Hachette Litteratures

  • Le Maghreb à l'épreuve de la colonisation Daniel Rivet Le fait colonial au Maghreb est délaissé par les spécialistes du monde arabe : chercheurs et experts s'en détournent parce qu'il trouble la pureté de leurs modèles.
    Daniel Rivet au contraire donne à voir le Maghreb saisi comme un tout et les trajectoires singulières de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc. Il analyse ce qui s'est transformé dans la société colonisée au contact du colonisateur et ce qui a résisté à son emprise.
    En s'inscrivant dans l'héritage de Charles-André Julien et de Jacques Berque, ce livre dévoile les clivages qui marquent l'Afrique du Nord avant 1830 : des sociétés où coexistent des peuples qui se fréquentent peu. Il distingue et rétablit dans leur succession les différentes politiques : celle des « Bureaux arabes » au temps de l'orientalisme et du socialisme utopique ; celle de la IIIe République à l'ère des certitudes civilisatrices traçant une barrière entre colons et indigènes ; celles, chaotiques, au commencement de la fin des empires, toujours à contre-courant de la conjoncture.
    Daniel Rivet dépeint avec sensibilité et précision une réalité souvent refoulée, évitant à la fois l'anticolonialisme primaire et la nostalgie coloniale.

    Daniel Rivet est professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, il est spécialiste de l'histoire du Maghreb contemporain et a publié plusieurs ouvrages consacrés à Lyautey et au Maroc.


    Couverture : Doc Levin.
    Illustration : Le prince héritier du Maroc, futur roi Hassan II © Collection Viollet 23 5367 02002.II

  • Tout au long du XIXe siècle, les ouvriers français s'en prennent violemment aux travailleurs étrangers, accusés de former une « concurrence déloyale ». Ceux-ci accepteraient de bas salaires, occuperaient des emplois au détriment de Français au chômage, et menaceraient même la paix des ménages par leur concupiscence...
    Loin d'être isolées, ces brutalités contre les étrangers sont omniprésentes dans les archives étudiées par Laurent Dornel. La litanie des rixes, agressions et autres actes de vandalisme, donne un éclairage cru sur la société française d'hier mais aussi d'aujourd'hui.
    L'étranger, à la fin du XIXe siècle, devient un enjeu politique lié à l'installation et à l'enracinement de la République. C'est aussi le moment où la xénophobie se structure comme un système de pensée et d'action. Un système dont les thèmes reviennent en force, depuis une vingtaine d'années, sur la scène politique française.
    Quelles sont les origines des discours outranciers, violents, sur l'« identité nationale », la « préférence nationale » ? Pourquoi resurgissent-ils ainsi aujourd'hui oe Laurent Dornel donne ici à lire une histoire passionnante, attentive aux comportements comme aux discours, au social comme au politique.

  • Ce livre est une contribution à l'histoire du rêve en politique. Avant l'invention du 1er mai, seul le calendrier religieux scandait la vie des croyants à travers le monde ; avec le 1er mai, la classe ouvrière célèbre une fête laïque le même jour partout dans le monde !
    En s'appuyant sur de nombreuses archives, images et témoignages, Danielle Tartakowsky nous introduit dans l'imaginaire politique construit depuis la fin du XIXe siècle. C'est en effet lors du centenaire de la Révolution française que les organisations ouvrières de vingt-deux pays se réunissent en congrès à Paris pendant l'Exposition universelle. Elles décident d'organiser une grande manifestation internationale, à date fixe et dans tous les pays pour s'affirmer ensemble contre les pouvoirs et obtenir la diminution du temps de travail.
    Danielle Tartakowsky nous livre l'histoire de ce jour de congé, de ses significations changeantes et imbriquées. Elle montre, par un retour à la chronologie, que le 1er mai a d'abord été un mythe avant d'être une date disputée par les pouvoirs politiques dans l'Europe des années 1930 : les régimes autoritaires s'en emparent et en modifient le sens ; après 1945, c'est une des rares dates à être célébrée à l'Est comme à l'Ouest de l'Europe et devient le symbole d'une adhésion commune à une forme d'État-providence. Plus récemment, ses valeurs ont de nouveau été disputées entre les manifestations des extrêmes droites européennes et des altermondialistes, tous deux contestant le libéralisme.
    Les cortèges se succèdent, le 1er mai demeure, tout en se transformant profondément. À travers l'analyse de cette journée de mobilisation, c'est toute une histoire politique de la France et de différents États dans le monde qui nous est donnée à comprendre.

  • L'enfant du XIXe siècle devient un bien rare.
    Les Français contrôlent désormais les naissances, l'enfant est l'objet d'attentions nouvelles et de nouveaux regards. La place qu'il occupe dans la famille se transforme : être grand-parent devient un art ; être parent suppose d'accorder davantage d'attention à sa progéniture. Une figure se fait de plus en plus fréquente, le médecin de famille qui accompagne l'enfant de la naissance à l'adolescence.
    Sa place dans la société change également : il est un client - les marchands de jouets s'intéressent à lui -, mais il est aussi une main d'oeuvre soumise et bon marché. L'école cependant prend la première place dans la vie des enfants entre six et treize ans. Peu à peu émerge chez les juristes l'idée que les enfants possèdent des droits et que la société doit les protéger. Autant de situations contradictoires qui plantent le décor dans lequel évoluent les enfants d'aujourd'hui.

  • La sorcellerie pointe le bout de son nez dès que les premières peuplades préhistoriques tentent de se concilier les faveurs de l'au-delà. En partant de cette approche inédite, Daniel Lacotte nous raconte comment le diable sut se métamorphoser et s'adapter à chaque période de l'histoire. Au fil des siècles, rituels, offrandes, sacrifices, conjurations, envoûtements, incantations, maléfices et sortilèges nous entraînent dans le tourbillon de ce récit alerte, évocateur et imagé. Devins, magiciens, sorciers et guérisseurs côtoient jeteurs de sort ou dieux cornus. De rumeurs en dénonciations et tortures, des innocents sont jetés au feu purificateur des bûchers qui ne s'éteindront qu'à la fin du xviie siècle.
    La philosophie des Lumières et les avancées de la science finiront par détruire la version d'un diable réel, présent ici-bas. Il sera aussitôt remplacé par un Malin sournoisement chevillé au corps de chaque individu.
    Le monde change, mais d'immuables démons continuent de nous hanter.

    Journaliste, Daniel Lacotte a publié une quinzaine d'ouvrages : romans, contes, documents, essais et biographies.

  • Pomme croquée et arc-en-ciel du drapeau gay, le célèbre constructeur doeordinateurs Apple rend un hommage crypté au mathématicien Alan Turing, qui fut loeun des plus grands esprits du XXe siècle.
    Jeune étudiant à Cambridge dans les années 1930, Turing se distingue en publiant des travaux théoriques qui posent les fondations des recherches en intelligence artificielle. Il côtoie alors les plus grands mathématiciens de loeentre-deux-guerres. En 1936, à Princeton, aux États-Unis, il a loeidée de concevoir un ordinateur.
    La Seconde Guerre mondiale lui permet doeappliquer ses théories. Engagé par les services secrets britanniques, Turing parvient à percer le secret de la machine « Enigma », qui permettait aux nazis de coder leurs messages, et contribue ainsi à la victoire des Alliés.
    Mais ce héros discret sera contraint de demeurer dans loeombre. Condamné doeabord au secret pour ses recherches, Alan Turing le sera ensuite pour son homosexualité, dans une Grande-Bretagne de loeaprès-guerre où loehomosexualité est un crime ? Oscar Wilde en avait fait les frais cinquante ans plus tôt. Désormais écarté de tous les grands projets scientifiques, Turing est effectivement condamné en 1952 à la castration chimique. Ne supportant pas les effets des traitements hormonaux, il met fin à ses jours : le soir du 7 juin 1954, cet étrange surdoué, inconditionnel du Blanche Neige de Walt Disney, croque dans une pomme imprégnée de cyanure.
    À partir de doearchives conservées à Cambridge et doeenquêtes dans les milieux de loeinformatique, Laurent Lemire conte loehistoire stupéfiante doeun génie victime de la cruauté et de loeintolérance de son temps.

empty