Atrabile

  • Voilà donc une nouvelle édition de Château de Sable, augmentée d'une introduction signée de son scénariste Pierre Oscar Lévy. Cette introduction lève le voile sur la genèse du livre et donne également quelques éléments éclairant sur cette oeuvre aux multiples niveaux de lecture. Fruit de la collaboration entre Pierre Oscar Lévy et Frederik Peeters, Château de Sable se présente comme un huis clos à ciel ouvert, une fable sociale mordante et dérangeante. Sur une plage, le destin de 13 personnages va se retrouver bouleversé par un événement inconcevable, un basculement de la réalité qui va plonger cette petite troupe dans un abîme de questionnements. Face à cet événement fantastique (que l'on gardera volontairement mystérieux ici), les protagonistes de Château de Sable vont d'abord traverser une phase bien humaine de dénégation tendue et conflictuelle, puis viendra la période de l'acceptation, quand les masques seront tombés et qu'il faudra bien composer avec la nouvelle donne, car le temps est compté. Face à un destin qui s'échappe inexorablement comme une poignée de sable entre les doigts, chacun réagira à sa manière, mais comment et que faire quand un coucher de soleil peut être synonyme de fin?

  • « Singulier », « brillant », « une merveille », « drôle et cruel », « une relecture historique irrévérencieuse », voilà quelques-uns des qualificatifs et commentaires qui ont suivi la sortie de De la Chevalerie. Dix-huit mois après sa sortie, voilà le premier tirage épuisé... Dommage ! Atrabile propose donc une nouvelle édition du premier livre de Juliette Mancini (instigatrice du fanzine Bien, Monsieur) , en le basculant dans la collection « Bile blanche », lui conférant ainsi une fabrication sans doute moins fragile. De la Chevalerie nous emmène dans un Moyen Âge fantasmé où les hommes chassent les autruches à dos de cochons, un Moyen Âge qui est le théâtre ininterrompu de conflits entre le riche et le pauvre, l'homme et la femme, le seigneur et le gueux... On sent bien que Juliette Mancini est portée par une belle envie d'en découdre avec le monde qui l'entoure et plus particulièrement avec cette bonne vieille société patriarcale dont on a tant de mal à sortir mais De la Chevalerie est bien plus qu'une oeuvre à thèse ou qu'un pur défouloir, c'est avant tout une superbe bande dessinée bourrée d'humour et pleine d'inventivité. Et c'est avec une désinvolture qui n'est qu'apparente que la jeune auteure saisit à bras le corps son médium, jouant avec la forme, se débarrassant des cases ou les multipliant sur d'autres pages et questionnant, in fine, ce que l'on peut considérer de si chevaleresque chez tous ces « chevaliers ».

  • Tout juste une année après la parution du premier volume (Décrire l'Egypte, ravager la Palestine), voilà le deuxième épisode de cette « série » en tout point unique, épisode sous-titré ce coup-ci Décrire l'Empire ottoman autour de 1830. Pour rappel, Décris-Ravage est une adaptation en bande dessinée de la pièce éponyme d'Adeline Rosenstein, et comme dans le premier épisode, on retrouve ici la même volonté d'explorer les relations complexes qui lient Moyen-Orient et Occident, en allant piocher dans des entrevues et témoignages recueillis par Adeline Rosenstein elle-même, mais aussi dans « l'Histoire » (oui, celle avec une grande hache), ou encore dans le théâtre, la littérature et la poésie, dans le chapitre récurrent appelé chantier de traduction.
    Un pied dans les événements d'aujourd'hui, un autre dans ceux d'hier, Décris-Ravage est une oeuvre éminemment politique, mais qui ne fait pas l'impasse sur de vraies recherches (et questionnements) historiques - grâce, entre autres choses, au regard de l'historien Henry Laurens sur cette production. Et c'est avec une invention formelle sans cesse renouvelée que Baladi met le propos d'Adeline Rosenstein en images, ce qui termine de rendre ce projet complètement passionnant, dans le fond, comme dans la forme.

  • Et de trois ! Voilà le troisième volume de cette série au long cours (six volumes de prévu) qui explore, de façon inédite, les relations Occident-Moyen Orient. A la base, Décris-Ravage, c'est une pièce de théâtre de la mouvance " théâtre documentaire " écrite et mise en scène par Adeline Rosenstein ; c'est devenu, avec la complicité de Baladi, une bande dessinée à nulle autre pareille. Dans la forme, la gageure reste de mettre en dessins une pièce de théâtre sans image ; dans le fond, il s'agit de comprendre " comment on en est arrivé là ", en se basant sur divers témoignages, mais aussi des oeuvres littéraires et un vrai travail de recherche historique.
    Dans ce troisième volume, sous-titré "Décrire la Terre sainte dans sa modernité", on abordera donc, entre autres choses, la guerre de Crimée, la cartographie des territoires, les premières photographies de la Palestine, la construction du fameux " mur ", et celle d'un Kibboutz à travers les témoignages de ses fondateurs... Riche, complexe et stimulant, Décris-Ravage aborde la question de Palestine sans manichéisme ni ornières ; bien plus qu'une simple oeuvre militante, Décris-Ravage est avant tout un objet artistique passionnant et nécessaire.

  • Décris-Ravage, c'est tout d'abord une pièce de théâtre d'Adeline Rosenstein, une pièce qui s'inscrit dans la mouvance du théâtre dit documentaire. Dans cette pièce, il est question de la Palestine, du rapport entre l'Occident et le Moyen-Orient (en remontant à Napoléon Bonaparte), mais aussi de la représentation de cette région, ou encore des enjeux qui y sont liés. Pour évoquer tout cela, sont ainsi convoqués des récits historiques, des témoignages, mais aussi des textes de pièces de théâtre pour tenter de comprendre « ce qui a bien pu se passer pour qu'on en arrive là ». Baladi est parti du texte de la pièce de théâtre pour en livrer une adaptation en bande dessinée, et ceci en allant également se nourrir aux mêmes sources que celles consultées pour l'écriture du spectacle. Dans ce premier épisode se succèdent alors paroles d'artistes, textes d'auteurs arabes et descriptions de la campagne d'Egypte de 1798.
    Dense, passionnant et éclairant, ce Décris-Ravage est un livre sans réel équivalent, aussi bien dans la bibliographie de l'auteur que dans le paysage actuel de la bande dessinée, une tentative inédite de réflexion sur le sujet qui multiplie des sources et des points de vue souvent oubliés, voire méprisés.
    Avec une introduction de Henry Laurens (historien).

  • Alors que la parenthèse se referme et que l'étau se reserre autour de Sanaa et Lupus, la fuite se révèle à nouveau être l'unique option... Mais pour aller où, et comment... Au fur et à mesure que Lupus s'enfonce dans l'espace et l'inconnu, c'est au fond de lui-même que commence le voyage le pl us singulier, hanté qu'il est par ses souvenirs et ses remords... tout se mélange lentement et inexorablement dans son esprit... passé, présent... futur ? Face à l'infini qui lui tend les bra s, et alors que le ventre de Sanaa s'arrondit doucement, Lupus plonge dans une solitude intérieure aux bienfaits tout relatifs...

    Troisième et avant dernier volume de cette épopée intimiste, où il sera question plus que jamais du rapport que l'homme entre tient avec à l'inconnu, et donc avec lui-même.

  • Belgique, début des années 90 : chacune de leur côté, Mathilde et Valentine font l'expérience d'une enfance « normale » : école, lecture, dessin, meilleure amie et ennemie-chipie, toute une magie du quotidien retranscrit ici avec beaucoup de justesse et d'acuité . Mais au détour d'une phrase, d'un geste, d'un film, le « monde des adultes » s'invite inexorablement, et plus spécialement quand une certaine menace se fait ressentir, distillant dès lors une forme de tension perceptible sans obligatoirement être comprise par les deux filles car, entendent-elles, « il y a des enfants qui disparaissent ». Tous se souviennent aujourd'hui des crimes de Marc Dutroux, et si le livre n'a pas l'ambition ni l'envie de s'y plonger, c'est avec cette peur d'un croquemitaine bien réel qu'elles vivront une partie de leur jeunesse, et c'est dans cette ambiance pleine d'angoisse qu'elles devront se construire. Si les oeuvres centrées sur les souvenirs d'enfance sont légion, ce que proposent Valentine Gallardo et Mathilde Vangheluwe dans Pendant que le loup n'y est pas peut être considéré comme unique en son genre, de par la période qu'elles évoquent, mais aussi de par le moment d'une vie auquel elles s'attachent ; pas tant celui du fameux « passage à l'âge adulte », mais plutôt celui, plus flou, de la lente sortie de l'enfance - une sortie qui se fait pas à pas, à coups de surprises, de vérités dérangeantes, de désenchantement. Le tout est réalisé à « quatre mains », avec une belle unité graphique tout en préservant le style distinct de chacune des deux dessinatrices.

  • Luchadoras

    Peggy Adam


    depuis 1993, plus de 600 femmes ont disparu et plus de 400 ont été assassinées à ciudad juarez, ville mexicaine frontalière des etats-unis.
    victimes de tueurs inconnus ou de violence conjugale. ciudad juarez est ainsi devenue un triste symbole de la maltraitance des femmes dans le monde. a l'heure actuelle, la plupart de ces crimes restent irrésolus. c'est dans ce cadre véridique que peggy adam a imaginé luchadoras.

  • La gröcha

    Peggy Adam

    Dans un futur proche, quelque part en Suisse. Une maladie décime l'homme inexorablement. D'abord des taches apparaissent, et puis bientôt, sans espoir de guérison, c'est la fin. Les villes sont quadrillées, les sorties et déplacements réglementés. Suite à un drame encore frais, Marc, pour fuir un quotidien étouffant, décide de partir à la montagne, dans le vain espoir d'y trouver un peu de tranquillité, pour faire le point. Il sera vite rejoint, contre sa volonté, par Emma, avec laquelle il partage un lourd secret. Et c'est là, en haut des cimes, au milieu des arbres et d'une nature préservée mais de plus en plus inquiétante, que la vérité, sordide, va éclater.

  • Rosemarie et Holger, un couple d'archéologues vieillissant, ont tout vu tout fait tout déterré. Pourtant une nouvelle et possiblement ultime fouille va les amener à faire de stupéfiantes découvertes, tendant à prouver l'existence d'une mystérieuse civilisation souterraine. Parallèlement, au même endroit, une jeune femme va se transformer en cobaye humain pour le besoin d'une expérience scientifique: comment se comporte le corps humain quand il se retrouve au fond d'une grotte, coupé des stimuli extérieurs, sans repère et sans soleil? Mais d'étranges créatures rôdent dans les grottes, et la confrontation risque d'être explosive.
    La Roche au Tambour se lit comme une comédie enlevée, rocambolesque et un peu folle, peuplée de personnages attachants et singuliers - et le très beau travail à la mine de plomb de Marijpol, qui flatte l'oeil à chaque page, exacerbe à merveille cette histoire ouvertement fantastique, mais clairement centrée sur l'être humain, ses désirs et ses faiblesses.

empty