertitude, d'intrication quantique ou de représentation de l'état d'une particule.

    Accessible mais rigoureux, Mécanique quantique s'adresse, comme Le Minimum Théorique, à tous ceux désireux de s'initier à la physique, à leur propre rythme.

  • La communication en milieu médical estun élément central du soin. Une bonne communication vient nourrir la démarche d'aide. Quels en sont les enjeux, les attentes et les processus ?

  • Le 20e siècle, tout de guerres et de barbarie, n'a-t-il pas défiguré l'homme? Comment l'art peut-il désormais représenter un simple visage, un simple regard? Le dadaïsme, le cubisme, le surréalisme, l'art abstrait, chacun à leur manière, éludent la question. Alberto Giacometti, lui, veut répondre. Alors il choisit un modèle, l'installe en face de lui, et se met au travail. Il peint ou sculpte le corps et le visage humains, patiemment, ardemment, obsessionnellement. Il nous les restitue vivants. Tourmenté plus que personne, il parvient néanmoins à retrouver dans les corps, les visages et les regards cette humanité essentielle, et digne d'amour, que des millénaires de création artistique ont représentée en vérité, de Sumer à l'Égypte, des masques africains aux mosaïques de Ravenne, de Giotto à la Pietà Rondanini. Giacometti, plus que nul autre, est de son siècle; mais de ce siècle abîmé, déchu, peu d'artistes auront, autant que lui, rétabli la grandeur.

  • Titre après titre, la collection Le Minimum Théorique poursuit sa mission de mise à disposition de la puissance et de la grandeur de la physique à tous ceux au bénéfice d'une culture scientifique de base. Après la Mécanique classique, le premier livre de la collection, qui porte lui-même le nom de la collection, et " Mécanique quantique ", Leonard Susskind et Art Friedman s'attaquent dans ce 3e volume à la théorie des champs, qui sous-tend la gravitation de Newton, l'électromagnétisme de Maxwell et la relativité restreinte d'Einstein, l'un des plus beaux triomphes de la physique.
    Avec des équations mathématiques aussi simples que possibles (mais pas plus), des figures éclairantes, et les alter egos sympathiques et habituels qui introduisent chaque leçon par un petit dialogue humoristique, Susskind et Friedman nous emmènent en un périple captivant dans l'univers d'Einstein. Depuis leur café favori, la Taverne d'Hermann, ils dévoilent les complexités de la relativité restreinte et ses liens avec l'électromagnétisme.
    "Relativité restreinte et théorie classique des champs" est un ouvrage indispensable à tous les physiciens amateurs désireux de vraiment comprendre la structure profonde de la physique. Il sera aussi très utile aux étudiants en premier cycle de physique qui y trouveront une présentation claire et synthétique, s'éloignant des manuels, par un grand physicien et un de ses étudiants.

  • Cet ouvrage exceptionnel s'adresse à ceux qui ont toujours regretté de ne pas avoir suivi de cours en physique, ou qui souhaitent apprendre à penser comme un physicien. Dans ce livre - véritable phénomène d'édition aux Etats-Unis avec plus de 40 000 exemplaires vendus - les physiciens Leonard Susskind et George Hrabovsky prennent le lecteur par la main et l'emmènent progressivement, sans jamais le perdre, à la découverte des bases essentielles de la physique. A l'arrivée, celui-ci est tout étonné d'avoir compris si facilement les notions présentées. Le secret des auteurs? Privilégier la clarté sur la brillance et la simplicité sur l'exhaustivité.
    Les ouvrages de la collection "Le Minimum Théorique", qui donne aussi son nom à ce premier volume, sont issus d'un cours public donné à l'Université de Stanford par le professeur Leonard Susskind et ont aujourd'hui acquis une notoriété mondiale. Ils s'adressent à tous ceux désireux de comprendre la physique contemporaine, quelque soit leur bagage scientifique de départ.

  • Aujourd'hui, à l'évocation de l'architecture japonaise, les images d'un temple ou d'une pagode viennent assez naturellement à l'esprit. Certains auront également en tête des oeuvres plus contemporaines: les voiles de béton brut de décoffrage, massifs et modulaires à la manière d'Ando Tadao, les architectures plus légères d'Ito Toyo, Sejima Kazuyo ou les façades ouvragées de Kuma Kengo1, pour ne citer qu'eux. Un fossé générationnel, voire historique, assez surprenant, semble s'être creusé entre les images d'une architecture traditionnelle très emblématique où le bois est le matériau de prédilection, et celles plus actuelles de projets innovants où son usage se réduit.

    Au Japon, bien que le charpentier en ait longtemps été le maître d'oeuvre principal, la culture architecturale contemporaine semble avoir oublié ce savoir constructif accumulé durant des siècles. Une telle constatation s'applique d'ailleurs à nombre d'autres domaines de l'art comme la musique - les enfants japonais apprennent plus volontiers le piano ou le violon que le shamisen ou le koto - la peinture et la sculpture, enseignées selon les canons occidentaux depuis la réforme de Meiji à la fin du XIXe siècle.

    Le déclin de l'artisanat, l'industrialisation, la modernisation des savoirs et des techniques, sont des phénomènes aujourd'hui observables à une échelle globale, mais dans le cas du Japon en particulier, le contraste est saisissant, même inquiétant, entre ce qui reste d'un patrimoine ancien et ce qui se construit en majorité dans les villes japonaises.

  • Heinrich Tessenow publie la première édition de son Hausbau und dergleichen en 1916, en pleine Première Guerre mondiale. Et, à l'image de ses projets et édifices bâtis, cette oeuvre aussi brève que lumineuse ne manquera pas de susciter l'admiration des grands protagonistes de l'architecture européenne de l'époque.

    La construction de maisons dans ses déclinaisons les plus modestes (maisons ouvrières ou pour la petite bourgeoisie) lui offre un terreau fertile pour questionner les principes fondamentaux de la composition. Accompagnée de ses légendaires dessins au trait, la voix simple et claire de Tessenow s'écarte ainsi discrètement des slogans de l'avant-garde dans l'intense débat qui anime les premières décennies du XXe siècle. C'est peut-être ce qui lui a valu d'être laissé en marge des grands récits de la modernité architecturale.

    Or, un siècle plus tard, à l'heure où l'on se met à repenser les limites d'un concept de "modernité" souvent trop étroit, la posture originale et inimitable de cette architecture, plaçant l'habitation au centre de la réflexion, trouvera plus que jamais, dans cette première édition française, l'écho qu'elle mérite.

  • L'immunologie est une discipline essentielle pour la compréhension de ce qu'est un organisme sain ou malade. On sait aujourd'hui que le système immunitaire est impliqué dans bien d'autres processus que le contrôle des infections ou le rejet de greffe, et que l'inflammation, souvent destructrice, joue un rôle central dans diverses pathologies (syndrome métabolique, maladies neurodégénératives). L'engagement du système immunitaire est également devenu une approche innovante dans la lutte contre le cancer (immunothérapie). Il est donc essentiel que les étudiants en biologie ou en médecine qui se destinent à une carrière de praticien ou de chercheur possèdent de solides connaissances en immunologie.

    C'est à cet effet et à leur intention que ce recueil d'exercices a été conçu. Richement illustré et tout en couleur, il propose de nombreux questionnaires à choix multiples (QCM), schémas à annoter, questions de cours ainsi que de petits problèmes tirés d'articles qui leur permettront d'acquérir l'ensemble des concepts fondamentaux et de maitriser le langage de cette discipline. Tous ces exercices, qui s'adressent à un lectorat de niveau Bachelor/Licence et de première année de Master, sont accompagnés de leur solutions.

    Ce livre est le résultat d'une collaboration entre l'École polytechnique fédérale de Lausanne, la fondation HSeT (Health Sciences e-Training, Lausanne) et le Centre hospitalier universi-taire de Grenoble-Alpes dans le cadre d'un enseignement introductif à l'immunologie.

  • Cet ouvrage présente une synthèse claire sur les relations Suisse - Union européenne (UE). Il montre que celles-ci se résument à une seule formule : adhésion improbable, marginalisation impossible. Par conséquent, il a fallu pour la Suisse trouver une troisième voie entre ces deux pôles. L'ouvrage expose précisément l'inventivité qui a conduit à développer les concepts intermédiaires de zone de libre-échange, d'espace économique européen et d'accords bilatéraux.
    Ceux-ci constituent un défi pour les principes et les théories traditionnels de l'intégration européenne. Il rappelle que ces mécanismes ingénieux ont été engendrés dans la douleur et qu'ils ont provoqué d'intenses confrontations en Suisse. Il montre aussi les trésors de subtilité que recèlent les notions d'accord-cadre, d'union douanière et d'adhésion 'light'. Il constate que, paradoxalement, plus la Suisse se rapproche de l'UE, plus les perspectives d'adhésion semblent s'éloigner.
    Cette étude cherche aussi à comprendre les motivations profondes des réticences helvétiques à adhérer à l'UE. Plutôt que de les juger, elle les discute dans un débat largement ouvert.

  • En architecture, composer signifie concevoir un bâtiment selon des principes de régularité et de hiérarchie, ou selon des principes de mise en équilibre.
    Toutefois; ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que la composition désigne véritablement la conception architecturale, notamment grâce à Jean-Nicolas-Louis Durant et son énonciation de la "Marche à suivre dans la composition d'un projet quelconque". Le concept s'érode rapidement au cours du XXe siècle, l'adoption de dispositifs architecturaux neutres, le recours à des processus agrégatifs, le développement d'opérations "objectives" constituant autant de tentatives de dépassement des principes compositionnels.
    C'est à cette histoire inédite des théories architecturales qu'invite Composition, non-composition. L'ouvrage permet de comprendre les enjeux d'attitudes qui souvent s'opposent, l'effacement de certaines conceptions, l'émergence de nouvelles, et il donne des clefs de lecture originales pour comprendre l'architecture contemporaine. Il constitue à ce titre une référence didactique pour les étudiants en architecture, ainsi que pour tous les architectes et historiens concernés.

  • 1985-2015 : les réalisations architecturales semblent devenues d'une telle diversité qu'il paraît vain de vouloir identifier parmi elles de possibles points communs ou de grands principes partagés. Pourquoi ne pas les considérer individuellement, et les accepter dans leur singularité ?
    Jacques Lucan propose une toute autre lecture. Précisions sur un état présent de l'architecture offre une compréhension inédite des problématiques architecturales les plus importantes de ces trente dernières années, articulée autour des thèmes essentiels qui sous-tendent l'art et la manière de concevoir un bâtiment. Il aborde les questions fondamentales qui sont au coeur même de la réflexion et du travail de l'architecte.
    Cet ouvrage s'adresse à tous ceux, étudiants, architectes ou amateurs, désireux de comprendre l'architecture contemporaine. Au-delà de tout cliché, il procure au lecteur les véritables clefs de compréhension d'une situation particulièrement riche et complexe.

  • Le réemploi des éléments de construction est aujourd'hui devenu une ambition dans de nombreuses politiques publiques en matière de gestion des ressources. Les principes d'urban mining, de métabolisme urbain et de bouclage des flux de matériaux s'installent progressivement dans les esprits et les pratiques, mais de nombreux défis techniques, législatifs, sociaux et culturels freinent encore l'évolution des usages vers un modèle d'économie véritablement "circulaire" pour le secteur de la construction.
    Rassemblant des chercheurs et des concepteurs spécialisés dans les questions d'économie matérielle, le groupe Rotor présente ici un état des lieux sans précédent du réemploi des matériaux de construction. Il expose les obstacles qui subsistent, les solutions permettant d'y remédier, illustre le propos d'exemples remarquables et replace cette pratique dans sa dimension historique. Fruit d'une expérience internationalement reconnue, notamment dans le cadre de Rotor Deconstruction, entreprise active dans la valorisation d'éléments de construction de réemploi, cette référence fait également le point sur les dimensions et les perspectives économiques de cette pratique.
    Largement illustré et tout en couleur, ce livre s'adresse aux étudiants et praticiens actifs dans le domaine de la construction (architectes, ingénieurs civils) ou concernés par le réemploi des matériaux de construction (bureaux d'études, commanditaires, pouvoirs publics, consultants en environnement).

  • Les performances fabuleuses de la construction moderne ont ouvert la voie vers un énorme pluralisme des formes au risque de confondre leurs significations premières et de laisser libre cours à l'arbitraire. Si l'architecture est un fait culturel, elle n'est pas pour autant un produit de mode. Elle n'est pas assez éphémère pour cela. Cet ouvrage propose une approche des multiples aspects et thèmes fondamentaux de cette discipline complexe et parfois mystérieuse.

    La première partie est forgée autour de références à la grammaire des formes architecturales. Quatre ou cinq mille ans d'histoire démontrent la persistance de quelques principes fondamentaux et intrinsèques de cette discipline qui organise en trois dimensions l'espace et lieu de la vie des hommes. Dans la deuxième partie, l'auteur exprime sa propre position face au rapport entre espace et lieu et entre forme et matériaux, la raison utilitaire et la raison constructive n'ayant jamais suffi, à elles seules, à donner forme à la maison et à la ville.

    Ni dictionnaire ni encyclopédie, cet ouvrage cherche à combler une lacune : proposer une introduction au projet et à la critique architecturale vue à la lumière de notre époque.

  • Comme dans bien d'autres domaines, le XXe siècle incarne en architecture l'idée même d'innovation constructive. Celle-ci passe autant par le perfectionnement de techniques éprouvées que par l'introduction de technologies nouvelles, le plus souvent tributaires de la logique de la production industrielle qui finira par bouleverser le secteur de la construction tout entier. Comment restituer la variété et la complexité des systèmes constructifs du siècle dernier ? Par quels moyens sauvegarder les témoins de cette histoire architecturale et technique ? Sans prétention d'exhaustivité, cet ouvrage explore les spécificités de différents systèmes constructifs industrialisés et préfabriqués emblématiques du XXe siècle et analyse les problématiques relatives à leur conservation ou restructuration, transformation ou réutilisation. Souvent synonyme de production de masse et de patrimoine ordinaire, cette architecture récente met finalement au défi les conceptions et les pratiques établies de la restauration qui s'exercent sur elle.

  • Le 14 septembre 2015, des ondes gravitationnelles sont détectées pour la première fois de l'histoire. Ces vagues dans la structure de l'espace-temps, prédites par la théorie de la relativité générale un siècle auparavant, provenaient de la collision de deux étoiles massives transformées en trous noirs, à plus d'un milliard d'années-lumière de la Terre. En suivant la piste des pionniers de l'astrophysique stellaire du milieu du 19e siècle jusqu'à nos jours, cet ouvrage retrace la vie tumultueuse des étoiles les plus massives de l'Univers, depuis leur formation dans d'immenses nuages moléculaires jusqu'à leur explosion spectaculaire en supernova, elles-mêmes à l'origine des astres les plus étranges du cosmos: les étoiles à neutrons et les trous noirs. Aussi rares qu'éphémères, les étoiles massives jouent un rôle fondamental dans l'évolution des galaxies en ionisant le gaz interstellaire, en y injectant de vastes quantités d'énergie et en fabriquant des éléments chimiques aussi divers que l'oxygène, le sodium, l'or et l'argent. C'est à une incursion de haute voltige dans le monde fascinant des étoiles massives que nous convie l'astrophysicien Laurent Drissen, tout en passant en revue les progrès réalisés en astronomie et qui nous ont permis d'étudier le Soleil, les galaxies et l'histoire de notre Univers.

  • Tout au long de l'histoire, les découvertes de nouvelles sources d'énergie et de leur mise en oeuvre ont constitué un élément central pour le développement de l'humanité : c'est l'objet de la première partie de ce livre qui en fait le panorama jusque vers les années 1950. On y a vu que l'avènement de l'électricité à la fin du 19e siècle a marqué une nouvelle étape en rendant un accès plus aisé à l'énergie possible pour une part croissante de l'humanité dans un nombre croissant de régions, principalement dans les pays industrialisés.
    L'accès à l'énergie et spécialement à l'électricité reste encore très inégal ; en effet, plus d'un milliard d'habitants n'avaient pas l'accès à l'électricité encore en 2016. Depuis 1950, plusieurs évolutions ont eu un impact direct sur nos vies quotidiennes et les problématiques énergétiques, notamment : -L'impact des activités humaines, souvent désignées en tant qu'anthropiques, sur l'environnement (pollution, bruit), sur le changement climatique et sur la disponibilité des ressources est de plus en plus souvent pris en compte dans les décisions à tous niveaux.
    Plus généralement, les limitations des ressources naturelles, alors que la population mondiale continue d'augmenter, sont de plus en plus présentes dans le débat public mondial ; -Simultanément, la découverte de nouveaux gisements de ressources énergétiques classiques (charbon, pétrole et gaz), celle de nouvelles ressources (gaz et pétrole de schiste) ainsi que le développement, à des coûts raisonnables, de nouvelles technologies d'extraction de ces ressources ont permis, durant toute cette période, de satisfaire quantitativement la demande.
    Cela ne devrait se poursuivre-En outre, les usages spécifiques de l'électricité, telles que les technologies de l'information, de la communication et médicales, se sont multipliés et sont devenus majeurs pour la société, créant de nouveaux besoins en électricité.

  • Quand les premiers agriculteurs comptaient leurs moutons, ils étaient loin d'imaginer ce qui adviendrait du nombre et les différentes révolutions dont il serait l'objet. Pour Pythagore, le nombre était un dieu; pour certains chrétiens, il guida l'Éternel lors de la Création. Exclusivement entier pour nos ancêtres de la préhistoire, le nombre s'est par la suite enrichi, devenant bientôt fractionnaire, irrationnel, négatif puis complexe, une évolution qui rencontra à chaque étape de fortes oppositions. L'histoire du calendrier révèle un conflit inévitable mettant aux prises l'astronomie, la politique et la religion, et dont les traces ont subsisté jusqu'à nos jours. L'histoire des nombres révèle quant à elle des joyaux, comme l'ubiquité du nombre d'or au royaume des plantes, la notion de fractale et le bouleversement du concept de dimension géométrique qu'elle a induit, la multiplicité de la notion d'infinité ou l'application inattendue de l'arithmétique à la linguistique. Le nombre nous confronte à des questions ardues qui touchent à la constitution même de l'univers. Quand la nature a édicté ses lois, pourquoi a-t-elle fait le choix du langage des mathématiques ?

  • Quand on connaît les règles du jeu, on a hâte de commencer à gagner des parties, et on veut que ça devienne une habitude. Aux échecs, le meilleur moyen d'y arriver est d'apprendre la tactique. De courtes leçons bien pensées et quantité d'exercices bien choisis permettent de progresser rapidement tout en s'amusant !

  • Les contributeurs de cet ouvrage ont suivi l'évolution de la production du logement collectif en Suisse, cherchant à mettre en exergue le renouvellement des modèles et les changements intervenus dans ses modes de conception. La diversification sans précédent des formes du logement contemporain ne répond pas uniquement à l'évolution des modes de vie et aux innovations typologiques qu'elle entraîne, mais coïncide aussi avec une nouvelle complexité des situations par rapport auxquelles l'architecture du logement doit aujourd'hui se positionner.
    La question de l'incidence du contexte sur l'architecture du logement collectif apparaît peu dans les ouvrages théoriques récents. Contexte invisible, contexte présent, contexte absent : il semble important d'intégrer ces différentes dimensions qui induisent une multiplicité d'attitudes quant aux moyens de répondre au contexte physique. En d'autres termes, le bagage culturel du concepteur intervient et détermine une manière subjective d'interpréter l'environnement et donc de dialoguer avec celui-ci.
    L'ouvrage présent n'entend pas donner une représentation exhaustive des contextes où s'intègre le logement contemporain. Les thèmes qu'il aborde ont été saisis librement par les auteurs, comme des fragments illustrant la réalité actuelle du territoire et les problématiques architecturales que celle-ci soulève pour le logement. L'iconographie d'architecture présentée ici fait ressentir, en photographiant le plus souvent les bâtiments de près, avec un cadrage qui les soustrait presque systématiquement à leur environnement lointain et immédiat.
    Ces images permettront aux lecteurs d'apprécier le passage du temps, après que la végétation a poussé, que les habitants se sont appropriés les lieux afin de pouvoir mesurer en quelque sorte " si la greffe a pris ".

empty