Parascolaire

  • Sous ce titre est regroupé un ensemble de recherches concernant les " Interfaces entre le Vivant et le Technique ".
    Le terme d'interfaces est entendu en un sens assez large pour englober les divers aspects sous lesquels peuvent être abordés les processus et les formes dont les rapports complexes se situent au carrefour de questions à la fois anciennes et profondément renouvelées.
    Ainsi les interfaces entre ordre biologique et ordre technologique ont été envisagées sous l'angle des tentatives de modélisation prenant appui sur l'un pour comprendre l'autre ou dépasser leur opposition ; des interactions entre ce qui relève de l'évolution des formes vivantes et des milieux naturels d'une part, du développement des moyens techniques et capacités d'intervention humaine d'autre part ; enfin des régulations internes ou externes, spontanées ou subordonnées à des références éthiques, à des projets de sociétés ou à des perspectives politiques.
    La question posée par la confrontation globale des deux ordres - ce qui relève de la " vie ", ce qui relève de la " technique " - est donc abordée à la fois dans ses dimensions épistémologiques et dans ses dimensions normatives, resituées sur l'horizon philosophique d'interrogations aussi anciennes que l'histoire de notre pensée et des oppositions à partir desquelles elle se déploie.
    Mais cette question prise en sa plus large extension trouve dans des domaines plus précis des résonances toutes particulières.
    Ainsi, à cette réflexion sur l'ensemble associant et opposant ce qui provient des morphogenèses biologiques et ce qui prend son essor dans l'Art humain, s'ajoutent des analyses portant plus précisément sur la confrontation (modélisation, interactions, interventions, régulations...) entre " Cerveau et Ordinateur ".

  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • Sur commande
  • La mesure

    Jean-Claude Beaune

    Sur commande
  • La simulation est un nouvel outil d'écriture : elle fonde d'autres raisons, d'autres visions ; elle ouvre de nouveaux territoires à la création et à la connaissance.
    Nous étions habitués à trouver dans les langues naturelles un inépuisable réservoir de formes et d'images. Et pourtant nous mesurons chaque jour les limites de la langue, ses impuissances, et ses faux-semblants. Comme solution partielle, on propose dans cet essai de considérer les mathématiques comme un art de la manipulation symbolique. Avec l'aide infatigable des calculateurs numériques et, bientôt, symboliques, elles nous fournissent des métaphores inédites, inénarrables, indicibles, en faisant proliférer des " êtres mathématiques " doués d'une autonomie, d'une " vitalité " propres (attracteurs étranges, structures dissipatives, hiérarchies enchevêtrées, dynamiques chaotiques...).
    L'intense productivité des calculateurs permet même de simuler des " êtres " non élucidés mathématiquement comme les fonctions " semi-calculables " ou les automates infinis de Church. Fuyant les cercles morts de la tautologie, les mathématiques conquièrent le flou, l'incertain, l'approximatif, mais aussi le " biologique ", le " vivant ", l'" autonome ". Loin d'être confinés dans le ghetto des spécialités, ces systèmes symboliques fraient des pistes nouvelles et sensibles, comme les images de synthèse...
    Ces images " numériques " sont entièrement saisies par le langage - informatique ou logico-mathématique. Dès lors, elles peuvent disposer de l'arsenal des " modèles " déjà évoqués. Aussi assistons-nous à la genèse d'un art roboratif, fait d'images fluides, vivaces ou rêveuses, mues par les secrets enlacements des algorithmes diserts.

    Sur commande
  • Sur commande
empty