Arts et spectacles

  • Yves Montand

    Stéphane Korb

    En octobre 1981 débute le tour de chant de l'acteur. Entouré de ses fidèles musiciens et amis de longue date, il peaufine ce spectacle qui, on ne le sait pas encore à l'époque, sera le dernier de la carrière de chanteur d'Yves Montand.

    Fils du fidèle parolier d'Yves Montand Francis Lemarque, le photographe a fait partie de l'entourage proche d'Yves Montand chanteur. Il a eu accès aux nombreux moments de complicité entre Montand et son équipe, alors que la presse de l'époque n'était conviée qu'aux représentations officielles. Il nous livre des images pleines de spontanéité révélant un Yves Montand fidèle en amitié, engagé, farceur et séducteur, à la scène comme dans la vie. Ces photos incroyablement vivantes restituent avec force son talent d'acteur et ses mimiques légendaires qui déclenchaient une admiration chez le public de l'époque et qui aujourd'hui, sont restés mythiques.

  • Véritable phénomène de société depuis son invention en Italie après la seconde guerre mondiale, le roman-photo fait le bonheur de centaines de milliers de lecteurs chaque semaine en France grâce au magazine Nous Deux. Souvent considéré comme un genre " mineur " voire " désuet ", ce moyen d'expression unique qui mêle cinéma, bande dessinée et littérature est de plus en plus souvent utilisé par la publicité, les agences de communication et même. la presse branchée. Il était temps qu'un ouvrage rende un hommage, tant visuel qu'écrit, à un genre qui n'a pas fini de nous étonner.
    Découvrez la véritable histoire du roman-photo et son influence sur la société à travers l'aventure Nous Deux, le plus célèbre et le plus ancien magazine de romans-photos en France. Un voyage instructif, joyeux et esthétique qui vous mènera des premiers cinéromans des années 30 aux romans-photos pour Smartphones en passant par les fumetti italiens, les romans dessinés des années 50, les romans photos people ou encore les photoromans détournés façon Hara Kiri ou Fluide Glacial.
    De Johnny Hallyday à Jean-Paul Gauthier, en passant par Dalida, Cloclo, Thierry Le Luron, Joe Dassin, Dorothée ou encore Sophia Loren, retrouvez également toutes les personnalités qui ont marqué les plus belles heures du roman-photo, de Nous Deux à Télé-Poche, en passant par Intimité, etc.

  • Le 13 mars 2010, Jean Ferrat nous quittait.
    Une vague d'émotion avait alors envahi le pays, touchant tous les milieux sociaux sans distinction. Plus d'un an après, ce livre de photos revient sur le parcours peu connu de ce chanteur dont la disparition a ému tant de Français. Enfant des quartiers populaires de la banlieue parisienne, fils d'un père mort à Auschwitz, Jean Ferrat fut un homme non pas secret mais réservé, qui se tenait loin du show-biz.
    Des vers inoubliables, "Aimer à perdre la raison, Et ne connaître de saisons, Que par la douleur du partir" ou "Pourtant, que la montagne est belle" aux textes politiques comme "Cuba si" ou "Ma France", ce livre raconte la trajectoire d'un homme amoureux des mots mais surtout profondément engagé quand il s'agissait de prêter sa voix à de grandes causes. Cet ouvrage a été réalisé en collaboration avec le journal l'Humanité.

  • Quand les étoiles deviennent noires est le nom d'une robe qu'Yves Saint Laurent a dédiée à son mannequin-vedette, Rebecca Ayoko, qui fut son égérie dans les années 1980-1990, décennies durant lesquelles la Haute Couture était à son apogée.
    Le parcours de Rebecca Ayoko est bouleversant à plus d'un titre : née dans la misère, dans une petite ville de Côte d'Ivoire, Rebecca, qui aurait pu devenir prétresse vaudou comme bonne soeur, se retrouve enfant-esclave battue, exploitée, violée et mère à 13 ans. Dotée d'une incroyable force vitale, elle lutte pour s'en sortir et décider de son destin. Repérée pour sa beauté incroyable, Rebecca devient Miss Côte d'Ivoire et s'envole pour Paris. Elle gravit les échelons du mannequinat, et devient rapidement le mannequin-star d'Yves Saint Laurent. Admiration réciproque, complicité, la relation entre Rebecca et le grand couturier est unique. Nous suivons à travers elle l'épopée de la mode, où les couturiers, les top-models et la jet-set défraient la chronique.
    Mais cette ascension fulgurante, ce succès météorique a un prix. La chute est d'autant plus douloureuse...
    Avec ce témoignage très attachant, d'une puissance émotionnelle rare, Rebecca nous livre un texte qu'elle a porté en elle pendant des années. Un texte personnel, qui met en lumière l'ambivalence du monde de la mode : magique et cruel.

  • Dans cette autobiographie l'auteur nous raconte son incroyable parcours, celui d'un titi parisien qui découvre le cinéma au cours de la seconde guerre mondiale grâce à une maman résistante. A travers son récit tendre et truculent, qui fourmille d'anecdotes sur quelques unes des grandes figures du cinéma français, Henri Guybet revient notamment sur l'incroyable aventure du Café de la Gare dont il fut l'un des membres fondateurs aux côtés de Coluche, Romain Bouteille ou encore Patrick Dewaere, un phalanstère artistique dont sont issus Gérard Depardieu, Renaud, Miou-Miou, Josiane Balasko, Gérard Lanvin, etc. Henri Guybet fait également revivre l'âge d'or de la comédie française des années 70-80 à travers ses relations avec Bébel, Fufu, Pierre Richard et quelques monstres sacrés du cinéma. Conteur doté d'une immense autodérision, Henri Guybet s'arrête également sur ses plus beaux nanars, les coulisses du théâtre de boulevard et ceux de sitcoms comme Classe mannequin, Sous le Soleil et Caméra Café ou encore sur ses doublages improbables pour 1001 pattes, Toy Story et Chicken Run. Les très riches heures d'un comédien talentueux et. heureux !

  • Le bas

    Jean Feixas

    Le bas ne se laisse qu'entrevoir. et pourtant, sa magie opère toujours aujourd'hui. Objet de culte, source de fantasmes, accessoire élégant, le bas rend hommage à la féminité.
    Jean Feixas a rassemblé une iconographie exceptionnelle pour illustrer l'histoire du bas, de l'Antiquité à nos jours, à travers ses formes, ses matières, ses emplois et ses significations. Dans la grande saga du vêtement féminin, peu d'accessoires ont pu atteindre un tel statut, en alliant aussi bien beauté, séduction et délicatesse.
    Si le bas était resté plaqué aux mollets de l'homme, qui se l'était injustement approprié, aurait-il connu une pareille destinée ? Alors qu'il dépérissait sur les membres velus du mâle, il est passé d'une jambe à l'autre pour former, pour le plus grand plaisir des femmes, mais aussi des hommes, un couple idéal avec la jambe féminine. Très vite, jarretière, cordon, ruban viennent en renfort. Le bas subit une grande révolution dans les années 40 : celle du nylon, qui supplanta la soie, et qui renouvela la fibre érotique. Lorsque le bas fait son entrée au cinéma, il sublime Liza Minelli (dans Cabaret), Marlène Dietrich (dans L'Ange bleu) Brigitte Bardot (dans En cas de malheur) et tant d'autres dans des scènes devenues mythiques. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la presse s'ouvre à la promotion commerciale du bas. Et les pin-ups de s'en emparer, véhiculant modes et fantasmes.
    Jean Feixas raconte ici une histoire miroir, où les femmes peuvent se voir et les hommes les regarder ! Il démontre qu'au fil du temps, le bas n'a fait que s'enrichir encore et toujours, en s'offrant des fantaisies, des dessins, des couleurs, des broderies, de nouvelles formes et matières, pour notre plus grand plaisir !

  • Dans une période où les chaînes de télévision et de radio se multiplient à grande vitesse, ces médias connaissent, en dépit d'apparences parfois trompeuses un effet d'uniformité de lignes éditoriales sidérant. Alors que la concurrence devrait susciter la création d'espaces de confrontation d'idées et de liberté, c'est le contraire qui se produit : vieilles rengaines, confiscation de la parole et pensée unique sont la règle. Pire, l'inflation des humoristes et des polémistes, censée favoriser esprits libres et fous du roi, est devenue le meilleur moyen pour " accompagner le système ". Derrière le rire et le débat, point d'irrévérence ou d'impertinence, mais de la " vanne " complice et du consensus mou.
    Après avoir dressé un constat sévère sur " l'illusion comique " à la télé et montré comment derrière leurs pseudo pugilats, les débateurs médiatiques fabriquent de la pensée unique, l'auteur nous livre une série de portraits corrosifs sur ces faux impertinents qui triomphent sur le petit écran : Ruquier, industriel du rire et chef de clan ; Yann Barthès et son tout Petit Journal ; Cantela et Gerrou, imitateurs interchangeables, poussifs et convenus, Bouvard, papa scato-macho ; les chroniqueurs-sniper cyniques et incultes ; mais aussi Naulleau dans le gaz ; Zemmour , ami des puissants et. des blancs ; Rasta (Guillaume) Roquette ou l'enfumeur, les gigolos de Marianne ; FOG le mercenaire fou.

  • «C'est chouette ce boulot. Le problème c'est l'envie de me jeter par la fenêtre qui me prend quelquefois.» Michel Malausséna, producteur, arrive au monde (de la télévision) à 26 ans en 1980. Il a connu la télévision d'avant la privatisation puis a mené sa route aux côtés d'animateurs célèbres et les raconte dans Les Animatueurs. Il est définitivement mort pour la télévision le 7 Février 2008, jour de la sortie de ce livre, une sorte de suicide professionnel, et a retrouvé ainsi une vie normale et paisible auprès des siens.

  • Cet album retrace les différentes parties de la vie du chanteur à travers une série d'entretiens de personnalités qui ont marqué sa vie : S. Vartan, E. Mitchell, J. Chirac, J.-J. Goldman, etc. Chaque chapitre concerne une décennie, depuis les années 1960, et contient des anecdotes et photographies inédites.

  • Frédéric Zeitoun, célèbre chroniqueur musical, parolier de grands artistes français, décide de dévoiler les mystères qui se cachent derrière vos chansons favorites. Comment naît un tube ? Comment une chanson entre dans la mémoire collective ? De La Bonne du curé à Aline (Christophe), en passant par Le Métèque (Moustaki), Suzette (Dany Brillant) et La Macarena, chanson par chanson, l'auteur nous raconte les anecdotes, nous révèle les secrets de fabrication, les cheminements qui ont fait, en quelques notes de musique et quelques mots simples savamment agencés, de véritables chefs-d'oeuvre. En une centaine de chansons, autant d'histoires qui ont présidé à la création et à la réussite de tous ces succès, depuis les années 1930 jusqu'à nos jours. Chaque chanson est replacée dans le contexte social de son année de création. Ces petites chronologies, qui s'ajoutent aux histoires, sont écrites avec humour et pertinence. Frédéric Zeitoun a interviewé la totalité des personnalités citées dans le livre. Il a été à la rencontre de tel ou tel parolier, tel ou tel compositeur, pour savoir comment était né sous leur plume le refrain d'un air qui lui tenait particulièrement à coeur. Il nous propose ainsi une vue d'ensemble de la chanson d'hier et d'aujourd'hui. Ce livre sort à l'occasion d'une pièce de théâtre sur les secrets des chansons, intitulée Toutes les chansons ont une histoire, jouée au Trianon à partir du 22 septembre. Le spectacle sera en tournée dans toute la France. Incontestablement, les chansons d'auteurs à texte ont le vent en poupe (Nicoletta revisitait récemment quelques grands titres du patrimoine, « Le Forestier chante Brassens », les reprises de Piaf se multiplient, et la tournée des années 80 et 60's rencontre un immense succès.)

  • Qui ne connaît pas la mannequin suédoise aux plus de 500 couvertures de magazines, élue " femme la plus sexy au monde " ? Actrice, chanteuse ou animatrice TV, cette jolie blonde venue du froid, révélée aux Français par La Roue de la Fortune, fait tourner toutes les têtes, tandis que le mystère qui l'entoure reste entier. Mais qui est vraiment Victoria Silvstedt ?

    Adolescente, elle se destinait à une carrière de sportive, représentant son pays, la Suède, mais un grave accident fera basculer sa vie. Le mannequinat lui fait alors les yeux doux, et de concours de beauté en élections de Miss, elle devient une véritable icône. Aujourd'hui star incontestée en France, en Italie, aux États-Unis et en Suède, elle est une femme d'affaires avérée, parlant couramment cinq langues et menant avec brio une carrière à l'international.

    Pourtant, ses premières années en tant que mannequin ont été brutales et il lui a fallu ouvrir un nombre incalculable de portes. Arrivée seule à Paris, sans argent en poche, inconnue, elle a dû se battre pour se faire un nom. Dans ce livre, elle se dévoile et confesse ses amours, ses angoisses, ses secrets de réussite, ses projets les plus fous, en exclusivité mondiale.

  • Le chajing

    Lu Yu

    Il est peu de breuvages qui aient eu, dans la culture d'un peuple, la place du thé en chine.
    La préparation du précieux liquide a suscité dans l'empire du milieu une multitude de traités, d'essais et de poèmes qui surprennent par l'exigence et la minutie qu'ils révèlent. parmi ces oeuvres, le cha jing, ou classique du thé, qui vit le jour il y a 1200 ans sous la prestigieuse dynastie tang, se distingue par son ancienneté et sa perfection. essai magistral d'un nommé lu yu, l'oeuvre fixe une fois pour toutes les canons du thé en l'envisageant sous tous ses aspects : la culture, la cueillette, la préparation, la dégustation, les ustensiles, la plante elle-même.
    école de frugalité et de rigueur, le cha jing puise aux sources des courants essentiels de la pensée chinoise, le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme. lu yu, fin lettré et moraliste, dévoile à travers ce traité une véritable philosophie du thé, guidée par le besoin de l'excellence et la quête constante de raffinement. aujourd'hui, les choses ont bien changé, et cet érudit serait bien étonné de voir comment se consomme, de nos jours, la boisson à laquelle il a voué vingt ans de sa vie.
    Pourtant, le lecteur contemporain ne pourra que goûter la merveilleuse poésie et l'exotisme délicieux qui émanent de ces pages légendaires. voici donc restitué pour la première fois en france ce texte fondateur qui valut à son auteur d'être consacré " dieu du thé " et honoré comme tel, et qui aujourd'hui encore, constitue l'un de ces ouvrages mythiques oú s'inscrit le coeur de cette extraordinaire civilisation.

  • Les fados de misia

    Misia

    Aujourd'hui reconnue comme la plus grande interprète de fado, dans la lignée de l'immense Amalia Rodrigues, Misia raconte pour la première fois dans ce livre les grandes étapes de sa vie et de sa carrière. Fruit d'un métissage hispano-portugais, Misia grandit tiraillée entre la bohème espagnole et la haute bourgeoisie portugaise. Ces deux mondes que tout oppose façonnent une personnalité hors du commun. Après de multiples expériences artistiques, Misia décide de se consacrer à ce qu'elle aime par-dessus tout : le fado. Solitaire et audacieuse, elle suit alors son propre chemin et réinvente le fado en invitant des poètes et musiciens à écrire pour elle. Elle s'impose alors comme la voix contemporaine du fado. Laissez-vous charmer par l'histoire d'une femme qui a fait le seul choix qui s'imposait à elle, celui de la liberté.

  • Jamel

    Zilberstein G

    aujourd'hui, il y a incontestablement un " phénomène jamel ".
    entre 1990 où il commence le théâtre d'improvisation à trappes et 2006 où il reçoit le prix d'interprétation masculine au festival de cannes pour le film indigènes, jamel debbouze est devenu incontournable. l'homme fascine. il est partout. il fait salle comble à l'olympia, s'engage aux côtés des sans-papiers, appelle à la mobilisation citoyenne et milite pour une reconnaissance des anciens combattants coloniaux.
    tous les producteurs de cinéma le sollicitent, il est plébiscité par la presse, mais peu de gens le connaissent vraiment.

  • Michel Malausséna revient ici sur les débuts mouvementés de sa vie professionnelle. Pour accéder au poste de producteur et mener sa route aux côtés d’animateurs célèbres, tels que Collaro,
    Dechavanne, Ardisson, Dumas, Nagui, ou Karl Zéro, le chemin n’a pas été de tout repos. Il nous livre le récit drôle et décalé de son entrée dans le monde de la télévision.
    Sans diplôme, il décide de tenter sa chance dans le cinéma et défie son père qui rêvait d’un autre avenir pour son fils. Il enchaîne les tournages de films ratés, films d’horreur, films X, arpentant tout Paris avec une mallette de godes sous le bras. Lors d’un tournage sur le rock, Sid Vicious, le chanteur des Sex Pistols, tire sur le caméraman avant de déféquer dans l’ascenseur d’Eddy Barclay. Il se retrouve enfin sur liste d’attente pour travailler comme assistant à la télévision. Il réussira à se faire embaucher en faisant, sans le savoir, pression sur un grand ponte de la télé, ancien membre actif de l’OAS.
    Autant d’aventures rocambolesques, racontées avec une plume insolente, que le jeune Malausséna vit avec ses « potes ». Et pourquoi pas Hollywood ? décrit avec humour le parcours marginal d’un jeune impertinent. Le ton est vif, les épisodes et anecdotes s’enchaînent avec truculence et délectation.

  • Michael Jackson, ses chansons, ses chorégraphies, ses vidéo-clips, restera l'artiste le plus important de la musique populaire afro-américaine. Michael, le Roi de la pop, bouleversa la planète entière comme le fit Elvis Presley, le Roi du rock n' roll, en son temps. Star depuis l'âge de 10 ans, Michael est mort à 50 ans après avoir créé le personnage le plus extraordinaire de l'histoire du show business.
    Dans ses mémoires, sa soeur La Toya révèle les dessous sans tendresse de la famille Jackson. Elle dénonce la terreur exercée sur ses neuf enfants par un père brutal et intéressé. Violentée sexuellement ainsi que sa soeur ainée par ce père indigne, elle raconte sans pudeur les abus parentaux, dont Michael a fait malheureusement les frais, et elle explique la machine à fabriquer des enfants stars qu'était la famille Jackson. Grâce à ce récit poignant, on comprend mieux la personnalité ambigüe de celui qu'on surnommait Wacko Jacko, un autre Peter Pan qui ne vieillira donc jamais.

  • " Depuis le temps que je vis avec, j'ai eu l'occasion de me poser quelques questions sur mon corps, de l'envisager, de l'interroger et de le regarder comme un objet qui m'aurait échappé. Est-il un, unifié, parlant d'une seule voix, ou composé de plusieurs identités qui s'entremêlent ou se heurtent ? Sans rien me demander, il a eu sa vie propre, dans laquelle, étourdie par la course de la mienne, je ne suis pas intervenue.
    Il ne m'a jamais trop demandé mon avis. Est-ce que mon corps est moi ? Est-ce que je suis mon corps ? J'ai voulu le regarder, voir ce qu'il était devenu... " À mi-chemin entre le récit et l'essai, entre le manifeste et le monologue, Crue et Nue se dévoile par petits morceaux. Eva Darlan a en effet choisi d'écouter chaque partie de son corps. Des histoires drôles, émouvantes, terribles parfois. Sa voix, ses voix nous racontent le nez, les cheveux, les seins, les pieds, les bourrelets aussi, le sexe bien sûr...
    Un état des lieux, sans tabou et jubilatoire. Un hommage engagé et nécessaire au corps féminin et à toutes les femmes.

empty