La Decouverte

  • Comment fonctionne l'économie ? À quoi servent la monnaie, la finance et les marchés ? Pourquoi les uns sont-ils pauvres et les autres riches ? D'où vient la croissance économique, et à quoi mène-t-elle ? Ce manuel répond à ces questions et à bien d'autres, de sorte que l'économie ne soit plus cette boîte noire que seuls les économistes, devenus les grands sorciers du monde moderne, pourraient régler et faire fonctionner dans l'intérêt de tous. Croissance, chômage, inflation, marché, investissement, revenus : de nombreux exemples et des données précises en font le grand classique de la formation économique pour adultes, richement documenté et facile à lire.
    C'est aussi un livre citoyen, qui explique la crise de l'euro, les vices et les vertus du déficit public, les difficultés européennes, les défis de la mondialisation, la montée des inégalités, les impératifs environnementaux, les effets et enjeux des différentes politiques économiques menées par ceux qui nous gouvernent. Comment concilier justice sociale et efficacité ? Produire toujours plus, est-ce possible ? Et souhaitable ? Le chômage est-il une fatalité ? Cette 19e édition a été entièrement revue et mise à jour afin de continuer à servir de guide à celles et ceux qui souhaitent comprendre et agir en citoyennes et citoyens éclairés.

  • Le succès de ce manuel est dû à l'étendue des questions abordées, économiques et sociales, et à la valeur des contributions, signées par les meilleurs spécialistes - universitaires et chercheurs reconnus - qui ont tous accepté de consentir un réel effort pédagogique.
    Les textes ici réunis se distinguent par trois qualités majeures : il s'agit à chaque fois de synthèses de l'état des connaissances scientifiques ; leur clarté et leur lisibilité les rendent accessibles sans compromettre leur rigueur ; leur problématisation donne du sens aux questions traitées et suscite l'intérêt du lecteur.
    Afin de mieux répondre encore aux interrogations sur le monde et notre société, en particulier celles qui se rapportent aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontés, l'ouvrage a été non seulement actualisé et remanié, mais aussi enrichi par de nouvelles contributions.
    Qu'il s'agisse de réussir un exposé ou une dissertation, de préparer efficacement un examen ou de mieux comprendre le monde contemporain, ce manuel devrait par conséquent continuer à satisfaire les exigences d'un large public.

  • La sociologie n'est pas une activité purement spéculative ; elle n'est pas davantage le simple reflet de la vie sociale et politique d'une époque ou d'une collectivité donnée. On ne saurait donc ramener son histoire ni à celle d'une « pensée » ni à celle des sociétés où elle se développe, ce qui aboutirait à un relativisme historique au souffle court.
    L'hypothèse des auteurs de cet ouvrage est que leur discipline doit son développement à un ensemble de conditions intellectuelles, sociales et institutionnelles qui restent à démêler. En conséquence, la démarche adoptée relate l'histoire d'un projet et d'une pratique scientifiques, tout en en proposant quelques clés d'analyse.
    Quelles sont les dates, les oeuvres, les institutions, les techniques de recherche et les personnalités qui ont marqué le développement de la sociologie ? La sociologie est-elle une invention française, allemande ou américaine ? Pourquoi a-t-on pu parler d'un magistère français ? À travers l'histoire et les traditions nationales, y a-t-il une ou plusieurs sociologies ? Quel sens donner aux conflits qui opposent les sociologues sur les concepts et les méthodes ? Peut-on parler d'un progrès de la sociologie ?

  • Bruno Latour est un des philosophes contemporains les plus influents. Ses études ethnographiques ont révolutionné notre compréhension des sciences, du droit, de la politique et de la religion. Il nous propose une philosophie et une approche des sciences sociales radicalement nouvelles, fondées sur un point de vue réaliste, matérialiste sur le monde.
    Dans ses livres fondateurs, il proposait de renoncer aux vieilles distinctions propres à la pensée « moderne » occidentale - en particulier entre nature et société - au profit d'une nouvelle description du monde dans lequel nous vivons. Elle l'a conduit à accorder une importance considérable à la crise écologique et au rôle des sciences en démocratie.
    La « philosophie empirique » de Latour a évolué au fil du temps. Gerard de Vries expose avec clarté le cheminement et la logique de tous les travaux et enquêtes qu'il a menés au cours des quarante dernières années. Il nous guide à travers ses principaux livres depuis ses premiers travaux sur les sciences et les techniques jusqu'à son anthropologie des Modernes (de Pasteur à Gaïa), montrant la façon dont ses idées se sont développées et les controverses qu'elles ont provoquées.

  • Les médias et les journalistes sont montrés du doigt dans la société. La profession n'a plus la confiance d'une grande partie du public, qui lui reproche notamment de produire une information insuffisante par sa qualité et sa rigueur déontologique. Elle est donc en partie décrédibilisée, mais aussi confrontée à la révolution numérique qui affecte d'abord la presse écrite, à un moindre degré les médias audiovisuels.
    Pourtant, le journalisme conserve son prestige et attire toujours les candidats par milliers. Des jeunes qui se présentent aux concours d'entrée des écoles ; des moins jeunes qui tentent leur chance directement en misant sur les compétences particulières qu'ils ont acquises et cherchent des formations complémentaires en journalisme.
    Ce Manuel aborde tous les savoir-faire du journalisme pour l'écrit et le numérique. Cet aspect a été entièrement revu et développé dans cette édition mise à jour et augmentée. L'ouvrage se distingue par son exhaustivité, par son parti pris didactique, par la grande variété des exemples et illustrations. Il donne tous les repères utiles pour exercer une profession en plein bouleversement.
    Il détaille notamment les techniques de recherche de l'information et de son traitement, la pratique des vingt-sept genres journalistiques, l'illustration et la mise en pages, la déontologie de l'information.
    Il prône un journalisme complet et approfondi, rigoureux dans sa méthode comme dans le comportement éthique que le public est en droit d'attendre des professionnels.
    Il est devenu, peu après la sortie de sa première édition en 2002, la référence des écoles de journalisme, dans les quatorze cursus reconnus par la profession comme les dizaines d'autres filières publiques et privées.
    Il est aussi la référence de nombreux journalistes et éditeurs dans l'espace francophone, en Afrique en particulier, mais aussi au Québec et en Europe de l'Est.

  • Ce manuel s'adresse aux étudiants préparant les épreuves d'économie, écrites ou orales, de nombreux concours (IEP, écoles de management, ENA, CAPES, agrégation, etc.) et des cours d'économie générale. Son originalité tient à plusieurs partis pris : présenter les analyses économiques sans recours aux mathématiques, sous la forme requise dans les concours (dissertations, synthèses, commentaire de documents) ; mettre l'accent sur les problématiques, en faisant le lien entre les théories et les questions d'actualité, afin de donner du sens aux modèles étudiés ; insister sur le rôle des hypothèses qui sous-tendent ces modèles, pour comprendre les divergences entre les résultats auxquels ils conduisent ; s'appuyer sur de nombreuses données chiffrées et donner systématiquement des exemples pour faciliter la compréhension des théories.
    /> L'auteur privilégie logiquement les questions macroéconomiques, qui inspirent une majorité de sujets, mais sans négliger les bases microéconomiques sous-jacentes, souvent indispensables (sujets sur les entreprises, les marchés, la concurrence, etc.).
    C'est son expérience d'enseignant et de membre de jury qui l'a conduit à constater l'absence d'un manuel de ce type, conçu en fonction des points faibles des candidats (difficulté à problématiser, à relier les théories, les institutions et les faits).

  • Depuis qu'elle est apparue au XVIIIe siècle, l'idée de culture a suscité de vifs débats. Ses enjeux sont considérables, puisque la notion de culture permet de penser l'unité de l'humanité dans sa diversité. Ce livre présente ces débats et les usages de cette notion dans les sciences sociales, en privilégiant la sociologie et l'anthropologie.
    Il apporte des réponses précises et approfondies à des questions dont l'actualité tant nationale qu'internationale souligne l'acuité : si tout être humain est un être de culture, comment acquiert-il la culture de son groupe et dans quelle mesure son comportement est-il déterminé par celle-ci ? Un même individu peut-il changer de culture ou participer à la fois de plusieurs cultures ? Comment la rencontre des cultures s'opère-t-elle ? Les cultures des groupes socialement dominés sont-elles condamnées à disparaître ou à imiter les cultures des groupes dominants ? Le changement culturel peut-il se décréter ou répond-il à des lois dont les individus n'ont pas conscience ?
    Ce livre s'adresse aux étudiants en sociologie, en anthropologie et en histoire, ainsi qu'à tous ceux qui veulent comprendre les questions de la diversité culturelle, du multiculturalisme, des cultures minoritaires, de la culture des immigrés, de la culture d'entreprise, de la culture ouvrière...

  • Cette nouvelle édition propose une présentation, entièrement revue et augmentée, des connaissances disponibles en science politique. Unique manuel collectif en langue française, mobilisant l'expertise de plus de 80 auteurs, il réunit les meilleurs spécialistes des nombreux thèmes abordés.
    La diversité de ces thèmes, des objets les plus classiques de la discipline aux thèmes les plus contemporains, le traitement novateur de certaines questions, l'attention particulière accordée aux relations transnationales et à la politique comparée, la discussion des auteurs de sociologie, l'historicisation des processus sociaux qui ont donné corps à la politique moderne font de cet ouvrage un outil de travail indispensable et incomparable.
    Il s'adresse aux étudiants en science politique et aux étudiants de droit, histoire, sociologie, économie ayant des options de science politique au programme dans le cadre de leur cursus LMD, au sein des universités comme des instituts d'études politiques, en France et dans les pays francophones. Par sa clarté pédagogique et son exhaustivité thématique et bibliographique, il est destiné aux étudiants de tous niveaux, de la L1 au M2 (incluant la préparation aux concours).

  • Les débats économiques et politiques se réduisent trop souvent à des batailles de chiffres. Ce fétichisme du quantitatif s'accompagne en général d'une méconnaissance des définitions des grandeurs en cause et de l'imprécision de leurs évolutions. Ce livre devrait permettre à chacun de ne plus être le spectateur impuissant de ces polémiques pseudo-scientifiques. En effet, cet ouvrage, destiné à un large public, explique précisément comment sont construits et évalués les comptes de la nation, à quoi ils servent et quelles sont leurs limites. Plus que d'une simple vulgarisation, il s'agit d'une véritable initiation à la logique économique et comptable.

    Avec près de 70 000 exemplaires vendus, ce livre est devenu l'ouvrage d'initiation à la comptabilité nationale le plus diffusé en France.

  • Comment la macroéconomie et la finance peuvent-elles s'articuler pour comprendre les défis de la globalisation ? L'ambition de cette 6eédition est d'apporter la perspective historique et les éléments théoriques permettant de répondre à cette question. Elle prend pleinement en compte la dimension mondiale des interactions entre finance et économie qui s'expriment par le cycle financier.
    La dynamique qui en émane permet d'éclairer l'importance de la monnaie et explique les crises financières.
    La première partie montre comment les transformations de la finance dans les régimes de croissance façonnent les comportements des acteurs financiers et non financiers. Elle met en évidence les innovations qui ont marqué l'essor de la globalisation financière et sécrété ses fragilités.
    La seconde partie s'ouvre sur une caractérisation des phases de globalisation dans l'histoire du capitalisme. Elle se poursuit par une étude des crises financières en insistant sur la crise systémique la plus récente. Enfin, elle étudie les réponses des puissances publiques en matière de politique monétaire et de stabilité financière. L'enjeu est de faire évoluer la finance vers l'allocation des ressources au service d'un développement inclusif et soutenable.

  • Ce livre retrace l'histoire politique récente de la France et se veut porteur d'une vision compréhensive de notre temps, à une période saturée par les médias et pourtant dominée par l'amnésie. Il se propose de donner des instruments factuels et conceptuels pour comprendre. Il peut être considéré comme l'autobiographie des générations actuelles, des plus anciennes qui ont vécu toute la séquence envisagée (1940 à nos jours) jusqu'aux plus jeunes, qui vivent avec le présent, mais aussi avec les schèmes et souvenirs de leurs aînés. En ce sens se développe une réflexion sur ce monde que nous habitons, mais tout aussi bien nous habite.
    L'ouvrage est organisé selon un ordre chronologique nécessaire à des étudiants et aux autres lecteurs soucieux de trouver un sens aux noms et aux concepts qui ont marqué l'histoire du pays depuis trois quarts de siècle, une histoire scandée par une succession de « crises ». Cette histoire est écrite en opposition aux façons de découper commodément le réel politique avec des limites chronologiques plus courtes et des dates, certes justifiées politiquement, comme 1945, 1958, 1981, mais qui se privent d'une épaisseur nécessaire à la compréhension.

  • Parler de mondialisation, c'est évoquer l'emprise du capitalisme sur l'espace économique mondial.
    Cette emprise ne se réduit pas au triomphe d'un bloc d'etats sur un autre, ni même à celui d'un système économique sur ses concurrents. elle tend en effet à transcender la logique d'un système interétatique à laquelle elle substitue une logique de réseaux transnationaux. la mondialisation est avant tout un processus de contournement, de délitement et, pour finir, de démantèlement des frontières physiques et réglementaires qui font obstacle à l'accumulation du capital à l'échelle mondiale.
    Elle consacre le retour en force d'une régulation marchande qui tend à se diffuser à l'ensemble de la vie économique, dans un double mouvement qui va de l'international vers le national et du monde financier vers le monde du travail. quelles sont les racines historiques de ce phénomène ? comment l'économie-monde européenne est-elle devenue mondiale ? quel est le rapport entre la mondialisation et la crise ? que peuvent faire les etats face à la toute-puissance des marchés ? ce livre est la nouvelle édition, entièrement revue, des deux tomes parus en " repères poche sous le même titre, que leur succès a consacrés comme véritable manuel de la mondialisation.

  • Le capitalisme va de bulle en bulle. Son évolution est scandée par les crises financières. Il est devenu pleinement mondial. La finance est le fluide qui relie les types divers de capitalisme en une seule économie mondiale. Elle entretient une croissance puissante, mais elle propage les crises. Ce livre explique cette dualité. La première partie traite des transformations de la finance depuis un quart de siècle. Elle les décrit systématiquement et montre comment leur combinaison dans un système d'interdépendances dynamiques produit des cycles financiers. La seconde partie traite des crises financières du capitalisme mondial. A partir d'une observation des faits stylisés qui se répètent, le principe des crises est dégagé : le risque de système. Un renforcement de l'arsenal réglementaire est indispensable, tant sur les banques que sur les gestionnaires de l'épargne. De leur côté, les banques centrales sont conduites à jouer pleinement leur rôle de prêteur en dernier ressort. Au-delà, c'est la politique monétaire qui doit être élargie pour englober l'objectif de stabilité financière.

  • Ce Nouveau manuel propose une vaste présentation des connaissances disponibles en science politique.
    Unique manuel collectif en langue française, mobilisant l'expertise de plus de 70 auteurs, il réunit les meilleurs spécialistes des nombreux thèmes abordés. La diversité de ces thèmes, des objets les plus classiques de la discipline aux sujets les plus contemporains, le traitement novateur de certaines questions, l'attention particulière accordée aux relations transnationales et à la politique comparée, la discussion des auteurs de sociologie et d'histoire, l'historicisation des processus sociaux qui ont donné corps à la politique moderne font de cet ouvrage un outil de travail indispensable et incomparable.
    Il s'adresse aux étudiants en science politique et aux étudiants en droit, histoire, sociologie, économie ayant des options de science politique au programme dans le cadre de leur cursus LMD, au sein des universités comme des Instituts d'études politiques, en France et dans les pays francophones (Belgique, Suisse, Québec, etc.). Par sa clarté pédagogique et son exhaustivité thématique et bibliographique, il est destiné aux étudiants de la L1 jusqu'au M2 (incluant la préparation aux concours).

  • Les débats économiques et politiques se réduisent trop souvent à des batailles de chiffres. Ce « fétichisme » du quantitatif s'accompagne en général d'une méconnaissance des définitions des grandeurs en cause et de l'imprécision de leurs évolutions. Ce livre devrait permettre à chacun de ne plus être le spectateur impuissant de ces polémiques pseudo-scientifiques. En effet, cet ouvrage, destiné à un large public, explique précisément comment sont construits et évalués les comptes de la nation, à quoi ils servent et quelles sont leurs limites. Plus que d'une simple vulgarisation, il s'agit d'une véritable initiation à la logique économique et comptable. Avec près de 70 000 exemplaires vendus, ce livre est devenu l'ouvrage d'initiation à la comptabilité nationale le plus diffusé en France.
    À l'occasion de cette dix-septième édition, il a été à nouveau actualisé pour présenter les derniers résultats du nouveau système de comptabilité nationale, de la base 2010, utilisée par la France et ses partenaires européens (dernières statistiques disponibles en décembre 2014).

empty