Entreprise, économie & droit

  • Tesla Motors est le premier constructeur automobile américain à avoir opéré une introduction en bourse depuis près de soixante ans. Le cours de l'action de cette start-up a plus que décuplé en quatre ans. En dix ans d'existence, cette entreprise a convaincu tout un secteur de la potentialité des véhicules électriques.
    Ces chiffres seraient anecdotiques si cette success story californienne ne se fondait pas sur une maîtrise éprouvée des ressorts de l'influence. En effet, l'équipe dirigeante a su développer l'entreprise par l'emprunt systématique de la notoriété d'autrui.
    Ainsi, la réussite de Tesla se concrétise avec la commercialisation d'un premier modèle Roadster en 2008. Dès lors, le succès ne se dément plus.
    Le présent ouvrage se concentre sur cette étape décisive en analysant l'influence organisationnelle de l'entreprise.
    Sous le patronage de l'École de Guerre Économique, formation de référence en intelligence économique.

    Aubry Springuel est chef de projets pour la gestion du portefeuille et le trading chez GDF-Suez. Cette activité repose sur des prévisions à court terme et nécessite de construire une vision prospective des marchés et technologies de l'énergie.  Ingénieur de formation et diplômé de l'École de guerre economique, il est également docteur en sciences de gestion. Sa thèse est intitulée « L'influence entre organisations : du consentement à l'activation ». Il enseigne aussi l'intelligence économique et le comportement organisationnel en école de commerce et à l'université.

  • En une trentaine de pages didactiques, François Jeanne-Beylot revient sur les étapes du cycle de l'information, notamment sur le travail d'expression des besoins, préalable fondamental - et bien souvent oublié - car il prédétermine une recherche pertinente. Cela conditionne le reste du processus, le traitement puis l'exploitation de l'information, deux tâches qu'il faut différencier car elles nécessitent des compétences propres et reviennent donc à un certain type d'acteurs.  Besoin en cotation de l'information en intelligence économique propose ainsi une méthodologie efficace dans la recherche d'information et où cette dernière est replacée comme l'élément central, à travers sa valeur, son utilité finale.  Sous le patronage de l'École de Guerre Économique, formation de référence en intelligence économique.  Diplômé d'un Mastère spécialisé en Intelligence Economique, François Jeanne-Beylot fonde en 2000 la société TROOVER, une société spécialisée dans la recherche d'information, l'intelligence économique et la veille sur Internet.  Au sein d'un réseau de consultants, il accompagne ses clients dans leur recherche d'information, la mise en place de cellule de veille, la surveillance active, la détection de relais d'influence, etc.  Fin 2007, il a créé une autre société, InMédiatic, aujourd'hui filiale de la première, spécialisée dans les actions d'influence, de réputation et de notoriété sur Internet.  Passionné par l'information, son utilisation, sa diffusion, sa collecte... principalement sur Internet, il intervient dans différentes écoles, notamment l'Ecole de Guerre Economique, centres de formation et conférences sur ces sujets et tient un blog consacré à ces problématiques.

  • Dans Techniques offensives et guerre économique, étude financée par l'ADITECH (devenue l'ADIT), Christian Harbulot analyse dès 1990 la nature nouvelle des affrontements économiques qui opposent les différents modèles d'économie de marché.
    Ces rapports de force entre les entreprises et les économies nationales, intrinsèques à la mondialisation actuelle, sont analysés par l'auteur, dans une approche pluridisciplinaire, mêlant des facteurs économiques, historiques, géopolitiques ou culturels. Une approche qui garde toute son actualité et expliquée il y a vingt ans.
    Sous le patronage de l'École de Guerre Économique, formation de référence en intelligence économique.  Christian Harbulot, diplômé de l'IEP de Paris, est un pionnier de l'intelligence économique et un spécialiste de la guerre économique, concept dont il fut l'initiateur en France et en Europe.
    Il est le fondateur de l'École de guerre économique (ESLSCA) et directeur associé du cabinet Spin Partners.

  • Cet article se propose de répondre à la question suivante : en quoi la recherche de domination économique est-elle devenue progressivement un impératif dans la dynamique de puissance des communautés politiques ? Après avoir été un instrument au service de la guerre jusqu'à la fin de la première moitié du XXe siècle, l'économie, sous l'effet de la révolution industrielle puis de la mondialisation et des logiques de marché induites par celles-ci, a progressivement renversé ce rapport de dépendance devenant l'élément décisif de la puissance étatique.
    Sous le patronage de l'École de Guerre Économique, formation de référence en intelligence économique. 

  • L'Iran possède une image négative dans les pays occidentaux, notamment en raison des négociations continuelles concernant son programme nucléaire. Toutefois, elle reste une puissance économique importante - au moins régionale - et qui est appelée à se développer. Finalement, derrière les perceptions négatives véhiculées par différents médias, l'Iran pourrait très bien devenir un marché prometteur pour les entreprises françaises. Ainsi, les étudiants de l'École de guerre économique ont analysé les secteurs prépondérants de l'économie iranienne (la pétrochimie, l'aviation civile, l'automobile, la pharmaceutique, les cosmétiques, l'agriculture et le BTP), donnant des pistes de développement aux entrepreneurs hexagonaux.
    Sous le patronage de l'École de Guerre Économique, formation de référence en intelligence économique.

empty