Sciences & Techniques

  • Chaque mois paraît dans le monde un ouvrage niant soit le réchauffement, soit ses causes humaines, soit sa gravité. On explique même que ce réchauffement serait une chance pour l'humanité en permettant d'accéder à des ressources jusque-là inexploitées (pétrole en Alaska, agriculture en Sibérie, nouvelles routes maritimes dans le Grand Nord, etc.).
    Chaque jour des dizaines d'articles expliquent aussi que la science aura de toute façon une réponse au problème du réchauffement planétaire. Il serait donc stupide de s'inquiéter, même si le réchauffement était avéré. Ces deux discours sont non seulement faux mais dangereux. Ils empêchent de prendre conscience des enjeux. Ils interdisent d'agir.
    Ce livre est fondé sur une enquête de plusieurs années qui a conduit Florence Leray à lire cette presse, à fréquenter ces réseaux, etc.
    Quels sont les réseaux négationnistes américains et français ? Quels sont les scientifiques et les politiques impliqués ? Quels sont les différents visages de ce révisionnisme criminel ? Pourquoi certains ont-ils intérêt à nier l'évidence ? Pourquoi avons-nous souvent tendance à refouler ce que nous savons ? Pourquoi ne croyons-nous pas ce que nous savons ? Comment combattre ces thèses révisionnistes ? Un livre choc qui démonte les thèses des révisionnistes climatiques.

  • Le gouvernement français entend faire de 2011 l'année du premier Plan national d'adaptation aux conséquences du réchauffement climatique. Un troisième contre-Grenelle aura donc lieu le 2 avril 2011 à Lyon pour s'opposer à l'adaptation de la planète et de l'humanité aux besoins du productivisme (capitalisme vert).
    Cet ouvrage s'en prend ouvertement à la Ministre NKM. Cet ouvrage publié le jour même reproduit les interventions de l'ensemble des participants originaires de plusieurs pays. Ce livre fera date par la qualité de ses intervenants. Pour la première fois toutes les personnalités majeures de la décroissance seront réunies autour d'un thème : décroissance ou barbarie. Pour la première fois, tous les aspects de la crise systémique seront analysés : effondrement énergétique, environnemental, social, politique, culturel, etc.

  • Aujourd'hui, il existe incontestablement des moyens simples et efficaces pour arrêter de fumer.
    Mais paradoxalement, les fumeurs ne les utilisent pas. pourquoi ? dans une grande majorité des cas, ils ont été convaincus - à l'instar du médecin qui devrait les leur prescrire - que ces moyens sont dangereux, nécessitent de posséder des tonnes de volonté et de motivation. or, les données scientifiques, comme l'expérience de milliers de fumeurs devenus abstinents, démontrent que la nicotine est un produit inoffensif et que la motivation n'est pas indispensable pour le sevrage.
    Malgré ces évidences, médecins, laboratoires pharmaceutiques, organismes de santé publique et de prévention, dûment relayés par les médias, persistent à tenir, voire à entretenir un discours reposant sur des idées fausses qui découragent les fumeurs à entreprendre ou à renouveler une démarche d'arrêt, à l'aide de ces moyens simples à l'efficacité démontrée. un discours qui frôlerait presque la propagande dans la mesure oú il recourt à la manipulation par les émotions au détriment des facultés de raisonnement et de jugement.

  • Les mondes d'après

    Collectif

    • Golias
    • 1 January 2011

    Le grand spectacle du Grenelle de l'environnement avait besoin d'un slogan, d'une phrase accrocheuse, d'un libellé vendeur. Une agence de communication, sans doute grassement payée, a trouvé une idée superbe : « Avec le Grenelle Environnement, entrons dans le monde d'après ». Bien.
    Très bien. Tellement bien qu'on peut s'en resservir, histoire d'optimiser les dépenses publiques. « Les mondes d'après » sera donc le titre d'une modeste contribution au Grenelle du président Nicolas Sarkozy.
    Puisque chaque citoyen doit devenir acteur de cette formidable révolution après laquelle « rien ne sera plus comme avant », pourquoi ne pas plancher sur ce monde, l'imaginer, le rêver, nous y préparer ? A quoi pourrait bien ressembler notre futur proche, une fois repeint en vert ?
    Regarderons-nous sur écran plat basse consommation les documentaires d'Arthus-Bertrand dans le nid douillet de nos habitations haute qualité environnementale ? Serons-nous accablés par les tempêtes, les inondations, les températures extrêmes, les reportages télé ou les productions cinématographiques aux allures de film catastrophe ? Devrons-nous subir un totalitarisme « vert » fait de taxes carbones, d'interdictions, de surveillances, de spoliations au nom de la protection de l'environnement ? Une nouvelle déferlante technologique dans la santé ou l'alimentation ?
    Ou bien la révolution se limitera-t-elle simplement à faire la même chose, en pire ? Le capitalisme, plus les énergies renouvelables, en quelque sorte.
    Chacun a son avis sur la question. Ses rêves ou ses peurs. Ses a priori. Voici les nôtres, sous forme de nouvelles, dans lesquelles la fiction se mêle souvent à la réalité. Nous sommes un rassemblement improbable d'auteurs "sérieux", de romanciers, d'environnementalistes, de militants, de journalistes, chacun de nous cumulant souvent plusieurs de ces casquettes. Nous n'avons pas les mêmes origines ni les mêmes appartenances, et tant mieux ! Mais malgré nos différences, au moins trois choses nous rassemblent. Nous croyons que l'écologie est politique. Nous croyons que l'écologie doit être sociale. Et nous croyons à l'intelligence des "vrais gens" contre le discours formaté des grands penseurs et des grands médias. La lutte contre la pensée unique passe par les tribunes, les réseaux alternatifs, les salles de réunions, les manifestations, les livres "sérieux". Mais elle peut aussi prendre des chemins de traverse. En voici un, dans lequel nous nous sommes aventurés. Chacun y trouvera ce qu'il souhaite, mais pour notre part, nous y avons déjà trouvé l'essentiel : du sens et du plaisir. Deux ingrédients sans lesquels l'engagement ne rime à rien.

  • Chaque année, la sortie du beaujolais nouveau fait couler beaucoup d'encre.
    Les éloges enthousiastes se mêlent aux critiques acerbes. Le vin permet tous les excès, aussi de langage. Dégustateurs et oenophiles se disputent autour des verres en oubliant d'évoquer toutes les réalités du vin, qui devient ainsi un produit détaché de la terre, des réalités sociales, économiques et financières qui sont aussi les siennes. Depuis plusieurs années, le beaujolais nouveau arrive dans un contexte de crise, celle, historique, qui ébranle le vignoble français.
    Pour le beaujolais comme produit, pour le Beaujolais comme pays, les enjeux sont économiques, environnementaux et sociaux. Le beaujolais fait vivre quelque 3500 familles de vignerons, induit des milliers d'emplois. Du vigneron de base, aux responsables professionnels, bien des acteurs d'un vignoble aux dimensions encore familiales sont conscients des risques. En juillet 2004, l'interprofession a lancé des pistes de réformes profondes, pour durer.
    Cette enquête tente de dessiner les voies d'un beaujolais durable afin de répondre à un avenir incertain.

    Sur commande
  • Ce livre marque une innovation majeure dans le champ politique français.
    Il est le fruit d'une rencontre entre l'équipe du Sarkophage, nouveau journal d'analyse politique dirigé par Paul Aries et co-organisateur des Contre-Grenelle de l'environnement, et la Mairie de Vaulx-en-Velin (ville la plus pauvre du département du Rhône). Pendant presque un an, les meilleurs spécialistes des enjeux urbains, des élus (maires, députés, sénateurs), des militants (Sloow Food, villes lentes, Emmaus, etc) ont pris au sérieux le discours sur les catastrophes environnementales qui menacent (réchauffement, épuisement des ressources).
    Premier défi : apprendre à parler d'écologie aux populations les plus pauvres (les chômeurs, les Smicards, les " sans " papier, domicile, etc). Deuxième défi : refuser d'en faire une affaire de bobos avec des pseudos solutions technoscientistes qui promettent des maisons écolos à 4000 euros le mètre carré. Troisième défi : inventer une alternative qui ne fasse pas payer la crise environnementale aux plus pauvres comme ils paient déjà les crises financières, économiques, sociales, etc.
    Contre les fausses solutions du capitalisme vert et du développement durable (comme la taxe carbone), cet ouvrage ouvre une piste politique fondamentale : la nécessité de ralentir la ville afin de la rendre aux milieux populaires. Une société partagée ne peut qu'être une société lente. Mais comment organiser cette lenteur ? Comment la rendre désirable ?

  • La gauche et la droite partagent le même bilan écologique effroyable.
    Les deux idéologies ont fait durant le 20e siècle de l'environnement la variable d'ajustement de leur système au nom de leur foi dans le productivisme et le "toujours plus". ces deux modèles sont en faillite au regard de l'effondrement environnemental actuel. la droite et les milieux d'affaires entendent profiter d'un nouveau rapport de force qui leur est plus favorable pour payer aux pauvres la facture environnementale.
    La gauche est aphone incapable de marier la justice sociale et les contraintes de la nature. entre ceux qui prônent avec hulot de "polluer un peu moins pour pouvoir polluer plus longtemps" et ceux qui entendent avec claude allègre et florence parisot "polluer pour pouvoir dépolluer" en augmentant toujours plus la croissance, la production, la consommation et les emplois l'objection de croissance n'est-elle pas la véritable alternative pour les pays riches ? un livre qui dépasse le domaine des seuls constats pour faire des propositions concrètes.
    Un livre qui envisage la construction d'une nouvelle pensée politique de la décroissance. l'auteur ne cache pas les risques : il fait aussi état des débats et des polémiques parfois vives. un ouvrage indispensable pour tous ceux qui ne veulent plus "développer en rond".

  • Les Zindigné(e)s ! - « La revue des résistances et des alternatives ».
    Le mouvement des Indignés est le signe de la révolte de la jeunesse globalisée. Nous devons comprendre les nouvelles formes de luttes et les nouveaux enjeux qui touchent nos sociétés. D'autant que la crise écologique, sociale, politique nous oblige à recentrer notre réflexion et à raffermir les liens de solidarité et de résistance autour de la notion du « vivre ensemble ». C'est pourquoi les éditions Golias et Paul Ariès ont voulu mener ensemble cette aventure éditoriale inédite au travers d'une revue trimestrielle.
    Ce deuxième numéro sera consacré à trois dossiers : Géopolitique du mouvement des Indignés. Agriculture/alimentation : comment échapper aux bio technologies ? Faut-il concevoir des politiques alimentaires comme on parle de politiques agricoles ? Peut-on nourrir 7 milliards d'humains ? Comment redonner du sens à notre alimentation ? Quels sont les dangers qui nous guettent enmatière de biotechnologies alimentaires ? Et « Le journal des Objecteurs de Croissance qui soignent leur gauche » avec notamment des textes de plusieurs députés et sénateurs français et belges Objecteurs de croissance. Le dossier central fera le point sur les alternatives à lamalbouffe avec la collaboration de Jean Ziegler, de la Confédération paysanne, de Via campesina, de Nature et progrès, de spécialistes de la permaculture, etc. Un dossier conçu en partenariat avec l'association de diététique et de nutrition critique (ADNC).

    Sur commande
  • Les cancers d'origine professionnelle font partie de ces réalités qui nous amènent à nous questionner sur un certain type de développement, un productivisme forcené dont les finalités finissent par nous échapper.
    En écrivant ce livre, l'auteur a souhaité que de plus en plus de citoyens s'emparent de l'interrogation sur la montée des cancers là où certains experts ne peuvent pas ou ne veulent pas aller. Elle a souhaité que l'on s'intéresse à une catastrophe sanitaire qui a été maintenue dans une relative invisibilité sociale. L'exemple de l'amiante a montré que les associations comptent parmi les relais possibles de questions de santé publique.
    Elles représentent souvent un élément essentiel de la démocratie dans le domaine de la prévention. Les associations de victimes comme l'ANDEVA (Association Nationale des Victimes de l'Amiante) ont, par exemple, su prendre en défaut la communication sécurisante des lobbies industriels. Malheureusement, le travail des associations ne fait que commencer. D'autres victimes de cancérogènes au travail cherchent encore à se faire entendre.
    Ce livre est une contribution parmi d'autres à faire des cancers professionnels une véritable cause. Comme les inégalités sociales croissantes, la pollution, l'épuisement des ressources, la baisse des nappes phréatiques, les cancers d'origine professionnelle nous mettent vraiment à la question.

    Sur commande
  • L'association DDD diététiciens et diététiciennes diplômés organise sa 2ème conférence annuelle : « le diététicien en 2011, nouvelles pistes de travail ». Cette conférence qui se veut innovante abordera deux thèmes principaux. La matinée sera consacrée à la « peur du gras » ; cette problématique sera traitée sous différent angle : la sociologue Valérie Adt abordera la représentation du gras en 2011 ; Le docteur Michel De Lorgeril, cardiologue, chercheur et auteur « de cholestérol, mensonges et propagande » nous présentera une synthèse de son travail visant à débiaboliser le cholestérol.
    L'après-midi sera consacrée à la problématique de l'alimentation et de l'écologie. Des pistes d'évolution permettant de réduire l'impact environnementale de notre alimentation seront présentées par Paul Ariès, politologue et auteurs de nombreux ouvrages sur la consommation et l'alimentation. Cette intervention sera complétée par l'exposé de Philippe Galley, diététicien et qualiticien travaillant depuis de nombreuses années sur ces problématiques. 3 ateliers pratiques seront également animés par des diététiciens et experts dans leur domaine : prise en charge nutritionnelle des patients by-pass, prébiotiques, probiotiques ; intérêts en consultation diététique ; prise en charge nutritionnelle et comportementale des sportifs. Le programme complet est disponible au format pdf sur ddd.asso.st

    Sur commande
empty