Témoignages

  • Née en 1957 dans une famille d'artistes de l'aristocratie arménienne, Catherine grandit entre non-dits et secret. Son enfance traumatisée par une mère déficiente et toxique et la mort prématurée de son père ont pour conséquence une vertigineuse descente aux enfers : maltraitance, viols, héroïne et incarcération se succèdent jusqu'à la rencontre avec une psychanalyse libératrice.

  • Je suis une rescapée de l'aiguille à tricoter. Pourquoi moi ? J'aimerais bien le savoir... Si la pilule a aujourd'hui libéré la femme, elle a aussi empêché des milliers d'enfants torturés par le secret de leurs origines de voir le jour. Au début des années soixante-dix, les candidats à l'adoption n'avaient pas besoin d'aller au bout du monde pour satisfaire leur besoin d'enfant, les maisons d'enfants du territoire français étaient encore bien garnies. C'est comme cela, qu'à l'âge de 6 mois, j'ai rencontré papa et maman. Nouvelle naissance, nouveau nom et appartenance à une famille. La difficulté est de vivre avec cette petite différence presque invisible pour le non-initié mais qui est bien présente. Comment ne pas penser à cette madame X, cette génitrice mystérieuse ? Comment construire son enfance, son adolescence et plus tard sa vie d'adulte sur des non-dits, des silences et parfois des mensonges ?

  • « Je t'ai alors laissé me demander vingt, trente fois où se trouvait papa. Je t'ai répondu vingt ou trente fois d'un ton calme et bienveillant. À chaque fois, tu m'as répondu tranquillement : «Ah bon, très bien, et on le retrouve à quelle heure ?». J'étais sidérée. Tu oubliais réellement les réponses au fur et à mesure, au point de ne pas te rendre compte que nous répétions sans arrêt le même dialogue. J'espérais que tu me demandes de cesser cette mascarade. Cela ne venait pas. Nous étions juste dans notre nouvelle vie. » Âgée de quarante-sept ans, Stéphanie Petit est médecin anatomopathologiste. La maladie d'Alzheimer de sa mère l'a propulsée de l'autre côté du miroir, celui du malade et de sa famille. Désemparée, puis embarquée dans une aventure humaine remplie d'amour, elle a ressenti le besoin de raconter à quel point cette maladie impacte non seulement la personne atteinte, mais aussi son entourage proche. Après dix ans de recul, au-delà de l'histoire personnelle, elle espère que ce témoignage pourra venir en aide à d'autres familles encore démunies.

  • On est dans les années soixante, dans une ville ouvrière. Les parents sont tout-puissants, les enfants ne sont pas considérés, un prof est intouchable... « L'enfant bonsaï » c'est Colette, née de père inconnu, placée dans une famille d'accueil. Quand sa mère vient la récupérer à six ans, c'est un long cauchemar qui commence. Cette femme libre, prof appréciée, souffre de problèmes psychologiques. Elle prend sa fille en grippe. L'arrivée d'un amant va décupler sa perversité et sa violence... En retraçant son calvaire, Colette retrouve l'enfant qu'elle a été, pleine de vie, d'imagination et de courage. Elle pointe aussi les conséquences de ces années terribles sur sa vie d'adulte, tente de comprendre la folie de sa mère et s'interroge sur le silence coupable de l'entourage.

  • Victime ou prévenue ?

    Léo Lie

    Le harcèlement scolaire est le fait d'être victime de violences physiques ou morales, de manière répétée. Il s'agit d'un fait de société majeur. Insultes, moqueries, humiliations, coups... L'enfant harcelé, dans sa fragilité, est réduit à néant. Ces violences ont non seulement un impact immédiat mais aussi profond sur le comportement. Elles sont à l'origine de souffrances psychiques qui ont poussé certaines victimes à vouloir quitter ce monde ou à adopter des conduites délictuelles. Ce livre a été écrit afin de créer une prise de conscience des conséquences tragiques du harcèlement scolaire ainsi que l'importance de briser le silence.

  • Ailleurs

    Cecile Cadilhac

    « Saint-Georges-de-l'Oyapock. C'est là que je serai dans quelques jours. C'est dans cette petite ville de Guyane française que je vais enseigner dans une école primaire pendant un an. Je n'ai jamais mis les pieds en Guyane, je ne suis pas enseignante. Mais qu'est-ce qui me prend, à quarante ans, de me lancer dans une aventure qui semble s'apparenter à une galère? J'ai ici, en Normandie, un travail, un conjoint, une vie stable, des loisirs, des amis... » Avec humour et sensibilité, l'auteure vous fait partager mois après mois son aventure guyanaise à travers des récits pittoresques. Laissez-vous porter par ses péripéties au fil de l'Oyapock...

  • Nous sommes en 1945 : alors que les Français célèbrent le bonheur de vivre retrouvé, Guy Gervois, 17 ans, s'engage pour l'Indochine. Il décide, au péril de sa vie, d'aller combattre les ennemis de la France en Extrême-Orient. Il nous raconte l'enfer de façon absolument exacte, sans exagération ni modération.

  • Des coups de folie, des coups de coeur, des coups de blues, des larmes de joie, des hauts et des bas, des rires et des pleurs... Des mois à l'autre bout du monde vous changent un ado. Parti sans savoir dans les bras de quelle aventure il se lançait, il m'a raconté. Enthousiaste ou plus réticente, elle me dévoile des images plein le coeur. Voici un kaléidoscope de visages : ils s'appellent Yuko, Caro, Andrea, Cristiano, Angela ou Pablo. Tous ont un point commun même s'ils ne se connaissent pas. Un bout de chemin, des moments phare, des étincelles... leur histoire, revue et adaptée mais, somme toute, très proche de leur vie de quelques mois de rêve... ou de cauchemar.
    />

  • Françoise revient sur son enfance, celle heureuse mais courte avec sa mère à Paris, puis celle triste car sans affection et très solitaire, dans le sud-ouest. Elle est placée dans un foyer d'accueil composé uniquement d'une femme âgée et acariâtre. Heureusement, elle va rencontrer un instituteur qui a une haute opinion de son métier. En 1958, il lance l'idée d'un journal qui va vivre jusqu'en 1962. De nombreux passages écrits par les élèves sont repris dans cet ouvrage et témoignent de la vie d'une école primaire rurale à cette époque et des méthodes éducatives de ce maître qui s'intéressait à tous les enfants de sa classe, même aux plus défavorisés. Ces méthodes étaient variées, allant du cinéma aux voyages, aux sports, au jardinage... Françoise souffre dans son foyer où l'inconfort règne, mais s'épanouit tous les jours à l'école et elle va réussir ses études et se construire un bel avenir. Elle va aussi découvrir son père... plus tard.

  • Décider à 8 ans de partir à la voile à travers les océans. Décider à l'adolescence de construire son propre voilier pour qu'aboutisse le rêve. Hisser les voiles à 24 ans pour plus de vingt ans de navigation. Ce livre retrace douze années d'aventures, réalisées en partie en solitaire avec très peu de moyens, sur les océans Atlantique et Pacifique, de France en Polynésie, de Tahiti au cap Horn puis à la Terre de Feu. Péripéties maritimes (et même terrestres, à travers la jungle guyanaise), humour, sensibilité et parfois coups de gueule en sont les ingrédients. Embarquez, nous larguons les amarres !

  • Douleur

    Pierre Scalliet

    Vieille compagne des humains, la douleur s'invite à tout instant, souvent sans raison apparente. Elle me visita il y a quelques mois et me fit perdre pied totalement pendant près de trois semaines. Trois semaines sans pensée, comme perdu dans des eaux noires, jusqu'à ce qu'un premier rai de soleil parvienne à percer et me montre qu'au-delà du mal la santé continue d'exister. L'amour de soi et l'amour de l'autre sont des guides précieux. La méditation, la pratique du zen, le stoïcisme, la distanciation sans fuite ni dans le passé, ni dans l'avenir, la pleine conscience de soi en sont d'autres dont il suffit de suivre le fil pour se retrouver, non sans la douleur, mais à côté d'elle, en la remettant à sa place, se permettant d'être autre chose, et bien plus, qu'un corps souffrant. Elle m'a beaucoup appris.

    Sur commande
  • « Oiseau de mauvais augure » était le surnom que sa mère lui donnait parfois. Enfant, il avait des présages, qui lui parvenaient comme de simples idées en relation avec la vie de tous les jours. Souvent, ils étaient annonciateurs d'événements singuliers. Préjudiciable était la direction prise à son opposée. En 1983, suite à la lecture des "Nouvelles Histoires extraordinaires" de Guy Breton et Louis Pauwels, il ressent le besoin impérieux d'expérimenter l'écriture automatique. Mais ce sont tout d'abord des dessins qui s'imposent à lui. Puis, il se met à écrire comme sous l'effet d'une dictée. De nombreux textes naîtront de cette expérience hors du commun. Quant aux dessins, il en a réalisé des milliers, de toutes les tailles, atteignant parfois plusieurs mètres.

    Sur commande
  • "D'habitude, le matin, lorsque je me réveille, je sais où je suis. D'habitude, le matin, lorsque je me réveille, c'est pour vivre une journée que je connais déjà. D'habitude, le matin, lorsque je me réveille, j'ai envie de me rendormir.
    Subitement, tout est différent: je me crois dans mon lit, j'ouvre les yeux et ne sais plus où je me trouve. Les murs bougent, disparaissent. Une tente? Mon voyage me revient en tête; je me sens tout excité. Ce soir, serai-je en Italie? Où dormirai-je? Au coeur d'un alpage, dans une forêt, au bord d'une rivière? Qui rencontrerai-je? Par où passerai-je? Le Mont Cenis? Le Galibier? Le Montgenèvre? Y aura-t-il des marmottes, des marmottons, des chamois, des aigles, des vautours, des gypaètes? Je me lève, et prends doucement conscience que, désormais, chaque jour, j'écrirai ma vie, qu'elle ne me sera plus dictée! Pas de temps à perdre, je ne dois pas gâcher la moindre seconde de liberté! Plus tard, lorsque je vivrai à nouveau la routine d'un monde que je n'ai pas vraiment choisi, j'aurai le droit d'être paresseux; mais là, tout de suite, maintenant, il faut se battre, être jeune, vivre fort!"

    Sur commande
  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la vie des soldats en campagne, sans jamais avoir osé le leur demander: le récit, les réflexions, les rencontres d'un militaire engagé au sein de la mission de l'OTAN en Afghanistan.

    Les droits d'auteur tirés de la vente de ce livre seront versés à la Fondation des mutilés et invalides de guerre (reconnue d'utilité publique par décret du 8 décembre 2010), association nationale des plus grands invalides de guerre (13, avenue de la Motte-Picquet - 75007 Paris).

    Sur commande
  • Jeune médecin appelé sous les drapeaux, Jean-Philippe n'avait jamais pensé finir "ancien combattant". Suite à un terrible accident de la circulation, il se retrouve tétraplégique dans le service de neurochirurgie où il a fait un stage quelques mois auparavant. Il connaît les suites de ces traumatismes mais ne se serait jamais douté de l'enfer que vivent les patients en réanimation. Intubé, conscient, sous respirateur pendant trois semaines, il côtoie la mort de près, les box voisins changeant souvent de malades... À qui le tour? Angoissante atmosphère qui s'amplifie lors de la sortie car la solitude est oppressante.
    Une chance inouïe, un moral permanent, mais surtout amis et familles présents en continu ont permis à ce jeune médecin de surmonter ces épreuves, d'envisager son avenir différemment et de s'accomplir dans sa vie comme il ne l'aurait jamais espéré.
    Un livre plein d'espoir pour ceux qui ne croient pas en l'avenir.

    Sur commande
  • Luce chez les vieux

    Jona Nash

    Les maisons de retraite sont au centre de nombreuses polémiques et controverses.
    Ce récit retrace trois années que l'auteur a passées au sein de l'une d'elles.
    Trois années à grandir.
    Trois années à pleurer aussi.
    Trois années à raconter, parce qu'il est important de révéler ce que les "Grands" croient que l'on peut cacher...

    Sur commande
  • "Tu es née quand, Mamie?
    -En 1944, juste après la guerre.
    -Ah! répond-il, moi je chausse du 44, alors on a un point commun." Quel gamin celui-là, toujours prêt à blaguer. Mais je vois une ombre passagère dans ses yeux ponctuée d'un silence. Il sait qu'à force de jouer à saute-mouton je m'éloignerai à califourchon sur le dos d'un loup qui m'aura isolée du troupeau.
    Brusquement, il me demande de lui construire son arbre généalogique.
    "Tu vois, lui dis-je, je ne grimpe plus dans les branches de l'arbre, je prends une échelle." À vrai dire, je suis juchée sur une branche assez haute, laissant les jeunes pousses prendre leur place".

    Senior ou non, cet ouvrage vous aidera avec beaucoup de malice à prendre des rides sans vous prendre la tête.

    Sur commande
  • Le 6 avril 1994, le président rwandais H. Juvénal est assassiné. Dès le lendemain, le Rwanda se réveille dans un bain de sang, saisi par une folie meurtrière qui coûtera la vie à plus d'un million de personnes. C'est le début de ce que la communauté internationale nommera plus tard le génocide rwandais.
    Alexis avait neuf ans pendant la guerre. Lui, qui n'était qu'un enfant, dut fuir pour survivre. Il a marché, comme tant d'autres, dans les montagnes, forêts et marais, sur près de 4 000 kilomètres, du Rwanda jusqu'à Brazzaville. Il a vécu dans les camps de réfugiés de Kashusha, Tingi-Tingi, Loukolela, Ndjoundou, devant s'adapter sans cesse aux conditions de vie, au contexte local, aux possibilités d'apprentissage... Il a vu les tueries, la sauvagerie des hommes, leur violence. Connu la peur, l'angoisse, la séparation, la souffrance.
    Ce livre est le cri d'un enfant de neuf ans que l'errance a fait disparaître trop tôt. Il est aussi le témoignage d'un adulte sur la cruauté de la guerre. Cette voix qui s'élève aujourd'hui refuse de remuer le couteau dans une plaie à peine cicatrisée. Non, il s'agit ici de témoigner pour ajouter une autre page à l'histoire. Témoigner pour condamner la guerre. Témoigner au nom des Tutsis et Hutus, peu importe, mais témoigner pour nous exhorter à la reconstruction d'un monde meilleur, un monde sans haine ni conflit.

    Sur commande
  • Au fil des pages, je me suis laissé bercer par un arc-en-ciel d'émotions: j'ai ri en lisant l'histoire des spaghettis aux pétoncles, celle des poubelles, celles où il a eu l'air le plus fou; j'ai souri quand il m'a présenté Pierrot et ses deux soleils ainsi que Marc-Antoine, le fou du village. J'ai admiré Beth, Kim et Katrina; j'ai eu le coeur déchiré quand il m'a raconté pour Marie-Ève. J'ai aussi été apaisée par le silence de sa toundra.
    À travers ses descriptions, j'ai vraiment, mais vraiment trouvé vivants et magnifiquement beaux les couchers de soleil de Blanc-Sablon. J'ai réfléchi avec lui sur la situation des habitants de la Basse-Côte-Nord, l'environnement et l'avenir des jeunes; bref, j'ai eu l'impression de vivre des épisodes de son année passée là-bas, celle d'un prof allumé et intéressé à faire une différence dans la vie des gens qu'il côtoie. (Suzanne Beauregard)

    Sur commande
  • La psychothèque

    Lionel Belarbi

    « Ce livre est basé sur une histoire vraie ; la mienne ; la vôtre ? Seuls les noms des personnages et du pôle psychiatrique d'un grand hôpital sont fictifs. Je raconte la vie en hôpital psychiatrique en France telle que je la vois, et sans oublier mon voyage chez les fous. Dans ce livre, j'utilise souvent le mot «fou» de façon non péjorative et à titre d'humour. D'ailleurs, je suis fou, et sur notre belle mère la Terre, nous le sommes tous plus ou moins. Je m'exprime souvent vulgairement aux premier ou second degrés selon l'humeur ; à vous, mes très chers lecteurs, de deviner le sérieux, l'atroce vérité, ou bien l'humour. Je prends souvent un malin plaisir à mélanger le rire et les larmes. Dans tous les cas, je reste sincère, sans langue de bois et je vous livre un avis très personnel de la psychiatrie. Je n'ai pas la prétention d'écrire une oeuvre littéraire, mais un journal de ma vie, une lettre ouverte. »

    Sur commande
  • Mario est un jeune homme presque comme les autres. À 23 ans il est héroïnomane. Bien décider à sortir de cet engrenage, il puise dans l'écriture une forme d'exutoire. C'est à travers un journal de bord que le jeune homme nous invite à voyager entre ténèbres, joies, doutes et peines, d'une vie quelque peu chaotique et surtout dénuée de repères. Laissez-vous emporter dans ce récit intemporel et émouvant d'un jeune homme à la recherche d'une porte de sortie de la dépendance. « J'ai envie de pleurer, de m'assommer la tronche. Je ne ressemble plus à rien. Avant j'étais beau, maintenant je ne suis plus qu'un cadavre qui se tortille dans tous les sens à cause d'une famille de vers émigrés qui circulent dans tous mes organes. J'ai ce mal qui persiste, ce mal qui me bouffe, me ronge, me détruit, m'anéantit ! Un coup de masse pour être dans les vapes et ne rien calculer ; dégueuler mes tripes un bon coup pour m'arracher ce mal de ventre, ce mal indigeste qui ne passe pas ! Mais putain, ça ne passe pas ! Pourquoi ? Combien de temps ? Est-ce qu'un jour ce ne sera plus qu'un mauvais rêve ? Est-ce qu'un jour je serai de nouveau beau? ».

    Sur commande
  • « Dans trois semaines, si tu es disponible, je t'emmène en Guinée Conakry ». Il ne lui a pas fallu longtemps pour faire son sac. Damien de Vendeuil avait décidé de partir. Il a mis un pied en Afrique, et après plusieurs saisons d'apprentissage, a réalisé ce qu'il voulait être : Il est devenu guide de chasse. « C'est un métier passionnant et déterminant, riche en évènements et en rencontres. Des campements aux villages, des chasses du petit gibier aux safaris des grands animaux, les enseignements sont quotidiens. Il est difficile d'en parler en quelques mots. Sorties de leur contexte, les anecdotes n'ont plus le même sens, la même saveur ». Alors, pour raconter son attachement à la brousse, parler des implications nécessaires à la sauvegarde de la faune sauvage, il a pris la plume. Ce n'est pas seulement le livre du chasseur qu'il était, c'est aussi celui du chasseur professionnel, protecteur de la nature qu'il est devenu.

    Sur commande
  • Fille mère

    Michèle Escadafal

    « Coucou Maman ! » À six heures du matin, quand vous entrez dans la chambre pour brancher l'oxygène, ça secoue. Vous avez beau avoir pris l'habitude d'être, en fonction du moment de la vie où se situe la vielle dame, sa soeur ou sa mère, cueillie à froid, mal réveillée, vous vacillez sous le choc. Bien entendu vous ne démentirez pas : qui se sent d'attaque, aux aurores, pour faire de la généalogie ? Mais l'appellation ébranle, la première fois qu'elle est clairement énoncée. Rien à voir avec le docte « les rôles s'inversent » auquel vous êtes habituée, et qui concerne le plus souvent des actes : nourrir, laver les fesses. Vous possédez la théorie ; vous avez bien subodoré, à certaines questions, que vous étiez interpellée en tant que mère et non en tant que fille. Mais le mot « maman », claironné dans le frais matin, émeut étrangement. Aucun savoir ne prépare réellement à cette expérience... C'est à partir de 2003 que Michèle Escadafal prendra peu à peu en charge sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer. Une expérience engloutissante qui durera presque dix ans. Ce témoignage se veut partage, parce que s'il n'y a pas de médicament qui guérisse cette maladie, il n'y a que le partage qui permette aux aidants de survivre.

    Sur commande
  • Flashback

    Elim Warner

    Valentin de Saint Léger n'est qu'un pseudonyme parmi tant d'autres, un jeu de sens pour dessiner un sourire. Son histoire - celle de l'auteur -, dévoile sans détour la fragilité d'un homme, une partie de son passé, les coulisses jusqu'ici muets de certaines écoles privées hors contrats, du milieu conservateur des traditionalistes et des « rallyes »: ces soirées huppées sur lesquelles généralement on fantasme à défaut de pouvoir les apprécier. Ici, l'eau est enlevée du vin, la violence est palpable et le ton corrosif. Ces lignes sont un exorcisme, une fenêtre sur l'avenir, une grenade que l'on dégoupille pour secouer les derniers bataillons obscurantistes, où l'autorité ecclésiale reste importante. Dans la douleur, comme dans les bons moments, l'humour est de rigueur pour apprendre à relativiser et faire émerger les idéaux scandaleux qui se cachent derrière de belles façades...

    Sur commande
empty