Littérature francophone

  • À tous ceux qui marchent la tête haute l'air libérés de leur conscience, Allégés du poids de leurs fautes par un système cultuel qui les rend héros d'une histoire montée de toutes pièces, oubliant que loin derrière subsiste le poids de leurs chaînes, prisonniers de leur héritage ancestral. Pourtant, le chemin qui mène au paradis est semé de bonnes intentions... Notre responsabilité commence par la conquête de notre dignité... Vivre est une chose, devenir vivant en est une autre. Le langage a beau être clair, la parole peut être délivrée, mais si l'auditoire est sourd, si l'assemblée est muette, si le lecteur ne saisit pas les mots, s'il ne se transforme pas pour devenir à son tour créateur, acteur, alors notre oeuvre annonciatrice est veine. Voyez-vous, le pouvoir, la liberté, la justice, la paix... sont vides de sens s'il n'existe pas des institutions et des hommes qui les défendent. L'ennemi que nous combattons n'est pas étranger, il n'est pas à l'extérieur de nous, il est en nous... Comprenne qui pourra.

  • Entamé en 2015, ce recueil de quarante-huit poèmes aborde différents thèmes : l'amour, la liberté, la religion, l'envol de l'esprit et la quête de l'apaisement intérieur. Basé sur la société actuelle, il en propose une vision personnelle à travers une écriture sincère et parfois mélancolique. C'est une identité mystérieuse, s'exprimant à travers des poèmes aux messages explicites et profonds, que l'auteur vous invite à découvrir.

    Sur commande
  • Mohamed Laïd Athmani est licencié de lettres françaises. Poète, nouvelliste et romancier, il a à son actif sept recueils de poèmes, deux recueils de nouvelles, un recueil de contes et un roman. Son premier recueil de poèmes intitulé « Octobre noir » relatant les « événements d'octobre 1988 » en Algérie fut édité en France en 1992 auprès de La Pensée universelle. Son nouveau recueil de poèmes, « Poèmes de coeur, poèmes de combat » est un écrit qui signifie, on ne peut mieux, que la vie est faite d'amour pour soi et pour son prochain. Mais qu'elle est aussi une lutte constante entre le bien et le mal, et pour notre « notre frère l'homme ». Composé de cent onze poèmes, « Poèmes de coeur, poèmes de combat » est un « recueil-cri » d'amour, de bonne justice et de pure fraternité.

    Sur commande
  • Le 6 avril 1994, le président rwandais H. Juvénal est assassiné. Dès le lendemain, le Rwanda se réveille dans un bain de sang, saisi par une folie meurtrière qui coûtera la vie à plus d'un million de personnes. C'est le début de ce que la communauté internationale nommera plus tard le génocide rwandais.
    Alexis avait neuf ans pendant la guerre. Lui, qui n'était qu'un enfant, dut fuir pour survivre. Il a marché, comme tant d'autres, dans les montagnes, forêts et marais, sur près de 4 000 kilomètres, du Rwanda jusqu'à Brazzaville. Il a vécu dans les camps de réfugiés de Kashusha, Tingi-Tingi, Loukolela, Ndjoundou, devant s'adapter sans cesse aux conditions de vie, au contexte local, aux possibilités d'apprentissage... Il a vu les tueries, la sauvagerie des hommes, leur violence. Connu la peur, l'angoisse, la séparation, la souffrance.
    Ce livre est le cri d'un enfant de neuf ans que l'errance a fait disparaître trop tôt. Il est aussi le témoignage d'un adulte sur la cruauté de la guerre. Cette voix qui s'élève aujourd'hui refuse de remuer le couteau dans une plaie à peine cicatrisée. Non, il s'agit ici de témoigner pour ajouter une autre page à l'histoire. Témoigner pour condamner la guerre. Témoigner au nom des Tutsis et Hutus, peu importe, mais témoigner pour nous exhorter à la reconstruction d'un monde meilleur, un monde sans haine ni conflit.

    Sur commande
  • À l'instar du héros de la célèbre chanson de Georges Brassens, Martin est un artisan honnête dont la seule ambition est de trimer pour ce qu'on veut bien lui donner. En ces temps de crise, il aurait été considéré comme l'ouvrier modèle dont rêve tout patron. Alors qu'il vient d'euthanasier son chien pour cause de sénescence, les mots de la chanson, braillés dans la nuit par la radio d'une voiture, viennent accentuer son trouble et le plonger dans une grande colère. Il prend son fusil. Tire. Tue. Sa vie va d'autant basculer qu'en prenant la route pour un dernier au revoir à sa petite soeur il rencontre Abiven, sorte d'égérie de la politique qui taille dans l'esprit des humains comme le sculpteur taille dans la pierre. L'élève se montre plus doué qu'en espérait sa formatrice et, gravissant tous les échelons, voilà que le frigoriste élu président du Sénat est en passe d'occuper pas moins que la charge de président de la République. Mais c'est sans compter avec le lieutenant de la police judiciaire, Claude Duron, alias "IBM Calculator", lancée à la poursuite de l'assassin. Elle finit par le rencontrer dans le jardin du musée Rodin, juste devant Le Penseur...
    Pauvre Martin, pauvre misère, roman de Hassen Bouabdellah, est un véritable kaléidoscope miroitant toutes les facettes de la vie politique française.

    Sur commande
  • "...Ce soir là, Sabrina était allongée sur le dos. La mèche de la lampe à pétrole diffuse une lumière jaune, elle venait de regagner sa case, après les dernières corvées vespérales. Il devait être dans les neuf heures du soir. On entendait déjà le ronflement enroué de la Dame, suivi d'un sifflement caractéristique. La nuit était enveloppée dans une chaleur étouffante. Le firmament d'habitude éclairé par mille bougies, était sombre. A intervalles réguliers, le feu fugace d'un éclair racle le ciel. La petite porte en bois, recouvert de tôle ondulée, qui ferme la case grince doucement. Sabrina tourne la tête en direction du bruit. Le Monsieur fait irruption dans la pièce, l'index sur les lèvres, en laissant échapper un chut nerveux. La jeune fille, décontenancée par cette surprise inappropriée, contre nature, ne sut quelle posture adoptée...".

    Survivre à la nuit, pour voir le jour se lever raconte l'itinéraire d'une jeune fille, cabossée par la folie des hommes: "j'ai peur de tous les hommes, car je sais que chacun d'eux héberge quelque chose d'effrayant". Pourtant, elle va se réconcilier avec l'humain, s'élever contre l'injustice qui gangrène la société, et devenir l'emblème de la lutte pour les droits des femmes et des minorités opprimées.

    Une formidable leçon de courage, de dignité, d'optimisme solaire et de résilience.

    Sur commande
  • Le plus grand souhait de l'auteur est d'arracher des sourires de satisfactions aux lecteurs et aux lectrices. Pour cela, il est allé au plus profond de son âme pour puiser les idées qui n'ont pas fait surface.
    D'ailleurs, il vous invite à visiter son jardin secret où les mots sentent les odeurs de parfums qui embaument les coeurs.

    Sur commande
  • La mêlée devenait brutale, sauvage, grandiose, s'amplifiait, se muait en un maelström d'énergie brute, de rage féroce... C'était là quelque chose d'ahurissant, un fait qui ne cadrait pas avec la réalité, notre réalité d'écoliers. Ce basculement dans cette réalité autre, dans cette antithèse du milieu scolaire nous ravissait, nous, les élèves. La grande bataille au sein même du lycée opérait un renversement de l'ordre institutionnel, un ordre que, chaque jour, à chaque niveau, du bas au sommet de la hiérarchie, les autorités de l'école s'employaient à faire régner. Nous voulions prendre part à ce renversement, pousser un peu plus la haute statue de l'ordre, la voir basculer et s'effondrer totalement. Enivrés par cette superbe effervescence, nous encouragions cela par nos cris.

    Sur commande
  • "Ces primates mammifères, à la cervelle excédentaire En grosses tailles lobaires et en grise matière À la chevelure grise, boursouflée par les chiffres et les inventaires Arpentant leurs laboratoires aux odeurs toutes primaires Griffonnant leurs noirs tableaux de calculs élémentaires Cohabitant avec des formules d'une complexité exemplaire, À essayer de tout inventer pour défier les aiguilles stellaires;
    Ils sont partis comme nos oiseaux, ils cheminèrent en banale poussière Qu'on encense et qu'on enterre."

    Sur commande
  • Pendant les années 1960, l'Afrique a connu un moment d'effervescence avec les indépendances obtenues par plusieurs de ses pays. Et le pays de monsieur Michel Matawos "bien qu'imaginaire" en faisait partie. Cette période a également fabriqué de nombreux nouveaux riches qui ont hérité des biens qui les ont mis en exergue et les ont propulsé dans de nouveaux mondes ! Et certaines de ces familles sont déchirées par excès de zèle ou par cupidité. Clémentine, épouse de monsieur Matawos, en est un prototype ; alors que les enfants et le papa sont des modèles de la société africaine qui commence à disparaître avec le brassage des cultures.

    Sur commande
  • Avril 1901, Marco Pantani, jeune architecte milanais, débarque à Saint-Pétersbourg, la capitale des tsars, bien décidé à conquérir la ville, la gloire et les femmes russes. Juin 1997, Oksana Ivanovna travaille à Saint-Pétersbourg pour une entreprise pharmaceutique. Elle s'apprête à recevoir Luigi Rossini, un industriel italien qui désire vendre ses médicaments sur le marché russe. Au fil de ces destins croisés, ce roman nous entraîne à travers le siècle, nous fait visiter la ville de Pierre le Grand et ses canaux, nous invite aux bals de la cour dans une Russie dont l'histoire bascule... Mais qu'ont donc en commun ces deux Italiens ? Est-ce le hasard qui les amène tous deux à Saint-Pétersbourg ? Avec Deux Italiens et Saint-Pétersbourg, Enzo Taroni signe le premier volet d'une saga contant les histoires d'une famille italienne au fil du XXe siècle.

    Sur commande
  • Mayele refuse la médiocrité. Il ambitionne d'être une élite dans son milieu et a pour modèle le vieux Bwanya. Il a entendu parler de Ngomba Bosanda et de la forêt qui borde la frontière nord-est de son pays et de la légende qui lui est liée. Ce territoire génère un champignon magique, « l'étoile des mages », qui contient de grandes vertus et dont la dégustation donne de la sagesse à son consommateur. Mayele entreprend l'ascension et l'exploration de ce site mythique. Il y fait plusieurs rencontres qui l'édifient. Il trouve le fameux cryptogame et réalise son rêve.

    Sur commande
  • Pourquoi Youssef se retrouve-t-il prisonnier sur un navire de guerre de la marine américaine ? Pourquoi est-il détenu dans le plus simple appareil, obligé d'exhiber sa nudité devant un tribunal militaire ? Quel secret est enfoui au plus profond de son inconscient ? Ce roman est un éprouvant huis clos entre un otage et ses ravisseurs. Travaillant sur un site archéologique situé dans le sud-ouest du Pakistan, Youssef a été kidnappé par des agents secrets américains pour des raisons qui lui échappent et qu'il s'efforce, au fur et à mesure de l'avancement d'un procès absurde, de découvrir. À ses accusateurs qui veulent lui faire avouer une activité terroriste qu'il ignore, à son geôlier paternaliste et au médecin qui expérimente sur lui une drogue à base de LSD, il oppose une résistance fondée sur des arguments rationnels. Mais la raison est loin d'habiter l'équipage du navire. Les fautes qui sont imputées au détenu finissent par devenir puériles, les propos échangés deviendront à peine plus cohérents qu'un dialogue entre parents et enfants. Youssef adopte, bien malgré lui, un comportement infantile qui va aller en s'accentuant...

    Sur commande
  • De retour au pays après plusieurs années d'études en Europe, François Léta, natif d'un des villages qui se construit et se déplace au gré des saisons sur les rives du fleuve Congo, est très mal accueilli par ses proches. Il retrouve un univers irritant, rongé par l'anarchie, le sexe, la drogue, le fétichisme et le maniement des armes. Les femmes paient un lourd tribut à cette évolution déliquescente des moeurs dans ce pays où elles sont astreintes au silence, déshéritées, bâillonnées par la coutume ancestrale et enfermées dans les cases, comme des prisonnières, lorsqu'elles perdent un mari. Ces agissements agacent profondément François. Mokitani, une riche commerçante belle et cocasse, qu'il a épousée à son retour au pays, va en faire l'expérience le jour où il est porté disparu. Son veuvage est tout simplement délirant...

    Sur commande
  • "Nous qui pensions être seuls, nous nous sommes trompés. Nous pensions maîtriser notre galaxie, mais tout cela s'avère faux. Nous sommes des sujets de l'univers, qu'un peuple observe et contrôle."

    Sur commande
  • « Je broute le noir de la nuit J'avale les peurs Qui planent sur tes nuits Je plante une haie de fleurs Pour border les sentiers de ton sommeil Sur la croupe des nuages rieurs Laisse-toi porter vers le pays des merveilles » « À fleur de mots » est un recueil de poèmes où Romy Jean-Michel juxtapose librement les styles (vers libres, rimes) pour dénoncer les injustices et s'indigner devant la montée des extrémismes. Mais, si les événements du quotidien servent de matrice à son oeuvre, il sait aussi nous emmener sur les rives ensorceleuses des sentiments amoureux. Ses textes parlent de rencontres, de voyages, d'amitié. Ils dénoncent également les guerres, l'arbitraire et les intolérances.

    Sur commande
  • Qu'est-ce que la vie et comment est-elle apparue ? Comment une matière à l'origine inerte et soumise aux seules lois physico-chimiques parvient-elle à s'organiser si admirablement pour finalement acquérir le qualificatif de « vivant » ? Quel mystère est à l'origine de cette manifestation ? Le « vivant » est porteur d'une dimension autre que sa dimension matérielle ; une Intelligence orientée et cohérente se dissimule derrière cette expression exceptionnelle de la matière. La science, qui, avec tout son arsenal technologique et sa rigueur méthodologique, n'a jusque-là pas pu reconstituer la vie, saura-t-elle un jour rendre grâce à cette Douce Intelligence qui, toute discrète, n'en reste pas moins saisissable avec un regard conjoint de foi ? C'est uniquement ce regard qui peut se permettre de se prononcer sur le sens de la vie.

    Sur commande
  • Ville mythique du sud mauritanien, Kaédi fut caractérisée pendant longtemps par une plaisante et joyeuse vie sociale. Elle fut porteuse de traditions séculaires qui en ont fait le plus grand centre culturel de la vallée du Sénégal. Mais tout a changé depuis l'avènement de la sécheresse au milieu des années 1970. Pour comprendre les mutations à l'oeuvre, il faut interroger les politiques municipales. Il faut interroger les jeux d'enfants, les séjours des étudiants talibés et les activités culturelles d'autrefois. Il faut écouter les traditions, les légendes populaires et les discours des anciens... Pourquoi tant de changements ? Pourquoi tant de contradictions ? Pourquoi tant d'incapacités pour la reconquête collective d'un cadre de vie agréable et épanouissant pour tous ? L'avenir de la cité passera nécessairement par le rassemblement de tous les acteurs autour d'un projet commun. Il conviendra pour ce faire de mettre en oeuvre une vraie politique de développement local afin de reconstruire un cadre de vie agréable... C'est l'exaltant défi qui est lancé aux Kaédiens pour la reconstruction d'une ville radieuse !

    Sur commande
  • De l'hyperréalisme des halls de la nuit, ou de ces monstres ordinaires que l'on croise dans le froid quotidien de nos sociétés, à la magie du surréalisme d'un soir au jardin apaisant ou d'une nuit de givre, partout, l'éclat du vers libre, inventif, innovant. Sa musicalité, sa beauté à l'état pur. Bien au-dessus de l'inflexible réalité, les ailleurs du poète, assis au bord du monde, nous entraînent vers d'autres possibles.

    Sur commande
  • Cette dernière nuit-là sera celle du pardon, de l'excuse et de la générosité. Nous aurons conquis la convivialité, nous nous serons aimés les uns les autres pour panser les blessures de l'arbitraire. Et quand l'aube aura embrassé les bribes résiduelles de la nuit, quand les oiseaux matinaux d'Amizar fredonneront l'hymne de la liberté, nous dirons comme en ch?oeur ultime : « Un pays pour moins de larmes ! ».

    Sur commande
  • Que peut bien devenir Kenza à qui on a sans cesse vociféré à la tronche: "Vu que tu es bête, tu quitteras l'école très tôt, tu deviendras une grosse Fatma, tu seras mariée à quinze ans et tu pondras une marmaille de mômes". Kenza connaîtra des années de "caca-blues" sur toute la ligne avant de pouvoir tutoyer son rêve : devenir prof. Kenza ouvrira les portes de son passé chaotique, un travail d'introspection qui lui permettra d'être sauvée comme on dit dans la langue de Freud et de décrocher un rouleau de diplômes. Bon, voilà, trop de diplômes mais pas de travail. Aïe, aïe, aïe ! Des diplômes comme une valise pleine de maillots de bain mais pas de passeport pour atteindre la destination. Pas de mer à porter de brasse ? Si, si... la Manche. Kenza ou la conquérante viscérale, plongée au coeur d'une histoire, qui de remises en questions en reprises en main, finira par boucler les valises. Une nouvelle existence l'attend. Celle de la chrysalide qui quitte son cocon.

    Sur commande
  • Orlan

    Safia Moghladj

    Ce roman, à la fois historique et moderne, retrace le parcours exceptionnel d'un réfractaire aux croisades, le troubadour Orlan de l'Artois, exilé à Jérusalem où il est accueilli par Joïb, un savant d'une grande sagesse, qui le protège et l'invite à partager ses réflexions sur le monde sans rien lui imposer. En plus de permettre à de jeunes lecteurs de découvrir un Moyen Âge peu connu : celui des cathares, des goliards, des troubadours, des alchimistes, ou encore d'imaginer à quoi ressemblait Jérusalem au Moyen Âge, l'auteur a su construire un récit passionnant, ancré dans un contexte historique captivant, à l'indéniable portée philosophique, qui délivre un message essentiel contre toutes les formes d'intolérance, et les dérives auxquelles peuvent conduire les extrémismes politiques et religieux.

    Sur commande
  • Deux feux Me consument : Les femmes et l'écriture. Et ce n'est point une sinécure De trop aimer les deux. Parfois, j'échoue, j'assume.

    Sur commande
  • "Aimé Césaire et les Jardins d'Espoir" est une réflexion poétique d'inspiration césairienne. Elle se focalise sur l'espoir dans un monde fragmenté par l'injustice, la discrimination, la domination et la misère. Cette fragmentation sous-tend un déficit ontologique : l'échec de la raison. L'instance poétique démontre qu'il échoit à l'espèce humaine de gérer la fragmentation du monde par le ciment de l'espoir. Aussi souscrire à la culture de l'espoir par l'harmonie, la fraternité cosmique, l'amour et la Connaissance (dans sa forme la plus achevée) demeure-t-il, plus que jamais, notre planche de salut. Tant que nous discréditons ces quatre valeurs, l'ascension de la bête vers l'ange reste sujette à caution. Corollairement, au vingt et unième siècle, l'aventure humaine arrive à un carrefour métaphysique : le choix entre la bête et l'ange, la déchéance et l'ascension. L'élévation, transcendance salvatrice, s'impose donc à nous. Elle trouve ses linéaments dans la symbiose dynamique entre science et conscience sur un mode teilhardien. Telle est la lecture cursive de ce texte.

    Sur commande
empty