Sciences humaines & sociales

  • Encore aujourd'hui, la perte d'un enfant est un sujet tabou. Peu de personnes veulent en parler, du moins publiquement. Face à un tel drame, on est pourtant en droit de se demander si telle ou telle réaction ou état d'esprit sont normaux, exagérés, vains ou essentiels.

    Le livre Lorsque grossesse devient tristesse vient enfin à la rescousse de tous ceux et celles qui se posent cette question. En effet, ce volume regroupe une impressionnante série de témoignages de femmes qui ont vécu la perte de un ou de plusieurs enfants. Des fausses couches jusqu'au décès après quelques années de vie, ces textes sans prétention et écrits simplement démontrent une sincérité toute naturelle. À travers chaque témoignage chargé d'émotions se profile l'évolution des étapes du deuil, jusqu'au retour au bonheur qui est malgré tout possible.

    Lorsque grossesse devient tristesse est désormais un point de repère plein d'espoir pour les parents ayant perdu leur enfant. Car ces femmes qui témoignent sans rien cacher sont désormais de beaux exemples de courage et prouvent qu'il est possible de s'en sortir. En passant par Sabrina, qui a fait plusieurs fausses couches, jusqu'à Fanny, qui a perdu sa fille dans son ventre la journée où elle se rendait à l'hôpital pour accoucher. Sans compter Lucie, dont le fils est décédé à la suite d'une trisomie 21 et de malformations cardiaques. Toutes ces mamans, et bien d'autres, sont passées par de terribles étapes pour arriver à s'en sortir et on ne peut qu'être touché par ces histoires où la personnalité de chaque femme est habilement mise en valeur.

    Ce livre, où on sent spontanément l'émotion, le chagrin et la difficulté à passer au travers, pourra aider autant les personnes qui ont vécu ce type d'expérience tragique que celles qui font partie de leur entourage.

  • La pensionnaire

    Potvin Chantale

    • Jcl
    • 22 February 2010
  • Après tous les souhaits de bonheur et de santé reçus pendant le temps des Fêtes, l'arrivée de ce livre sur le marché tombe à point nommé.

    Le bonheur, comme l'amour, reste une préoccupation humaine fondamentale et universelle. Mais comment accéder à cet état qui permet de considérer le monde avec sérénité? « Il n'y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur est le chemin », aurait dit un certain sage. Et pour Suzie Robichaud aussi, le chemin, il est tout près. En fait, à deux pas d'ici.

    Puisant dans ses rencontres avec ses nombreux amis philosophes, et avec ce cher Balzac qu'elle affectionne, l'auteure conduit subtilement le lecteur à un constat percutant : le bonheur réside dans les petites choses du quotidien, dans les moments que l'on prend pour soi et pour les êtres qui nous entourent.

    Ce livre se déguste morceau par morceau et chacun d'eux laisse un goût qui ouvre l'appétit et qui nous invite à découvrir le véritable sens du mot bonheur.

  • De l'Argentine au Zimbabwe

    Noel Jacques

    • Jcl
    • 20 March 2009

    Le globe-trotter Jacques Noël invite le lecteur à partir à sa suite découvrir une cinquantaine de destinations hors des sentiers battus.

    Textes demandés À la demande des lecteurs des différents quotidiens où sont parus plusieurs de ses textes, Jacques Noël a réuni quelques-unes de ses destinations préférées dans ce livre qui se veut, non pas un guide de voyages, mais plutôt un journal des pérégrinations de l'auteur.

    Plusieurs décennies de voyages, des pays parcourus dans des autobus bondés, des paysages à couper le souffle, des moeurs méconnues, mais aussi des découvertes inouïes, des rencontres mémorables. Jacques Noël livre avec beaucoup d'humour les hauts et les bas de ses périples.

    Pays visités Parmi les endroits choisis, des destinations que peu d'agents de voyages recommandent: le Cambodge, la Chine, Durban, Ios, Kuala Lumpur, la Mongolie, la Nouvelle-Zélande, la Pologne, Sun City, la Syrie, le Vietnam.

    Des péripéties parfois loufoques avec les autorités gouvernementales à Zanzibar; des descriptions des moeurs locales dans un bar clandestin de Dacca, un bordel de Pattaya, un monastère du mont Athos; des rencontres étonnantes dans un avion, sur un vieux paquebot ou dans le train du marché noir témoignent d'un regard bien personnel sur le monde et la faune extrêmement variée qui l'habite.

  • Le sieur de Roberval

    Laverdiere Camille

    • Jcl
    • 20 March 2009

    Né en 1496 à Carcassonne, Jean-François de Larocque, Sieur de Roberval, doit très jeune s'acquitter des tâches administratives reliées à ses nombreuses propriétés. Cependant, il y parvient mal et contracte des dettes qui l'étranglent.

    Heureusement pour lui, il a la chance d'avoir eu comme ami d'enfance François Ier, monté sur le trône de France en 1515. Introduit à la cour et nommé chevalier, Roberval est désigné par le souverain vice-roi en Nouvelle-France et y passe l'hiver de 1542-43.

    Fasciné par les récits fabuleux qu'en font les Amérindiens, Roberval et Jacques Cartier, l'un de ses capitaines, rêvent d'atteindre le Royaume du Saguenay, région nordique mythique qui, à l'instar des Eldorados découverts au sud par les Espagnols, regorge soi-disant d'or et de diamants. Jacques Cartier et Roberval se voient déjà en revenir avec des navires au ventre rempli de richesses incalculables.

    Si Malouin peut se targuer d'avoir été le premier Européen à fouler le sol du Canada, Roberval n'est toutefois ni un explorateur ni un bâtisseur de la Nouvelle-France. Il ne saurait être que l'exploiteur de trésors soustraits aux habitants de contrées jusque-là encore inaccessibles.

    Au cours de cet hiver qui ne contribue pas à faire d'eux des amis, le Sieur de Roberval et Jacques Cartier ne parviennent nullement là où ils croyaient se rendre; et, après ce cuisant échec et de nombreux déboires auprès des Amérindiens, ils s'en retournent tous les deux précipitamment en France, l'un à la cour du roi, l'autre dans son Saint-Malo natal.

  • Le chien de socrate

    Blais Martin

    • Jcl
    • 20 March 2009

    À travers dix-neuf thèmes, Martin Blais critique certaines affirmations que nous servent ceux qui font l'actualité: le mariage des homosexuels; le Canada, meilleur pays au monde?; les droits des animaux; le sacerdoce des femmes; l'insémination des lesbiennes; l'éradication de la pauvreté; les seins nus en public: un droit?

    Ce professeur à la retraite aborde ces sujets d'actualité avec le regard du philosophe qu'il est. Son but: préciser ce qui est vague, démêler ce qui est emberlificoté, rectifier ce qui est faux.

    La genèse En lisant les journaux, en écoutant la radio ou en regardant la télévision, Martin Blais sursautait lorsqu'il entendait certaines affirmations. Il les notait en se proposant de les pourfendre un jour. En 1997, il lui a semblé que ce jour était arrivé. Il a donc sélectionné les thèmes qui lui paraissaient les plus percutants, offrant ainsi au Chien de Socrate sa pitance.

    En se prononçant sur ces thèmes parfois controversés et en nommant les protagonistes, Martin Blais les invite à sauter dans l'arène et à venir débattre de leurs idées.

  • À l'approche des fêtes du 150e anniversaire de la fondation de Roberval, en 2005, la Société d'histoire de Roberval a voulu rappeler les étapes qui ont marqué l'histoire riche de cette ville du Lac-Saint-Jean. Dans cette optique, la Société a pris l'initiative de procéder à la réimpression du livre de Rossel Vien: Histoire de Roberval, publié en 1955, lors du centenaire de la ville.

    La réimpression du livre de Rossel Vien, qui se veut fidèle à l'édition de 1955, mais avec un cachet plus moderne, a été confiée aux Éditions JCL.

    Trois âges Divisé en trois parties, l'Histoire de Roberval retrace les grandes périodes du développement de cette paroisse, puis de cette ville située sur les bords du Piékouagami. La période noire, de la fondation à 1880, raconte l'établissement des premiers colons sur ces terres fertiles, mais situées dans une région sauvage.

    La seconde période, qualifiée de rose par l'auteur, va de 1880 à 1915. Il s'agit des années les plus prospères de Roberval: la terre promise, où tout espoir est permis; la construction du chemin de fer, qui unira enfin la région aux grands centres; l'arrivée des Ursulines, qui fondèrent à Roberval une des meilleures écoles ménagères; la fondation de la ville de Roberval, qui succède à la paroisse du même nom; le rapide développement de la navigation, du tourisme, des services publics et du commerce.

    Finalement, la période grise, de 1915 à 1940, peint la vie robervaloise sous la protection des Ursulines et des Augustines, qui fonderont l'Hôtel-Dieu Saint-Michel; mais rappelle aussi la tragédie que fut le développement hydro-électrique du lac Saint-Jean.

  • La prise en charge

    Kurtness H

    • Jcl
    • 20 March 2009

    Harry Kurtness est né en 1923 à Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean et y demeure toujours. Par son engagement au sein de la communauté, Harry Kurtness fait figure de symbole. Il est le trait d'union entre deux mondes: le traditionnel et le moderne. Témoin et acteur d'une époque charnière, qui imposera des changements dans les mentalités, les habitudes, les modes de vie ancrés dans les murs depuis des générations, l'ex-chef exprime ses idées avec beaucoup de sagesse et d'à propos.

    Il fut tour à tour bûcheron, guide pour le ministère des Affaires indiennes et même chef de bande pendant quatre mandats. Enfin, il est le père de douze enfants.

  • Le bluenose

    Backman B Et P

    • Jcl
    • 20 March 2009

    Voici enfin la traduction française de l'histoire de la reine de l'Atlantique, cette goélette qui fut le fleuron des Maritimes et qui orne les pièces de 10 cents depuis 1937.

  • L'homme-oiseau

    St Cyr Nicolas

    • Jcl
    • 20 March 2009

    D'où vient donc ce désir, chez l'humain, de vouloir voler comme l'oiseau? Ce livre nous fait revivre le voyage de l'homme voulant réaliser un rêve un peu fou.

    L'essai débute par un retour au mythe d'lcare et nous rappelle aussi la verticalité des conceptions étagées de l'Univers. Le vol s'imprègne donc fortement dans l'imaginaire humain. Les créateurs artistiques s'en mêlent dans leurs illustrations, toiles ou dessins. Les chemins de la connaissance aideront par la suite à découvrir les lois qu'il fallait comprendre sur la composition de l'air, les forces nécessaires pour voler et l'anatomie des oiseaux comparée à celle de l'homme.

    Langage simple L'Homme-oiseau traite de questions scientifiques et philosophiques, mais dans un langage simple et facile d'accès à quiconque veut mieux saisir les composantes de cette merveilleuse histoire de l'homme qui voulait s'approcher des dieux en volant.

    Ce livre, abondamment illustré, et dont plusieurs textes sont inédits, nous fait également découvrir l'histoire de ceux dont le seul objectif véritable était de voler et de dépasser l'oiseau, maître incontesté de l'espace aérien.

    Cette publication a été réalisée à l'occasion de l'exposition HOMME-OISEAU présentée du 21 juin 1989 au 4 mars 1990, au Musée de la Civilisation de Québec, et du 16 mai au 30 septembre 1990, à la Pulperie de Chicoutimi.

  • Dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire de la fondation de Roberval voici, en quelques centaines de pages, les cinquante dernières années d'histoire de cette ville du Lac-Saint-Jean.

    Dany Côté, tout en se concentrant sur la période qui couvre les années 1950 à aujourd'hui, a su faire également une incursion dans un passé plus éloigné afin de mieux compléter l'oeuvre de Rossel Vien, Histoire de Roberval, publiée en 1955 et rééditée récemment par Les éditions JCL.

    Ouvrage très fouillé, Roberval livre son histoire n'a rien oublié. On y apprend comment est née la célèbre Traversée du Lac-Saint-Jean aussi bien que ce qui a causé en telle année la fermeture d'un petit commerce du centre-ville.

    Quatre chapitres détaillés, soutenus par des tableaux, des statistiques, des photos et des annexes riches en détails révélateurs font de ce livre un must pour quiconque souhaite connaître un tant soit peu cette municipalité pleine de charme et de dynamisme.

    Située sur les rives du plus beau lac du Québec, Roberval a un passé commercial, agricole, institutionnel et sportif important.

    Le Sieur de Roberval, Jean-François de LaRocque, vice-roi de la Nouvelle-France, serait lui-même heureux de constater jusqu'à quel point cette ville recèle aujourd'hui de richesses naturelles, matérielles, humaines et sociales!

  • Un noeud dans le coeur

    Elisa T.

    • Jcl
    • 9 January 2010

    Il aura fallu cinq ans avant qu'Élisa T. ne se décide à nous servir le reste de sa vie. Violentée et abusée physiquement par sa mère et le concubin de cette dernière pendant seize ans, cette seconde enfant, d'une famille de dix, sera retirée in extremis de sa famille grâce à l'intervention efficace de son directeur d'école.

    Après une difficile période d'adaptation dans des foyers d'accueil, la courageuse adolescente découvrira peu à peu le monde extérieur. Élisa quittera tôt l'école pour se trouver un premier travail dans un restaurant. Toutefois, elle n'oublie pas son passé, et aidera quelques frères et soeurs, restés dans ce qu'elle appelle «l'enfer», à quitter cette maison «maudite».

    Elle trouvera son «prince charmant», elle enfantera d'une première fille dans l'ignorance et la solitude et, enfin, se mariera pour prouver à sa mère qu'elle avait tort de lui prédire qu'aucun homme ne voudrait jamais d'elle.

    Afin de se vider le coeur une fois pour toutes, elle se met tranquillement à la rédaction de son journal intime qui raconte avec force détails ses seize années d'enfant abusée. Élisa, par ses deux écrits sincères, demeure un exemple vivant de courage pour tous.

    Sur commande
  • J'ai survecu au debarquement

    Doyon Martine

    • Jcl
    • 12 December 2012

    On ne guérit jamais de la guerre. On n'accepte pas d'y avoir tant souffert et on ne se sent guère plus soulagé d'y avoir survécu. On se prétend simplement chanceux. Une chose est sûre, c'est qu'une fois démobilisé, il faudra faire preuve de résilience pour le reste de sa vie. Bien des anciens combattants blessés dans leur cur et leur corps ont tenté et tentent toujours d'oublier ces jours sombres où ils ont traversé rien de moins que l'enfer. Pourtant, lui-même protagoniste de la Seconde Guerre mondiale, Germain Nault veut se souvenir, afin que les sacrifices de ses frères d'armes n'aient pas été vains. Cet ancien militaire désire offrir ses réminiscences à la mémoire collective pour que son histoire ne s'éteigne pas avec lui, comme c'est le cas de trop d'anciens combattants. Par son témoignage, il révèle et célèbre le courage de ses pairs dans leur contribution à l'une des plus grandes guerres de l'histoire.

    Dans ce récit captivant, Germain Nault relate son parcours au sein de l'Armée canadienne. Enrôlé volontairement en septembre 1941, il est envoyé en Angleterre après un entrainement des plus exigeants au camp de Valcartier, près de Québec. Après le tristement célèbre Débarquement de Normandie, il prend part aux différentes campagnes alliées, en support au Régiment de la Chaudière.

    Le Débarquement de Normandie... il l'a vu, il le voit encore: ses amis blessés, tués ou maltraités. Il dut pourtant poursuivre sa route afin de combattre jour après jour sur les routes de l'ouest de l'Europe, toutes souillées du sang de milliers de victimes militaires et civiles. Bien des traumatismes auraient pu briser cet homme à tout jamais. Il a pourtant survécu en regardant droit devant lui et en imaginant un avenir meilleur.

  • Personne ne connaît réellement ces hommes en noir qu'un hélico vient de déposer aux abords d'un petit village d'Afghanistan. Et ces autres qui sortent d'un marais pour abattre un criminel de guerre en Croatie; qui assurent la garde protégée d'un général canadien au Rwanda; qui sévissent contre des preneurs d'otages au Pérou ou qui font mentir le président Milosevic, en faisant la preuve, sur place, du non-désarmement de la Serbie.

    DENIS MORISSET a fait partie des seize premiers membres de la Deuxième Force opérationnelle interarmées (FOI2 ou JTF2) de 1993 à 2001. Sa formation et son parcours stupéfiant en secoueront plus d'un et il tient du miracle qu'il soit encore là pour tout raconter. Sept de ses compagnons ne peuvent en faire autant.

    Plus encore et pour cause, le Canada ne rendra jamais hommage à ces combattants anonymes dont les vraies médailles de bravoure se résument aux nombreuses marques encore visibles sur leur veste pare-balles.

  • Comme enfant du peuple allemand, Günter Gallisch a été un témoin privilégié de la progression politique d'Adolf Hitler et des conséquences de sa dictature pour son pays, le fameux IIIe Reich. Prétextant dès 1933 que le Traité de Versailles et ses conditions trop sévères interdisait à l'Allemagne toute renaissance, le Führer mettra en oeuvre des mesures qui promettaient au peuple un avenir meilleur.

    Or, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le régime qui devait durer mille ans connaît des ratés. Discipline, obéissance et par la suite brutalité, peur et mouchardage deviennent la norme tant en campagne que dans les villes. La débâcle qui s'en suivra frappera les Allemands de plein fouet et causera leur défaite aux mains des Alliés.

    Tout ce temps, Günter Galisch était aux premières loges. Pour une des premières fois, un témoin privilégié de cette fascinante époque raconte ce qui se passait vraiment en Allemagne, non pas parmi les bonzes militaires ou les classes politiques dominantes, mais au niveau de la rue, chez une population qui a longtemps cru que l'avenir passait par le nazisme.

    Sur commande
empty