Kailash

  • Une nouvelle déesse, Beevi pour les musulmans, Bhagavathy pour les hindous vient d'apparaître sur la plage. C'est l'occasion pour un vieux soufi de raconter l'origine de la déesse et l'histoire commune entre hindous et musulmans. Dans une famille d'aristocrates nairs du Kérala, naquit une petite fille. Le bébé grandissait anormalement vite, alors qu'une présence surnaturelle, celle de la déesse de la lignée, semblait l'accompagner des profondeurs de la demeure, et que son oncle, Senku Menon, ressentait pour elle des pulsions bien étranges. Lorsque le beau et fier Mamootty, jeune musulman, arriva au domaine pour affaires, il fut ébloui par Karthy et réciproquement. Ils partirent une nuit pour Ponnani, le village de Mamootty. L'imam Avaru convertit la future mariée à l'Islam et le couple vécut avec passion sa toute nouvelle union. Mais par la suite les événements s'enchaînent... Avec ce premier roman, K.P. Ramanunni semble vouloir répondre à deux grandes questions du public occidental : où est parti le divin ? est-il si éloigné de l'homme d'aujourd'hui qu'il faille aller le chercher dans les derniers bastions d'un Orient encore attaché à sa mythologie et à ses traditions ? Et comment des religions pourtant soeurs en sont-elles arrivées à vouloir se détruire ?

  • 1952, au sud de l'Inde. Bhaskar est un "harijan" (enfant de Dieu) comme les a appelés le Mahatma Gandhi. Il est l'ardent secrétaire général d'une association de bienfaisance. Il rencontre Aruna Devi une jeune veuve. Malgré leurs différences de castes, elle, brahmane, lui intouchable, ils décident de se marier. Malheureusement, les discussions incessantes entre les époux montrent à quel point les traditions ancestrales et la modernité s'entrechoquent au quotidien. Les différences de milieu social se font jour, la pression familiale s'intensifie et ce mariage progressiste n'y résiste pas. Dans "Sacrifice", M. Ranganayakamma dévoile comment l'organisation de la vie quotidienne souligne à chaque moment la distinction de castes. Traduit de télougou par Deena Bossé.

  • Ho Anh Thai arrive un jour de 1990 à New Delhi, comme Conseiller d'ambassade. Il a trente ans, et l'âme visitée par des souvenirs de guerre et de misère. Thai ouvre un oeil et voit l'Inde. Sous ses soieries et sous ses haillons, elle lui sourit. Il décide de lui consacrer un livre, le premier écrit par un Vietnamien sur ce pays. Thai ouvre alors le troisième oeil, celui de la connaissance, celui de l'écrivain, et ce regard transperce le voile, voile tissé de rêves et de cauchemars, d'images figées et de lieux communs, que, depuis des siècles, les Occidentaux ont déposé à la surface du sous-continent. Aventures en Inde s'attaque aux apparences, comme le feu à la surface d'un visage, et renouvelle la perception que nous avons d'un pays où les possibles sont inouïs.

    Sur commande
empty