Sciences humaines & sociales

  • Où en est aujourd'hui, le Cambodge, après le 17 avril 1975, date de la victoire des révolutionnaires khmers ? Témoin oculaire de la prise de Phnom Penh, François Ponchaud nous en fait revivre les péripéties : entrée des révolutionnaires, exode forcé de toute la population. Il retrace la prise du pouvoir dans les provinces, la désertion des villes et des bourgades par un peuple livré de force au travail de production agricole. Par une analyse du discours officiel tenu par la radio, l'auteur décrypte les objectifs de la révolution, l'organisation de la nouvelle société, la formation idéologique du peuple, la création d'une nouvelle culture.

  • L'intrigue de ce roman débute dans un Paris un peu glauque, à la Tardi où un paisible bureaucrate, Henri Morgat va se retrouver au coeur d'une intrigue policière qui va l'entraîner à travers dans un périple mouvementé de Marseille à Luang-Prabang.

  • Pagan : histoire et legendes

    Guy Lubeigt

    • Kailash
    • 20 November 1998

    Pagan, cité de légende et de mystère fondée vers 849, capitale du premier Empire des Birmans (XI-XIIIe siècles) s'est partagée pendant trois siècles la domination de l'Indochine continentale avec l'Empire des Khmers d'Angkor. Située au coeur de la zone sèche, dans un pays que les anciens désignaient déjà comme torride, Pagan, cité marchande, militaire et religieuse, s'étendait sur la rive orientale de l'Irrawaddy. Elle détenait une position clé au carrefour des grandes voies d'échanges entre les mondes indien, chinois et malais. Après l'adoption du bouddhisme Theravada par le fondateur de l'Empire, Anôratha (1044-1077), des siècles de ferveur religieuse toujours renouvelée ont laissé d'incomparables trésors d'architecture sacrée disséminés sur les 42 km2 de la plaine de Pagan.

  • Tibet, pays des neiges

    Tucci Giuseppe

    • Kailash
    • 16 September 1998

    Tibet, Pays des Neiges fut l'un des premiers livres de vulgarisation écrit par l'un des plus grands tibétologues de ce siècle (La civilisation tibétaine de R.A. Stein avait paru en 1962). Giuseppe Tucci (1894-984) fut sanskritiste et sinologue avant d'être tibétologue. Ainsi qu'il l'explique dans son introduction, son intérêt pour le bouddhisme le poussa à aller arpenter les sentiers tibétains non seulement dans le but de trouver des textes, mais aussi pour « expérimenter personnellement la mise en pratique de la religion dans la vie ». Il fit de nombreux voyages au Tibet et dans des régions de langue et de culture tibétaines.

  • Cet ouvrage est né de la rencontre de deux femmes : une sage-femme birmane traditionnelle âgée, et une Française alors jeune, désireuse de découvrir la façon dont la première exerçait son métier. Au fil des mois, une relation profonde se noue, non dénuée de tensions et de contradictions. Il en a résulté ces récits d'instants de leur amitié, puis instants de vie que la vieille dame considérait comme les plus importants pour elle. L'univers de Daw Sein est celui des villageoises : mariage avec un Birman musulman puis avec un Birman bouddhiste, enfants, soucis d'argent, guerre et chagrins d'amour. Mais Daw Sein a une particularité, son métier de sage-femme, et un destin, gardienne de trésors enfouis. Son univers mental est tout à la fois modelé par l'action des êtres surnaturels, par les esprits, et par la vision du monde et de la spiritualité bouddhistes. Elle fait face aux joies et aux malheurs en puisant ses interprétations et ses raisons de vivre dans cet univers.

  • Dans l'Inde, de Ceylan au Népal est une sorte de journal où les descriptions tant des gens que des lieux restent passionnantes. Humour aussi. Nous suivons le couple Lévi dans l'Inde à l'époque où Gandhi mène ses premiers combats non-violents, dans la compagnie du grand poète Tagore et à la cour du roi du Népal alors royaume complètement isolé. Un récit fluide qui s'écoule dans les rencontres des différentes communautés de l'Inde.

  • Les rapports entre le Même et l'Autre font l'objet de maintes réflexions. Il s'agit d'une problématique à la fois philosophique, anthropologique, ethnologique et historique, et d'une grande portée pour les historiens des idées, comme pour ceux de la littérature et de l'art, puisqu'elle concerne non seulement les relations entre individus mais plus encore entre cultures, pays, peuples et religions. Nul doute que, de nos jours, avec un tourisme effréné, avec des efforts de mondialisation jamais vus auparavant, avec des flux d'informations inconcevables avant l'invention de l'Internet et, notamment, avec des migrations, légales et illégales, dans une mesure indéterminable, la problématique de l'Autre est particulièrement actuelle et urgente. Et celles de l'exotisme et de l'exotique y sont liées. L'exotisme est en effet à la fois une recherche de ce qui est différent et une auto-critique parfois implacable. La tâche première des chercheurs n'est pas d'intervenir politiquement, mais d'explorer les manières multiples dont ces questions ont été abordées et comment il est possible de les penser. D'où l'initiative du colloque pluridisciplinaire qui s'est tenu en juin 2004 à la Maison des Sciences de l'Homme à Paris, et ici publié.

    Sur commande
  • Le Comte Ludovic de Beauvoir fut un grand voyageur du XIXe siècle. Parmi ses nombreux récits, le volume de son Voyage autour du monde consacré à l'Asie du Sud-Est, donne une description de la vie à Java, alors sous domination hollandaise, d'un grand intérêt. Les grandes chasses au crocodile et aux rhinocéros côtoient le luxe inouï de la vie à la cour des princes javanais. Au Siam, le comte de Beauvoir est témoin d'étranges cérémonies, en particulier les rites d'incinération du roi « N° 2 ».

  • Fumee d'opium

    Claude Farrère

    • Kailash
    • 25 September 2000

    L'opiomanie fait des ravages dans la marine française entre 1900 et 1910. A cette époque, Claude Farrère va devenir, en quelque sorte, un grand apologiste de la «fumée bleue». «Farrère nous parle des légendes de l'opium », relève Gilbert de Voisins - ce ne sont pas les seuls mérites de ce volume qui provoque chez le lecteur à la fois la stupéfaction et l'admiration, mais aussi une gêne savamment suggérée.

  • Histoire d'angkor

    Madeleine Giteau

    • Kailash
    • 15 January 1997

    Le roi Yaçovarman fondateur d'Angkor, sa capitale à la fin du IXe siècle, l'avait édifiée à l'image du monde des dieux du brahmanisme, espérant ainsi assurer la pérennité de son royaume. Pendant trois siècles, ses successeurs multiplièrent les fondations religieuses, renforçant la protection d'Angkor. Le plus célèbre de ces temples est Angkor Vat (XIIe siècle). En 1177, la ville fut prise par les Chams. Le nouveau roi, Jayavarman VII, bouddhiste, ayant écrasé les envahisseurs, reconstruisit la capitale, Angkor Thom, et la chargea de tout un symbolisme, selon la cosmogonie bouddhique, pour en faire un monde divin indestructible. Dessins de Guy Nafilyan.

  • L'étendue de l'Inde est comparable à celle de l'Europe. Il en est de même de sa diversité et de ses contradictions. Mais la complexité de l'Inde n'a pas empêché qu'elle soit considérée, depuis une haute antiquité, comme une entité culturelle, dont l'unification politique ne s'est réalisé historiquement, qu'une seule fois : dans l'Inde anglaise.

  • Ce livre retrace pour la première fois l'histoire des Douanes et Régies de l'Indochine, des premiers pas de la conquête jusqu'en 1954. Cette fresque de l'installation puis du fonctionnement d'une administration française en Extrême-Orient est d'abord celle d'hommes, Européens et Asiatiques qui, durant près d'un siècle, furent les principaux pourvoyeurs du budget de l'Indochine grâce aux régies du sel, de l'alcool de riz et de l'opium. Sans rien cacher du rôle ambigu des douaniers, ce livre est le récit de l'épopée de pionniers, dévoués et audacieux, qui ont participé aux épisodes militaires, économiques et politiques majeurs de l'Indochine.

  • Deux voyages en coree

    Collectif

    • Kailash
    • 25 September 2000

    En l'année 1888, dans la terra incognita qu'était alors la Corée pour les Occidentaux, un Français, explorateur-ethnologue, et un Américain, militaire, avocat et diplomate, voyagent indépendamment. Ils ont narré leur équipée dans des publications devenues depuis longtemps introuvables. Cette réédition annotée réanime le tableau d'une époque évanouie, d'un « Royaume ermite » qui depuis s'est mué en une nouvelle puissance économique.

  • L'exotisme au feminin

    Collectif

    • Kailash
    • 16 February 2001

    Depuis leur création, en 1990, les Carnets de l'exotisme explorent les imaginaires de la différence.
    Par une approche pluridisciplinaire et thématique, ils abordent l'histoire, qu'elle soit littéraire, coloniale, culturelle, celle des explorations géographiques ou celle des regards portés sur l'altérité. A partir d'études, d'inédits, d'entretiens, d'actes de colloques, de documents iconographiques, c'est une réflexion renouvelée pour un autre "salut au monde" (Walt Whitman) qui est tentée, peut-être aussi pour voyager autrement.
    Le présent numéro inaugure une nouvelle série, désormais coédition du Torii Editions et des Editions Kailash. L'EXOTISME AU FÉMININ. Ulysse est le voyageur, Pénélope celle qui attend à la maison schémas convenus d'une mobilité virile et d'une sédentarité casanière toute féminine. L'homme part, point sa dame. Portraits, analyses, récits rares ou inconnus, à travers tous les continents, du Yunnan au Far-West, de l'Islande à l'Afrique noire, de la Polynésie au Maghreb, de Séoul à Istanbul, de Jeanne Barré, la première femme autour du monde, à Marguerite Duras, interrogent cet aspect de l'histoire des femmes autant que de celle des voyages.

  • Ancienne colonie française, Pondichéry devient une Union Territoriale rattachée au gouvernement indien en 1954. Georgette David présente Pondichéry à travers son histoire, ses fêtes, ses grands hommes et les sites des environs notamment Karikal, également ancien comptoir. Guide intemporel, Pondichéry retrace l'histoire et la vie quotidienne d'hier et d'aujourd'hui.

  • Tsushima, du nom de deux îles entre Corée et Japon, évoque en soi "le plus grand combat naval de tous les temps" en mai 1905, une bataille qui s'engagea entre les flottes russe et japonaise et vit l'échec de la première. Pour la première fois, une puissance d'Extrême-Orient était victorieuse face à l'Occident, de quoi exacerber alors la crainte fin-de-siècle du "péril jaune". La bataille de Tsushima, n'était que la fin d'un feuilleton politique et militaire commencé l'année précédente et que suivit la presse mondiale, au jour le jour pendant près d'un an et demi. La Guerre russo-japonaise a fait couler beaucoup d'encre. La littérature internationale s'en empara abondamment, de
    Jack London à Tolstoï, de Claude Farrère et Anatole France à Sôseki : reportages, romans, théâtre, nouvelles, poèmes, sans oublier chants et peinture.
    À l'occasion de la commémoration du centenaire de la bataille de Tshushima (mai 1905), des universitaires français, russes et japonais reviennent dans
    des domaines aussi variés que la littérature, les arts plastiques et la peinture sur la première guerre du XXe siècle et son instrumentalisation postérieure,
    notamment au Japon durant la Deuxième Guerre mondiale. Le centenaire de cet événement majeur, trop mal connu en France, méritait un volume réunissant une réflexion pluridisciplinaire et internationale.
    Revue publiée avec le concours de la Ville de Poitiers.
    Volume publié avec les concours de l'Office du Livre en Poitou-Charentes et de l'Université Paul Valéry, Montpellier.

  • Histoire de l'inde

    Jacques Dupuis

    • Kailash
    • 25 August 2005

    Du faste empire de Vijayanagar (XIVe-XVe siècle) à l'émancipation du XXe siècle en passant par l'empire Mogol ; de l'empire d'Asoka (IIIe siècle) à la domination britannique, de l'Indépendance aux années 1990... Sans oublier les arts et la religion, cette vaste Histoire de l'Inde permet de mieux comprendre cette partie du monde : ses richesses culturelles, la grandeur d'anciens empires méconnus en Occident, l'origine de certains conflits récents... Toujours multidisciplinaire dans son approche, Jacques Dupuis analyse les problèmes dans leur globalité, ce qui donne une valeur sûre et vigoureuse à son argumentation.

  • L'histoire efface vite des mémoires les traditions culturelles qui perdent leur environnement technique ou social. C'est le sort aujourd'hui des versets que les paysannes de l'Inde composent et chantent à l'aube, depuis des siècles, sur leur moulin de pierre, en moulant à la main la farine du jour. Ces paroles jaillies du coeur scintillent dans l'ombre comme les flammes du foyer au coeur de la maisonnée.

    Sur commande
  • " Une civilisation ", est-ce autre chose qu'une marche à la fois sûre et tourmentée, une recherche attentive du juste mouvement, de l'harmonie précise entre l'homme et le monde ? Pour Angkor, la voie était ardue entre l'Inde et la Chine, entre la terre et l'eau, entre la rizière et la forêt.
    Le temps de l'éclosion, atteignit les sommets de l'art et ceux de l'abondance. Primauté du temporel dans les greniers à riz, les viviers à poissons. Primauté du spirituel, dans les temples. La promesse de la prospérité a rejoint celle de la Délivrance. Comment le Cambodge pourrait-il ne pas survivre à partir de cette plénitude d'un équilibre privilégié, celui de la réussite terrestre et de sa réplique surnaturelle ?
    />

    Sur commande
  • Sur commande
  • Histoire de l inde

    Dupuis

    • Kailash
    • 16 December 1996
  • En 2003, dans le cadre de l'année de l'Algérie, s'est tenu aux Centre des Archives d'Outre-Mer un colloque dont l'objet était de réfléchir au regard que des écrivains d'Algérie, entre 1900 et 1950, ont porté sur la société de la colonie. Ont-ils su voir la société musulmane dans le contexte politique de l'époque, comprendre ses ressorts profonds, la saisir dans son historicité spécifique ? La question est d'autant plus intéressante lorsqu'on aborde des romanciers, des littérateurs et non pas, bien sûr, des africanistes ou des ethnographes. Chez les premiers, la réalité est autant inventée que répertoriée. Les idéologies contemporaines s'y lisent parfois très crûment. Certains sont en position d'observateurs, d'autres se sont immergés dans la société indigène et témoignent, en quelque sorte, de l'intérieur. Qu'ont retenu ces écrivains des mondes arabe et berbère ? Relire leurs livres, c'est s'interroger aussi sur leur capacité ou leur difficulté à voir le monde qui les entoure : quelle furent les limites de leur perception des choses ? Lesquels parvinrent à les transgresser, en allant contre les opinions dominantes du temps ? Les romancières expriment-elles une sensibilité différente ?
    La deuxième partie de ce livre est consacrée à Robert Randau, écrivain et administrateur dont l'oeuvre témoigne de tout un pan, aujourd'hui méconnu, de l'histoire des colonies.

    Sur commande
empty