Entreprise, économie & droit

  • Claire Lortie n'a pas collaboré à ce livre, ni de près ni de loin. On se rappelle cependant vaguement cette histoire d'une jeune avocate, accusée du meurtre d'un dénommé Rousseau, qui a eu lieu le 13 juillet 1983, à Saint-Canut.

    Elle sera acquittée le 17 octobre 1983 du meurtre en question, et sera condamnée à deux ans de détention pour entrave à la justice le 16 décembre 1983. Elle purgera alors 15 mois de prison.

    Un plongeon dans l'appareil judiciaire Outre cette histoire de cadavre découpé à la scie ronde et placé au congélateur, ce récit nous fait faire un plongeon important dans l'appareil policier et judiciaire du Québec.

    L'auteure avoue au début de son livre: «J'étais persuadée que Claire Lortie était une victime dans ce drame. Victime de sa passion pour un homme qui apparaît sans scrupules, victime de la société qui a fait une place aux femmes sans jamais la leur donner vraiment, victime aussi de la libération sexuelle qui nous emprisonne dans d'autres carcans.» Tour à tour, l'auteure se transforme en limier difficile à semer, en avocate qui vulgarise les tractations judiciaires, en femme qui comprend une autre femme et en juré qui doit rendre un verdict.

    Une histoire stupéfiante!

empty