Ion

  • Anatomie narrative

    Samplerman

    • Ion
    • 30 April 2021

    À partir de pages de comics glânées en ligne dans les collections numériques des bibliothèques, Samplerman démembre, découpe, assemble. Des éléments surprenants, des figures, des textes, mais aussi des détails tellement précis qu'ils en deviennent mystérieux, des matières... sont recomposées pour créer de nouvelles pages. Un échantillonnage aussi fécond que ce qu'on a pu découvrir en musique depuis l'invention des samplers.

    Ces collages sont l'occasion de revisiter les mécanismes de la bande dessinée elle-même?: les compositions, l'usage des gouttières, le rapport au trait et à l'abstraction, etc.

    Pour la série d'images présentée dans ANATOMIE NARRATIVE, Samplerman utilise non seulement des échantillons de bande dessinée mais également des éléments tirés de manuels anatomiques.

  • Boîtes / boxes

    Levi Fisher Ames

    • Ion
    • 15 January 2021

    LEVI FISHER AMES (1843-1923) est un artiste autodidacte américain. Charpentier de formation, vétéran de la Guerre de Sécession, il a créé à la fin du XIXe siècle une immense galerie de figurines en bois, représentant des animaux tant naturels que mythologiques ou bizarroïdes, des objets étranges, des scènes de combats, qu'il abritait dans des vitrines articulées, s'ouvrant comme des livres, qu'il montrait dans les foires. Aidé par sa famille, il jouait aussi de la musique, racontait des histoires, et sculptait face au public.

    Ce livre regroupe 14 photographies de ces boîtes, avec un texte de présentation en français et en anglais. Dans la lignée de Contes découpés, le livre que nous avions publié à propos des découpages de Hans-Christian Andersen en 2018, ce travail rare devrait séduire les amateurs·trices de monstres fantastiques, d'art populaire, d'art brut, d'artistes hors normes.

  • Utopia forever

    Martes Bathori

    • Ion
    • 24 July 2020

    Depuis son livre Monsieur Q à Djakarstadt, paru aux éditions du Seuil en 2004, Martes Bathori construit un univers dystopique, où les problèmes de notre société humaine sont poussés jusqu'à l'absurde. Son récit principal a été publié en épisodes chez Les Requins Marteaux (dernier livre en date : Hamgrad 2035 : Karaganda, 2017). Un nouveau livre, LOLA REINE DES PORCS, sortira chez The Hoochie Coochie à l'automne 2020, UTOPIA FOREVER en est une sorte de teaser.
    Un texte introductif rappelle les évènements passés, et les dessins de Martes Bathori évoquent l'ambiance de ce nouveau monde porcin. Des affiches des organismes de pouvoir ou de films qui mettent en scène des célébrités humaines, une scène d'avant-première au cinéma, une autre dans laquelle deux humains partent en quête de viande.

  • Hans-Christian Andersen (1805-1875) est connu dans le monde entier pour ses contes : La petite sirène, Poucette, Le vilain petit canard, La petite fille aux allumettes, La reine des neiges...
    Toute sa vie, il a aussi créé d'étranges silhouettes de papier découpé.
    En voici quelques-unes, extraites des collections du musée d'Odense, au Danemark, qui en recèle bien d'autres si vous êtes curieux...

  • Message de service

    Gilles Rochier

    • Ion
    • 13 January 2020

    Gilles Rochier est l'auteur de nombreuses bandes dessinées aux éditions 6 pieds sous terre, dont Temps mort, TMLP (prix révélation FIBD Angoulême 2012), La cicatrice, Petite couronne. Il a scénarisé Tu sais ce qu'on raconte, dessiné par Daniel Casanave aux éditions Warum, sélection officielle FIBD Angoulême 2018. Son travail a été célébré dans plusieurs festivals et expositions. Gilles Rochier avait déjà publié Bastion en 2016 chez ION (toujours disponible).
    Il y montrait déjà des images de quartiers populaires, de grands ensembles, envahis par les tags. Ces inscriptions pouvaient souligner un rapport d'affection, d'appropriation des murs par ses habitants, ou au contraire une tension, une agressivité que les angles aigus des bâtiments peut accentuer. En noir et blanc, il exprimait alors une ambiance plus inquiétante que celle qui est développée dans ce nouveau livre.
    Les graffeurs sont ici davantage vus comme des êtres plein de tendresse, d'engagement, de courage... Gilles Rochier prend un ton presque humoristique pour traiter de ce qui lui tient à coeur : montrer des personnages et des lieux que l'on voit peu ou mal dans la plupart des productions culturelles.
    Son site : envraccity.wordpress.com

  • Batailles

    Sophie Guerrive

    • Ion
    • 22 June 2017

    Sophie Guerrive a publié l'année dernière chez 2024 les bandes dessinées Capitaine Mulet et Tulipe. Elle montre ici de nouveau son autre facette, un dessin fourmillant sans narration suivie mais où les milliards de détails sont autant de pistes d'histoires.
    Un grand dessin qu'elle a réalisé sur un rouleau de papier, où on voit l'histoire du monde depuis ses origines au travers de bagarres, bastons, batailles, pugilats divers et variés. On reconnaît des épisodes réels ou fantasmés : la création des hommes par des habitants d'une Atlandide extraterrestre, la guerre de Troie, l'Inquisition, 14-18, etc. On peut y passer des heures de recherche et de plaisir des yeux.

  • Cette série montre les animaux comme des individus à part entière, et pointe cette étrange manie qu'ont les humains de les raser, de les manucurer, de les façonner à une image finalement absurde.

    Son travail n'est pas sans évoquer celui d'Etienne Pottier, dont les séries d'estampes que nous avons publiées dans Les Murs Tremblent ou Ils vivent avaient cette même tension entre dérisoire et gravité.

  • Ion a déjà montré le travail d'Aurélien Vallade, alias Joe Moo, tatoueur dont la réputation grandit sans cesse. Catalogue Universel pour Dames & Messieurs, Abécédaire pour Dames & Messieurs et Album de référence à but dermographique, ses brochures précédemment publiées chez Ion, ont toutes été épuisées très rapidement.
    Son goût pour les titres à rallonge et la réinterprétation des motifs de tatouages anciens se retrouve dans ce nouveau recueil qui compte deux fois plus de pages que les précédents. On y verra 80 pages de dessins inédits : motifs d'animaux terrestres ou marins, images ésotériques, de chasse, érotisme, objets divers ou slogans détournés... Son trait digère et décape toutes les images traditionnelles. La mise en page sans classement ni hiérarchie évoque les planches de 'tattoo flash', catalogue où le client peut piocher un motif à se faire piquer immédiatement.

  • Casanier

    Fräneck

    • Ion
    • 10 November 2017

    ION avait publié Les Maisons de Fräneck en 2012, qui avait été très bien accueilli (deux tirages épuisés).

    Il a depuis fait une multitude de livres auto-édités, des affiches de concerts ou d'exposition, des installations en volume, des fresques murales...

    On l'a vu sur les murs de Paris quand il a fait la communication de la Gaîté Lyrique pour l'exposition Capitaine Futur en 2015 ou une affiche de Rock en Seine.

    Cette nouvelle série de ses dessins, nous donne à voir une maison familière : petit toit à pente, fenêtre, porte à bouton... un archétype.
    Mais cette fois-ci, contrairement à Les Maisons, ce n'est plus elle qui est soumise à variations, c'est l'espace autour d'elle qui bouge. Se trouvant brutalement perdue dans différents espaces graphiques inventifs et foisonnants. Cela devient à la fois inquiétant et burlesque, comme si tous les cataclysmes possibles et imaginables avaient lieu en même temps.

    Cette série sera traitée dans deux teintes qui évolueront au fil des pages selon le spectre coloré de l'arc-en-ciel pour accentuer le côté absurde et délirant de l'ensemble.

  • Renaissance

    Claude Cadi

    • Ion
    • 11 February 2016

    Au début tout est calme. Puis le paysage est envahi par une nuée grandissante de monstres grotesques, le chaos débarque, un combat s'engage avant qu'une certaine sérénité ne revienne in extremis.
    Par ce trajet inspiré d'images médiévales, Claude Cadi parle avant tout de ce qui se passe à l'intérieur d'un corps frappé par une maladie, suivi de sa guérison. On peut reconnaître certaines des oeuvres réinterprétées, les célèbres Jérôme Bosch ou Brueghel par exemple, mais on ressent avant tout physiquement la tension et le relâchement qui se succèdent.
    Ce livre a été dessiné à l'origine sur un grand rouleau de plus de 5 mètres de long, toutes les pages se relient donc dans un fil unique.

  • Mistigri au Japon

    Midori Furuhashi

    • Ion
    • 10 November 2016

    Il y a des moments où on a envie de voir des images positives.
    Voici un recueil d'images comme ça, le premier pour Midori Furuhashi, artiste japonaise d'une cinquantaine d'années repérée via les réseaux sociaux.
    Elle dessine principalement des animaux mignons, d'un trait sûr et souvent très élégant. Elle avoue avoir été marquée enfant par la lecture de la série d'albums pour enfants Caroline, de Pierre Probst, et on retrouve dans son travail le même charme suranné.
    Ses créatures à poils jouant aux estampes traditionnelles ou aux pop stars ont un côté follement sympathique et revigorant.

  • Seigneur de guerre

    Etienne Pottier

    • Ion
    • 11 October 2018

    Après Les Murs Tremblent et Ils Vivent, ION présente ici un autre aspect du travail d'Etienne Pottier, une série de masques en céramique multicolore, qui réinvente une galerie de monstres tout droit sortis de séries B japonaise ou de gargouilles de cathédrales.
    L'imagerie ancienne et contemporaine se rejoignent, Etienne joue avec les mutations entre matière : feu, mousse, végétaux, métal...
    Une sorte d'enfer grotesque et fascinant, qui est aujourd'hui visible principalement en galerie.

  • à terre

    Marie Mirgaine

    • Ion
    • 23 May 2019

    Dans À terre, on suit des personnages à têtes de patates ou de galets, perdus dans une nature tout aussi bizarroïde. Une exploration visuelle qui était au début un seul grand dessin en continu, mais qui a été redécoupé pour l'édition en livre.
    Marie Mirgaine est sortie des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2015. Ses images sont composées de papiers peints puis découpés, assemblés pour créer des fi gures grotesques aux couleurs vives, aux formes désarticulées, à la présence énigmatique. Certaines de ses illustrations ont été utilisées par le New York Times.

  • Ion a déjà montré le travail d'Aurélien Vallade, alias Joe Moo, tatoueur dont la réputation grandit sans cesse, dans son Catalogue Universel pour Dames & Messieurs et son Abécédaire pour Dames & Messieurs.
    Son goût pour les titres à rallonge et la réinterprétation des motifs de tatouages anciens se retrouve dans ce nouveau recueil, qui montre plus de 150 dessins inédits : motifs médiévaux, images de marine, de chasse, portraits de personnalités, érotisme, engins ou petits oiseaux.
    Son trait digère et décape toutes les images traditionnelles et la mise en page sans classement ni hiérarchie évoque les planches de « tattoo flash », catalogue où le client peut piocher un motif à se faire piquer immédiatement.

  • Benoît Preteseille est auteur de bande dessinée et éditeur de ION. Pour la première fois, il publie ses propres dessins dans sa collection.

    Ce livre est le résultat d'une exploration dans un musée très spécial, caché dans une rue de Bologne en Italie, qui rassemble les collections de la famille Bargellini depuis la Renaissance. Les membres de cette famille ont été passionnés par la peinture, la sculpture, mais aussi les marionnettes, les vélos, les cadrans de montres, les poignées de porte... Le titre signifie "Tout est vrai (mais probablement inexact)" car non content de dire à chaque fois un mot sur l'oeuvre qu'il dessine, l'auteur a parfois inventé des légendes supplémentaires. En effet, a priori, le musée ne possédait pas de portrait de Léonard de Vinci à la Licorne, et celui-ci n'a donc pas pu être volé...

    Ce livre devait pouvoir être lu par les habitants de Bologne, il est donc bilingue franco-italien.

  • Médiévales

    Sophie Guerrive

    • Ion
    • 27 June 2012

    Sophie Guerrive, s'impose petit à petit comme un auteur actuel important, grâce à un humour absurde et corrosif qui rappelle Mandryka et son célèbre Concombre Masqué. Parallèlement à la bande dessinée, elle remplit de façon compulsive de grands espaces de dessins ou de carton avec des scènes hypnotiques, par un trait minuscule et précis fourmillant de détails. Après le succès de Marines, publié chez ION en 2011, actuellement épuisé, voici une série sur le Moyen-Âge rassemblée dans ce livre-objet atypique. Marines avait présenté au public l'univers de Sophie Guerrive, voici une autre série de travaux autour de son obsession sur le Moyen-Âge, cette fois-ci reproduits dans leur taille originale, grand format, propice à l'exploration de petits détails pullulant sur ces scènes de batailles échevelées, de paradis ou d'Orient étranges. Il saura fasciner autant les enfants que les amateurs de belles illustrations.
    Une pochette format 270 x 270 mm, contenant 6 dessins grand format à déplier et explorer (500 x 600 mm).

  • Les murs tremblent

    Etienne Pottier

    • Ion
    • 4 November 2011

    Une suite de bustes de jeunes hommes qui esquissent des gestes, qui jouent ou se cachent avec leurs vêtements. Au gré des chocs et des échos entre leurs postures se crée une chorégraphie quasi immobile. Etienne Pottier a beaucoup participé à des free parties, il a dansé jusqu'à voir les visages et les corps disparaître dans le flou. Cette série de gravures très impressionnantes, retranscrit cette sensation. Les murs tremblent à cause des mouvements saccadés, ils tremblent à cause des rythmes qui résonnent. Au matin ne restent que des fantômes, des traces de peur ou des traces de séduction.

  • Les maisons

    Fräneck

    • Ion
    • 7 June 2012

    Dans cet ouvrage drôle et intrigant, Fräneck s'empare du motif de la maison, celle avec des petites fenêtres, un toit de tuiles à deux pentes, une maison telle qu'elle serait dessinée par un enfant, et s'en sert comme matériau de base pour construire des univers graphiques étonnants, comme un jeu de construction farfelu où tout serait à inventer dans toutes les dimensions. A découvrir !

  • Un homme se promène dans un supermarché pour aller s'acheter un caméscope. Les lieux et les gens qui l'entourent se déforment et se plient à ses obsessions. Les passants sont des êtres plus mystérieux et inquiétants les uns que les autres. C'est un carnaval étrange de bizarreries où l'on croise des animaux et des femmes fascinantes.

  • Les bêtes

    Céline Guichard

    • Ion
    • 11 June 2015

    Céline Guichard est une artiste qui produit des images étranges, surréalistes, fantastiques et grotesques inspirées de ses souvenirs d'enfance, de ses obsessions pour la biologie humaine, l'anormalité, le rêve et la transgression.
    Depuis 1996, elle a pratiqué la peinture, puis le dessin numérique et en ligne, et enfin le dessin à partir de 2005. Elle participe activement à la scène du dessin contemporain à travers expositions, publications et collaborations dans de nombreuses revues, notamment aux côtés du Dernier Cri, de United Dead Artists, French Fourch.
    Pour Les Bêtes, son univers s'est adouci au contact des animaux à poil, à plumes ou à écailles, l'étrangeté qui teinte son dessin est toujours palpable mais de façon extrêmement légère et séduisante. Ce livre d'inventaire montre la beauté des formes naturelles, même si la mutation n'est jamais très loin. Le tigre a une barbe, des accessoires coupants habillent les oiseaux, le chat est un tapis.

  • Bastion

    Gilles Rochier

    • Ion
    • 27 May 2016

    Gilles Rochier habite les endroits qu'il dessine. Il s'y balade tous les jours, toujours passionné par ces quartiers résidentiels pensés « dans un esprit futuriste et grandiose » comme on le disait jadis. Des lieux qui, aujourd'hui, sont défoncés par des tags, graffs...
    «J'enregistre ces endroits dans ma tête, ces angles, ces droites, ces hauteurs, ces ombres ; je les redessine, je rajoute, je supprime et j'y ajoute un tag, un message, je ne sais pas trop comment l'expliquer mais c'est ce qui me manque dans cet esprit graff. Un langage clair lié à l'endroit.» Loin du documentaire, il se les approprie, y pose une sorte de signature d'emprunt, BASTION, pour marquer son passage, nous fait ressentir son amusement ou son inquiétude.
    Le bastion est une forteresse, c'est aussi un refuge, une maison.

  • Nathalie Piernaz fait du collage. À l'ancienne, sans ordinateur, juste des ciseaux, de la colle, des pinceaux. Son matériau de base fait la première richesse de son univers.
    Des vieux albums pour enfants, des chromos scientifiques ou touristiques. Les papiers jaunis portent déjà une part d'histoires avec eux. L'esprit des images qu'elle crée ensuite est à la fois léger et bizarroïde. Les choses flottent de façon brute et incohérente, les corps ne s'ajustent pas vraiment à leurs nouvelles têtes, des salons désuets deviennent le lieu d'éclosion de batraciens ou d'oeufs variés, les éléments se parent de couleurs pures surréelles. Comme dans Alice au Pays des Merveilles ou dans un film de Georges Méliès, le monde grince doucement et la poésie apparaît. On a pu voir ses images dans la revue Le Tigre, les expositions de Dessins Partagés, etc.
    Le Ministère des Liaisons Etrangères est son premier recueil monographique, on pourra assez facilement le ranger à côté des livres de Jean Lecointre parus chez Cornélius.

  • Ils vivent

    Etienne Pottier

    • Ion
    • 11 October 2012

    "Après ""Les Murs Tremblent"" en 2011, Etienne Pottier, de plus en plus frappant et ambitieux, présente ""Ils vivent"" qui regroupe des portraits d'ossements d'animaux. L'auteur prélève des photos anonymes, retravaille ces visuels par la gravure à la pointe d'acier sur des plaques d'aluminium grand format, transformant la froide matière numérique en attaquant, transperçant, déchirant, découpant, ponçant le métal. Etienne Pottier glisse parfois vers l'abstraction, crée des manques ou répète un bout d'os comme un motif dans un art décoratif sauvage et profane. Les gravures sont ensuite imprimées sur des tissus usagés (nappes, draps en seconde vie). Des photos en situation montreront la dimension réelle des images. ""Les Murs Tremblent"" était plein d'un bruit blanc de tintamarre, ""Ils vivent"" a le silence et la force de la disparition de la chair."

  • Le naufrage enchanté

    Amandine Meyer

    • Ion
    • 11 February 2014

    L'enfance et ses monstres. Les choses étranges qui se cachent sous le merveilleux. Amandine Meyer creuse ces univers depuis 2005, dans de petits livres de dessins autoédités, ou des pages de bandes dessinées intriguantes dans la revue Dopututto chez MISMA. Ses deux derniers ouvrages (La Villa, le beurre et les tartines et Bambi #2) sont sortis aux éditions Solo Ma Non Troppo. On pense souvent à l'artiste brut Henry Darger, qui prenait des images standard de petites filles dans des livres de coloriage et les mettait en scène dans de grandes batailles épiques. Amandine réutilise aussi des silhouettes d'illustrations classiques de contes de fées, mais ses images sont envahies par des végétaux inquiétants, les couleurs aquarellées se troublent, l'acidulé devient corrosif. Qui est le Tête d'Oeuf du sous-titre, un nouveau Humpty Dumpty qui va une nouvelle fois se fracasser le crâne ? Et ces enfants chewing-gum, naïfs et bizarres, quelles aventures vont-ils vivre ? Il n'y pas une seule histoire claire mais des pistes s'ouvrent partout.

empty