Editions De La Loupe

  • Comment vivre plus librement la joie quand les passions nous tiennent ? Comment oser le détachement sans éteindre un coeur ? Éprouvé dans sa chair, Alexandre Jollien tente de dessiner un art de vivre qui assume ce qui résiste à la volonté et à la raison. Le philosophe se met à nu pour ausculter la joie, l'insatisfaction, la jalousie, l'amour ou la tristesse, bref ce qui est plus fort que nous... Convoquant Sénèque, Montaigne, Spinoza ou Nietzsche, il explore la difficulté de pratiquer la philosophie au coeur de l'affectivité. Loin des recettes, avec Houei-neng, patriarche du bouddhisme chinois, il découvre la fragile audace de se dénuder, de se dévêtir de soi. Dans l'épreuve comme dans la joie, il nous convie à renaître à chaque instant à l'écart des regrets et de nos attentes illusoires.

    Sur commande
  • Le 29 février est une date qui n'existe que tous les quatre ans. C'est aussi le jour de naissance de Thaïs - la petite princesse d'Anne-Dauphine Julliand -, atteinte d'une maladie génétique orpheline. Thaïs a eu une courte vie, mais une belle vie. Le jour où le 29 février réapparaît sur le calendrier, Anne-Dauphine s'offre une parenthèse, sans travail ni obligations. Elle veut vivre pleinement cette journée particulière : Thaïs aurait eu huit ans ! Le passé se mêle au présent. Chaque geste, chaque parole prend une couleur unique, évoque un souvenir enfoui, suscite le rire ou les larmes.
    Anne-Dauphine Julliand a le talent de croquer les émotions de tous les jours. C'est une leçon de bonheur et une merveilleuse histoire d'amour, qui se lit d'un souffle, le coeur au bord des larmes.

    Sur commande
  • "« Je suis un nomade exalté par la découverte. Voilà, découvrir sans cesse... C est le seul moment où l on peut supposer que va surgir le ""merveilleux"". Fouiller le monde de tous les côtés, c est exaltant. Je suis comme un chercheur d or. Ce n est pas tant l or que je cherche que le moment magique quand je vais le découvrir. C est toujours, au vrai, l émotion que je cherche. Le nomadisme, c est ça. Tous les jours, un chercheur d or est tenu par sa capacité d émerveillement. La magie. Le ""merveilleux"" est la raison de tout ce que je fais. L émerveillement, c est de la pluie d or morale qui vous tombe dessus. Le tout, c est de se trouver dans les bons endroits, là où il pleut de l or. » O. de K. À la suite de son best-seller Ocean s Song, Olivier de Kersauson revient sur ses courses et ses records, mais aussi et peut-être surtout sur son parcours intérieur.
    Le Monde comme il me parle est un livre intime. Le navigateur annonce son retrait de la compétition et dévoile, pour la première fois, la carte de ses sentiments.
    Une formidable ode à la mer et à la vie, le texte rare d un homme au franc-parler, pudique et passionné, qui nous offre ses aventures et ses élans."

    Sur commande
  • Pendant deux ans, Claude Chossat a grimpé très vite l'échelle sociale du grand banditisme en devenant chauffeur et confident de Francis Mariani, l'homme le plus violent du gang mafieux corse, la «?Brise de mer?». Une ascension stoppée net le 23 avril 2008, lorsque «?Francis?» décide de tuer l'un de ses frères?: Casanova, le roi Richard. Il doit fuir et se réfugie en Suisse avant de se livrer à la justice. Aujourd'hui libre, Claude Chossat ne bénéficie d'aucune protection. Il vit caché, pour protéger sa famille de représailles.

    Une situation intenable qu'il nous livre dans son récit.

    Sur commande
  • Dans un essai bref et étincelant, Jean-Claude Guillebaud s insurge contre la sinistrose contemporaine et prône un retour à l espérance.

    C est sans doute, après Comment je suis redevenu chrétien (Albin Michel, 2007), son essai le plus personnel.

    Divisé en dix courts chapitres, le texte se lit d une traite : il analyse les raisons de cette désespérance mais éclaire aussi ce qui peut nous montrer qu une « une autre vie » est possible. Sa force de conviction nous emporte.
    Le livre fini, nous comprenons que « l avenir a besoin de nous ».

    Jean-Claude Guillebaud refuse de baisser les bras, de se laisser endormir par l'esprit de défaite qui guette le monde contemporain. Un mal, une langueur qu'il compare au péché d'«acédie», quand s'affadit le goût de la foi. Plus de projet collectif, plus d'utopie : le monde nous échappe, alors choisissons plutôt de nous occuper de nous-mêmes, dorlotons-nous, cherchons notre seul bonheur, notre bien-être. Voilà une tentation que le journaliste-écrivain n'a pas. Au contraire même, plus la partie lui semble difficile, plus elle vaut d'être engagée...
    Comment réhabiliter l'action, en politique notamment, pour changer ce qui ne va pas, pour «réparer le monde», selon la belle expression de la théologie juive à laquelle l'essayiste s'est toujours montré très sensible ? Il a essuyé bien des sarcasmes de la part de ceux pour qui pessimisme et désabusement sont des postures intellectuelles : il assume son regard optimiste, «en connaissance de cause», car il n'est pas le ravi de la crèche ; les réalités, il ne les ignore pas...
    L'optimisme engagé, que Jean-Claude Guillebaud défend ardemment tout au long de ces pages, n'est pas seulement justifié, il est stratégique. «L'avenir, tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre»... (Dominique Quinio - La Croix du 29 août 2012)

  • La jeune comtesse hongroise Irma Sztaray reçut pour mission en 1894 d'accompagner Élisabeth d'Autriche dans ses cures et ses voyages méditerranéens. Elle s'en acquitta jusqu'au 10 septembre 1898, jour où l'impératrice fut poignardée à Genève par l'anarchiste italien Luigi Lucheni. Fuir avec Sa Majesté la foule et les mondanités n'était pas de tout repos ; pourtant Irma s'y prêtait de bonne grâce, et son dévouement de tous les instants éclaire d'un jour nouveau le mythe Sissi - une Sissi qui allait avoir soixante ans...

    Sur commande
  • " Pour tous ceux qui commencent à se désespérer à la première ride, ce livre est une thérapie incontournable ! Les 20 personnalités que DANIELLE MOREAU a rencontrées ont 80 ans et plus, et de la jeunesse à revendre.
    Charles Aznavour, Pierre Bellemare, Philippe Bouvard, Professeur Cabrol, Gisèle Casadesus, Annie Cordy, Françoise Dorin, Michel Galabru, Juliette Gréco, Frédérique Hébrard et Louis Velle, Stéphane Hessel, Yvette Horner, Robert Hossein, Marthe Mercadier, Michou, Michèle Morgan, René de Obaldia, Jean Piat, Line Renaud, Claude Sarraute...
    Des hommes et des femmes amoureux de la vie, joyeux, passionnés et impertinents comme des adolescents. Les enfants terribles qui composent cette galerie de portraits décapants sont de formidables exemples qui nous prouvent qu'on peut continuer de croquer la vie quelle que soit sa date de naissance.
    " On ne m'a jamais rien donné, même pas mon âge ", dit Aznavour en ouverture de l'ouvrage. Le lecteur va retrouver ce ton malicieux d'un octogénaire à l'autre. Cette sacrée brochette de vieux gamins a plus d'un tour dans son sac, et leur humour est contagieux. Fi des ronchons et des oiseaux de mauvais augure, vieillir n'est plus une malédiction et il serait temps d'abandonner les clichés qui datent d'un autre temps...

  • Un jeune banquier d'affaires franco-américain quitte sa vie de golden boy pour rejoindre un austère monastère cistercien en Savoie. Pourquoi ? Lui-même s'interroge.
    A l'ombre des murs de clôture, relié à d'autres explorateurs mystiques comme les moines de Tibhirine, en Algérie, sa recherche spirituelle s'enrichit. Un appel insolite se dessine : fonder une petite fraternité dans les Quartiers-Nord de Marseille.
    Ce récit rythmé, empreint d'humour et de sensibilité, plonge le lecteur dans des microcosmes étonnants. A rebours des images stéréotypées, les événements de la vie quotidienne témoignent d'une discrète mais réelle dynamique de métamorphose. Dans l'humilité d'un patient voisinage, les rencontres entre riches et pauvres, chrétiens et musulmans, croyants et incroyants, Français et étrangers, enfants et adultes, transforment les représentations du monde et de Dieu. Loin des poncifs du choc des civilisations et de la crise des banlieues, cette expérience concrète de fraternité humaine accouche d'une société mieux éclairée, plus juste et joyeuse. Elle témoigne de la fécondité du nouveau monachisme qui voit le jour depuis les années 1990.

  • Faire une carrière de mezzo-soprano qui vous porte à la présidence du jury de présélection de l'Eurovision, voilà qui n'est déjà pas à la portée de tout le monde. Mais connaître un tel succès quand on est né dans un bidonville à Nanterre, voilà qui est proprement stupéfiant, tant on imagine nombreux et dissuasifs les obstacles à surmonter. C'est peu dire, en effet, que rien ne prédestinait Malika Bellaribi à suivre ce parcours exceptionnel.

    Sur commande
  • Delphine Minoui est reporter, et ce récit bouleversant qu'elle nous livre, murmure de paix dans un monde en plein chaos, résulte d'une communication qu'elle a pu établir avec de jeunes syriens. Au milieu du fracas des bombes, malgré la faim et la peur, quarante jeunes ont fait le pari de résister par la littérature, et pour cela de récupérer les livres sous les gravats afin de monter une bibliothèque clandestine. Un beau témoignage de liberté intérieure.

  • L'aventure du Puy du Fou commence, un jour du printemps 1977, par la découverte d'un château en ruine perdu en plein cour du bocage vendéen. Séduit par le site, l'auteur décide aussitôt de mettre sur pied son projet: c'est ici que l'histoire de la Vendée sera ressuscitée, mise en son et lumière, rejouée par une armée d'acteurs amateurs. Depuis, un quart de siècle s'est écoulé: le Puy du Fou est entré dans le 3e millénaire et attire chaque année un nombre croissant de spectateurs.

    Au fil de cet entretien, Philippe de Villiers retrace l'étonnante saga du Puy du Fou, les difficultés qu'il a dû surmonter, toute la persuasion qu'il lui a fallu mettre en oeuvre pour convaincre les sceptiques, pour triompher des tracasseries et des accusations de chouannerie venues de tous bords.

    Des débuts du projet dont on lui prédisait l'échec à l'extraordinaire succès d'aujourd'hui, toute l'histoire de cette réussite de spectacle populaire nous est ici contée par un homme de panache et de volonté, qui a su trouver les moyens et mobiliser les énergies pour que s'accomplisse son rêve grandiose et magnifique.

    Sur commande
  • Moussa et Ibrahim ont grandi avec leur famille dans un campement touareg, aux confins du désert malien. Devenus adultes, persuadés que la vie nomade ne pourra perdurer telle qu'elle est, ils ont décidé d'aider les enfants de leur communauté à " entrer dans leur époque " en leur construisant une école.
    Une aventure extraordinaire qu'ils nous content à deux voix. Les auteurs nous font pénétrer dans la vie de ces petits princes des sables qui ouvrent les yeux sur une autre façon de vivre, qui luttent pour progresser tout en perpétuant les traditions. Ayant passé du temps auprès d'écoliers français, Moussa montre en quoi les enfants du désert et les élèves occidentaux sont à la fois si proches et si différents. Deux cultures de l'enfance face à face qui ont beaucoup à apprendre l'une de l'autre... Si modeste soit-elle, cette petite École des Sables force le respect, elle est la preuve émouvante que l'éducation est une porte ouverte sur le monde de demain.

    Sur commande
  • Fabrice, Émilie, Marius et Noé forment une famille parisienne heureuse et confortablement logée dans le 6ème arrondissement, à proximité des jardins du Luxembourg mais aussi des tentes de migrants qui jalonnent les trottoirs?; cela les interpelle. «?On pourrait en héberger un, non?? Ils sont des milliers dehors.?» Ce cri des enfants libère une chambre et, par le biais du Samu social, la famille accueille Reza, un jeune afghan lancé malgré lui sur les routes depuis dix ans. Débute alors une cohabitation bienveillante et parfois cocasse, qui permet à deux cultures et cinq humains de s'apprivoiser. Un beau message de solidarité.

    Sur commande
  • "Je n'ai pas la mémoire des dates, mais il y a des jours qu'on n'oublie pas. Comme ce mercredi 9 juin 2010. Je suis arrivée, avant que le soleil ne se couche, pour la première fois au centre de détention de Shekhupura, où j'ai passé trois années.avant de changer de prison comme on change de maison." Dans la République islamique du Pakistan, la chrétienne Asia Bibi a été condamnée à mort pour avoir bu de l'eau dans un puits utilisé par les musulmans.
    Elle a passé neuf années en prison, neuf années à être humiliée et torturée pour avoir "blasphémé". Voici le témoignage exclusif d'une simple mère de famille devenue le symbole mondial de la lutte contre l'extrémisme religieux.

    Sur commande
empty