Editions Maia

  • En livrant par écrit le résultat de leurs recherches sur l'établissement et la condition des Juifs dans les bassins cannois et grassois depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, les auteurs apportent un éclairage inédit sur la vie de la communauté juive de notre région.
    Le sujet offre un champ d'études très large, rendu possible grâce à la réunion de documents aussi rares que précieux : des manuscrits rédigés par des intellectuels de ces époques et conservés dans des bibliothèques, des histoires orales, des journaux personnels, des lettres, des écrits familiaux. Mais aussi des documents relevant de la pratique notariale (cadastres, délibérations, comptes trésoriers), ou provenant d'archives variées : communales, départementales, et parfois même régionales.
    Dans ce voyage à travers le temps, le lecteur va découvrir comment l'ancrage des Juifs s'est développé en parallèle avec l'évolution des territoires, qui n'étaient alors composés que de petits villages de pêcheurs et d'agriculteurs.
    Cette grande fresque historique, résultat de recherches minutieuses et de découvertes captivantes, s'adresse à tous les publics.

  • La psychanalyse non seulement n'est pas morte, mais elle se réinvente dans une nouvelle pertinence : la psychanalyse fondamentale !
    Ce Précis explique avec réalisme et rigueur comment la psychanalyse traditionnelle n'avait pas fini son cheminement, principalement les raisons de ses blocages.
    Ainsi, il éclaircit et développe comment son auteur, à partir des fondements de la psychanalyse s'inscrit dans le développement continuel de celle-ci et par ses travaux autour de la PAR, a développé la psychanalyse fondamentale, qui enrichit ainsi considérablement les bases de la psychanalyse classique, la faisant devenir à nouveau dynamique et surtout efficace, pour devenir la modernité des fondamentaux de la psychanalyse. Cet ouvrage s'inscrit dans une trilogie, le premier livre présente l'ensemble de la démarche, celui-ci est conceptuel et didactique pour préparer le suivant qui lui développera à partir de cas pratiques l'ensemble de cette psychanalyse « relookée ».

  • L'analyse en composantes principales et l'analyse factorielle utilisent de grands tableaux de nombres statistiques.
    Pour pouvoir les comprendre, l'auteur a souhaité les rendre plus simples, par exemple la dimension deux ou trois, afin de pouvoir étudier les contributions de chaque colonne, leur influence sur le tableau et l'étude des corrélations entre données.

  • "De la nature de l'inconscient jusqu'aux différents types de pathologies psychiques, le lecteur découvre les phénomènes qui régissent la psyché humaine. Il est guidé pas à pas pour comprendre où prennent racine nos pensées et nos agissements, permettant à la fois un travail d'introspection mais aussi d'analyse des autres et de son environnement. S'il a pour ambition de démocratiser un savoir « élitiste », cet essai riche et pointu est accessible à tout public curieux de savoir.
    La psychanalyse appliquée est ainsi une nouvelle approche de la psychanalyse, de manière contemporaine et adaptée à notre monde moderne."

    Sur commande
  • Le drame de Chloé, violée et tuée, les massacres de Charlie Hebdo, du Bataclan et de Nice, l'assassinat de 149 personnes par le « monstre » Lubitz, autant d'horreurs commises par ce que Malek Gouni nomme le pervers sadique radical. Cette catégorie englobe les loups solitaires, les djihadistes assassins, les tueurs d'enfants, les violeurs et autres terroristes. L'auteur apporte un nouvel éclairage grâce au concept « d'Effet Eléphant » qui explique comment la société moderne fabrique les pervers, des « torpilles humanoïdes » sur le chemin des femmes et des enfants. Si la psychose trouve sa genèse dans la famille du psychotique, celle de la perversion est étroitement liée à la société. Ce travail rend accessible à tous les concepts psychanalytiques et la manière dont ils nous permettent de comprendre la perversion sadique radicale de notre temps.

  • Sylvie Vignes dans sa préface analyse parfaitement la démarche de Christine Bretonnier tout au long de cet essai :
    « Essayiste et poète, Christine Bretonnier ne se montre jamais frileuse dans ces choix de sujets et n'opte jamais non plus pour une « écriture grise ». On pourrait presque dire en reprenant la célèbre formule de Marguerite Yourcenar à propos des Mémoires d'Hadrien, qu'elle écrit elle aussi « un pied dans l'érudition, l'autre dans [la] magie ». Heureuse conséquence, chez son lecteur aussi, cerveau gauche - nourri par les connaissances philosophiques, mythologiques, médicales et psychanalytiques qui viennent sans cesse étayer et corroborer ses analyses - et cerveau droit sont également sollicités : plaisir intellectuel et émotion esthétique sont toujours présents et souvent intimement mêlés quand on lit Christine Bretonnier.
    Spécialiste de Jean Giono, elle a déjà, entre autres, consacré une thèse à l'inceste dans Deux cavaliers de l'orage et Récits inachevés, et un essai au « combat avec l'Ange » comme « figures du désir» dans ses oeuvres. Ce nouvel essai embrasse un sujet tout aussi ambitieux et délicat : la figure du monstre dans l'univers gionien, figure vertigineusement signifiante et protéiforme. »

    Sur commande
  • Derrière une réelle démocratisation de l'école, se cachent encore de nombreuses inégalités. Des inégalités scolaires en lien avec les inégalités sociales que l'école peine à combattre et à compenser. Cet ouvrage tente de montrer comment les pratiques d'enseignement, utilisées au sein même des salles de classe, accentuent souvent les inégalités sociales, en mettant systématiquement en difficulté les enfants des classes sociales défavorisées. Il montre comment l'école favorise, implicitement et inconsciemment souvent, les enfants des classes les plus dominantes de notre société, transformant de banales situations pédagogiques en véritables obstacles pour ceux qui ne possèdent pas les codes nécessaires à leur compréhension. Enfin, en rappelant les liens existants entre ces pratiques éducatives et l'histoire de notre société ainsi que les principes philosophiques qui y ont cours, cet ouvrage montre que le maintien de ce système injuste peut être compris comme l'expression d'une préférence pour l'inégalité, une préférence pour l'entre-soi. Le système scolaire inégalitaire permet de maintenir et de justifier une hiérarchisation sociale qui assure à chacun la place qu'il occupe, lui permet de l'assumer en la pensant comme naturelle, que cette position soit dominante ou dominée. Cette préférence pour l'inégalité, il convient de l'admettre et de l'assumer si l'on veut que notre école donne vraiment à chacun sa chance.

    Sur commande
  • Les mots non-dits qui se transforment en maux est un thème souvent abordé.
    Mon approche se situe plus au niveau de notre langage quotidien, celui que nous utilisons et celui que nous entendons tous les jours.
    Mon livre se propose de rendre consciente l'énergie véhiculée par les mots, qui va permettre d'être à l'écoute de moi, à travers les mots qui sortent de ma bouche. L'écoute des mots devient alors une attention particulière à la qualité de ma communication, donc de ma relation aux autres. C'est une invitation à être dans le présent (synonyme de cadeau) !
    Cet ouvrage va aider chacun à être plus conscient, vivant, libre et heureux !

    Sur commande
  • Dès 1970 au sein de l'entreprise qui l'emploie Jacques Roulland assure les relations techniques et commerciales avec les clients de l'Amiante-Ciment, d'abord en France, puis en Allemagne et Espagne.
    À partir de 1992 il se consacre exclusivement à cette activité sur quatre continents, acquérant ainsi une connaissance certaine de l'Industrie du Fibre-Ciment, de ses techniques et de ses problèmes. Retraité, il publie un premier livre en 2015, sur l'histoire de la société angoumoisine où il a passé 34 ans : «?COFPA, quatre entreprises et un mariage?» qui connaît un honnête succès régional.
    Fort de ce premier ouvrage, il se lance avec témérité sur un sujet beaucoup plus vaste et ardu, celui de l'Industrie de l'Amiante-ciment, aussi appelée Fibrociment, puis maintenant Fibreciment, histoire étalée sur plus ou moins cent-vingt ans et la quasi-totalité de notre planète. Il n'ignore pas combien cette industrie est décriée bien qu'elle ait apporté un toit, ainsi que l'arrivée de l'eau et son évacuation, à des millions de familles dans de très nombreux pays. Au passage, il n'oublie pas de nous parler des mines d'amiante ni de la relation entre Arts, Architecture et Fibrociment.
    C'est ce sujet qu'il développe avec passion et l'aide irremplaçable de nombreux anciens clients, dont beaucoup sont devenus des amis, qui lui confient souvenirs et documents d'archive.

    Sur commande
  • Mise en perspective des mélodies des Beatles dans l'histoire de la musique, une analyse essentielle de leurs chansons, entre musique populaire et musique savante. Un témoignage actif de cinquante années au coeur de la musique des Beatles, illustré par un regard analytique des grands compositeurs.

    Sur commande
  • Printemps rouge est un essai écrit à l'occasion des cent cinquante ans de la Commune de Paris. Ayant pour but de remettre au goût du jour cet événement phare de l'histoire populaire, socialiste et républicaine française, le livre propose une lecture qui mêle faits historiques et interprétations d'actualités, montrant l'indéfectible lien entre les événements de la Commune et les défis auxquels nos sociétés se voient confrontées.

    Sur commande
  • Intégré au domaine royal sous le Roi de France Philippe IV le Bel (1285-1314), le Palais royal du Vivier est avant tout une maison résidentielle, dans laquelle les rois aimaient se reposer ou encore venir se recueillir, afin d'y prendre de grandes décisions. C'est ainsi au Vivier, que Philippe V le Long (1291-1322) décidera la création d'une chambre des comptes à Paris, en l'an de grâce 1320. C'est aussi lui qui, toujours à partir du Vivier, signera une extension à la loi salique, interdisant aux femmes le pouvoir de régner sur la France.
    Puis les rois se succèdent, Charles V (1338-1380) l'agrandit et y installe une Sainte Chapelle, tandis que Charles VI (1368-1422) y commande ses carpes, qui lui seront alors servies au Louvre. C'est d'ailleurs pour la distraction de ce dernier que le jeu de tarot, tel que nous le connaissons, a été inventé au Vivier.
    François Ier (1494-1547) sera le dernier à y coucher, et Louis XIV (1638-1715) le dernier à y passer, en 1694, date à laquelle le grand roi récupère un vestige de la vraie Croix du Christ, déposé dans la Sainte Chapelle par Charles V le Sage en 1352.
    La révolution approche à grands pas et le château est alors utilisé comme carrière de pierres avant d'être sauvé par Maître Parquin.

    « Ce lieu ne se recommande point seulement par la surprenante conservation et l'aménagement de ses vestiges, qui en font, comme on l'a dit, non pas les ruines du Château royal du Vivier, mais plutôt le Château royal du Vivier en ruines. » Achille Jubinal, député, membre de la sixième classe de l'institut historique et de la société royale des antiquaires de France 1835.

    Sur commande
empty