Panama

  • quelle force pousse les êtres humains à détruire, à massacrer leurs semblables, à saccager les civilisations, à.
    s'anéantir eux-mêmes ? la psychanalyse peut-elle répondre à de telles interrogations ? freud a progressivement élaboré l'hypothèse d'une " pulsion de mort ". force originaire, elle est à l'oeuvre dans le psychisme individuel comme dans la culture et dans l'histoire. de cette notion controversée, andré green éclaire ici la genèse et la portée. il souligne comment elle a suscité une " onde de choc " dans la pensée psychanalytique.
    avec une maîtrise exceptionnelle, il met en lumière l'importance décisive de la théorie freudienne pour la compréhension des événements historiques d'aujourd'hui et de demain.

  • L'identité nationale a désormais, en France, son ministère. Dans plusieurs pays, en Europe et ailleurs, on célèbre de nouveau la nation, ses racines et sa grandeur supposée. Comment s'agence une telle mythologie ? De quelle manière s'y combinent culte des morts, exaltation de soi, mépris des autres ? Et quelle part prennent donc, dans cette construction, les historiens du national ? Marcel Detienne cherche du côté de l'Antiquité (les Athéniens se disaient autochtones, c'est-à-dire " nés de la terre "), explore le XIXe siècle (Barrès, Michelet), scrute les contemporains (Heidegger, Braudel, Nora). L'" histoire nationale " constitue bien une pièce essentielle du dispositif idéologique. Ce livre, qui conjugue réflexion et actualité, éclaire les arrière-plans des discours sur l'identité et la nation.


  • on disait autrefois " primitifs ", " sauvages ", ou bien " sans écriture ".
    aujourd'hui s'impose la dénomination " peuple premier ", sans être plus adéquate. comment les définir ? quelles leçons d'universalité nous donnent-ils ? et qu'enseignent-ils de la condition humaine ? quel avenir leur réserve le droit international ? catherine clément répond à ces questions avec clarté, précision, enjouement, en rapprochant les récits des anthropologues, le regard des philosophes et la parole des indigènes.


  • Submergés par la " culture ", savons-nous encore ce qu'est l'art ? rien n'est moins sûr.
    Car tout ce qui caractérisait l'art autrefois s'est profondément transformé : le sens du beau, la définition de l'oeuvre, le statut même de l'artiste. comment une telle mutation s'est-elle produite ? christian delacampagne l'explique en détail. philosophe et historien, il montre quelle révolution picturale a été déclenchée par l'invention de la photographie, et comment l'art a fini par devenir, de marcel duchamp à andy warhol et au-delà, une pratique sans oeuvres ni artistes.
    Une pratique qui, au moment même où l'art semble s'être dissous, bénéficie d'un marché mondial dont le passé n'offre pas d'équivalent. cette analyse des paradoxes contemporains constitue également une initiation très vivante aux écoles artistiques du xxe siècle.

  • La philosophie se développe quand des esprits libres placent la recherche de la vérité avant les préjugés et les conformismes. L'islam ne fait pas exception. Il a connu au plus haut point cette ouverture de pensée. Et il doit la connaître de nouveau. Voilà ce que souligne, avec force, cet essai limpide. Souleymane Bachir Diagne met en lumière les enjeux de la philosophie en islam à travers des penseurs essentiels comme Avicenne, Averroès, Ghazali. Il mène aussi une réflexion personnelle sur le mouvement d'ouverture de la pensée musulmane, dans ses dimensions contemporaines et ses aspects politiques futurs. Alors que s'intensifient les risques de conflit et les tentations de repli, Souleymane Bachir Diagne donne, avec cet ouvrage, une leçon d'espérance et de raison.


  • chacun le sait : l'argent joue un rôle essentiel dans les existences individuelles comme dans les entreprises collectives.
    tout le monde ou presque ignore pourtant d'où il vient. comment est-il engendré? a partir de quelles sources? par quels processus? autrefois, on arrachait les métaux précieux à la terre, on s'emparait, par la guerre, des richesses d'autrui. les sociétés modernes ont rendu ces méthodes archaïques grâce à une invention extraordinaire: la création de monnaie par les banques, à partir de rien (ex nihilo).
    françois rachline analyse cette révolution historique et propose d'utiliser avec discernement la puissance de cette innovation pour déclarer une guerre mondiale à la misère et à la pauvreté.

empty