Parole Et Silence

  • La seule joie qui englobe toutes les autres vient de Dieu ; elle est en Dieu lui-même.
    Par le pardon qu'il offre, Dieu nous dispense sans mesure sa joie. En cette dernière année préparatoire au jubilé, la célébration du sacrement de la Réconciliation voudrait faire grandir en chacun la " joie d'être sauvé ". Car " le temps du jubilé, affirme Jean-Paul II, nous introduit dans le vigoureux langage qu'emploie la pédagogie divine du salut pour inviter l'homme à la conversion et à la pénitence, principe et voie de sa réhabilitation, et condition pour retrouver ce qu'il ne pourrait atteindre par ses seules forces : l'amitié de Dieu, la grâce, la vie surnaturelle, la seule où puissent être satisfaites les aspirations les plus profondes du coeur humain ".
    Célébration de la Réconciliation et jubilé sont bien de la même famille : entendre une invitation, se mettre en route, au sein de l'Eglise, par elle et pour elle, se laisser réconcilier, ouvrir la porte au Rédempteur et chanter avec Marie : " Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur! "

    Sur commande
  • Défiguré, sans apparence humaine, le Serviteur Souffrant apparaît de façon mystérieuse dans les écrits de l'Ancien Testament.
    Ce Serviteur, s'il livre sa vie, verra la lumière. Il aura une postérité. Qui est donc ce mystérieux Serviteur ? Quel est le sens de sa souffrance innocente ?
    Thomas Kowalski analyse avec précision les textes bibliques. Il dégage les traits de ce Serviteur Souffrant. Il est le Messie-Sauveur, celui que la foi du Peuple d'Israël attend. Ce Messie, tué, ressuscitera. Les Chrétiens reconnaissent que cette figure s'accomplit en Jésus de Nazareth, crucifié et ressuscité " le premier jour de la semaine ".
    Ces pages font découvrir la richesse des Oracles bibliques consacrés au Serviteur Souffrant. Pour le croyant, selon le mot biblique repris par Thomas Kowalski, ces Oracles " sont du miel dans la bouche ".

  • " Un nouveau printemps de la catéchèse ", tel fut l'appel de Jean-Paul II aux Evêques d'Ile-de-France un an avant sa mort.
    Ce livre veut contribuer à ce printemps. L'An 2000 fut l'occasion du Jubilé mondial des catéchistes. L'auteur relit aujourd'hui ce qui leur a été dit à Rome comme une " prophétie de l'avenir ". C'est ainsi que nous recevons les homélies et conférences de ce Jubilé (Cardinaux Stafford, Castrillôn Hoyos, Ratzinger, Jean Paul II, décembre 2000). Elles sont ici publiées avec trois autres documents peu connus sur la catéchèse et l'enseignement catholique (1983, 1997, 2004).
    L'auteur introduit ces textes par une réflexion riche et simple, stimulante pour la joie de la catéchèse. Ces textes parleront à tous ceux qui sont attelés à la transmission de la foi, que ce soit en famille, en paroisse ou dans une école catholique. Ils aideront les responsables de la catéchèse ou de la pastorale scolaire pour leur réflexion théologique et pour l'organisation du catéchisme de l'Eglise dans les lieux concrets de leur mission.
    Les catéchistes et les parents, premiers catéchistes de leurs enfants, sont appelés à voir la rencontre catéchétique comme une rencontre avec Dieu et à s'y impliquer personnellement, en montrant le Christ comme Jean-Baptiste - pour leur joie, pour celle des enfants et des jeunes. Ce livre paraît au moment où les Evêques de France donnent des orientations pour la catéchèse : " nous faisons le choix de la pédagogie de l'initiation.
    " L'auteur aide à comprendre comment Dieu, par les catéchistes, initie lui-même l'enfant à le connaître et à vivre en chrétien.

  • Mystère d'une nouveauté prête à jaillir, l'enfant apparaît comme un commencement inouï et puissant, fragile et innocent.
    Qui n'a été émerveillé de l'unicité de son visage et de sa grâce ? Chacun a son regard, son sourire, chacun est irrépétable.
    Témoin de cet émerveillement, Martin Buber nous le partage : " Qu'on le veuille ou non, en cette heure-ci comme en toute autre, l'inédit fait irruption dans l'épaisseur de ce qui existe déjà, il prend dix mille visages dont aucun, jusqu'alors, n'avait été envisagé, dix mille âmes non encore advenues mais prêtes au devenir, événement de création s'il en est, innovation manifestée, puissance originelle prête à jaillir.
    On a beau la gaspiller, cette possibilité à l'intarissable flux c'est la réalité de l'enfant ".
    Devant ces dix mille visages nouveaux, l'interrogation jaillit sous sa plume : " Y a-t-il souci plus grand qui puisse nous préoccuper, sujet plus grave dont nous puissions débattre : trouver un remède pour que cette grâce ne soit désormais plus gaspillée, pour que le pouvoir de l'innovation soit sauvegardé en vue du renouveau ? ".
    Tel est l'enjeu de toute éducation. Celle-ci n'est pas un luxe, elle est comme la matrice de tout avenir, pour chaque vie humaine.
    Aujourd'hui, les questions sur l'éducation sont nombreuses, voire cruciales. Ce texte de Martin BUBER apporte sa pierre à l'édifice éducatif qu'il est urgent de construire. Parents et éducateurs sauront méditer ces si belles pages, y trouveront un nouvel élan pour la merveilleuse aventure de l'éducation.
    Le texte de Martin Buber est présenté par Guy Coq, agrégé de philosophie, collaborateur de la revue Esprit et Président de l'association Amis d'Emmanuel Mounier.

  • Les conférences " Droit, Liberté et Foi ", fondées conjointement en juin 1992 par le Diocèse de Paris et le barreau de Paris, se sont penchées, en juin 1997, sur la question de la responsabilité et de sa mesure par la notion juridique de " crime contre l'humanité ".
    Comment réfléchir sur cette notion juridique, nouvelle d'un demi-siècle ? Les études ici rassemblées conjuguent compétences professionnelles et maîtrise de la pensée. Elles abordent en vérité et de façon nuancée les problématiques auxquelles sont affrontés magistrats et avocats face à ce drame. Elles ouvrent des perspectives quand elles évoquent le pardon. Plusieurs d'entre elles abordent le sujet en rappelant l'histoire tragique d'Abel et de Caïn, fondatrice de toute réflexion sur la responsabilité.

    Sur commande
  • ni exercice de piété ni méditations sur le chemin de croix, ce texte écrit par le plus proche disciple de maurice blondel, est un chemin livré à première personne : il symbolise le cheminement de chacun tel qu'un philosophe peut l'évoquer.
    montée - jalonnée de chutes - vers pâques, vers la présence eucharistique dévoilant la quête de la vérité à travers l'illusion surmontée. chemin de croix s'offre comme un texte original qui, dans sa brièveté et sa simplicité, illustre la philosophie de la conscience de paliard, les moments de la quête de toute âme, la réalisation de son propre cheminement. ce volume offre au lecteur le texte intégral du chemin de croix jacques paliard.
    les commentaires de marie-jeanne seppey qui l'accompagnent se présentent comme une initiation à la philosophie paliardienne et aideront à saisir la grande profondeur de ces textes tout à la fi philosophiques, théologiques et spirituels.


    Sur commande
  • Pendant trois jours, un journaliste du Corriera de la Sierra a conversé avec Jacques Dupont, prieur de la chartreuse de Serra San Bruno, l'obligeant à aborder les thèmes les plus ardus : la rencontre de Dieu au temps d'internet, le silence des moines, la prière de nuit, ce que signifie péché et miséricorde. Car "Dieu est aussi en ce monde et en ce temps", rappelle le moine, révélant ainsi la surprenante actualité d'un charisme vieux de plus de neuf siècles.
    Une rencontre inoubliable.

empty