Littérature traduite

  • À Buenos Aires, les premiers bidonvilles remontent aux années 1930 et se sont depuis multipliés suivant les vagues d'arrivées de migrants. Dans The Moral Power of Money, publié aux presses de l'université Stanford en 2017, Ariel Wilkis tente de comprendre l'influence du néolibéralisme sur la politique menée dans les quartiers pauvres de la capitale argentine. À la fois ethnographie du pouvoir et de la politique dans un milieu pauvre, et essai sur les multiples significations de l'argent, cette traduction inédite développe le concept de « capital moral », en montrant que les transactions monétaires sont façonnées par les croyances morales de ceux qui en profitent.

  • En naviguant dans les archives coloniales, on découvre ce qui a fait de l'allai- tement un enjeu à certains moments et pas à d'autres, ou des garderies une question raciale sensible, ce qui a érigé certaines choses au rang d'« événe- ment », et tout ce qui a animé le débat public. Ce livre porte sur la force de l'écriture émanant des documents sur la gouvernance et la dimension affective des traces écrites de la vie coloniale. En étudiant les archives coloniales des Pays-Bas des années 1830 aux années 1930, Ann L. Stoler pose la question de ce que l'on peut apprendre de la nature du régime impérial et des dispositions que celui-ci a engendrées à partir des formes d'écriture qui l'organisaient.

    Les administrations coloniales étaient de prolifiques productrices de catégories sociales. Cet ouvrage en dresse la liste, mais s'intéresse moins à la taxinomie qu'au caractère incertain des documents et des sensibilités qu'ils expriment. Les archives coloniales des Pays-Bas sont appréhendées comme des récits de l'histoire coloniale, mais avant tout comme génératrices de leur propre histoire. Ce qui a par exemple été écrit dans les marges des archives, en oblique des prescriptions officielles, a produit un appareil administratif tout en ouvrant sur un espace plus large. Ces archives ne sont pas seulement des récits d'actions ou le relevé de ce que les gens croyaient qu'il se passait. Elles sont l'enregistrement du doute quant à la manière dont les gens imaginaient pouvoir établir une correspondance entre les catégories de la domination et un monde impérial en mutation.

  • Le spectre des Balkans hante la culture occidentale. Inséparable de l'Europe, cette région occupe la position inquiétante d'un entre-deux, ni Orient ni Occident, qui fait d'elle le barbare de l'intérieur. S'appuyant sur de multiples récits de voyages, oeuvres littéraires, écrits journalistiques et travaux historiques, Maria Todorova explore à travers les siècles les fonctions du balkanisme, si vivace dans l'imaginaire occidental. Elle analyse cette image négative et figée à travers le regard de l'observateur et celui de l'observé, sans négliger les réalités objectives sur lesquelles elle se fonde, ni les intérêts politiques qu'elle sert. Derrière la diversité culturelle et le nationalisme affirmés, Todorova met au jour ce qui fait l'unité des Balkans : l'héritage ottoman.
    L'éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990 et l'élargissement vers l'Est de l'Union européenne ont ranimé ces clichés, rendant urgente une réflexion d'envergure sur les Balkans et, au-delà, sur la question de la construction de l'autre. Imaginaire des Balkans répond à ces impératifs, à la fois politiques et scientifiques, s'inscrivant notamment dans un dialogue critique avec Edward Said. Traduit dans de nombreuses langues, cet ouvrage est devenu une référence, présentée ici dans une nouvelle édition récemment actualisée par l'auteur.

  • Rights of Inclusion est un des grands manifestes de la sociologie du droit nord-américaine. Paru en 2003, l'ouvrage a reçu le prix Gustavus Myers pour l'étude des droits de l'homme et a eu une grande influence internationale, d'une part sur les travaux qui explorent la conscience des droits dans les socié- tés occidentales, d'autre part sur les recherches dans le champ du droit des personnes handicapées.

    L'ouvrage s'ouvre sur ce mythe d'une société états-unienne obnubilée par les procès.
    Or les auteurs montrent qu'il n'en est rien en s'appuyant sur un exemple : malgré l'avè- nement d'une loi donnant de nouveaux droits aux personnes handicapées, l'American with Disabilities Act (1990), les citoyens concernés ont peu utilisé le canal des recours judiciaires. Pour autant, cela ne signifie pas que la législation et le droit n'essaient pas par d'autres biais de transformer les identités de ces personnes et la façon dont elles perçoivent leur handicap. Essentiellement fondé sur des « récits de vie », l'ouvrage livre des témoignages éclairants sur ces parcours et, par-delà le cadre national et le système juridique particuliers dans lequel il est ancré, en dit beaucoup sur la force et les limites de la loi et du droit. Les questions posées par Engel et Munger sont très pertinentes en France, pays qui a aussi connu une transformation profonde de la législation sur le handicap en 2005, dont l'inspiration vient notamment des États-Unis.

  • Après de longs mois sur le terrain, l'ethnologue Hélios Figuerola Pujol nous invite à voyager chez les Indiens tzeltal du Mexique, en quête d'une compréhension intime des composantes ontologiques (corps et âme) de l'homme, de ses relations avec les entités divines, et des rituels qui y sont associés. Dans un monde fantastique, sacré, habité par une multitude d'êtres surnaturels - comme les mères-maladies ou les mères-météorologiques -, se révèlent les rapports fusionnels, mais complexes, que les Indiens entretiennent avec le cosmos. Au sein de la communauté, les hommes ne sont pas égaux, certains entretenant des relations privilégiées avec les puissances : pour tous en revanche, les rites sont au centre de la vie des habitants de Cancuc. Les paroles s'avèrent être un outil précieux, nécessaire aux Tzeltal pour communiquer avec des entités de nature variée : les mots et les rites s'organisent en un jeu subtil, conflictuel, fait d'alliances et de luttes avec les divinités. La mémoire et les anciens occupent une place primordiale dans ces liens avec les êtres surnaturels, que les mortels doivent apprendre à dompter sous peine d'en subir les désastreuses conséquences. Ce captivant récit, enrichi de dessins réalisés par un chaman à partir de ses rêves, met en avant la sensation que les hommes et les dieux sont profondément liés. Cette investigation, restituée au plus près de l'enquête, nous révèle aussi un chercheur qui déroule ses découvertes comme ses renoncements, qui allie la discrétion de sa posture à l'analyse réflexive de sa propre pratique.

    Sur commande
empty