Langue française

  • L'emprise

    Michèle-France Pesneau

    • Golias
    • 12 January 2021

    "Un torrent de bonheur et aussi l'effroi d'avoir franchi un interdit. " L'euphorie est de courte durée. " Condamnée aux rencontres furtives, je suis la compagne clandestine et solitaire. " Pourquoi désirent-elles écrire ? Pour mettre des mots justes sur un immense chagrin. Pour se délivrer de la culpabilité. Le caractère sacré, attribué de façon abusive au prêtre, l'investit d'un statut de demi-dieu, intermédiaire entre dieu et les hommes.
    Cela lui fausse le jugement. Cependant, sa parole fait autorité. Il prononce des mots décisifs. " Dieu nous appelle à un amour plus absolu et nous acceptons de ne pas vivre ensemble. " Michèle-France, l'auteur de ce témoignage, commence à la fin des années 1990 un combat pour accéder à la liberté. D'abord avec Dieu comme seul interlocuteur : " Ma foi en Dieu est restée intacte... Ma relation avec Lui, qui avait été gravement perturbée par mes deux abuseurs, se restaure peu à peu.
    " Puis elle comprend, en 2014, que le moment est venu de parler Il lui a fallu toutes ces années pour démêler son chaos intérieur, pour réaliser que ces deux hommes, ces deux prêtres, qui auraient dû rester des serviteurs, usurpaient la place de Dieu. Pour parler, il faut trouver les mots. Il faut aussi affronter les nombreux admirateurs des deux abuseurs. C'est un long et dur chemin, un chemin très douloureux, mais c'est aussi un chemin de libération, et c'est ce chemin qu'elle raconte, en reparcourant toute sa vie.
    Aujourd'hui, l'actualité est marquée par la révélation de la connivence de Jean Vanier, fondateur de l'Arche, avec les déviances sexuelles et doctrinales de Thomas Philippe, son maître et inspirateur. Connivence jusqu'à la reproduction de ses comportements abusifs et mortifères. Michèle-France a ajouté un dernier chapitre, où elle parle de cette révélation, qui pour elle est plutôt une confirmation, et un soulagement : " La vérité, enfin !"

  • Il est urgent de rappeler le parcours d'un homme, Althusser (1918-1990), qui a suivi l'évolution suivante : Foi apolitique (acceptant des amitiés royalistes sans adhésion de sa part) à la découverte de courants chrétiens soucieux de la « cause sociale ».

  • Un prêtre coryant convaincu au début de son ministère, relate dans ce livre, le cheminement qui l'a mené à l'abdon des croyances religieuses.

  • Baluchons palestiniens

    Hiyam Bseiso

    • Golias
    • 27 February 2018

    Hyam Bseiso a choisi le titre de son dernier ouvrage, Baluchons palestiniens, pour évoquer ces bagages légers, rassemblés à la hâte, qui portent le passé et les rêves de ceux qui connaissent le drame de l'exil et de la séparation. Au fil des pages, des moments de vie, des petites histoires vécues ou observées, à l'intérieur de la grande et tragique histoire du peuple palestinien, expulsé un première fois en 1948 et repoussé sans cesse, comme effacé de sa propre terre. Le parfum des fleurs et des épices, le goût des fruits, des enfants qui courent, libres vivants .. Dans un style chaleureux et imagé, l'auteure se souvient du bruit et des images, de la chaleur du foyer et des amitiés, pour ne pas briser le miroir de la mémoire.

    Hiyam Bseiso a participé à des conférences dans le monde arabe et en Europe.

  • Nous croyons nécessaire mais aussi possible de marcher progressivement vers la gratuité des services publics locaux, préalable à la construction d'une gratuité pour les services publics nationaux. La gratuité constitue une des valeurs fondamentales de la gauche. Elle est nécessaire sur le plan social, environnemental et politique. La gratuité peut-être une façon de reprendre l'initiative face à la droite. En premier lieu parce qu'elle pose la question du choix politique, élaboré en lien avec les besoins et les aspirations des citoyens. Ainsi, quelle est la priorité entre rendre le stationnement des voitures gratuit ou la cantine pour les enfants ?

    Plus loin, faut-il une gratuité d'accompagnement du système ou une gratuité au service de politiques d'émancipation ? A titre d'exemple, l'eau potable devient, à l'échelle de la planète, de plus en plus rare. Pourquoi payer le même prix pour l'eau destinée à faire son ménage et remplir sa piscine ? Raison de plus pour aller vers la gratuité de son bon usage et renchérir ou interdire son mésusage. Ce qui vaut pour l'eau doit valoir pour l'ensemble des biens communs indispensables à la vie. Encore faut-il identifier ces biens. Cela posé, comment construire économiquement, socialement, culturellement et politiquement cette gratuité ? Le débat n'a cessé, au cours des années, d'agiter les différentes sensibilités de la gauche.
    Parmi les principaux arguments qui lui sont opposés, est-il vrai que la gratuité déresponsabilise et prive de toute valeur ?

  • Faire un dictionnaire amoureux de la Bretagne, c´est parler avec amour de la Bretagne, sans omettre bien sûr le mauvais temps qui y règne parfois. Cet ouvrage voudrait être un dictionnaire amoureux de la foi évangélique. Cette foi m´aide à vivre. Pas seulement moi sans doute, sinon cela ne vaudrait pas la peine d´en parler. Elle m´aide à vivre, pourvu que je me libère de la religiosité. C´est essentiellement une confiance. La confiance que m´inspire Jésus, cet homme exceptionnel de l´histoire qui, justement, s´est libéré d´un carcan religieux en faisant sa joie, qu´il trouvait en lui-même comme lui venant d´ailleurs, communiquée par Celui qu´il appelait son Père. Ce que je sais de cet homme, je l´ai reçu, mais je l´ai reçu avec des mots pipés, des mots-piégés, ceux de l´église catholique, institution millénaire dont tout aujourd´hui, ou presque, est à revoir, à refonder dans son langage comme dans ses pratiques, à part les services qu´elle rend à la société, qu´il ne faut pas méconnaitre. Certes cette foi, cette confiance, ce qu´elle implique et que j´ai conscience de n´en vivre qu´imparfaitement, il me reste à en explorer bien des virtualités. Ce livre est un premier résultat. Derrière les pièges du langage religieux, je cherche à retrouver l´élan des paroles d´origine et des gestes qui ont inauguré, il y a 2 000 ans, une voie d´humanité inédite et qui garde toutes ses promesses aujourd´hui. C´est ce à quoi je m´attache, c´est ma foi, ce qui m´anime et dont je souhaite débattre.

  • La publicité ne sert pas seulement à vendre des lessives.
    Elle transforme nos façons de penser et de vivre. pire encore : elle pollue nos rêves. la publicité est le vecteur de l'immondialisation. ce petit manuel anti-pub propose 35 critères : la pub contre l'école, contre les femmes, les hommes, les enfants, l'économie, la politique, la planète, etc. a dévorer selon sa curiosité et les besoins de son combat. un livre du porte parole du mouvement pour une rentrée sans marques.
    A glisser d'urgence dans tous les cartables.

  • Les situations burlesques que l'auteur nous décrit dans cet ouvrage, ne sont pas le fruit de son imagination, mais bien de faits réels dont il a été témoin. Il met en évidence les contradictions flagrantes entre les discours de la Fédération Française des Compagnnies d'Assurances, et la réalité vécue par les assurés. Ce livre est un réquisitoire contre une forme d'asservissement et de duperie et il est le combat d'un ancien cadre d'une grande firme d'assurances contre les manipulations de la victime face à l'assureur ou son mansataire, agent éxécuteur, qui accepte ou refuse de signer le chèque pour lequel il a tout pouvoir dans le réglement d'un sinistre ou d'un accident.

  • Certes les assureurs sont aussi l'objet d'escroqueries classiques ou même de véritables " arnaques" . En général, ils se rattrapent sur les assurés honnêtes et naïfs ou victimes d'une confiance aveugle, en augmentant les primes d'assurances et en indemnisant le moins possible. C'est le procès des assurances que tente de faire cet ouvrage même si tout n'est pas à rejeter systématiquement. Une réforme profonde du système des assurances s'impose, laquelle relève des pouvoirs publics. Mais il est tout de même illogique que les conditions du contrat avec un assuré soient par exemple rédigées unilatéralement par la compagnie d'assurances, sans que le citoyen n'ait son mot à dire...

  • Chaque mois paraît dans le monde un ouvrage niant soit le réchauffement, soit ses causes humaines, soit sa gravité. On explique même que ce réchauffement serait une chance pour l'humanité en permettant d'accéder à des ressources jusque-là inexploitées (pétrole en Alaska, agriculture en Sibérie, nouvelles routes maritimes dans le Grand Nord, etc.).
    Chaque jour des dizaines d'articles expliquent aussi que la science aura de toute façon une réponse au problème du réchauffement planétaire. Il serait donc stupide de s'inquiéter, même si le réchauffement était avéré. Ces deux discours sont non seulement faux mais dangereux. Ils empêchent de prendre conscience des enjeux. Ils interdisent d'agir.
    Ce livre est fondé sur une enquête de plusieurs années qui a conduit Florence Leray à lire cette presse, à fréquenter ces réseaux, etc.
    Quels sont les réseaux négationnistes américains et français ? Quels sont les scientifiques et les politiques impliqués ? Quels sont les différents visages de ce révisionnisme criminel ? Pourquoi certains ont-ils intérêt à nier l'évidence ? Pourquoi avons-nous souvent tendance à refouler ce que nous savons ? Pourquoi ne croyons-nous pas ce que nous savons ? Comment combattre ces thèses révisionnistes ? Un livre choc qui démonte les thèses des révisionnistes climatiques.

  • Le gouvernement français entend faire de 2011 l'année du premier Plan national d'adaptation aux conséquences du réchauffement climatique. Un troisième contre-Grenelle aura donc lieu le 2 avril 2011 à Lyon pour s'opposer à l'adaptation de la planète et de l'humanité aux besoins du productivisme (capitalisme vert).
    Cet ouvrage s'en prend ouvertement à la Ministre NKM. Cet ouvrage publié le jour même reproduit les interventions de l'ensemble des participants originaires de plusieurs pays. Ce livre fera date par la qualité de ses intervenants. Pour la première fois toutes les personnalités majeures de la décroissance seront réunies autour d'un thème : décroissance ou barbarie. Pour la première fois, tous les aspects de la crise systémique seront analysés : effondrement énergétique, environnemental, social, politique, culturel, etc.

  • Un prêtre ouvrier chez Renault. En 1970, Jean Molard, un prêtre de trente-six ans a choisi, en accord avec son évêque, de se faire embaucher à l´usine Berliet de Bourg-en-Bresse - aujourd´hui Renault-Trucks-, pour y être ouvrier sur une chaîne de montage de camions. il y restera jusqu´à sa retraite en 1994. Dans ce livre il raconte son enfance, ses années de séminaire, son ministère à l'aumônerie scolaire et ce qui l´a amené à cette démarche. Il dit la découverte de ce monde du travail, son engagement syndical, son quotidien d'ouvrier, son habitat en HLM. Il analyse l´évolution de sa foi affrontée à la vie d'usine et aux luttes, où Dieu semble souvent si lointain.

  • Est-il aujourd'hui un seul homme politique qui ne voit dans la croissance économique un objectif politique à part entière, un seul candidat qui ne l'intègre dans son programme de campagne ? Rares sont ceux qui osent en douter, de peur peut-être de s'attirer le courroux de cette divine croissance, ou simplement de susciter l'incompréhension d'électeurs bercés par la ronronnante litanie qui en vante sans cesse les bienfaits. Certains osent toutefois le blasphème, questionnant, critiquant, réfutant même l'idée insensée d'une croissance infinie. Cet ouvrage rassemble les contributions de ces militants politiques, chercheurs et intellectuels de gauche qui ne se satisfont pas du développement économique actuel, et en formulent une critique radicale. Il est frappant de voir ce foisonnement de courants critiques à l'égard de la croissance, même si l'on peut regretter que cette critique ne soit le fait que de partis groupusculaires, ou de courants minoritaires au sein de partis de gouvernement. De l'aile gauche du PS au PC en passant par les Verts, du jeune Parti pour la Décroissance aux Alternatifs Rouges et Verts, leurs propos se répondent, s'opposent et se complètent. A travers cette compilation de textes, ce tour d'horizon - qui ne prétend pas être exhaustif - de la critique de la croissance à gauche, transparaît la dynamique actuelle de critique de la croissance économique. Les lignes de fractures idéologiques ou stratégiques entre les différents courants en présence sont mises en lumières, leurs points de rapprochement aussi...

  • Exil dans l'exil

    Hiyam Bseiso

    • Golias
    • 30 September 2014

    Être obligé de partir, être interdit de retour, ne plus connaître de repos ni de lieu où se poser, c'est bien là le véritable exil que nous raconte HiyamBseiso. « C'est être comme l'oiseau pourchassé, qui vole d'un arbre à l'autre, d'un endroit à un autre », exprime-t-elle à travers une parole à la fois imagée et émouvante qui traverse Exil dans l'exil, son dernier ouvrage.

  • Cent ans après le génocide, de plus en plus d'Arméniens de la diaspora se rendent en Turquie sur les traces de leurs ancêtres disparus.
    Entre attraction et répulsion, ils surmontent leurs peurs pour découvrir leur histoire et lutter contre le négationnisme orchestré par Ankara.
    Un négationnisme d'état qui se fissure car, depuis l'assassinat du journaliste arménien Hrant Dink en 2007, le voile se lève peu à peu sur le génocide arménien en Turquie.
    Ce recueil photographique est consacré au voyage mémoriel de sept Français d'origine arménienne, dans le contexte du centenaire du génocide commémoré dans lemonde entier. De la « petite Arménie » de Lyon, en France, jusqu'à Diyarbakir dans le Kurdistan turc, trois journalistes ont suivi ces pèlerins de l'histoire. En avril 2015, ces enfants de rescapés ont foulé la terre de leurs aïeux en Anatolie, au Sud de la Turquie. Une région qu'ils appellent, entre eux, « l'Arménie historique ».

  • L'humanitaire est capable du pire comme du meilleur... S'il a permis d'alerter l'opinion internationale sur des situations scandaleuses d'abus de pouvoir et des cas abominables de maltraitance, il a servi de caution à des équipées militaires. L'humanitaire s'est toujours exercé dans une action dictée du Nord vers le Sud.

empty