Arts et spectacles

  • Chaplin est un artiste qui fut travaillé à la fois par le désir de totalité et par la menace toujours présente de la division psychique. C'est cette menace, exprimée mais aussi conjurée par toutes les formes et figures de doubles parcourant son oeuvre, que cet essai tente de cerner. De la métamorphose de Chaplin en Charlot et du "complexe de Jekylhide" faisant coexister deux tendances psychiques antagonistes, aux alter ego (l'enfant du Kid) en passant par les "moi" oniriques , ce sont les figures du sosie (Le Dictateur), du travestissement (Mamz'elle Charlot), de la méprise (Les Lumières de la ville) ou de l'imposture (Le Pélerin) qui font la richesse et la complexité de l'identité chaplinesque (dans sa dimension burlesque), et chaplinienne (dans sa dimension dramatique).

  • Nous parlerons ici, cher Guy, de choses sans importance : D'architecture au strict quotidien.
    Du parpaing comme pierre du pauvre. Du pavillon comme pastiche de maison. Du lotissement comme semblant de village. De la loi du marché comme principe esthétique. De l'indifférence comme règle d'uniformisation. De l'individualisme comme substitut de l'identité. De la parcellisation comme succédané de l'urbanisme. Du chacun chez soi comme accomplissement communautaire. Du n'importe quoi n'importe où au plus vite comme illusion de liberté.
    Et nous nous demanderons : l'espace où nous choisissons de vivre se doit-il d'être une juxtaposition de propriétés privées que chacun occupe à sa guise, ou une propriété par nature indivise objet d'un intérêt commun ?.

empty