Belin Education

  • Home Rule became a leading issue from the 1870s across the British Isles. Aspirations to limited legislative autonomy were notably strong in Ireland, where a Home Rule party progressively emerged and came to play a major role on the island and at Westminster.
    While the question of Irish Home Rule in particular came to dominate discussions, the quest for self-government did not limit itself to Ireland but soon spread to other parts of the United Kingdom. In Scotland and Wales, Home Rule movements also came to life with specificities of their own, leading to exchanges on the idea of «home rule all round».
    On a broader scale, Home Rule spurred cross-imperial solidarities and raised the question of the future of the British Empire and the possibility of an «imperial federation».
    Although it aroused keen interest and support across Britain and the Empire, it also provoked intense opposition known as loyalism or unionism. In doing so, Home Rule reshaped British politics along new lines.

  • This collection of essays represents new scholarly work on John Webster's great tragedy, The Duchess of Malfi. The critical methodologies range from historical contexts to feminist readings of agency and identity, to social analyses of Jacobean culture. The play has rightly taken its place as one of the greatest of the early modern period, and the Duchess is now seen as one of the great tragic figures of the time-and along with Shakespeare's Cleopatra, one of the most powerful representations of a strong female character in control of her own sexuality and her own destiny. The play also offers an unusual range of villainous characters, from the Duchess's two brothers-the Machiavellian Cardinal and the deranged Ferdinand-to Bosola, who at first seems to be a conventional Vice-like villain. Bosola commits terrible acts in the play, and though he ultimately surrenders to his conscience and tries to do good, this transformation comes too late, and the final set of murders takes place in darkness-an apt symbol of the play's disturbing moral universe.

  • Although the jacobins prohibited slavery for a brief while in the wake of the french revolution, britain was actually the first country to abolish the slave trade in 1807 and then slavery in 1833.
    Before this was achieved, however, many heated debates and a parliamentary battle took place. abolitionists organized mass petitions as well as a sugar boycott, while slaves rioted in the caribbean. this book covers the three british campaigns for abolition - the first one going from 1787 to 1807 and leading to the abolition of the slave trade, the second one from 1807 to 1833, when abolitionists strove to obtain gradual emancipation and slaves became "apprentices", and the third one, from 1833 to 1840, when planters were granted financial compensation for the loss of their slaves and apprentices became free at last.
    The international military and economic context, the evolutions of the british empire, the religious and human factors, the slaves' riots, and the planters' and merchants' interests - all have to be taken into account as essential components of the british debate on slavery, yet, even today, the main question remains unanswered: did economic factors outweigh human ones in the abolition of slavery ?.

  • L'aura sulfureuse du roman culte des années 1950, Lolita, de Vladimir Nabokov, a propulsé le livre sur les devants de la scène internationale, mais elle a aussi longtemps occulté les figures extraordinaires, les tours et détours subtils d'une prose singulière, aux accents multiples et à l'intertextualité complexe.
    Les accointances avec le cinéma de l'écrivain russe naturalisé américain ont également prédestiné le texte à un devenir cinématographique, tant sa texture visuelle est riche et ses références filmiques multiples. Lorsque Kubrick décide de porter à l'écran Lolita en 1962, une partie du travail de l'adaptation est donc déjà enclenchée. Le scénario original de Nabokov est cependant si détaillé et, précisément, si personnel, que le cinéaste se voit obligé de réécrire, avec son coproducteur James Harris, l'essentiel de ces quatre cents pages pour inscrire dans un autre médium une oeuvre profondément originale, elle aussi émaillée d'allusions méta-filmiques.
    Nous allons pénétrer au coeur de la spécificité linguistique et narrative du roman de Nabokov, ainsi qu'au coeur du processus de transcodage et d'intermédialité du film, pour en décrypter les grands motifs et modes de représentation.

  • La fin des empires coloniaux et la négociation de nouvelles relations internationales sont des enjeux fondamentaux de l'histoire du XXe siècle. Cet ouvrage analyse l'histoire longue de la décolonisation britannique, depuis les rapports de force complexes au sein d'un empire agrandi par le traité de Versailles jusqu'aux négociations de 1984 pour la cession de Hong Kong. Afin d'éclairer les ressorts de la décolonisation britannique, ses moteurs, rythmes et défis, cet ouvrage s'intéressera à trois grandes problématiques : le rôle des multiples acteurs de la décolonisation (individuels et collectifs, métropolitains, coloniaux et internationaux, urbains et ruraux, anti-coloniaux, nationalistes et impérialistes) l'influence des conflits mondiaux, coloniaux et locaux, des transformations économiques et des mutations sociales et l'impact des autres décolonisations européennes sur les stratégies britanniques et indépendantistes.

  • Les révoltes politiques et les expérimentations culturelles d'une minorité de jeunes femmes et hommes constituent la trace la plus vivante des années soixante aux États-Unis. Certains se sont engagés dans une lutte radicale pour changer la société et faire advenir une Amérique plus démocratique, pour que soit reconnue leur liberté de parole et d'action, que soit mis un terme à la guerre au Viêt Nam et que soient garantis les droits des femmes et des différentes minorités ethniques ou sexuelles. D'autres, parfois les mêmes, ont choisi de changer d'abord l'individu et ont développé une contre-culture explorant les possibilités offertes par l'art et la culture populaire, la religion ou la drogue. Les acteurs de cette génération sont à l'origine des idées, des mots, des sons et des images qui symbolisent aujourd'hui encore la décennie la plus tumultueuse et la plus controversée du siècle précédent.
    Agrégé d'anglais, docteur ès lettres, professeur de civilisation américaine à l'Université Paul-Valéry (Montpellier III), a également travaillé dans le milieu du rock dans une première vie. S'intéresse principalement à la musique populaire anglo-américaine, du rock aux musiques des communautés ethniques (zydeco, cajun, musica tejana, bhangra, klezmer, salsa, etc.). Il est par ailleurs traducteur d'ouvrages de philosophie politique et enseigne régulièrement à l'université d'Austin (Texas).

  • Au milieu du XIXe siècle, entre 1846 et 1851, l'Irlande est touchée par une crise de subsistance d'une ampleur sans précédent, une famine provoquant la mort de plus d'un million de personnes et le départ d'autant d'autres, vers la Grande-Bretagne et surtout l'Amérique du Nord. Ce livre propose une synthèse sur ce tournant de l'histoire de l'Irlande, qui commence par une catastrophe écologique - les ravages du mildiou sur la récolte de pommes de terre -, que les réponses inadaptées des autorités britanniques ont transformée en une famine sans égale dans l'Europe du XIXe siècle. Il aborde notamment les grands enjeux interprétatifs, la situation de l'Irlande à l'arrivée du mildiou, les grandes phases de la Famine et le drame humain qui se joue, les réponses des principaux acteurs et l'administration de l'aide, les réceptions contemporaines de l'événement, les conséquences pour la population, à court et plus long termes, ainsi que la mémoire de la catastrophe

  • Selon DeLillo, le 11 septembre 2001 pose à la fiction un défi formel et éthique, et ne saurait être saisi par une approche historique, chronologique. C'est dans ses répercussions les plus intimes que ce roman de la mémoire choisit de travailler cet événement, en enregistrant les modalités par lesquelles les psychismes de ses personnages ont été ébranlés. Si les attentats sont bien ici le coeur de la fiction, ils sont pour autant constamment excentrés par la prose, déplacés dans la conscience des personnages. La question de représenter le trauma conduit le romancier à proposer une configuration temporelle originale ainsi que des stratégies d'écriture propres à rendre cette intériorité fracturée des personnages. Le trauma informe ainsi une écriture de la reprise, de la désorientation, du bouclage - autant de notions qui trouvent des relais rhétoriques dans l'écriture de l'auteur.

  • En vue de la préparation des agrégations externe et interne d'anglais, cet ouvrage fournit une analyse détaillée, ainsi que des exemples de dissertations, sur le célèbre roman de Jane Austen, Sense and sensibility, qui est une des oeuvres au programme.

  • Cet ouvrage offre une analyse détaillée et problématisée du roman de Ian McEwan Atonement (2001) et de son adaptation filmique par Joe Wright (2007).
    Les deux oeuvres sont replacées dans leur contexte et étudiées notamment à travers le prisme de la métafiction.
    Un rappel des principaux enjeux de la théorie de l'adaptation est proposé en introduction.
    L'ouvrage met ensuite en lumière les modalités de questionnement des chronologies de la création dans le roman et dans le film, propose une interprétation des distorsions génériques, linguistiques et esthétiques au coeur de Atonement, et met au jour les ambiguïtés éthiques et esthétiques de la démarche artistique de Briony, entre réalisme et esthétique du faux, manipulation et (faux) indices.
    Cet ouvrage est au programme du concours d'agrégation d'anglais 2018.

  • Lire la poésie dEmily Dickinson, cest faire lexpérience dune voix insaisissable : ludique et tragique, multiple et singulière, elle laisse le lecteur devant un paysage poétique tout aussi contrasté, entre minimalisme formel et foisonnement de sonorités et dimages. Le monde de Dickinson nous devient familier, de jardins fleuris en horizons pourpres, où poète et lecteur croisent des figures infimes ou grandioses, et hantent aussi bien la Nouvelle-Angleterre que le Golgotha. Mais toujours le poème nous entraîne dans un voyage métaphorique, où la réalité se dérobe et la vérité est en point de fuite. Les poèmes dEmily Dickinson sont des expériences mentales et des paysages de sens. Jouant de loutrance et du burlesque, sa voix franchit allègrement la frontière de sa propre mort. Avec une ironie philosophique, Dickinson prend le risque radical dun au-delà, et dit la splendeur du manque, saisi dans la forme même, dans le rythme du poème. De cette fabrique du poème, elle donne à voir les ressorts intimes, de manière étonnamment moderne.

    Sur commande
  • À la lumière des dernières théories critiques, les auteurs proposent une étude accessible et approfondie de Endgame (Fin de partie), avec le souci constant de confronter le texte anglais et la version originale. Le parcours suivi analyse lentreprise beckettienne de mise en pièces du théâtre traditionnel et de réinvention du genre théâtral. Lorsque vivre nest plus quattendre de mourir, lhumanisme sétiole et tous les grands récits porteurs dune promesse de Progrès (Lumières, christianisme, marxisme) seffondrent : le pire est toujours certain. La mort en direct du personnage comme de la dramaturgie qui lui donnait corps jusque-là se donne alors comme le seul spectacle possible. Le théâtre devient le lieu du souvenir désespéré dun temps où il était porté par des structures inébranlables (fable, personnage, espace-temps) dont il ne reste plus que les ombres spectrales. Pourtant, si Fin de partie est lhistoire dun mourir en devenir, la pièce nen suscite pas moins le rire, bien au contraire. Cest dans cet entre-deux que Beckett forge un nouveau langage pour la scène, apte à dire notre ère post-cataclysmique : un langage drôle et torturé mis au service dune poétique de la cruauté.

    Sur commande
  • Cet ouvrage à caractère historique met en évidence une période clé de l'histoire des Etats-Unis où se clôt véritablement la Révolution américaine et où s'affirme, dans la nouvelle nation, un régime inédit qui fait question, tant au plan épistémologique que politique.
    Entre octobre 1787 et mai 1788, Publius (pseudonyme collectif d'Alexander Hamilton, James Madison et John Jay) signe pour la presse de New York une série de quatre-vingt-cinq articles, réunis ensuite en volume, pour convaincre le peuple américain de ratifier la nouvelle Constitution fédérale : " loin d'abolir les gouvernements des Etats, celle-ci en fait des parties constitutives de la souveraineté nationale " (Federalist N°9).
    Ainsi seulement, démontre Publius, les anciennes colonies britanniques pourront préserver l'union et garantir la sécurité, l'ordre et la prospérité.

    Sur commande
  • A master of the short story genre, Alice Munro is also a literary stylist, which her debut collection, Dance of the Happy Shades, amply demonstrates. Her typical setting is her native southwestern Ontario, yet her stories are anything but prosaic. Munro has been said to defamiliarize the familiar she reveals the dazzle of outdoors but through the lightning cracks in the drawndown blinds, also conjures up shadows, disquieting figures, or Gothic mother figures. She probes into patterns of exclusion or intrusion, and often conveys a sense of entrapment. Yet her text exudes a paradoxical sense of freedom as she makes the art of the short story her own. Writing from within, straying from dramatic descriptions, she depicts a landscape which is part sunlight, part shadows, and is always a mindscape. She describes lives of girls and women, exploring the haunting tensions between mothers and daughters, negotiating boundaries. Playing on intertextual scraps which she sews into the fabric of her stories, she seeks to reveal life' s little ironies.

    Sur commande
  • La période qui court depuis la fin de la guerre de Sécession (et lémancipation) en 1865 jusquà la mise en place de la ségrégation à la fin du XIXe siècle (reconnue par la Cour suprême en 1896) est centrale dans lhistoire du Sud des États-Unis : des bouleversements considérables sy sont produits, avec la fin dun monde (celui de lesclavage et du coton roi) et lémergence dun autre modèle de société fondé sur la suprématie blanche et la ségrégation raciale, tiraillé entre des tentatives pour rattraper le retard industriel et la persistance de la pauvreté rurale. Ce livre, nourri des recherches les plus récentes, offre une explication des transformations du Sud à la fin du XIXe siècle couvrant aussi bien les aspects politiques et économiques que sociaux et culturels et de leur importance pour lensemble des États-Unis du XXe siècle ; explication nécessaire aussi bien pour comprendre le mouvement des droits civiques que les controverses actuelles sur lusage du drapeau confédéré.

  • Ni vraiment une tragédie, ni pleinement une comédie, Measure for Measure de William Shakespeare fait partie de ces pièces « problématiques », oeuvres hybrides qui font obstacle à la catégorisation et qui ont longtemps dérouté la critique comme le public. La symétrie du titre, inspirée de la loi du talion, régit les rapports sociaux, structurels et langagiers de la pièce qui déroulent une infinité d'éléments interchangeables et imbriqués les uns dans les autres.
    La dramatisation de la doctrine chrétienne, notamment le passage à la miséricorde (c'est-à-dire de l'Ancien au Nouveau Testament), induit une réflexion sur ce qui sépare et rapproche des notions telles que la justice temporelle et la justice immanente, le sexe et l'amour, l'essence et l'apparence, l'ensemble étant adossé à un recours constant à des procédés d'ordre dramatique (déguisements, mises en scène, répétitions..).
    Il n'y a pas, en dernière analyse, de mesure pour mesure, ne serait-ce que parce que la source de la mesure ou du jugement est elle-même biaisée. L'ouvrage vérifiera la validité de cet axiome à l'échelle thématique, dramatique et linguistique et démontrera que la pièce peut se lire in fine comme un hymne au théâtre, seule force dont on peut dire qu'elle ressort renforcée de cette comédie noire

    Sur commande
  • Le personnage d'Ernest Hemingway est encore plus célèbre que son oeuvre :
    Le journaliste correspondant de guerre, amateur d'alcool et de femmes, de corrida, de boxe et de chasse a parfois éclipsé l'auteur et son génie littéraire. The Sun Also Rises illustre parfaitement ces deux facettes :
    Récit emblématique de la « Génération perdue », celle des expatriés américains en Europe dans les années 1920, c'est aussi un roman révolutionnaire du point de vue de la représentation de la conscience.

    Loin des expérimentations sur l'expression de la vie intérieure menées par ses contemporains James Joyce ou Virginia Woolf, Hemingway privilégie une écriture apparemment factuelle, qui constitue un paradoxe dans un récit à la première personne. L'oeil du narrateur fonctionne comme le regard d'une caméra : la subjectivité de Jake Barnes est donnée à sentir de façon indirecte à travers le rythme du récit, les détails perçus par le personnage et les lieux qu'il parcourt. Il en résulte une participation aiguë du lecteur qui est invité à combler les interstices du texte à partir de son propre imaginaire. Cette esthétique indirecte de la subjectivité, qui interroge l'articulation entre la conscience et le réel, fait de The Sun Also Rises l'une des grandes oeuvres du modernisme.

    Clara Mallier est maître de conférences à l'Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3. Elle a publié des articles sur Ernest Hemingway, John Steinbeck et Jim Harrison ainsi que des traductions d'Anne Zouroudi et de William Styron.

    Sur commande
  • Livre culte et événement fondateur, les Ballades lyriques de 1798 sont issues de l'amicale collaboration entre William Wordsworth et Samuel Taylor Coleridge, deux poètes romantiques anglais. Neuf années après la Révolution française, le recueil prend la mesure des changements intervenus, ce qui donne lieu à une première recontextualisation, placée sous le signe d'un savoir différent, aussi bien poétique qu'épistémologique. Le débat entre tradition et innovation, radicalité et conservatisme, simplicité et complexité, poetic diction et langue communément parlée par les hommes, nature et surnature, paysage et peuple, est traité de manière synthétique, avec des explications de poèmes à l'appui. La conclusion ouvre sur la postérité des Ballades lyriques, évoque la brouille survenue entre les anciens amis et conclut à la possible supériorité de la version de 1798 sur les éditions postérieures.

    Sur commande
  • Premier volume de la célèbre " trilogie américaine ", portrait d'une vie et vaste fresque de l'Amérique en proie aux turbulences des années soixante, American Pastoral de Philip Roth se présente comme un roman à la fois subversif et déroutant, tissé de contradictions et de paradoxes, jalonné d'abruptes ruptures narratives et stylistiques.
    La satire sociale féroce et décapante y cohabite avec une nostalgie vibrante pour l'Amérique d'autrefois, celle des manufactures prospères et des " neighborhoods " chaleureux. L'évocation brutale, sans concession, des événements historiques se double d'une méditation ambiguë sur la fragilité et l'imprévisibilité des destins individuels. Elle débouche sur une réflexion épistémologique laissant une large part à l'ironie et au doute.
    Fidèle à sa veine métafictionnelle, Philip Roth se livre en outre à une brillante démonstration des pouvoirs infinis de la fiction. Il met en scène dans une prose riche d'images et de symboles ce qui constitue à ses yeux le propre même du génie américain et peut-être de l'être humain : la foi dans la possibilité de se réinventer, le temps d'un rêve - ou celui d'un cauchemar.
    Oscillant sans répit entre l'ironie et le lyrisme, la distance et l'empathie, American Pastoral se présente comme une réalisation magistrale : du bel oeuvre, cousu main, par un auteur qui sait ne pas prendre de gants.

  • Contemporain de Smith, Ferguson propose, dans cet Essay on the History of Civil Society paru en 1767, une vision du progrès et de la civilisation qui tranche singulièrement avec la conception libérale des libertés et de la société de marché. Loin de faire une apologie sans discernement de l'individu autonome et rationnel qui rapporte tout à lui-même et ne concède de restrictions à ses libertés que celles qui permettent à l'État régalien d'assurer la stabilité des propriétés et la paix indispensable à l'accomplissement de ses intérêts, Ferguson montre que la civilisation, dans ses effets heureux, suppose un développement harmonieux des liens sociaux qui rattachent l'homme-citoyen au bien commun et à la société politique. Les excès de l'individualisme - aiguillonné par un intérêt que rien ne vient contrer - et les formes d'abêtissement entrainées par l'excès de la division du travail - qui métamorphose l'heureuse et inventive complémentarité dans le travail en une forme toujours plus abstraite et aliénante de dépendance - viennent contrebalancer la positivité du mouvement de l'improvement. Isolé pour ne pas dire esseulé, l'individu perd le sens de son implication politique dans le bien commun ; il risque alors de devenir le témoin impuissant du grand retour aux despotismes.

    Sur commande
  • Roderick Random goes from rags to riches in a series of unexpected events.
    He travels from Scotland to London, becomes a surgeon on board a war skip, takes part in the most violent battles of the 1740s, visits Bath and discovers the London underworlds. He is, thus, constantly in motion. As he moves from a social level to another, he encounters more than a hundred other funny characters, odd caricatures which compose altogether a scathing satire of Smollett's contemporary society.
    Roderick Random is a provocative novel. It plays with the political, economic and moral ideas of the time, and portrays the abuse of institutional authority. It overturns classical representations of the body, and explores the general instability of identities. This book offers an interpretation of the novel in its eighteenth-century context, giving the necessary historical background information to help a twenty-first century reader.
    It also features a great number of close-readings, scanning the poetics of Smollett's prose in which language is both a tool and a pleasurable end.

  • Le succès de jane eyre, roman victorien qui s'inscrit dans l'imaginaire collectif, ne s'est jamais démenti.
    C'est que ce parcours d'une héroïne en quête d'elle-même, du dénuement au bonheur et à l'indépendance, malgré ses airs de bildungsroman ou de conte de fées, n'a cessé d'inspirer des lectures divergentes : roman immoral ou conservateur, éloge de la révolte ou leçon de modération, récit original livré par une voix profondément dérangeante ou romance au schéma traditionnel. une multiplicité de critiques - féministes, marxistes, postcoloniales - ont à leur tour sondé ce texte ambivalent et analysé ses accents mêlés de rébellion et de retenue.
    A ces lectures peuvent s'ajouter les différentes adaptations cinématographiques, qui elles aussi interprètent le texte. les films produisent des idées sur le roman et l'interrogent selon les grands axes des genres, des motifs et des thèmes que brontë a empruntés à son temps, à sa culture et à son expérience personnelle. l'étude croisée de multiples versions filmiques de jane eyre est donc l'occasion d'un entraînement à l'étude de toute adaptation et d'une réflexion plus générale sur le statut de l'adaptation comme acte de création, comme texte et comme activité de lecture.

empty