Tourisme & Voyages

  • Lorsqu'il décide de traverser la Sibérie sur son deuxième plus long fleuve, la Lena, Philippe Sauve n'est pas exempt de peurs et de phobies. Pourtant, cinq mois durant, il est seul à bord d'un canoë en toile, affrontant la dureté de l'environnement boréal.
    De la chaîne du Baïkal aux rivages de l'océan Glacial Arctique, il parcourra ainsi 3 800 kilomètres à la seule force de ses bras. Il fera le gros dos sous l'orage, endurera la morsure des insectes, craindra les ours, fraternisera avec les habitants évenks ou iakoutes et rencontrera des brigands, avant de reprendre goût à la solitude, extrême dans ces régions reculées. Au coeur de la taïga ou sur la toundra, la nature s'offre au voyageur, le défie ou bien l'épuise. Gardant le nord pour horizon, Philippe Sauve pagaie sans faiblir, portant un regard neuf et candide sur l'un des fleuves les plus méconnus de la Sibérie...

    Inclus un cahier photos ;

    Ce livre a reçu le prix René-Caillé et le prix Pierre Loti ;

  • Dès qu'elle a annoncé son incroyable projet de traverser seule ce territoire, ses interlocuteurs australiens, terrifiés, l'ont mise en garde : « Ces lieux ne sont pas faits pour les êtres humains... En plus, si un seul tigre de Tasmanie a survécu, il se trouve là ! Et il mange les hommes... » Sarah Marquis va en effet traverser des zones inextricables où seuls les animaux se sont aventurés, et affronter une nature hostile, comme si elle dérangeait un ordre établi depuis des siècles... Jusqu'au jour où le bord d'un ravin s'effondre sous son poids.
    Elle nous entraîne dans un monde oublié, à la fois terrifiant et initiatique, empreint d'une magie ancestrale. Et là où ses pas se posent, les légendes prennent vie.

  • Dans les grandes étendues de l'Eurasie, c'est le cheval qui a permis à l'homme de s'approprier la steppe. Aussi, lorsque Priscilla et Sylvain, à 23 et 27 ans, décident d'inscrire leurs pas dans la poussière d'Asie centrale, quel autre choix s'offre à eux que celui de se présenter, en selle, rênes à la main et pied à l'étrier ?
    En six mois d'expédition, au gré des recontres, des bonheurs et des dangers, du Kirghizstan à la mer d'Aral, Priscilla et Sylvain ont collecté un bouquet d'émotions, de souvenirs et de réflexions qu'ils nous offrent dans ce carnet de voyage. Recueil intime pour livrer la saveur de l'instant, le goût du khumus bu sous la yourte, l'entente entre les chevaux, le chant des grandes steppes, les bouleversements d'un peuple...

    Nouvelle édition revue par les auteurs.

  • À l'hiver 2015, Gwenaëlle Abolivier réside trois mois dans le sémaphore de l'île d'Ouessant, au bout de la Bretagne, sa région natale. Là, sous le grand phare du Créac'h, se racontent un voyage immobile et une expérience d'immersion au contact des éléments et des îliens. Elle explore les lieux et rencontre les gardiens de phare, les guetteurs-sémaphoriques, les derniers marins de commerce, et les femmes, gardiennes des lieux, qui occupent une place prépondérante sur cette île du Ponant. Ce territoire de l'extrême est à part, il entretient un rapport particulier avec la mort. Face à la mer, au contact de la nature ravagée, l'auteur vit cette expérience comme une renaissance...

  • C'est la quête de l'ultime, dans des conditions extrêmes pour le corps et l'esprit. Seuls une poignée d'alpinistes sont assez fous pour se hisser à plus de 8 000 mètres en Himalaya, quand il fait jusqu'à - 50 °C et que le vent souffle à 150 km/h.
    Le sauvetage spectaculaire d'Élisabeth Revol en janvier 2018, a mis en lumière cette discipline méconnue : l'himalayisme hivernal. Les portes de ce monde presque confidentiel, que rien n'encadre, s'ouvrent. Qu'est-ce qui aimante aux sommets ces « guerriers des glaces » ? Et surtout, qui sont ces fous risquant leur vie pour escalader un géant de pierre et de glace alors que la probabilité d'être sauvé en cas de pépin est proche de zéro ?
    Les victoires et les échecs s'évaluent entre pairs. Et les drames sont nombreux...

  • Qu'est-ce que ça veut dire exactement, voir du pays ? Y a-t-il une bonne façon de visiter la France ? La journaliste suisse Caroline Stevan a choisi le covoiturage pour prendre la température du territoire au fil des kilomètres, voir les paysages défiler et les langues se délier, comparer le dedans et le dehors... En deux voyages et quelques semaines de roadtrip, elle dresse un portrait de l'Hexagone et de ses habitants, et se questionne sur ce qui l'attache encore à ce pays dans lequel elle a passé toute son adolescence avant de revenir vivre sur les rives du lac Léman.
    Un parcours de 22 étapes et tout autant d'histoires qui plongent le lecteur au coeur la France d'aujourd'hui.
    />

  • Ratés de l'exploration, de l'aventure aérienne, des missions scientifiques, de la montagne, de la mer... Partant du principe que s'il y a eu des exploits, il y a forcément eu des échecs, Bruno Léandri a fouillé les archives. Il raconte ces voyageurs qui brillèrent par leur malchance insolente, leur ratage insolite ou leur karma désastreux. Sur un ton amusé voire grinçant, il nous livre le portrait de ces aventuriers qui, pour une fois, ne nous feront pas rêver. Parce que les intrépides sont fatigants et que les situations cocasses n'arrivent pas qu'aux autres, ce livre vengera tous les casaniers !

  • Ils ont parcouru à dos de cheval 3 000 kilomètres à travers l'Asie Centrale, soit un périple qui les a menés de la Chine au Moyen-Orient, en traversant le Kirghizistan, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, pour toucher enfin la mer d'Aral. Dans leurs sacoches, pour tout viatique, ils n'emportent que les récits des explorateurs qui se sont succédé dans la région depuis le XIVe siècle, de Marco Polo à Ella Maillart, et associent à travers les siècles leur propre regard à celui de ces illustres écrivains voyageurs. Un voyage de six mois qui vaut comme exploit sportif, mais qui intéresse encore davantage pour la description qu'il propose d'un monde à part, féerique et autarcique, un monde secret et enchanteur : le monde des steppes.

  • 14 000 kilomètres à pied à travers les déserts australiens. Tel est le premier grand défi que s'est lancé Sarah Marquis, en 2002. Un périple de dix-sept mois lors duquel elle affronte la faim, la soif, les feux de forêt, les dingos et les crocodiles ! Mais les paysages inoubliables qu'elle traverse, les kangourous qui dorment près d'elle et les moments rares en compagnie des Aborigènes valent tous les sacrifices. Sans oublier la rencontre avec D'Joe, un chien sauvage qu'elle a arraché à la mort et qui va la suivre sur 10 000 kilomètres.
    En même temps, dans ce voyage au bout d'elle-même, elle va découvrir sa « mission de vie » : « relier l'être humain à Dame Nature », lui donner envie d'explorer la Terre, de la respecter et de la protéger. Ce sera dorénavant le but de toute son existence.

    Inclus un cahier photos.

  • 1 000 jours et 1 000 nuits : Sarah Marquis a traversé à pied et seule tout le continent austral. Entre les attaques de cavaliers mongols et les trafiquants de drogue de la jungle laotienne, les animaux sauvages et les rigueurs climatiques, dépouillée de tout superflu, la jeune femme s'est adaptée aux conditions les plus extrêmes. Ainsi, elle a tenté de mieux comprendre ce qui nous lie à la Terre.
    Elle nous livre son récit, tantôt drôle, tantôt poignant, tantôt inquiétant, et sa philosophie de la vie, son cheminement intérieur. Elle nous entraîne dans l'aventure humaine la plus pure. Une odyssée extraordinaire.

  • Les explorateurs qui partaient à la conquête de terres sauvages, mettant leur vie en péril pour découvrir des territoires inviolés, semblent appartenir à une époque révolue. Au XXIe siècle, notre monde paraît avoir été inventorié de fond en comble et tout le savoir être à portée du moindre clic sur Internet. Est-ce pour autant la fin de l'exploration et de l'explorateur ?
    Non, car personne ne peut avec certitude déterminer ce que seront les réalités et les sociétés futures. Nous allons devoir changer et nous adapter. Il s'agit dorénavant de trouver comment nous allons, toutes et tous, devenir des explorateurs de notre planète en mutation. Comment nous allons éviter de reproduire les erreurs du passé pour ne pas conduire notre humanité à sa perte. Et comment nous allons appréhender le monde de demain pour mieux le construire.

  • Sarah Marquis s'est lancée dans un face-à-face avec la nature, sans réserves de nourriture ni traces d'humains à l'horizon. Juste des rivières infestées de crocodiles, des serpents, une végétation inextricable, la solitude, la faim, et surtout la soif. Elle a survécu grâce aux techniques ancestrales des aborigènes.
    Elle nous livre ici le récit d'une aventure inoubliable dans des décors à couper le souffle, mais aussi un voyage intérieur qui lui permet de nous faire entrevoir les ressources fabuleuses que chacun de nous possède au fond de lui. Oublier la peur pour mieux évaluer le danger, se relier à la Terre en la respectant et se fier à ses instincts... Tel est le beau message de cette femme hors du commun.
    />

  • Qu'y a-t-il autour du pôle Sud ? Rien, si l'on en croit les cartes, en ce début de XXe siècle... Ce serait le dernier territoire inconnu, laissé vacant par les expéditions inabouties de Dumont d'Urville. Le grand blanc. Soit tout un monde à découvrir, à étudier comme à défier, pour l'intrépide Jean-Baptiste Charcot.
    Le 31 du mois d'août 1903, le Français quitte donc les côtes du Havre, direction l'inexploré. À bord de cet excellent trois-mâts, une poignée de scientifiques s'élancent à l'assaut des glaces, résolus à en arracher pied à pied tous les mystères, au péril de leur vie...

  • En 1901, le docteur Otto Nordenskjöld dirige une expédition scientifique chargée d'explorer les îles à l'est de la péninsule antarctique. Ils embarquent sur l'Antarctic, un baleinier qui va finir broyé par les glaces. Dès lors, savants et marins, dispersés en trois endroits du continent, doivent lutter pour leur survie.
    Comment se retrouver ? Comment croire aux secours ? Comment surmonter deux hivernages au milieu des tempêtes de l'hiver austral ?
    Véritable épopée géographique, récit empreint de suspense, Vingt-deux mois dans les glaces raconte avec émotion cette aventure vécue dans l'enfer de l'extrême sud. En homme obligeant et passionné, Otto Nordenskjöld réussit à nous prouver que l'héroïsme se révèle toujours dans l'adversité.

  • Comment voyager dans le delta du Mékong sans être Duras ?
    Comment se faire des copines qui aiment Poutine ?
    Comment se débarrasser d'un Indien plus collant qu'un naan au fromage ?
    Comment camper dans le Connemara quand on a une cystite ?
    C'est à ces questions existentielles - que se pose toute voyageuse en solitaire - et à bien d'autres encore, que ce livre répond avec mordant et autodérision. Un guide hors des sentiers battus, riche en anecdotes croustillantes, qui sera utile aux petites, blondes et aventureuses, ainsi qu'à toutes les globetrotteuses et à ceux qui ne peuvent s'empêcher de dire : « Vous voyagez... toute seule !? »

  • À 10 ans, il voulait marcher sur la lune. Mais faute de devenir cosmonaute, Bernard Lugaz s'est fait l'arpenteur, inlassable, de notre Terre. Les confins du monde ne sont-ils pas un peu lunaires ? Le Grand Nord, qu'il découvre fjord après fjord - expédition hostile sous un jour sans fin - lui donne l'envie d'un autre pôle. Direction Ushuaia, puis les glaciers bleutés de soleil, le passage d'un manchot, le dos majestueux d'une baleine... L'émerveillement est total. Son rêve fou, de poser le pied où nul homme - ou presque - avant lui ne l'a posé, prend enfin vie : rendez-vous à l'extrême frontière...

    Inclus un cahier photos.

  • Son mari est parti s'établir au pôle Nord pour y mener une vie de trappeur. Alors Christiane, parfaite ménagère des années 1930, décide de troquer son statut de femme au foyer pour celui d'aventurière du Grand Nord.
    Elle débarque à l'été 1933 sur les côtes du Spitzberg pour rejoindre Hermann dans une cabane isolée, sur une terre hostile et déserte. Après l'angoisse des premiers jours, Christiane fait l'expérience indélébile d'un quotidien intense, entre extase et survie, et se prépare pour l'hiver et son interminable nuit noire... Progressivement, elle développe une véritable relation de tendresse avec cette nature capricieuse qui orchestre chaque instant de la vie, et offre parfois le spectacle d'une aurore boréale ou d'une famille d'ours polaires.

  • Anselme Baud, alpiniste et pionnier du ski extrême, né à Morzine en 1948, a multiplié les exploits et les premières avec comme seule devise « Tout ce qui est blanc se descend ».
    Professeur à la légendaire ENSA, formant les guides en France, au Népal ou en Bolivie, il a skié sur des sommets mythiques et conduit ses clients à travers tous les continents. Il a la montagne dans la peau : son père, Jacques Baud, était l'un des initiateurs d'Avoriaz, et son beau-père, James Couttet, champion du monde de descente.
    Anselme Baud livre ici le récit de ses plus grandes aventures, ses plus belles rencontres, ses pires frayeurs... Une vie faite de passion et de dangers, puisque la montagne lui a pris un fils, beaucoup d'amis aussi. En dépit des épreuves ou des drames, l'envoûtement des sommets enneigés reste intact, comme au premier jour.
    Bienvenue aux pays des terres hautes.

  • Fils d'immigrés algériens, Nadir est un enfant du 9-3 qui a grandi avec pour seuls sommets les barres HLM de sa cité. Mais ce n'est pas parce qu'on est né du mauvais côté du périph' qu'on est obligé d'y rester ! Après un tour du monde à vélo réalisé en solo, il décide de s'attaquer à l'Everest et s'invente un faux CV d'alpiniste afin de convaincre un guide de l'y emmener. Arrivé sur place, la supercherie ne tient pas longtemps, et face à la difficulté de l'ascension, tous pensent qu'il va rapidement renoncer. C'est justement pour ça qu'il a continué.

  • Voyager sans se déplacer... Telle est l'ambition folle de cet antimanuel, ce guide pour nulle part et cependant partout. Comment retrouver, sans bouger, « l'état » du voyageur ? Cette énergie nomade qui habite tout sédentaire ?
    À travers leurs expériences, leurs histoires et leurs réflexions, quelques grands vagabonds, poètes, sociologues et artistes disent l'audace de se perdre, la lecture comme départ, l'imagination comme monture. Autour de soi-même ou des autres, le voyageur immobile sentira là souffler, sans quitter sa chambre, les vents de l'aventure...

    « L'Invention du voyage fait partie de ces ouvrages passionnants qu'on lit d'une traite. C'est un livre de voyage qui fait réfléchir et c'est un véritable plaisir de (re)découvrir l'expérience de toutes ces personnalités. » francenetinfos.com.

    Les voyages de :
    - Isabelle Autissier.
    - Olivier Bleys.
    - Christian Bobin.
    - Bruno Doucey.
    - Cédric Gras.
    - Bernard Hermann.
    - Blaise Hofmann.
    - Alexis Jenni.
    - Gilles Lapouge.
    - Marie-Edith Laval.
    - Gaële De La Brosse.
    - David Le Breton.
    - Bernard Ollivier.
    - Pierre Rabhi.
    - Paolo Rumiz.
    - Tristan Savin.
    - Sylvian Tesson.
    - Kenneth White.

  • Que mange-t-on sur le toit du monde ?
    Comment bivouaquer au fond d'une crevasse ?
    L'altitude est-elle aphrodisiaque ?
    Comment rater un sommet à cause d'une paire de chaussettes ?
    Où rencontrer un yéti ?
    Quel est le plus beau moment qu'un alpiniste puisse vivre au cours d'une ascension ?
    La montagne a-t-elle un sexe ?
    À travers de courtes chroniques, souvent drôles, parfois émouvantes, Jean-Michel Asselin dépeint les coulisses de cette montagne qu'il aime, loin des clichés habituels de l'héroïsme et du drame.

  • Le 1er janvier 2003, à l'âge de 25 ans, son diplôme en poche, Ludovic Hubler se lance dans un « tour des hommes ». Il veut découvrir le monde avant de s'engager dans la vie professionnelle. Son aventure va durer cinq ans.
    170 000 kilomètres parcourus, 59 pays traversés et plus de 1 300 conducteurs pour réaliser un périple à la seule force de son pouce. Du « voilier-stop » pour traverser les océans, du « brise-glace-stop » pour se rendre en Antarctique, du « dromadaire-stop » en plein coeur du Sahara. Des rencontres aussi nombreuses que variées, notamment celle avec le Dalaï-Lama, mais aussi celles de milliers d'étudiants lors des nombreuses conférences données en cours de route.
    Un voyage d'une richesse incroyable, une aventure humaine extraordinaire sur laquelle souffle un vent de liberté qui fait rêver.

    Édition revue et corrigée par l'auteur.

  • Du dédale des canaux de Patagonie aux profondeurs de l'Amazonie péruvienne, l'exploratrice Jéromine Pasteur ne perd pas une seconde de l'intensité et de l'inattendu que lui offre chaque instant de ses voyages. Passionnée par la vie et le monde, elle trace un sillon entre mers et continents, portée par l'amour et la liberté, l'âme et le coeur déployés comme la voile au mât de son bateau.
    Et quand elle se pose sur les rives de sa vie pour reprendre son souffle, elle nous confie - avec cette douceur mutine de ceux qui aiment partager leurs aventures - la magie et le sérieux de ses découvertes.
    Mais déjà, elle est repartie !

  • Sous-préfecture ennuyeuse, vallée sinistrée, port industriel, ville de garnison, station thermale décrépite, banlieue lointaine... La France ne manque pas d'endroits où pour rien au monde on irait passer le week-end. Partant du principe qu'un clair de lune à Maubeuge vaut bien un coucher de soleil à Malibu, Vincent Noyoux en a choisi douze. Douze villes pas gâtées par la vie, peu flattées par les apparences, oubliées, voire méprisées de tous. Jetant ses préjugés aux orties, il est parti à la découverte de ces territoires méconnus. Tour à tour tendre et ironique, il nous livre ici le portrait d'une France boudée et incomprise.

    Mulhouse, Vesoul, Guéret, Cergy, Cholet, Vierzon, Saint-Nazaire, Verdun, la vallée de la Fensch, Châtelguyon, Draguignan et Maubeuge...
    /> Embarquez pour un tour de France des villes qui ne font pas rêver mais gagnent à être connues !

empty