Bibliomonde

  • Les Roumains sont relativement peu nombreux à s´être établis en France mais ils lui ont apporté nombre de personnalités importantes comme la poétesse Anna de Noailles, au XIXe siècle, ou l´actuelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Les Français originaires de Roumanie ne se limitent pas à Cioran, Brancusi, ou Popesco, on peut aussi citer Henry Negresco, le fondateur du palace niçois, ainsi que Michel Drucker, Élisabeth Roudinesco, Jean-François Copé, trois enfants de médecins venus exercer en France. Si on élargit à l´actuelle Moldavie, on intègre la famille de Robert Badinter, ou celle de la chanteuse Barbara, ou encore André Ciganer, le père de l´ex-Cécilia Sarkozy. On peut aussi citer Serge Klarsfeld, originaire de Braïla, comme Serge Moscovici, le père de l´ancien ministre. sans oublier les transfuges de l´Est, Vladimir Cosma, Doïna Tranbadur, danseuse et mère de Michèle Laroque, Radu Mihaileanu. Autant de trajectoires individuelles qui s´inscrivent dans l´Histoire.

  • Depuis 1962, l'Algérie a surmonté seule toutes les crises intérieures au point, paradoxalement, de faire figure d'élément de stabilité sur la scène régionale. Obsédée par sa souveraineté, ce pays du Maghreb central cultive un sentiment d'encerclement et un certain repli sur soi, même si son importante diaspora lui offre une fenêtre sur le monde. Devenue la première puissance militaire du continent, elle s'est toujours abstenue d'en devenir le gendarme afin d'être fidèle à son dogme de la non ingérence, en dépit des dangers qui s'accumulent aux frontières : au Sahel, gangrené par le terrorisme islamique, où chez son voisin libyen en pleine guerre des clans. Par ailleurs, si l'Algérie est confrontée à des défis internes qu'elle ne parvient pas à résoudre, elle s'est aussi posée en médiateur pour régler des crises internationales (otages américains de Téhéran, guerre au Mali...), à l'exception notable de l'imbroglio du Sahara occidental que Alger semble se plaire à entretenir dans un jeu de rivalités avec le Maroc qui dure depuis un demi siècle. La démocratisation hypothétique de l'Algérie à l'issue de la crise politique qui a débuté le 22 février 2019, va-t-elle influencer la donne géopolitique ?

  • À la fois pays fermé, si on considère sa situation géopolitique entre l'océan et l'Algérie dont la frontière est verrouillée depuis un quart de siècle, et État ouvert sur le monde si on prend en compte son dynamisme économique, son volontarisme diplomatique, sa culture aux influences multiples, le Maroc présente une succession de visages dont nous proposons de dresser les portraits.

    En dépit de sa taille moyenne, le royaume du Maroc est un acteur important de la scène internationale, aussi bien comme médiateur au Moyen-Orient ou en Afrique, que comme régulateur des flux migratoires vers l'Europe, tout en gérant l'image très contrastée de sa diaspora européenne.
    Le nombre de personnes d'origine marocaine, parmi les terroristes frappant l'Europe occidentale est contrebalancé par la parfaite insertion de la majorité des Marocains dans le monde occidental. Le pays se veut à la fois atlantique et méditerranéen, arabe et musulman, tout en regardant vers l'Europe et en redécouvrant ses racines africaines.

  • La première grande vague d'immigration vers la France, on l'a oublié, est venue d'Allemagne. En quête de travail ou du droit de s'exprimer, les Allemands ont été des centaines de milliers à sauter le pas. Il fut un temps où les rues de Paris étaient balayées par des migrants venus d'outre-Rhin. Pour les plus qualifiés, la France était le seul pays où ils avaient le sentiment de pouvoir faire carrière.

    Le récit s'appuie sur l'histoire familiale de personnalités:
    Hessel, Oberkampf, Bohringer, Haussmann, Hermès, Ophuls, Servan-Schreiber, Kahnweiler... sont aujourd'hui des noms incontestablement français.
    Leurs sagas familiales sont représentatives de celle de milliers d'autres. On croisera aussi le général De Gaulle, Marcel Proust ou Gustave Eiffel... tous ont des ancêtres allemands. On le verra, ces immigrés germaniques ont grandement contribué à la diffusion de l'art de vivre à la française, on leur doit aussi bien du mobilier Louis XV ou Art nouveau, que des vins de Bordeaux ou de Champagne, ou encore le rayonnement de l'opéra de Paris, le succès du cubisme, la naissance de l'idée communisme, des banques, des journaux et même construction de la guillotine...

  • Quartier après quartier, ce livre guide le lecteur dans un parcours de la ville qui mène du sud (son noyau historique) vers le nord, chaque étape permettant de saisir le Bombay d'aujourd'hui, mais aussi de plonger dans ses racines, qui ne demandent qu'à affleurer. Le voyageur est invité à explorer la ville au-delà de Colaba ou de Churchgate qui forment le coeur de l'ancienne ville britannique auquel se limitent beaucoup de touristes. Ainsi, nous irons à la découverte de Parel et Lower Parel où les usines textiles ont laissé la place à les malls flambant neufs. Nous inviterons le voyageur à visiter Bandra, le boboland de Bombay, là où débute la banlieue nord. La ville est décrite dans toutes ses facettes, de Malabar Hill, la péninsule aristocratique, à Dharavi, le plus grand bidonville d'Asie, popularisé par le film Slumdog millionaire, sans oublier Navi Mumbai, la ville du futur qui se développe à l'est de l'agglomération

  • Poussiéreux un almanach ? Ancré dans le terroir ?
    Pas nécessairement !

    Nous avons voulu montrer que le principe de l'almanach pouvait aussi être en phase avec la société urbaine et mondialisée. Dans toutes les grandes métropoles, on fête aussi bien le nouvel an chinois que la saint Patrick ou la gay pride. Mais, chaque pays a aussi des commémorations propres à son histoire, des célébrations traditionnelles. À l'heure où les populations les plus diverses se côtoient, souvent sans se connaître, savoir pourquoi son voisin fait la fête, ou se recueille, peut être une manière de nouer un dialogue porteur de paix.


    Une invitation au voyage Nous espérons aussi vous divertir, vous apprendre des détails de la vie locale de pays lointains, surtout vous inviter au voyage. Pourquoi pas ne pas aller accueillir les Roi mages à Barcelone, le 5 janvier prochain ? assister à une grande fête vaudou, le 10 janvier, sur une plage du Bénin ? fêter le nouvel an dans une famille kabyle, le 12 janvier ? aller faire bénir son chien ou son chat dans une église de Rome, le 17 janvier ? ou tenter un bain glacé à Moscou dans la nuit du 19 janvier ? fêter joyeusement la Saint Vincent (22 janvier) dans un village viticole ? Manifester pour la liberté de la presse dans une métropole européenne le 23 janvier ? défiler aux flambeaux en prélude à une nuit très arrosée dans une ville d'Ecosse, le soir du 25 janvier ? L'année complète est ainsi rythmée par des fêtes qui sont autant de prétextes à une escapade loin de chez soi.

empty