Octares

  • Se centrer sur le développement professionnel des enseignants, c'est explorer ce que l'injonction de professionnalisation produit chez les sujets au travail et/ou en formation. Comment les sujets investissent-ils les dispositifs de professionnalisation ? De quelle manière la transformation identitaire du sujet prend-elle appui sur le cadre institutionnel et quelles autres ressources mobilise-t-elle ? Comment opère dans cette transformation, le jeu complexe entre d'un côté, une demande de reconnaissance de la part de l'institution, pour les efforts que font les sujets au travail, et d'un autre côté, les dispositifs institutionnels de reconnaissance de compétences prévus ?
    L'ouvrage pose quelques jalons de réponse en apportant différents éclairages : que signifie se préoccuper de développement professionnel ? (J.-M. Barbier) ; comment l'écriture peut-elle contribuer à celui-ci ? (F. Cros) ; quelle contribution de l'évaluation ? (A. Jorro). La deuxième partie s'attache à comprendre le point de vue des enseignants à l'égard de leurs apprentissages en cours de formation et lors de la première année d'exercice. La troisième partie étudie les relations entre des « discontinuités » dans la formation, au travail ou dans les parcours des individus et le développement professionnel : à quelles conditions certains « passages à risque » sont-ils porteurs de développement professionnel ?
    L'ouvrage conclut à la nécessité de penser ce dernier en termes d'épreuves traversées par les sujets ainsi que de variabilité et d'importance des contextes. Il invite à lier le développement professionnel avec la notion d'itinéraire au sens où le professionnel identifie, dans le cadre d'une analyse de pratiques, des déplacements identitaires ou des connaissances nouvelles à propos de son expérience « en actes ».

  • Les hommes font leur histoire et, bien qu'ils ne voient évidemment pas toutes les conséquences de leurs décisions, peut-être même savent-ils qu'ils la font.
    Ils inventent les règles qui leur permettent de vivre ensemble et d'agir collectivement. Ils les contestent dans le conflit, ils les élaborent dans la négociation, ils s'efforcent de les rendre cohérentes ou du moins de limiter les effets destructeurs de leur incohérence. Les relations de travail, dans les conflits localisés comme dans les grandes crises sociales, dans la négociation courante des salaires comme dans celle des nouvelles technologies, donnent un accès privilégié à cette activité sociale primordiale qu'est la création des règles, la régulation.
    Parce que les acteurs sociaux sont autonomes, la régulation a plus d'un auteur légitime. Les règles d'origine diverse se confrontent et se composent. L'échange ou la négociation peuvent conduire à une régulation conjointe. Les articles rassemblés ici bâtissent, à partir des analyses de l'expert, les éléments de la dynamique sociale. Une introduction substantielle, écrite spécialement pour la première édition de ce volume, présente l'ensemble de la démarche et trace les perspectives d'avenir.
    Cette nouvelle édition ajoute aux textes réunis pour la première quatre études, notamment sur les politiques de salaires dans les années 60 et sur la crise de 1968.

  • L'ergonome et le chantier

    Francis Six

    • Octares
    • 8 November 2016
    Sur commande
  • Sur commande
  • Dans cet ouvrage, les auteurs, membres des équipes du Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD) du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) s'efforcent de comprendre comment et dans quelles conditions l'expérience se construit et se développe à partir des activités des personnes en situation sociale ou professionnelle au regard des normes et références qui les encadrent. La construction et le développement de l'expérience, au coeur des enjeux sociaux actuels du travail, s'inscrivent dans une tendance lourde des organisations à la rationalisation et la standardisation accrue des pratiques professionnelles. On assiste ainsi dans les milieux de travail à une tendance à la normalisation qui se traduit par le renforcement de la prescription : guide de bonnes pratiques ou référentiels d'activité fonctionnant comme référence prescrite, prescription des modes opératoires, normes de sécurité et de qualité.

    Les auteurs s'efforcent d'identifier les tensions entre normes et activité, références et expérience à partir de leur pratique d'ergonomes, de psychologues de l'orientation ou du travail. Dans ce contexte de recherche d'intelligibilité qui fait une place importante dans la première partie à l'apport de l'histoire à la compréhension des concepts en jeu, il ne s'agit pas d'identifier le sujet à ses actes et à la situation en acceptant l'idée qu'il y aurait un passage direct entre des situations objectives et des constructions subjectives, mais plutôt d'essayer de comprendre comment la construction de l'expérience participe au développement des compétences individuelles et collectives. L'objectif est de penser l'expérience, ses processus de construction et de développement, les conditions sociales et professionnelles qui favorisent ces processus, et les modalités possibles de leur accompagnement.

    Cet ouvrage qui regroupe les interventions de deux années de séminaire du CRTD organisées autour des concepts d'expérience, de norme et de référence a été établi sous la direction de Yannick Lémonie, Emmanuelle Betton et Régis Ouvrier-Bonnaz.

    Sur commande
  • Sur commande
  • La globalisation est souvent présentée comme un processus qui s'imposerait aux entreprises et aux gouvernements : leurs stratégies et leurs politiques devraient se définir relativement à un contexte considéré comme une contrainte extérieure.
    Les diverses contributions rassemblées dans cet ouvrage s'attachent chacune à leur manière à contester ce schéma. Des entreprises conservent une capacité de façonner leur environnement économique, qui par ailleurs ne se réduit pas aux marchés. Répondre à la mondialisation par la minimisation des coûts salariaux est économiquement néfaste, et les délocalisations ne sont qu'une des nombreuses stratégies ouvertes aux entreprises.
    On ne peut pas dissocier les stratégies industrielles et les interventions politiques. Parler de " marché mondial " est une facilité qui ignore la réalité des Etats-Nations et des spécificités régionales. La mondialisation n'explique pas tout, des évolutions profondes des organisations industrielles ne relèvent pas de cette seule logique. Des caractéristiques lourdes des systèmes productifs nationaux pèsent sur l'internationalisation des échanges...
    Mais la contestation des schémas d'analyse trop simples de la globalisation suppose un effort de renouvellement des outils d'analyse : parler d'organisations industrielles et de réseaux plutôt que d'entreprises, resituer les indicateurs de la globalisation dans une perspective de long terme, s'interroger sur les interdépendances entre ce processus économique et les rapports sociaux existants. La notion même de " globalisation " peut être contestée : les stratégies industrielles observées n'indiquent-elles pas plutôt des évolutions vers une " continentalisation " ? Peut-on ignorer l'usage idéologique de la notion ? Voilà les thèmes principaux développés dans cet ouvrage conçu à partir des contributions à un colloque, organisé les 11-13 décembre 1997 par l'Institut de recherche sur la production et le développement (IREPD), et qui a rassemblé autour de chercheurs et d'enseignants de l'université de Grenoble, des spécialistes français et étrangers.
    Ce colloque avait bénéficié du concours de l'université Pierre Mendès France, de la ville de Grenoble, de la Communauté de communes de l'agglomération grenobloise, de la région Rhône-Alpes, et de l'appui du Commissariat général du Plan et de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR).

    Sur commande
  • Les signes d'une crise profonde du modèle social en vigueur depuis la Seconde Guerre mondiale se multiplient : affaiblissement du syndicalisme, retour à l'entreprise, vigoureuse dénonciation de l'intervention de l'Etat dans le domaine social, mise en cause du paritarisme...
    La négociation de branche et les conventions collectives semblent particulièrement menacées.
    Ces craintes sont-elles fondées ?
    Au croisement d'une réflexion historique sur le jeu social autour de la construction des institutions et des règles qui encadrent le travail et d'une analyse sociologique nourrie de nombreuses enquêtes sur le terrain, ce livre s'interroge sur l'avenir de la régulation de branche et sur le sens du déplacement de la négociation collective vers d'autres lieux comme l'entreprise, le territoire, l'Europe.
    L'hypothèse centrale de l'auteur est que la situation actuelle se caractérise moins par la dérégulation que par la multiplication des espaces et la transformation des contenus de la régulation, et que ce changement est à l'origine d'un nouveau paradigme des relations professionnelles.
    " Les relations professionnelles montrent sur le vif la formation, en dépendance mutuelle, de l'action collective et des acteurs collectifs.
    C'est le mouvement réel et la vie de cette régulation que présente le livre d'Annette Jobert " (J.-D. Reynaud).

  • Ergonomie

    Monique Noulin

    • Octares
    • 18 October 2002

    Faire évoluer les modes de gestion et d'organisation du travail apparaît comme une nécessité pour les entreprises qui doivent affronter des marchés de plus en plus concurrentiels, des clients de plus en plus exigeants, tant sur la qualité et les coûts que sur les délais.
    L'ergonomie, par les connaissances qu'elle développe et l'action qu'elle mène, vise à ce que la nécessaire évolution du travail réponde tout à la fois aux exigences d'efficacité, de fiabilité, et aux exigences de confort, de sécurité, de satisfaction au travail des hommes et des femmes qui assurent le fonctionnement des systèmes. l'ouvrage s'adresse : à l'ensemble des acteurs de l'entreprise confrontés aux problèmes du travail et de son organisation (dirigeants, cadres, ingénieurs de production ou de sécurité, médecins du travail, assistants sociaux, agents de maîtrise, membres des chsct, formateurs) ; aux étudiants et enseignants qui, dans des domaines divers, découvrent ou font découvrir l'entreprise dont l'élément central demeure l'activité des hommes qui en assurent le fonctionnement ; aux étudiants en ergonomie qui trouveront des repères introductifs à leur apprentissage de la discipline.

    Sur commande
  • Cet ouvrage présente sous forme de fiches synthétiques les concepts, les méthodes et les outils principaux de l'ergonomie.
    Les fiches constituent une référence sur laquelle chacun pourra s'appuyer pour une première approche de l'ergonomie aussi bien que pour une maîtrise de ses outils. le lecteur trouvera, au fil des pages, des indications renvoyant à des lectures qui lui permettront d'approfondir les thèmes traités. cet ouvrage est accessible à tous ceux qui veulent acquérir les connaissances de base en ergonomie, quelle que soit l'orientation de leur formation initiale étudiants en ergonomie, psychologie, sécurité ou ingénierie, médecins et personnels de santé, préventeurs, techniciens et ingénieurs, gestionnaires, enseignants de lycées professionnels et techniques, représentants des personnels et membres des chs-ct.
    />

  • Après un siècle d'histoire, la psychologie paraît se trouver à un carrefour ouvert sur plusieurs avenirs possibles.
    Alors que le travail et la part qu'y prennent les hommes semblent bouleversés, la psychologie du travail participera-t-elle à cette histoire à venir et, si oui, comment ? pour répondre à cette question, les treize auteurs de cet ouvrage ont voulu comprendre le présent de la psychologie du travail par le passé et le passé de cette " discipline " par le présent. mais la diversité de leurs soucis et de leurs engagements personnels et scientifiques font de ce livre encore autre chose : une rencontre entre plusieurs générations de psychologues même si tous ne désignent plus sous le même vocable de " psychologie du travail " ce qu'ils ont accomplis et ce qu'ils cherchent encore à réaliser.
    Le lecteur trouvera dans ce recueil des textes croisant des perspectives différentes témoignage à la première personne sur un itinéraire, connaissances historiques sur des conjonctures précises, études sur des oeuvres déjà classiques et, enfin, examen de questions contemporaines. de manière plus générale, tous ceux que l'avenir du travail fait réfléchir trouveront ici matière à le faire sous l'éclairage singulier de la psychologie.
    Ce livre est édité sous la responsabilité de yves clot, professeur des universités au cnam, à qui revient l'initiative du séminaire qui lui a donné naissance au " 41, rue gay-lussac " à paris, en 1994-1995.

empty