Libre & Solidaire

  • Manifeste pour un monde vivant : faire émerger les possibles

    Lou Achard

    • Libre & solidaire
    • 24 March 2022

    Les imaginaires commencent à se débloquer avec une envie commune de faire émerger une société plus écologique, plus respectueuse du genre féminin et de l'humain. Néanmoins, les changements ont du mal à se traduire dans la réalité quotidienne et l'on cherche désespérément les leviers qui permettraient de créer le basculement. Si ces nouveaux imaginaires sont fondamentaux, ce livre montre que nos anciennes structures doivent être repensées en tenant compte de nos besoins réels. Un même élan émerge de la volonté de se défaire d'un système de domination qui pèse sur l'humain de manière générale, le genre féminin en particulier, et tous les écosystèmes : le mouvement #MeToo, le mouvement des jeunes pour le climat, les revendications pour une démocratie directe en sont le témoignage. Notre société doit apprendre à lâcher prise en abandonnant une partie des activités qui détruisent actuellement l'humain et le vivant à une vitesse fulgurante. Cela, en ouvrant notamment la voie à une ère bien plus libérée du travail tel qu'on l'entend de nos jours, et en posant enfin les fondations d'un nouveau paradigme de société.

  • Cynisme et mensonge : Macron ou le déni de démocratie

    Thomas Dreneau

    • Libre & solidaire
    • 10 February 2022

    Depuis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, nous assistons à un recul des institutions démocratiques. Sous couvert d'« efficacité », l'actuel président de la République détruit petit à petit les contre-pouvoirs. À l'instar de ses prédécesseurs, il souhaite imposer le programme ultralibéral tel que l'a désiré un Reagan aux États-Unis ou une Thatcher en Angleterre. Alors que les remèdes proposés par les économistes de l'école néo-classique ont montré depuis longtemps leurs limites, il est clair que Macron et ceux qui le soutiennent n'en ont cure. Ils ont comme objectif principal de faire triompher un type de société et un type d'homme, lesquels favorisent la toute-puissance d'une élite cherchant à accumuler toujours davantage et, partant, à préserver leurs intérêts personnels au détriment de la majorité de la population. Bien sûr, un tel déni de l'intérêt général exige la mise en place d'un mensonge permanent. Ce qui ne pose nullement problème à un pouvoir foncièrement cynique. Outre l'emploi systématique du mensonge, ce pouvoir représenté par Macron n'hésite pas à user des préjugés les plus simples pour mieux légitimer son autorité.

  • Travail et réalisation de soi : la condition oeuvrière Nouv.

    La séparation entre un monde dit de l'art et le monde du travail semble aller de soi. Or, y a-t-il d'un côté le travail purement aliénant, répétitif et désincarné et, de l'autre, celui par lequel se réaliser, faire oeuvre de soi ? De même, la sphère générale de la production est-elle réductible à un univers de la réplication des objets utilitaires et fonctionnels, et au sein duquel le travail a une valeur principalement instrumentale : gratification salariale, statut social...? Pour envisager une esthétique sociale en rupture avec le fétichisme de l'objet d'art, il faut questionner les évidences qui postulent une différence de nature entre l'oeuvre et le produit, à la lumière de la tradition philosophique. Le rapport social au travail demeure conflictuel et controversé par la prépondérance de ce dernier dans nos vies. Il revient donc d'en explorer la complexité, mais également les débats de normes à propos de l'emploi, du non-travail, de l'artistique, du revenu d'existence et du temps libéré.

  • Dans le contexte délétère actuel où chaque été les thermomètres s'affolent davantage, où les catastrophes naturelles ponctuent régulièrement l'actualité et où les prévisions scientifiques sont de plus en plus alarmantes, il devient impératif de changer notre modèle société. Changement climatique, effondrement des espèces animales et végétales, pollution de l'environnement, épuisement des ressources naturelles, etc., tels sont les problèmes qui circonscrivent notre présent et notre avenir ! À la lumière de ces faits, que et comment doit-on faire ?
    L'auteur de cet ouvrage, loin de s'engouffrer dans les mêmes sentiers que de nombreux collapsologues, appelle chacun et chacune à agir au niveau de son quotidien. Même si l'on ne peut faire l'impasse de politiques publiques qui assurent véritablement la préservation de l'environnement, il nous faut dans le même temps prendre conscience des moyens qui sont à notre portée.
    Un véritable guide proposant plus de 200 solutions à la portée de tous pour agir efficacement dans 20 domaines de la vie quotidienne - « La voiture », « Le logement », « La viande », « L'épargne », « L'entourage » - et ainsi susciter la prise de conscience de chacun pour le bien-être de tous.

  • Jardiner avec la lune et le ciel

    Xavier Florin

    • Libre & solidaire
    • 12 August 2021

    « Il faut éclairer la conscience et non la contraindre. » Diderot.
    Les indications apportées dans ce livre ont pour objectif d'orienter la pensée vers une autre manière de considérer le jardin, pour ainsi agir et observer selon de nouveaux critères. Cette première approche globale, accompagnée de nombreuses indications pratiques, conduit à toujours plus grandir dans l'art de jardiner, en étant en accord avec la nature. Il n'est pas essentiellement question de vouloir procurer à tout prix des résultats immédiats à toute activité jardinière, mais d'inculquer une autre manière d'agir, de pousser à noter ce qui a été fait sous un ciel donné, puis d'observer avec plus de présence d'esprit ce qui se passe par la suite. Il est vrai que l'on peut rarement faire tout ce que l'on veut en jardinage : très souvent, il faut composer avec les conditions climatiques, avec l'âme du jardin, son peuple élémentaire. Ce n'est donc pas une « technique supérieure » mais une impulsion première qui permet de grandir dans cet « art », dont l'essence est vivante. Apporter les connaissances scientifiques pour susciter une intuition toujours plus affinée, telle est la démarche de cet ouvrage, conçu dans le but de rester accessible et pratique pour tous.

  • éléments d'écologie politique : pour une refondation

    Quentin Bérard

    • Libre & solidaire
    • 11 November 2021

    Cet ouvrage se veut le fondement d'une véritable écologie politique s'émancipant des idéologies mystificatrices. Il se donne trois objectifs :
    - D'abord rappeler une série de notions fondatrices et indispensables à toute démarche se réclamant de l'écologie politique ;
    - Ensuite pointer les mythes, illusions et idéologies qui inhibent, obstruent, fourvoient toute tentative de penser les relations que la civilisation humaine a pu tisser avec la biosphère ;
    - Enfin, alimenter les réflexions qui visent une profonde transformation de nos sociétés aujourd'hui engagées dans des impasses à la fois intellectuelles et politiques, et traversées par des crises civilisationnelles.
    Ces réflexions nous incitent à la reconnaissance pleine et entière de l'altérité de la nature face à laquelle l'humanité ne peut qu'exister en créant lucidement, par sa propre liberté, ses modes d'organisation individuels et collectifs.
    Le rapport à la nature n'a jamais été et ne sera jamais ni harmonie, ni contrat, ni dialogue apaisé : c'est une relation conflictuelle et complémentaire entre deux créations radicales, l'auto-organisation de la nature et l'auto-institution des sociétés humaines. Seule une autonomie redéfinie permettra de l'appréhender lucidement.

  • Travail que vaille : scènes de vie de travailleurs d'aujourd'hui

    José Rose

    • Libre & solidaire
    • 24 March 2022

    Au travers des vicissitudes du temps, réémerge sous diverses formes la question du travail. Toujours actuelle, elle nous rappelle à chaque fois combien est ambiguë la relation qui se joue entre les travailleurs et leur travail. Aussi bien source d'aliénation à cause des diverses réformes qui dégradent leurs conditions, qu'une source d'émancipation en ce sens que « c'est par le travail que la raison saisit le monde, et s'empare de l'imagination folle » (Simone Weil).
    Prenant source de son observation de terrain et de ses recherches comme sociologue du travail, l'auteur laisse ici filer son imagination pour nous donner plusieurs récits qui décrivent le quotidien de ces personnes. Au travers de fables, de nouvelles et de discours fictionnels, il renouvelle notre regard sur le monde du travail et approfondit notre compréhension de leurs conditions d'existence.
    Ce recueil de textes de fiction s'adresse à toutes les personnes qui sont sensibles à ces problématiques et s'interrogent sur le présent et l'avenir du travail.

  • Le vin, la vigne et la biodynamie

    Nicolas Joly

    • Libre & solidaire
    • 25 February 2021

    Ouvrage de référence de Nicolas Joly, célèbre viticulteur de la Coulée de Serrant, fer de lance de la biodynamie, pour découvrir et s'initier à la biodynamie. Pour mieux saisir l'enjeu et les principes de cette méthode de culture à l'écoute de la nature, Nicolas Joly commence par retracer l'histoire des dégâts de l'agriculture moderne sur les vignes. Dans ce contexte d'industrialisation des procédés et de techniques agricoles, la biodynamie est avant tout un retour à une vinification naturelle, à un respect de la vigne et de l'environnement pour atteindre la meilleure expression du terroir possible.
    Cet ouvrage aborde tous les aspects de la biodynamie : comprendre les formes et leurs correspondances, utiliser les forces du vivant, se servir des cycles astrologiques, etc...

  • écologie et féminisme ; révolution ou mutation ?

    Françoise d' Eaubonne

    • Libre & solidaire
    • 22 February 2018

    L'écoféminisme est une philosophie, une éthique et un mouvement né de la conjonction des deux « surgissements du monde moderne » que sont l'écologie et le féminisme. Ce nouveau concept opère la synthèse entre l'idée d'une double exploitation : celle de la nature par l'homme et celle de la femme par l'homme.
    Dans cet ouvrage initialement paru en 1978, mais d'une actualité brûlante, l'auteure remet radicalement en question la notion de croissance, économique et démographique, dénonçant le capitalisme comme stade ultime du patriarcat.
    La surpopulation et l'épuisement des ressources illustrent l'« illimitisme » caractéristique de ce qu'elle nomme le « système mâle », et elle est l'une des premières à affirmer qu'il faut préserver ce qui reste encore de l'environnement, sous peine de mort. Dans ce combat universel, les femmes, fortes de leur longue expérience d'exploitation, ont un rôle déterminant à jouer.

  • Il faut refermer la parenthèse des énergies sales, fossiles-fissiles, le plus rapidement possible, avant qu'il ne soit trop tard... Ce livre alerte sur la situation énergétique du début des années 2020 à l'échelle mondiale, nationale et locale. Il se veut être un guide de solutions pour améliorer notre cadre de vie très largement dominé par les questions énergétiques et environnementales. Les écomatériaux, sains pour les humains et pour notre maison commune la Terre, sont ici décryptés sous l'angle de leur énergie grise, de leur raréfaction et de leur capacité à stocker le carbone atmosphérique pour le bien de tous. Les bâtiments et territoires à énergie positive qui n'ont plus recours aux énergies sales sont une des clés d'un avenir responsable et apaisé. Il est maintenant certain que l'indépendance énergétique de la France passe par les énergies renouvelables et les lieux de vie à énergie positive.
    Ce livre en fait la démonstration.

  • Les inégalités hommes/femmes interpellent de plus en plus notre société. Elles s'appuient sur le pouvoir des médias, des images, de la publicité et des institutions et ont durablement influencé nos comportements. Il semble cependant que des réactions de plus en plus fortes voient le jour : mouvement Metoo, ouvrages dénonçant les violences faites aux femmes, etc. Il s'agit d'une véritable transformation sociale, qui bousculerait la domination masculine et l'assignation des femmes à leur fonction de mères et d'épouses soumises à leur mari. Cet ouvrage, notamment à travers de courts témoignages, dénonce les injonctions/assignations des rôles sexués, ainsi que les émotions ou indignations créées par de telles situations aussi bien dans l'enfance que dans la vie adulte.

  • Mutins par devoir : essai d'anticipation politique

    David Bernasconi

    • Libre & solidaire
    • 16 September 2021

    Pendant des décennies, les maîtres du monde nous ont imposé leur domination et leur ordre. En signe d'allégeance nous avons d'abord plié le genou et, comme cela nous a semblé plus confortable, nous avons choisi de nous prosterner tout à fait. Et nous avons ainsi sacrifié à tous les rituels sur les autels de leurs religions : progrès, croissance, modernité...
    Mais voilà, leur progrès est notre désordre et leur modernité cette toile illustrant la désolation. Nous nous en sommes aperçus bien tardivement mais enfin, cela s'est fait. En ce sens le coronavirus a été un symptôme et un déclencheur. Et nous avons décidé que l'heure était à la destinée maîtrisée. Une révolution est née, nous les avons mis dehors.
    Cet ouvrage retrace l'histoire de ces évènements. Les mesures révolutionnaires prises l'ont été par une humanité à nouveau respectueuse d'elle-même. Ainsi avons-nous renoué avec « quelques » principes relatifs à la liberté, aux limites, à la rationalité... à la dignité. En contrepoint nous avons compris que l'heure n'était plus à l'entretien de l'illusion, que changement et utopie ne sont qu'une seule et même chose. Passé un certain niveau de dysfonctionnement dans une société, il n'y a plus d'utopie ; seulement un enlisement dans la crasse ou « du changement » en gestation, qui verra peut-être le jour... ce livre en fait le pari.

  • Insondables inégalités sociales, urgence climatique, raréfaction des ressources naturelles, destruction du vivant, n'en jetez plus, nous courons à la catastrophe. Pour qu'une transition à la hauteur des enjeux advienne, il nous faut désormais définir, collectivement, une approche alliant l'impératif de sobriété à celui de la collaboration solidaire. Ces principes au coeur du mouvement de la décroissance se révèlent fondamentaux si nous voulons organiser le plus grand bien du plus grand nombre. Pour étayer cette thèse, Boris Pijuan propose notamment de revenir sur la façon dont Épicure dissocie l'accès au bonheur de la possession matérielle. Est également abordé le rôle central tenu par la connaissance chez Spinoza, ou encore, combien Sartre ne peut concevoir l'engagement en faveur de la liberté que dans un rapport universaliste. Puiser dans les textes de ces figures de la philosophie, et bien d'autres (Rousseau, Jankélévitch, Gandhi, Nietzsche...), permet l'émergence d'un corpus idéologique particulièrement pertinent pour penser, avec humanisme, les grands défis de notre époque.

  • À l'interminable liste des produits toxiques qui empoisonnent notre environnement et affectent notre santé est venue s'ajouter récemment une nouvelle catégorie de substances insidieuses - dérivées des résidus de produits pharmaceutiques et industriels - tout aussi inquiétante. Longtemps ces substances sont passées incognito dans les eaux usées, en raison de leur très faible concentration. Au contact de la vie, elles pénètrent dans le sang qui les véhicule jusque dans nos tissus, nos organes et au coeur même des mécanismes régulateurs de notre comportement sexuel, de notre santé et de celle de nos enfants.
    Les actions néfastes de ces substances ont été conjointement découvertes chez les animaux et chez les humains. Elles se signalent non seulement comme perturbateurs endocriniens, mais agissent aussi de façon défavorable sur d'autres aspects de notre santé et de notre libido ; certaines se sont même révélées cancérigènes.
    La communauté scientifique s'inquiète et pense que sans mesure prise au plus vite la gravité du phénomène ne fera que s'amplifier.

  • « La » référence de la viticulture en biodynamie...
    Ce livre traite à la fois des concepts fondamentaux - tels les quatre états de la matière ou les principes de décomposition et de recomposition - et des aspects pratiques dans le cadre d'une culture en biodynamie, avec notamment les fameux préparâts qui sont « la clef de voûte de la biodynamie, son essence même, la source principale de son efficacité ». Ce n'est toutefois pas une liste ou un mode opératoire qu'il nous propose : il nous invite plutôt à comprendre les grands principes de fonctionnement de ces préparâts, leur raison d'être. Il permet aussi de comprendre les maladies, l'homéopathie, le travail en cave et l'influence des planètes.
    Cet ouvrage constitue une excellente introduction aux concepts de la biodynamie. Il s'adresse bien entendu aux viticulteurs, mais l'amateur de vin pourra y apprendre certains aspects que l'on ne connaît bien souvent que très superficiellement.

  • La pratique de la biodynamie

    Hugo Erbe

    • Libre & solidaire
    • 25 February 2021

    L'agriculture en biodynamie, selon les principes de Rudolf Steiner, se développe de plus en plus, tant au niveau des exploitants agricoles que des jardiniers amateurs. Ceci explique notamment le succès du calendrier lunaire et des ouvrages sur la technique de culture. Rudolf Steiner a eu de nombreux disciples. Hugo Erbe, peu connu, est sans doute l'un des plus intéressants. Il est à l'origine de principes novateurs en particulier avec des préparations nouvelles pour dynamiser les cultures. Pour la première fois, une traduction de ses travaux est publiée en français. Elle permettra de montrer l'importance qu'il a eu dans le mouvement de la biodynamie et la pertinence de ce mode de culture capable de nous rendre indépendants du système agro industriel. Hugo Erbe, élève de Rudolf Steiner, applique les principes de la biodynamie dans sa propre exploitation agricole. Suite aux explosions nucléaires de 1945, il a observé une grande perturbation au sein du monde élémental ainsi que l'arrêt de l'influence bénéfique de la biodynamie sur sa ferme. C'est à cette occasion qu'il oriente ses recherches sur de nouveaux principes de culture en biodynamie.

  • Cette enquête intérieure débute par une belle histoire : celle d'un enseignant d'arts plastiques en collège engagé dans son métier et fidèle aux valeurs de l'art et de la culture. Mais le tableau se fissure. Pierre Rich détricote les côtés pernicieux du système et soulève quelques pièges et embûches : non-dits et malentendus, tendances idéologiques et autoritaires, gestions managériales et glissements sémantiques, effets néfastes du « tout numérique » et remise en cause de la liberté pédagogique. La crise profonde survenue au printemps 2020 a accentué le « malaise enseignant ». Dans cet essai-témoignage, l'auteur pose un regard original et sans concessions sur le métier. Ses analyses au vitriol dénoncent les dangers planant sur l'éducation tout autant qu'elles appellent à en transformer la vision trop étroite. Il est question de repenser une école créative, guidée par un nouvel indice : le bonheur éducatif.

  • Les années 2020 rouvriront-elles, pour de bon, une ère cycliste en France ? De nombreux voyants sont au vert. L'attente est là. Il n'y a plus qu'à. Sauf que cela repose sur de la volonté politique, tout particulièrement au niveau local, et de la compétence. C'est là que le bât blesse. Nombre d'élus ne sont toujours pas véritablement convertis, particulièrement dans les villes petites et moyennes. Et il y a l'importante question de la compétence technique qui doit aller bien au-delà des seuls services de voirie. Dans tous les pays cyclables et cyclistes, le développement de l'usage de la bicyclette n'est que le fruit d'une politique d'aménagement, d'urbanisme et de mobilité cohérente, visant à réduire l'autosolisme. On n'y est pas encore vraiment en France. Mais il faut également que les politiques cyclables locales s'appuient sur un dialogue avec les usagers.
    Tout un programme donc, que de nouvelles équipes municipales ne manqueront pas de décliner dans les prochaines années. Cet ouvrage, enrichi d'illustrations d'aménagements, devrait y contribuer. S'appuyant à la fois sur l'expérience de consultant de l'auteur, son vécu de cycliste, mais aussi ses échanges avec des militants associatifs, il devrait nourrir une nouvelle culture cycliste des élus, des professionnels, comme des citoyens.

  • L'enseignement de la médecine tant humaine que vétérinaire repose, depuis de nombreuses années, essentiellement sur l'accumulation d'informations descriptives et symptomatiques sur les pathologies.
    Cette médecine ne guérit pas ; elle soigne jalousement sous la férule habile d'un monde mercantile et d'une véritable inflation technologique.
    Or l'absence de maladie n'est pas la santé ! La maladie fait partie du déroulement et de l'évolution de la vie sur Terre. Le vétérinaire, en tant que praticien, se doit de réfléchir au fait que la guérison, le maintien et la prévention de la vie interpellent sa conscience morale. L'animal malade, « souffrant », invite le praticien à penser aux causes réelles du processus morbide en cours. Un dilemme entre connaissance et conscience s'engage alors.
    Ce livre, composé de plusieurs textes et témoignages d'éleveurs, rend hommage aux travaux du docteur Leo Selinger, lui-même inspiré par l'oeuvre scientifique de Rudolf Steiner, docteur en sciences et philosophe, qui pratiqua et enseigna une approche élargie de l'art médical vétérinaire faisant largement appel à l'étude rigoureuse de l'anatomie et de la physiologie animales. Rarement le mot de « médecine holistique » eut autant de sens quant à cette approche à la fois scientifique et spirituelle du vivant.
    Le sens du bien-être chez nos animaux domestiques ne serait-il pas le sentier initiatique de l'homme vers ce qu'est réellement sa place dans la Nature ?

  • Les modalités de financement des associations ont évolué de manière significative et impactent fortement le secteur associatif : montée de l'évaluation de l'impact social, mise en concurrence des prestataires de service, développement de modèles organisationnels hybrides mêlant entreprises à but lucratif et associations. Pour traiter cette thématique, l'auteur apporte son double point de vue : celui d'un chercheur et celui d'un ancien praticien du secteur associatif. Afin d'appuyer son propos, il se focalise d'abord, au travers d'une analyse empirique, sur les centres sociaux, et les replace ensuite dans le contexte plus général.
    Cet ouvrage dévoile le processus de mise en place des nouvelles normes et procédures européennes au sein du secteur social. L'arrivée de nouveaux acteurs dans le monde associatif, notamment les start-up sociales, remet l'avenir des centres sociaux français en question. Structures de proximité par nature, impliquées dans des activités sociales, éducatives, culturelles, familiales, engagées dans une démarche d'éducation populaire et d'animation du territoire, les centres sociaux ont pour mission première de répondre aux besoins des habitants.
    En venant bousculer le mode fonctionnement du secteur associatif, les nouvelles normes obligent les délégué(e)s des centres sociaux à revoir leurs modalités d'intervention pour mener à bien leurs missions. À travers une enquête de terrain, l'auteur nous livre ici une analyse de leur perception de cette nouvelle façon de travailler, mais aussi les solutions qu'ils proposent pour un renouveau à l'heure où leurs fédérations semblent prises en étau entre innovation sociale et innovation financière.

  • À travers une série d'expériences concrètes à l'échelle locale, cet essai nous fait découvrir le foisonnement des initiatives dont la majorité relève de l'économie sociale et solidaire. Bien que cette économie ne soit pas neuve - 150 ans pour les coopératives, un bon siècle pour les mutuelles et les associations -, elle porte les germes d'innombrables solutions aux maux actuels : éducation, santé, logement, emploi, production, consommation... aucun secteur de vie n'est oublié.
    Malgré cela, de nombreux blocages freinent le déploiement de ces méthodes dans une société dominée par l'économie libérale et il est d'autant plus primordial de mettre en avant leurs avantages, de leur donner une autre envergure en les partageant, en suscitant un réel débat démocratique et en apportant des pistes pour qu'elles se développent.
    La société de « demain » est déjà en route avec ses emplois relocalisés, ses coopératives d'activités, ses structures d'insertion, ses nouvelles énergies, ses espaces de travail partagé et son interactivité entre les villes et les campagnes.
    Issu des onze années de l'émission quotidienne Carnets de campagne sur France Inter, ce livre donne des directions qui contribuent au mieux vivre ensemble et changent les rapports sociaux qui, bien souvent, minent notre société. Comme le dit Michel Onfray : « C'est le roman d'aventure de l'entraide avec des situations, des personnages, des actions, des faits et gestes, des paroles et des actes, de la théorie et de la pratique, des idées et des hommes. »

  • La liste des substances toxiques qui se retrouvent dans nos assiettes et qui se cachent sous l'appellation d'additifs alimentaires est longue et inquiétante. Ils sont partout et d'une incroyable variété : colorants, conservateurs, exhausteurs de goût, épaississants, affermissants, émulsionnant, édulcorants, agents d'enrobage, agents de texture, stabilisants, gélifiants, antiagglomérants, régulateurs de pH, acidifiants. Ils passent incognito, car ils sont désignés sur les étiquettes par la lettre E suivie d'un nombre. Pour les reconnaître, il faut donc obligatoirement consulter un répertoire !
    Cet ouvrage joue ce rôle, mais il est bien plus qu'un catalogue. Il répond aux nombreuses questions que vous vous posez. Pourquoi utilise-t-on les additifs ? Est-ce obligatoire ? Tous les additifs sont-ils dangereux pour la santé ? Est-il vrai que l'industrie alimentaire de masse ne peut plus s'en passer ? Est-il cependant possible d'éviter les plus nocifs ? Existe-t-il des additifs utiles, améliorant les aliments et d'une totale innocuité ? Les consommateurs ont-ils une part de responsabilité ?
    Sur le plan pratique et pour s'y reconnaître dans la jungle des additifs, nous leur avons donné un code avec des étoiles, selon 5 catégories, depuis les plus toxiques jusqu'à ceux qui sont considérés comme inoffensifs et même bénéfiques. Vous avez ainsi à votre disposition un guide qui vous permettra de démasquer ces substances et de préserver votre santé.

  • L'autarcie, mode d'emploi

    Philipppe Frichaux

    • Libre & solidaire
    • 25 March 2021

    L'autarcie suppose un nouveau modèle de société et d'urbanisation et doit s'organiser au moins à deux niveaux : l'individu et la famille d'une part ; le village et la petite communauté d'autre part.
    Beaucoup se posent la question de quitter la ville et de vivre en autarcie à la campagne, mais cette idée est aussi un peu angoissante. Comment faire ? Peut-on vraiment vivre en autarcie en sacrifiant le moins possible son confort ? Ce livre tente de répondre à bien des questions : comment peut-on nourrir une famille avec quelques centaines de mètres carrés de jardin ? Comment devenir autonome pour l'eau, l'assainissement, les déchets, l'électricité, le chauffage, et même les transports ?
    Retenons aussi quelques idées : il sera plus efficace de regrouper plusieurs familles ; ce sera beaucoup plus facile et supportable si on accepte de limiter les intrants plutôt que de les supprimer totalement ; si l'idée est d'échanger deux heures quotidiennes de transports urbains pour deux heures d'activité de plein air, il ne s'agit pas de se couper du reste du monde ; le temps à consacrer au jardin ne dépassera pas en moyenne une heure par jour, etc.
    À l'arrivée, on sera proche de l'indépendance vis-à-vis du consumérisme, sans changer vraiment notre niveau de confort et avec une meilleure qualité de vie.

  • L'auteur nous livre ici un témoignage émouvant, à travers le récit du papa d'un petit garçon autiste. Ce n'est pas un livre militant, mais une histoire d'amour, celle d'un père pour son fils pas comme les autres. Rien n'est définitif dans l'autisme, ni dans ses manifestations, ni dans les conceptions que l'on peut avoir sur ses causes et ses conséquences. Tout est possible, mais rien n'est simple : la scolarisation, les relations familiales et du couple, la vie tout court. Être parent d'un enfant autiste, c'est un enrichissement, c'est une expérience de vie qui fait grandir quand on l'aborde avec courage, et au bout du tunnel, il y a un autre regard sur la vie, une richesse humaine.

    Pascal Y est le pseudonyme du père de Dimitri.

empty